Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Zéro déchet

  • Lessive maison en poudre

    Pin it! Imprimer

    0.jpg

    Une petite recette pour les réticents de la lessive maison au savon de Marseille aujourd'hui ! 

    Tu as du mal à avoir une consistance qui te plaît ? De secouer ta bouteille ? La grande flemme de faire fondre ton savon de Marseille ?

    Ne t'inquiète pas, j'ai la solution : la lessive en poudre ! Le composition est la même et peut être qu'elle te plaira davantage. Les proportions sont très simple, il te suffit de les adapter à la quantité que tu souhaites. Comme elle se garde parfaitement, n'hésite pas à en faire un grand bocal. 

    Par contre, si c'est simple, c'est pas pour ça qu'il faut faire n'importe quoi.

    Il y a deux précautions à prendre obligatoirement : 

    - mixer ton savon de Marseille : qu'il soit en copeaux fins ou non, il y a des risques qu'ils ne se dissolvent pas bien, surtout si tu laves ton linge à 30°C. Donc il faut le mixer finement ! Un petit mixeur suffit, moi j'utilise mon moulin à café ^^

    - les cristaux de soude sont dangereux à respirer ! Soit tu portes un masque quand tu fais ton mélange, soit tu ne mets pas ta tête directement au dessus. Le fait de secouer le mélange forme une "poussière" qu'il faut mieux éviter de respirer. 

    Lessive maison en poudre 

    - 100g de savon de marseille (blanc ou vert, c'est toi qui vois!)

    - 50g de bicarbonate de soude

    - 50g de cristaux de soude

    Facultatif : tu peux faire une lessive spécial blanc en ajoutant 25g de percarbonate de soude à ton mélange. 

    Mixe ton savon de Marseille finement. Dans un grand bocal hermétique, mélange le savon mixé, le bicarbonate et les cristaux de soude (et le percarbonate si besoin). 

    A ce stade, tu peux ajouter une dizaine de goutte d'huiles essentielles mais je préfère ma lessive sans désormais. C'est plus économique, les huiles sont non miscibles de toute façon et elles sont précieuses, garde-les plutôt pour te soigner. 

    Ferme ton bocal et secoue bien pour tout mélanger. Laisse un peu reposer avant de réouvrir pour éviter la poussière des cristaux de soude. 

    Pour t'en servir, c'est un jeu d'enfant : tu déposes 2 cuillères à soupe sur ton linge, directement dans le tambour, et hop ! Si ton linge est vraiment très sale, tu peux monter à 3 cuillères à soupe. 

    Enfin, n'oubliez pas que les conseils pour la lessive liquide valent aussi ici : détacher les vêtements, ajouter du vinaigre blanc en guise d'adoucissant, etc.

    Pour tout retrouver, direction la recette et la FAQ Lessive maison au savon de Marseille.

    Je suis sympa, je t'ai fait une image pour épingler la recette sur Pinterest pour revenir plus facilement ici :

    completion (2).png

  • Les BeeWraps de A à Z

    Pin it! Imprimer

     

    0.jpg

    Le concept du BeeWrap

    Un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas les Beewraps : il s'agit d'un emballage réutilisable. Ces tissus enduits principalement de cire d'abeille, permettent de remplacer le film alimentaire pour couvrir les plats, emballer ou transporter des produits. Ils se "collent" aux plats grâce à la chaleur de la main et reprendre ensuite leur forme initiale. Lavable à l'eau froide et au savon, ils sont donc réutilisables à l'infini !

    Les différentes techniques (où comment vous n'aurez pas la même texture à la maison)

    Il existe des beewraps dans le commerce mais aussi des DIY pour les faire vous-même à la maison. La méthode principale consiste à enduire simplement les tissus de cire d'abeille (voir mon article pour le DIY).

    Et souvent, je lis les déceptions de ne avoir des beewraps équivalents à ceux du commerce. 

    En fait, c'est complètement normal ! La majorité des beewraps du commerce sont enduits différemment : cire d'abeille, huile végétale (coco ou jojoba) et résine (de pins en général). Vous ne pourrez retrouver la même qualité en utilisant uniquement de la cire d'abeille. 

    Un Beewrap maison se craquellera plus vite et s'abîmera aussi plus rapidement. L'avantage, c'est qu'il est plus simple de les reformer en les repassant au four ! L'ingrédient principal qui fait la différence est la résine puisque c'est elle qui permet d'imperméabiliser et de rendre le tissu plus malléable.

    Vous pouvez tenter d'améliorer la recette maison mais je ne conseillerais pas de se fournir en résine. Son utilisation n'est pas simple à la maison, potentiellement risquée et cela complexifie grandement la méthode. Il y a aussi certaines méthodes pour enduire d'huile végétale et de cire d'abeille mais personnellement, je ne suis pas satisfaite de cette méthode. Les Beewraps se craquellent plus vite et restent un peu "gras".

    Quelle cire pour les Beewraps ?

    La cire d'abeille est la plus couramment utilisée. Elle donne un bon résultat, se trouve facilement, même en vrac ou directement auprès d'un apiculteur. 

    Mais vous pouvez aussi faire vos beewraps avec de la cire végétale : soja, riz, candelilla... Elles sont plus complexes à trouver et souvent plus chères mais n'hésitez pas à tenter si vous ne voulez pas utiliser de la cire d'abeille.

    Quels types de tissus utilisés et quels formats privilégier ?

    L'idéal quand on commence est d'avoir 3 tailles, toujours en format carré : 18x18cm, 22x22cm, 30x30cm (environ !). Mais vous pouvez opter pour plusieurs d'une petite taille (20x20cm) qui sont les plus utiles. Vous verrez ensuite ce dont vous avez le plus besoin. 

    Pour les tissus, je préfère les tissus foncés pour éviter le côte "jaune" que donne la cire d'abeille. Et j'ai toujours de meilleurs résultats avec des tissus assez fins. Certains tissus épais absorbent beaucoup la cire mais le rendu craque beaucoup plus vite. En réalité, c'est le tissage du tissu qui donnera un rendu plus ou moins bon et il n'y a pas d'autres solutions que d'essayer !

    Enfin, pour couper vos tissus, vous pouvez opter pour un ciseau cranté, ce qui permet d'éviter que le tissu ne s'effiloche. Mais vous pouvez très bien couper vos beewraps après les avoir enduits de cire d'abeille et donc le faire avec des ciseaux classiques. Je vous conseille aussi de repasser vos tissus afin qu'ils soient plats pour faciliter le passage à la cire d'abeille :)

    Où en acheter pour les plus flemmards ?

    Beaucoup de marques, eshop ou même magasins bio proposent leurs propres beewraps désormais. Peu importe ce que votre choix mais privilégiez les compositions à base de résine afin d'avoir la meilleure qualité possible (sinon autant le faire vous-même!). 

    Mon préféré de tous les temps reste Abeillons, marque toulousaine qui propose de Beewraps d'une super qualité et dans de jolis tissus.

    kit-3-feuilles1 2.jpg

    Sinon, vous pouvez opter pour les Apifilm, les Beewraps de Maman Naturelle (sans résine) ou encore fouiller sur Etsy mais ils sont rarement travaillés à base de résine (MeloCotonCréations ou Poulettesginguettes par exemple).

    il_570xN.1693647591_pnov.jpg

    N'hésitez pas à tester vous-même ou venez à un de mes ateliers si vous êtes sur Pau (plus d'infos sur FB ou IG!).

     

  • Achats responsables : les erreurs à ne pas faire !

    Pin it! Imprimer

    ff68221b15461284aa163cd27659f480.jpg

    Quand je parle d'alimentation plus responsable avec quelqu'un, toute la conversation tourne en général autour des courses. Et les questions sont souvent les mêmes : où faire les courses, est-ce que ça coûte plus cher, comment tu trouves tout...

    La plupart du temps, j'aime répondre que le tout premier pas dans une consommation responsable, c'est d'admettre qu'il faut faire les courses différemment. On n'achète pas les mêmes choses aux mêmes endroits. Pour que le changement fonctionne, il y a un deuil à faire, celui des courses classiques en supermarché. C'est pour cette raison que le changement est long à mon sens, on garde souvent quelques habitudes de nos achats en grande-surface et on ne sait pas vraiment où l'on fait des erreurs. 

    Résultat : 90% du temps, on payera deux fois plus cher que d'habitude. Et les 10% restants, on perdra beaucoup plus de temps à faire des courses.

    Du coup, un petit récapitulatif des erreurs de débutants m'a semblé être intéressant quand on débute dans la démarche. Pour éviter quelques erreurs mais surtout pour se rendre compte du changement qu'il va falloir enclencher. Et qu'évidemment, c'est normal de ne pas tout changer en 1 mois !

    Copier/coller son caddie d'une grande-surface à une épicerie verte

    L'erreur la plus courante ! Pousser la porte d'une magasin bio et vouloir acheter exactement la même chose qu'en grande-surface est un grosse erreur. Non seulement, vous allez payer un demi-rein mais il y a pleins de choses que vous ne trouverez pas. 

    Quand on souhaite changer sa consommation, c'est très bien de se tourner vers les magasins bio mais il faut éviter le copier/coller. Le changement nécessite de la réflexion au début et un peu de vigilance sur les prix. 

    On fait quoi alors ? On lit la suite de l'article déjà ! Mais surtout on se répète plusieurs fois par jour qu'il faudra consommer MOINS, de SAISON, et privilégier les produits BRUTS. 

    Acheter ses produits frais uniquement en magasin bio

    Vous en avez marre des légumes ou fruits de supermarché bourrés de pesticides ou hors de prix ? C'est parfait mais attention à ne pas se ruer dans les magasins bio ! Ou en tout cas, pas pour le plus gros de vos achats. 

    En règle générale, les produits frais seront souvent assez chers, pas toujours de très bonne qualité (pardon mais c'est souvent le cas) et on reste assez déconnecté du produit que l'on achète. Sans oublier que pour une grande majorité des gens, la première fois qu'on entre dans un magasin bio, on est complètement perdu !

    On fait quoi alors ? On cherche un marché près de chez nous, on teste plusieurs producteurs. Encore mieux, on cherche des circuits courts, il y en a beaucoup qui existe aujourd'hui. Les plus connus : les AMAP, la Ruche qui dit Oui mais aussi beaucoup d'autres ! Le principe, on choisit ou non ses légumes et fruits et on va les chercher directement auprès du producteur ou dans un lieu précis. Les avantages : le prix est considérablement réduit (même souvent moins cher qu'en supermarché) et on rencontre directement le producteur ! On a des conseils, des idées de recettes et on peut découvrir des nouveaux produits. On peut aussi s'ouvrir à une agriculture raisonnée, pas forcément biologique mais tout aussi favorable. Et évidemment, tout ça vaut aussi pour les autres produits frais comme le fromage, les oeufs, etc.

    Continuer à prendre 10 sortes différents d'un produit

    Cette erreur rejoint le point 1. En général, quand on copie/colle les caddies entre un supermarché classique et un magasin bio, on s'en sort pour beaucoup plus cher ! Et c'est surtout parce qu'on oublie qu'on ne doit pas faire les courses de la même façon. C'est une erreur de penser qu'on peut consommer mieux sans consommer moins. C'est bien le frein principal pour une grande partie des gens qui ne veulent pas changer leurs habitudes. 

    Acheter de meilleure qualité signifie en premier lieu de revoir sa consommation : avez-vous vraiment besoin de trois sortes de yaourts différents ? De quatre fromages pour la semaine ? De cinq sortes de pâtes ? En vrai non (mais c'est pas simple à se l'avouer). Consommer davantage en magasin bio implique de consommer plus simplement et au plus juste de sa consommation. On privilégie les produits natures que l'on peut arranger à la maison. Et non, ce n'est pas plus 'triste", c'est plus simple ! Il est tout aussi important de se sortir de la tête des années de marketing à base de couleurs, goût et formes de plus en plus diversifiés.

    On fait quoi alors ? On achète une sorte de yaourt, un bon fromage pour la semaine, deux sortes de pâtes que l'on cuisinera différemment, un jus de fruit, etc. Rien n'empêche de prévoir des extras plus chers de temps en temps mais il faut vraiment arriver à prendre d'autres habitudes. On commence petit à petit, produit par produit afin de pouvoir réadapter si besoin.

    Ne pas réduire la quantité des dépenses les plus chères (viande, plats préparés...)

    Là encore, ce point rejoint le précédent. Continuer à acheter viandes, plats préparés, gâteaux industriels, jus de papaye et biscuits apéros à chaque course en magasin...va vous coûter un bras !! Et au-delà, c'est contreproductif dans la volonté de mieux consommer. Bio ne signifie pas plus sain, c'est le choix des produits qui permet de manger mieux et non uniquement le label.

    On fait quoi alors? On diminue drastiquement la consommation de viande et on freine doucement sur les plats préparés. Si on a vraiment pas l'habitude de cuisiner, on diminue doucement en achetant par exemple des choses plus simple comme de la sauce tomate et on cherche des recettes simples pour démarrer. 

    Fuir le rayon vrac...ou se jeter dessus !

    Quand on se lance dans une consommation plus raisonnable, on a souvent un rapport très radical sur le vrac : soit on trouve ça super et on file TOUT acheter en vrac, soit on trouve ça vraiment trop bizarre et on fuit le rayon. Les deux options sont des erreurs classiques ! Dans le premier cas, en général on finit épuisé à chercher des bocaux, à ne pas savoir combien en prendre, à en avoir trop ou pas assez...! Et dans le deuxième cas, on augmente considérablement la part de plastique puisque beaucoup de choses sont paradoxalement sur-emballées de plastique en magasin bio.

    On fait quoi alors ? On y va doucement ! On regarde ce qu'on consomme le plus au rayon "sec" : farine, sucre, pâtes. Et on choisit une sorte de produit pour tester le vrac. Si ça convient, on en tente un deuxième la semaine d'après. Personnellement, je trouve ça plus simple de commencer par des ingrédients qu'on utilise moins parce qu'on a souvent du mal à gérer les quantités au départ. Pour moi, c'était la farine, le sucre, etc. Mais pour vous, ça peut être autre chose !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    N'oubliez pas que l'erreur la plus courante est de vouloir être parfait sur tous les points dès le départ. Changez doucement vos habitudes, testez de nouveaux magasins, découvrez de nouveaux producteurs...et soyez indulgents avec vous !

    Les autres articles à lire : 

    - Petit guide de l'achat en vrac

    - Le vrac pour débutants

    - Mieux faire ses courses

  • Ça sent le chimique dis donc !

    Pin it! Imprimer

    99693a27fcbddd9902ab9877c6815f83.jpg

    (Si vous saviez comme j'ai galéré à trouver comment illustrer cet article^^)

    En matière de consommation, la question des odeurs n'est pas si anodine. Il suffirait que je comptabilise le nombre de remarque que j'ai reçu sur cette question ou seulement d'écouter ce dont parle les gens en matière de produits de beauté, de nettoyage ou de lessive. Et les odeurs, ce sont aussi des souvenirs, des habitudes, des sensibilités différentes. 

    Mais comme on a tous été globalement élevés aux odeurs "chimiques", notre cerveau a appris à les apprécier, à les associer à des souvenirs ou à des sensations. Combien de personnes aiment dormir dans des draps fraîchement lavés à la lessive conventionnelle ? Combien de personnes testent des nouveaux gel douche en personne après avoir "senti" l'odeur en magasin ? Combien de parents ou futurs parents adorent sentir l'odeur des produits pour bébé ?

    Quand on passe à une consommation plus écologique, évidemment, c'est un nouveau monde d'odeurs qui s'ouvrent : les huiles essentielles, le savon, le vinaigre blanc ou même...le presque zéro odeur ! Je ne sais même plus combien de message je reçois sur la lessive maison qui ne sent "rien" ou combien de personne je vois acheter le nouveau gel douche juste pour son odeur de fraise tagada, malgré une composition catastrophique.

    C'est une question qui m'a beaucoup occupée parce que le passage aux produits plus écologiques ne m'a pas gêné au niveau des odeurs. Je suis quelqu'un de très sensible aux odeurs et j'ai toujours eu beaucoup de mal avec les odeurs chimiques. Je ne tiens pas longtemps dans une parfumerie et je suis vite écœurée par les odeurs trop fortes. Même quand j'utilisais des produits plus "cracra", je choisissais toujours des odeurs plus soft type savon de Marseille! Mais force est de constater que ça n'a pas l'air d'être le cas de la majorité ! J'ai donc cherché des alternatives pour faire "passer" ces changements qui me tiennent à coeur mais à vrai dire, je n'ai plus envie. 

    J'ai envie de vous montrer que la sensibilité aux odeurs chimiques ne sont que culturelles, que le marketing depuis des années nous apprends à dire ce qui sent bon ou pas, et que les odeurs doivent passer avant l'efficacité (parfois les odeurs sont mêmes présentes pour vous faire croire à une efficacité!) ET la composition des produits. Mais quand on fait attention au reste, à ce qui compte, on se rends compte qu'on peut être sensible à pleins d'autres odeurs naturelles. C'est un peu bête à dire mais le monde a déjà pleins d'odeurs chouettes ! 

    Je me suis amusée à lister toutes les odeurs qu'on aime et qui sont en réalité issues d'un bureau de marketing qui a décidé que telle odeur était associée à tel produit ou tel sentiment. Rebellez-vous et ouvrez votre nez aux vraies odeurs autour de vous ♥ 

    L'odeur de bébé

    Combien de fois j'entends "oh cette crème sent le bébé"!! L'odeur c'est sans aucun doute la chose la plus difficile à faire comprendre quand on cherche des produits plus clean : les produits nettoyants pour bébé ont tous une odeur similaire qui rend complètement accro. Le passage à la cosmétique bio, souvent sans parfum, ou plus radical, au savon solide, est toujours accompagné d'un "oui c'est bien mais ça sent plus le bébé".

    Attention je vais spoiler les gens qui n'ont pas encore d'enfant : un bébé est déjà livré avec une odeur de bébé. La sienne, celle que l'on renifle dans son cou, ses petits cheveux et celle dont on se souvient à sa naissance. 

    Mais les industriels et leurs équipes de marketing ont tellement bien travaillé que maintenant, l'odeur de bébé c'est l'odeur de Mustela, de Nivéa, de Mixa...d'où la difficulté à passer à une routine naturelle. Sauf que cette odeur est complètement chimique, nécessite évidemment des ajouts de parfum (du musc en général) dans des compositions absolument pas clean pour la peau des bébé. 

    Alors si vous attendez un bébé ou si vous n'en avez pas encore : profitez de l'odeur de votre bébé qui est unique, réconfortante et dont votre cerveau se souviendra longtemps. Ne surlavez pas votre bébé après sa naissance (qui fait rarement un marathon en journée), utilisez des produits doux, sans tensioactifs et sans parfum !

    Si j'avais envie d'être chiante (loin de moi cette idée...), j'ajouterais même que l'odeur naturelle de la peau a une fonction essentielle chez tous les animaux dont les êtres humains. On reconnaît l'odeur de son enfant parmi des milliers d'autres et inversement. On dit souvent que le bébé a besoin de l'odeur de sa mère pour se rassurer et tous les parents finissent un jour par laisser quelque chose avec "leur odeur" pour rassurer bébé. Je passe aussi sur le fameux "peau à peau" rassurant pour un bébé malade ou qui a du mal à dormir. C'est pas pour rien et c'est sûrement pas l'odeur de Mixa bébé que cherche bébé !!

    Si vous cherchez des produits de soins plus sains pour bébé, n'hésitez pas à relire mon article Special Kid  ou pour le bain de bébé!

    L'odeur du linge propre

    Ah combien de fois j'ai cette question par commentaire ou mail : votre lessive maison est très bien mais je n'arrive pas à m'habituer au manque d'odeur, je peux utiliser quoi ?? 

    Ben oui, parce que le linge propre, depuis la fin de la guerre, ça sent le musc, la lavande, la papaye exotique ou la fleur de monoï. Evidemment, à côté, le savon de Marseille a du mal à lutter !

    Mais vous savez quoi ? Le propre n'a pas d'odeur ! Il sent à la rigueur légèrement l'odeur de savon mais il doit surtout sentir le "frais" après avoir sécher à l'air libre !

    Sincèrement vous avez besoin de sentir la papaye sur vos vêtements ? Surtout qu'en général, on rajoute notre propre parfum dessus ensuite!! On me dit souvent que le plus difficile c'est pour les draps, il y a un côté rassurant dans un lit tout propre qui sent la lessive. Mais encore une fois, c'est votre cerveau qui vous domine ! Ce sont les souvenirs qui vous font aimer cette sensation. Et je vous assure que c'est tout aussi agréable sans que ça sente la lessive industrielle. 

    Cette idée est tellement ancrée que les partisans de la lessive maison (dont moi) ont élaboré toute une stratégie des huiles essentielles : dans chaque recette, comme dans la mienne, il y a écrit "huiles essentielles" en général de lavande ou de ylang-ylang. Depuis 3 ans que j'utilise ma recette, j'ai beaucoup évolué sur ce point. Les huiles essentielles ne sont pas miscibles dans l'eau et perdent complètement leur efficacité une fois chauffées donc j'ai de gros doutes sur l'utilité de cet ajout mais, surtout, c'est encore ajouter une "odeur" à celle du savon qui ne suffit pas. L'ajout d'un parfum peut s'entendre pour les vêtements très sales comme les vêtements de sport mais pour le reste, une fois propres, ils sentent le propre non ? 

    Désormais, mon linge sent le propre parce qu'il est propre et non parce que j'ai ajouté un parfum. Et je vous assure qu'on se déshabitue très vite à cette odeur chimique. Maintenant je suis gênée quand mon linge est lavée ailleurs par exemple et qu'elle sent la lessive classique. Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que je teste en ce moment un service de location de vêtements (Le Closet mais on en reparle très vite) et clairement, le seul point négatif pour moi c'est ça : l'odeur des vêtements qui sortent du pressing ! Ils sentent objectivement bons mais je n'ai pas envie de porter cette odeur là sur moi ! Bref, tout est une question d'habitude mais personnellement, je n'ai pas envie que les grandes marques me disent quelles odeurs mon cerveau doit apprécier !

    Pour retrouver la recette de la lessive maison, direction l'article sur la lessive maison !

    L'odeur d'une maison propre

    Là encore c'est un peu le même combat que la lessive. Il y a tellement de produits ménagers et d'odeur chimique censé transformer votre intérieur en champ de fleurs qu'il est compliqué d'apporter une voix alternative. 

    Le ménage "green" c'est essentiellement du vinaigre blanc et du savon noir, comment veux-tu lutter !!! 

    Pourtant c'est pas faute d'être des produits hyper toxiques, mal tolérés par les enfants ou ceux qui ont les voies respiratoires sensibles. J'ai aussi souvent un retour sur des personnes ayant des migraines après le ménage et ne supportant plus les odeurs artificiels (extrêmement volatiles en plus dans ces produits). Mais on est d'accord, le vinaigre blanc ça pue ! 

    Alors clairement, l'odeur ne reste pas, chez moi ça ne sent pas le vinaigre blanc en permanence ! Mais quand je nettoie, effectivement, ça sent fort. En aérant et 15 min plus tard, ça ne sent plus rien ! Je préfère quand même nettoyer mes sols au savon noir, parce que j'aime bien son odeur plus douce et moins agressive sur une si grande surface. 

    Là encore vous pouvez utiliser des huiles essentielles si vous voulez améliorer l'odeur mais franchement, nettoyer, c'est ça qui compte non ? Et si besoin, il y a pleins de techniques pour donner une odeur plus franche à votre intérieur : cuisiner un gâteau au chocolat, piquer des clous de girofle dans une orange, utiliser ponctuellement des bougies végétales, un diffuseur d'huiles essentielles...

    Pour retrouver les recettes de ménage green, rendez-vous dans la catégorie Ménage green !

    L'odeurs des soins cosmétiques

    Je me répète, c'est la même chose mais en cosmétique c'est devenu complètement n'importe quoi !!! Attention je vais m'attaquer à une célèbre marque de gel douche que beaucoup adore...mais vraiment je ne comprends pas. 

    A quel moment notre société si évoluée, qui a inventé les antibiotiques, envoyé des gens sur la lune ou construit Notre Dame de Paris, a décidé que maintenant on avait besoin de gel douche...à la madeleine, à la brioche ou à la tartelette aux fraises ??

    Je vous passe la composition absolument pourrie (désolée hein mais en vrac : Sodium Laureth Sulfate, parfum en haut de la liste, Ppg-5-Ceteth-20, Ceteareth-60 Myristyl Glycol, etc....bref une petite bombe de produits irritants qui ont tendance à rendre la peau perméable ou à être suspectés d'être des perturbateurs endocriniens). 

    Infliger tout ça à sa peau (ou pire à celle de ses enfants) pour sentir la madeleine !! Là je suis désolée mais je suis à court d'argument. 

    Ok la douche c'est un moment de plaisir. Mais ça sert aussi à se laver hein ! On sent le savon, on est propre et voilà voilà... Tout ces inventions pour vous faire croire qu'il est indispensable de polluer et de mettre sa santé en danger juste pour des odeurs improbables. J'irais plus loin, je pousserais même la réflexion au pourquoi ce rapport cosmétique/plaisir olfactif. Certes quand ça sent bon c'est mieux mais il y a des tonnes de choses naturelles qui sentent bon ! Est-ce que le plaisir ne devrait pas être ailleurs que dans des produits industriels extrêmement polluants et problématique pour la santé ? Est-ce qu'on a pas un rapport bizarre avec le plaisir olfactif, complètement déconnecté du plaisir à appliquer des produits sains. 

    Si vous aimez vraiment les madeleines, allez en cuisine plutôt ^^ et pour retrouver des soins cosmétiques sains, direction l'article sur ma routine visage ou celui sur les savons solides !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà, loin de moi l'idée de vous dire quoi utiliser comme produits mais j'aimerais qu'on prenne l'habitude de réfléchir aux odeurs avec un peu plus de "raison". Un mode de consommation plus naturel implique forcément de s'adapter à ces nouvelles odeurs plus brutes, plus fortes parfois et moins persistantes dans le temps. Mais notre cerveau devrait apprendre à se méfier des odeurs chimiques qui sont souvent le signe d'une composition moins clean. Et apprécier certains composants naturels, certaines odeurs qui ont aussi des effets positifs sur notre moral ou notre santé. 

    Et vous, vous en êtes où niveau odeur ?