Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

organisation

  • L'organisation

    Pin it! Imprimer

    unnamed copie.jpg

    Ah le travail à la maison...! Cette ambivalence entre le sentiment de liberté et celui de ne jamais arriver à s'organiser. 

    J'adore travailler chez moi, ayant fait des études longues, j'ai pris l'habitude de travailler à mon rythme, de suivre mon inspiration et d'apprécier le fait de pouvoir m'organiser comme je le veux. C'est encore plus fort depuis que j'ai ma fille, puisque ça me permet d'être présente pour elle. Et j'ai aussi testé le travail en extérieur, avec horaires classiques (version souple et pas souple d'ailleurs !!). Du coup, l'avantage, c'est que je sais bien les avantages et inconvénients de chaque situation. 

    Dans la balance maison/extérieur, mon choix ira toujours pour le travail à la maison. Mais ça ne signifie pas du tout que c'est un choix de facilité ou que c'est parce que c'est plus cool...loiiiiiin de là !

    Travailler à la maison, il y a des avantages et des inconvénients, comme tout travail. Le problème, pour moi, est qu'il est plus rapide de se perdre dans les inconvénients que de profiter des avantages. Je voulais vous partager un peu mon point de vue et quelques astuces pour faciliter mon organisation. 

    Le principal avantage pour moi est l'organisation libre. Cela ne veut dire que je travaille n'importe quand mais que je peux m'organiser pour travailler au maximum aux moments où mon esprit est prêt à travailler. C'est surtout bénéfique quand on a un travail "créatif", du type l'écriture pour moi, qui est forcément fluctuante des jours et des heures.

    C'est sans doute ce qui m'a pesé le plus dans un boulot classique, cette sensation d'être enfermé dans des horaires. Je suis quelqu'un du matin, j'aime travailler tôt. Par contre, je suis d'une grande inutilité vers 14h. Je suis aussi quelqu'un qui travaille vite et le concept du "tu as finis ton taf mais tu ne peux pas partir avant 17h30 pile", m'énerve ! Pour en discuter beaucoup dans mon entourage, toute personne salariée a connu des moments un peu vides au boulot, où il n'y avait plus vraiment de choses à faire. C'est clairement ma hantise, je déteste m'ennuyer et tourner en rond. Certaines personnes apprécient ces moments de calme au boulot, où le rythme est plus cool et je comprends. Mais je suis plutôt du style à préférer sauter la pause du midi et finir tôt, que prendre le temps de discuter avec les collègues (que j'adore, ce n'est pas le sujet !).

    Donc être à mon compte et à la maison, ça me permet de me caler plus facilement au rythme de mon cerveau :)

    Sauf qu'aujourd'hui - par rapport à mes premières années de doctorat - c'est bien plus compliqué de m'organiser. Déjà, je ne suis plus en thèse, je cumule aujourd'hui plusieurs boulots, le blog et du travail sur un projet en cours. Ensuite, j'ai une fille et un "beau-fils" pendant les vacances scolaires. Ca ralentit considérablement mon rythme ! Sur une semaine de 7 jours, j'ai donc "perdu" beaucoup d'heures de travail potentielles et j'ai eu besoin d'améliorer mon efficacité. 

    J'ai déjà pu m'entraîner à la fin de me thèse, où ma fille était bébé, ce qui me demandait de faire rentrer dans une journée de 9h-17h ce que je faisais rentrer avant dans 24h (je pouvais travailler le soir tard, la nuit, jusqu'à 20h...bref de façon complètement déréglée). J'ai donc appris à travailler plus vite, à moins m'éparpiller et à améliorer mes "to-do" lists.

    Désormais, j'ai amélioré mon efficacité dans la globalité mais il me reste encore beaucoup à faire. La faute à mon activité en dents de scie où certains mois sont consacrés à une seule tâche et où je dois faire rentrer tout le reste. Mais je dois aussi apprendre à couper un peu plus, on en reparlera après.

    Avant de passer aux conseils précis, je voulais vous donner mon principal conseil dans tout ça : ne pas oublier de profiter des avantages de votre rythme de travail. Le fait de travailler à la maison implique souvent d'empiéter sur son temps personnel, d'avoir du mal à couper, de ne pas avoir le support des collègues. Oui, souvent on pense que le stress, l'anxiété voir le burn-out sont réservés au monde de l'entreprise... C'est loin d'être vrai, travailler pour soi ou à la maison occasionne une surcharge de stress, un cumul des tâches, une solitude et encore moins de périodes de décompressions. La seule solution : profitez de vos avantages ! Organisez votre emploi du temps pour y caser des séances de sport, des journées off, un déjeuner à l'extérieur et laissez-vous une marge d'adaptation. Le gros avantage de pouvoir s'organiser, c'est bien de pouvoir se reposer quand on est fatigué, prendre du temps pour soi ou faire quelque chose qui compte pour nous. Trouvez-vous un loisir créatif, un chouette cours de sport, une balade sympa près de chez vous, un restaurant pas cher pour y manger un midi par semaine... Bref, coupez et prenez du temps pour vous !

    Allez, on passe aux astuces plus pratico-pratique, j'espère que ça vous aidera si vous travailler à domicile ou à votre compte et surtout, n'hésitez pas à échanger vos astuces ! J'ai une petite tendance "control-freak" mais c'est surtout parce que beaucoup de mon temps est dédié à ma fille, je dois donc être plus efficace le reste du temps. 

    Evaluer le temps de travail sur la semaine entière

    L'erreur principale que je faisais au début était de me caler sur une semaine de travail en entreprise : 5 jours dans la semaine et environ 8h par jour. Grosse erreur ! Déjà, la plus grande partie de mon activité, c'est l'écriture, or je ne peux pas écrire 8h par jour ! Ensuite, comme je travaille souvent les weekends, beaucoup moins mais quand même, je finissais un peu sur les rotules. 

    Désormais, je regarde le dimanche ou lundi matin, comment va s'organiser ma semaine en entier, jusqu'au dimanche. Je note les rendez-vous prévus et je vérifie ce qu'on doit faire le weekend. J'arrive souvent à libérer 2/3h le samedi ou dimanche, donc je l'inclus dans ma semaine de travail. Ca me permet d'évaluer en gros combien de temps j'ai à disposition par jour. J'adapte aussi en fonction de mon état physique ou mental, pour savoir si je suis dans une phase où je pourrais travailler plus le soir. Et surtout, ça me permet de libérer beaucoup de temps pour ma fille, où je ne travaille pas du tout. J'ai donc des journées très diverses, certaines où je travaille beaucoup, d'autres où je passe plus de temps en rendez-vous ou avec ma fille. Je repère aussi les journées un peu chargée où je n'aurais finalement que peu de temps pour écrire réellement et, en général, j'utilise le temps dispo pour faire des trucs que j'aime moins : répondre aux mails, faire la compta, ranger les papiers, corriger, etc.

    L'idée est donc d'organiser son temps de travail à l'inverse : au lieu de commencer par une to-do-list de ce qu'on doit faire chaque jour pour son job, j'évalue d'abord le temps disponible après avoir enlevé toutes les obligations, personnelles ou professionnelles. Cela me permet de ne pas zapper les moments plaisirs ou de ne pas sur-évaluer le temps disponible.

    Se connaître

    C'est bête mais il est important de savoir comment vous fonctionnez : êtes-vous du matin, avez-vous faim à midi, arrivez-vous à travailler à 14h ? Faites plusieurs essais sur quelques jours pour voir à quel moment vous travaillez le mieux. Clairement, il est plus simple de travailler à un moment où on est efficace, plutôt que de se forcer pendant 2h à faire une mini tâche que vous auriez fait en 30 min à un autre moment.

    Pour moi, c'est clair, ma période de travail effectif, c'est 8h-13h. La tranche 14h-16h est compliquée, j'ai beaucoup de mal à être concentrée. Ensuite, je suis de nouveau plus efficace en fin de journée, mais j'utilise moins ce créneau en période cool, puisque j'ai ma mini ! Par contre, il m'arrive de retravailler après 20h, en fonction de ma charge de travail.

    Du coup, je privilégie les rendez-vous l'après-midi ou les tâches un peu chiantes :) Et le soir, c'est plus de la relecture, des mails, des réflexions sur les projets en cours, etc.

    Apprendre à faire des to-do lists

    0-2.jpg

    Quand j'ai évalué le temps disponible pour jour, j'évalue ce que je dois faire sur la semaine. C'est clairement le point le plus compliqué, on a tous tendance à faire des to-do lists bien trop chargées ! Pour éviter ça, je note par ordre de priorité ce que je dois faire avant la fin de la semaine. Et surtout, j'ai appris à scinder les choses que j'ai à faire ! Je ne marque plus "écrire un chapitre" ou "écrire un article" qui est une tâche qui peut me prendre bien plus d'un journée parfois, mais je note "faire le plan du chapitre", "faire les photos de l'article", etc. 

    Cette méthode me convient parce que je fais des choses différentes sur une semaine mais je pense qu'il est vraiment plus efficace d'avoir une liste de petites tâches à faire plutôt qu'un seul gros projet. Si vous avez un article long à faire par exemple, vous pouvez le détailler avec : 1 - faire les recherches, 2 - Ecrire le brouillon, 3 - Corriger. Voir même écrire x mots si c'est long ou un paragraphe par exemple. Cela me permet de glisser des tâches réalisables en une vingtaine de minutes dans mon emploi du temps (voir en dessous la technique du pomodoro).

    Côté organisation, j'ai un agenda sur mon téléphone où je marque uniquement les rendez-vous et activités perso. Ensuite, j'ai un cahier, organisé en fonction de mes différentes tâches (un peu comme un bullet journal mais version simple) : une partie dédiée au blog, une pour les chroniques, une pour mon projet en cours, etc. Et au début, j'ai des pages to-do-list, où j'écris simplement les tâches à faire dans la semaine ou dans la journée : pas d'organisation particulière, simplement des pages où je marque la date et les tâches à faire. Je raye au fur et à mesure. Archi simple mais efficace ! J'ai aussi un petit carnet "organisation de la semaine" où je marque un peu les tâches générales de la semaine, j'aime bien avoir tout sur papier, à côté de moi quand je travaille (#teammamie).

    Avoir une routine de travail

    0-1.jpg

    Une autre astuce qui m'a aidé est de mettre en place une certaine routine pour les tâches récurrentes : traitements des mails, compta, etc. Pour ma part, j'ai instauré le 8h-9h, dédié aux mails et commentaires. C'est court mais ça me permet de moins culpabiliser de ne pas avoir le temps de tout faire. Parce que si je m'installe à 8h pour faire les mails par exemple, j'ai aurais pour 2h certains jours ! Je commence toujours par les tâches plus administratives aussi, que ce soit en début de semaine ou en début de journée, afin d'éviter d'avoir à gérer mes déclarations Urssaf à 18h un vendredi !

    Ensuite, après avoir beaucoup critiqué cette méthode, j'ai finalement opté pour une routine dans la semaine. C'est un peu particulier à mon profil "multi-tâches", j'ai souvent 3/4 missions différentes à faire dans la semaine. Et pendant longtemps, je ne voulais pas les organiser dans la semaine mais y travailler quand j'en avais envie. Résultat, je passais trop de temps sur une des tâches et j'arrivais à la fin de la semaine sans avoir travailler sur les choses moins urgentes mais non moins nécessaires.

    Désormais, j'ai aussi dédié certains jours de la semaine pour des certaines tâches : les articles du blog, l'écriture de ma chronique hebdo, le travail sur un de mes projets. Finalement, ça me permet d'être beaucoup moins stressée puisque je sais que chaque tâche a un moment dédié. Evidemment, c'est compliqué lors de certaines périodes où une tâche prend le dessus (typiquement l'écriture du livre...) mais là encore, j'ajuste pour libérer plus de temps pour cette tâche mais sans oublier quelques moments dans la semaine aux autres tâches que je dois quand même faire. J'ai l'esprit plus libre du coup quand je passe beaucoup d'heures sur une seule tâche.

    Couper les distractions

    Et oui...! Impossible de travailler avec trop de distractions. Si je travaille toujours en musique, j'ai évidemment tendance à trop regarder le téléphone, les réseaux ou à faire d'autres choses à la maison (genre jardiner^^)! J'essaye au maximum de m'appliquer une certaine "rigueur" pour ne pas perdre trop de temps dans ma journée. 

    Pour les choses à faire à la maison : je me garde toujours un peu de temps dans la journée pour ce que je veux faire chez moi, même des choses toutes simples comme lancer une machine. Pour moi, c'est une dizaine de minute avant de m'habiller le matin et après 13h. Je fais ce que je peux faire dans ce laps de temps et si je n'ai pas fini, tant pis ! Le plus compliqué est bien ce lâcher-prise, vous n'êtes pas à la maison pour faire le ménage toute la journée. Je vous conseille aussi d'organiser vos tâches ménagères chez vous pour éviter que tout vous retombe dessus. En gros, j'arrive à faire des machines, un peu la vaisselle du matin et un rangement superficiel mais c'est tout. Le vrai ménage, rangement ou les repas, c'est exactement comme si je travaillais à l'extérieur.

    Pour les réseaux, internet ou autre : après avoir tenter de limiter mon temps avec les écrans avec des minuteurs ou avec des applis qui bloquent l'utilisation, j'ai tenté l'idée inverse. Désormais, je m'accord du temps d'écran à certains moments : pendant l'heure où je fais mes mails le matin, j'écoute des podcasts, regarde une vidéo, réponds à vos commentaires sur Instagram... Et dès 9h, je coupe et j'éloigne mon téléphone. La mini astuce qui m'aide est de ne pas charger mon téléphone la veille, en général, j'ai besoin de le brancher le matin et du coup, je le recharge loin de moi, dans une autre pièce. Ensuite, dès que je fais une pause ou en début d'après-midi, quand j'arrive moins à travailler, je reprends mon téléphone. J'ai quand même mis les notifications d'activités sur Instagram (qui me prend le plus de temps) pour éviter de trop m'y perdre parfois !

    S'affirmer auprès de l'entourage : le point le plus délicat pour moi et c'est pas faute que mon entourage soit habitué à ce que je bosse à la maison ! J'ai passé 6 ans de thèse à expliquer que non je ne pouvais pas faire le ménage toute la journée, passer chercher untel à l'aéroport à 10h ou autre. Et c'est encore bien plus compliqué avec les enfants. En cas d'enfant malade, de grève ou de vacances scolaires (ce qui fait un sacré paquet de jour), je suis donc à la maison, à devoir travailler avec des enfants... Donc oui, si vous bossez à la maison, il va falloir beaucoup d'affirmation pour expliquer à votre entourage que vous travaillez comme tout le monde. Si mon emploi du temps est souple, je ne suis pas à la libre disposition de tout le monde !

    Pour le coup je n'ai pas de conseils très précis, cela dépend de votre entourage. Ce qui a un peu marché chez moi est d'assumer de faire un peu garder les enfants pendant les vacances histoire de pouvoir travailler ; expliquer que chaque moment non travaillé devra se rattraper un soir/weekend ; bien répartir les tâches à la maison (sans oublier la charge mentale !) ; et montrer ce que vous faites, l'entourage a souvent du mal à comprendre ce qui occupe vos journées !

    La technique Pomodoro 

    Il s'agit d'une technique toute simple mais qui fonctionne très bien chez moi : organiser des tranches de travail de 25 min. Je l'utilisais déjà un peu en thèse et ça m'a entraîné à être plus efficace dans un temps plus court.

    Mais attention, il faut utiliser ces 25 minutes pour une seule tâche à faire ! Si vous avez une tâche qui prend plus de temps, essayez de la découper en plusieurs sous-tâches pour que ce soit faisable en 25 min. Pour un article un peu long par exemple, je prévois deux tranches : une première où je vais faire le plan, les références, les idées principales, etc., et une deuxième de rédaction à proprement parlé.

    J'utilise simplement le minuteur de mon téléphone qui sonne après 25 min. Au bout des 25 min, vous faites une petite pause de 5 min et vous recommencez. Arrêtez-vous, même si vous n'avez pas fini ! Sortez, prenez un thé, bougez mais faites autre chose pendant 5 min. Au fur et à mesure, vous arriverez plus facilement à faire rentrer une tâche dans ces 25 minutes ! En général, après deux tranches de 25 minutes, il est préférable de s'arrêter un peu plus longtemps pour aérer son esprit.

    Clairement, prendre une tâche et la limiter dans un temps largement supportable me rend très efficace ! Je ne m'éparpille pas, je sais que je n'ai "que" 25 minutes pour la réaliser. J'ai même fini certaines tâches en 25 minutes alors que je pensais avoir besoin de deux tranches horaires. Cette technique m'aide énormément à scinder ma journée qui est souvent multi-tâches sans me perdre dans l'une ou l'autre. Et je peux couper plus facilement les distractions comme les réseaux puisque je peux ensuite y jeter un oeil après 25 min.

    c86dbf4fd3e8e8d49020eb2f64ad3247.jpg

    Déconnecter 

    C'est clairement le point où je dois encore m'améliorer. Le fait de travailler sur ordi et d'avoir des réseaux sociaux à "gérer" impliquent qu'il n'y a aucun moment off : je peux travailler partout, à n'importe quelle heure, depuis mon téléphone, en vacances... Bref, il n'y a plus de frontière entre le temps de travail et le temps perso, et on prend vite l'habitude de se dire "oh allez, je réponds juste à quelques commentaires ce soir". L'envers du décor qu'on ne voit pas tellement dans cette activité blog/réseaux, c'est les dizaines de mails par jour et les centaines de messages certains jours sur Instagram. Et évidemment, la plupart des personnes m'écrivent davantage le soir ou le weekend, quand eux sont off. 

    Pour l'instant, je n'ai pas trouvé de routine parfaite. Certaines ont un jour de la semaine où elle déconnecte tout, mais j'ai encore besoin de mes 7 jours de travail étalés. J'ai opté récemment pour la déconnection totale des applis réseaux pendant 2 jours off, c'était top, je pense que je referais comme ça pendant les vacances. 

    Ah les vacances d'ailleurs, ce concept étrange quand tu es à ton compte :) Pour le coup, j'ai un peu oublié d'en prendre depuis un an, j'ai donc décidé de tout couper pendant 15 jours cet été. C'est pas gagné pour l'hyperactive que je suis mais ça sera un bon test. 

    Sinon, j'ai surtout pris des habitudes pour déconnecter un peu mieux mon temps de travail dans la journée, dès que j'ai ma fille et ainsi ne pas passer mon temps sur l'ordi ou le téléphone.

    Et encore d'autres conseils...

    Dans la foulée, je pourrais aussi ajouter qu'il est important d'avoir un espace de travail chez vous, agréable et adapté. Et ne pas hésitez à délocaliser son bureau parfois, soit en espace de coworking, soit simplement dans un café ou chez un(e) ami(e). N'hésitez pas non plus à vous inscrire à un groupe de travail, à un espace d'échange avec d'autres personnes de votre secteur. C'est rassurant d'échanger sur les difficultés et de trouver de nouvelles astuces pour mieux s'organiser !

    Et surtout, il est important de tester plusieurs organisations, de s'adapter à votre fatigue et de savoir change de routine quand ça ne vous convient pas. N'oubliez pas qu'en travaillant à la maison, vous travaillerez sans doute plus mais il y a tellement d'avantages dont vous pouvez profiter ! Ne vous laissez pas gagner par le stress ! Il est important de comprendre que déconnecter ne vous fera pas perdre du temps, surtout si vous avez un travail créatif. Quelques heures ou plusieurs jours ne mettront pas en péril votre travail et vous permettront d'être ensuite plus efficace et d'avoir plein de nouvelles idées !

    Bref, c'est tout un équilibre le travail à domicile et à son compte, mais c'est un style de vie que j'aurais bien du mal à abandonner désormais ! Mon astuce principale est de m'entraîner à être plus efficace sur un temps plus court, afin de pouvoir profiter de la liberté de mon emploi du temps. C'est parfois un peu militaire mais ça me permet de ne pas trop faire de crises de panique quand je vois le nombre de choses à faire en si peu de temps ^^

    Et toi, tu as des astuces pour être plus organisé ?

  • Diner comme les Anglais

    Pin it! Imprimer

    40d075ddf52de48e65eb2d4d017740d8.jpg

    Je ne compte plus le nombre de fois où on a souligné que j'avais une légère tendance mamie. Alors quand je dis que chez moi, on mange TRES tôt, ça termine d'achever cette image de vieille fille/pas fun/marmotte.

    En vrai, ça me passe à 3 km au-dessus de la tête :) Mais comme ça a toujours l'air de surprendre, je me dis qu'un petit article promotion pour la vie de mamie pourrait intéresser !

    Alors premièrement, oui faut que je vous dise. Je suis une marmotte. J'adore dormir, je tiens très très mal le manque de sommeil et je suis très sensible au rythme naturel du soleil. Ca signifie que j'ai toujours été une bonne dormeuse mais pas dans le sens de la majorité des gens : je ne dors jamais plus tard que 9h le matin (même quand j'étais ado!) et par contre, j'ai sommeil dès 21h ! Clairement, je suis une couche tôt et une lève tôt.

    J'ai bien sûr eu des périodes plus compliquées niveau sommeil, la grossesse, les premiers mois de ma fille et la fin de ma thèse (tout ça dans une période de 3ans #yummy). Je pense que c'est à ce moment là que j'ai complètement assumé le fait d'avoir besoin de beaucoup de sommeil mais surtout d'avoir besoin de me coucher avant minuit.

    Et évidemment, ma fille tient ça de moi, elle se couche entre 20h et 20h30 tous les soirs (c'était même plutôt 19h bébé!), demande régulièrement à aller au lit et bébé.

    Le problème, quand tu es une marmotte, c'est qu'évidemment il est compliqué d'aller au lit tôt dans nos vies modernes. Et souvent, on me donne l'argument du "oui mais on a plus du vie si on se couche tôt".

    Pourtant, je me couche relativement tôt et j'ai pas du tout l'impression de ne pas avoir de vie !! Tout ça parce que par rapport à beaucoup (et à la tradition "française"), je mange très tôt le soir. Mais aussi parce que j'ai un peu revu cette histoire "avoir une vie le soir".

    Manger plus tôt pour ma fille 

    Premièrement, je mange tôt pour vivre plus sereinement les soirées avec ma fille. Tous les parents d'un jeune enfant vous diront que le fameux 18-20h est parfois compliqué à gérer. Le bain, le repas, tout s'enchaîne et souvent dans une atmosphère "explosive". A 18h, les enfants sont déjà fatigués et souvent ils ont faim ! Résultat, c'est un peu le parcours du combattant pour les mettre au bain, les faire patienter jusqu'au repas et ensuite arriver à les coucher assez tôt sans que ça vire au drame.

    J'ai vite compris qu'il fallait qu'on réorganise notre fin de journée pour que tout se passe plus sereinement et l'élément déclencheur a été de décaler le repas.

    Ma fille a besoin d'être au lit vers 20h/20H15. Mais si on mange à 19h30, elle passe directement de la fin du repas au lit. Avec en prime un peu de stress lors des repas où on arrête pas de lui dire de se "dépêcher". Et encore elle ne râle pas pour aller se coucher mais quand elle a pris "trop" de temps pour manger, ensuite on enchaîne vite et on finit par lui dire qu'on a plus le temps pour une histoire.

    Un jour, j'en ai eu marre de toujours la presser et de faire sauter des moments de partage comme l'histoire pour éviter qu'elle ne se couche trop tard. 

    La solution a été de décaler légèrement l'heure du repas et petit à petit manger entre 18h30 et 19h (voir un peu avant parfois!). 

    Le changement a été radical. Elle termine son repas vers 19h15 maximum en général. Le fait d'être rassasiée la rend déjà plus cool mais surtout on a encore presque une heure pour profiter ensemble ! Le coucher se fait naturellement, plus de stress et de pression, on a le temps pour pleins d'histoires, pour se raconter nos vies ou faire un jeu ensemble avant de dormir. 

    Aujourd'hui, je vois complètement les bénéfices de ce rythme quand on ne peut pas le tenir pour X raisons. Elle devient grognon parce qu'elle a faim, mange plus lentement, on s'énerve...bref c'est jamais des chouettes soirées. 

    Manger plus tôt pour nous

    Faire manger son enfant tôt ne choque pas vraiment en général. C'est plus le fait que nous aussi on s'aligne sur ce rythme !

    En vrai, ça n'a jamais été vraiment été débattu en famille. On a toujours mangé ensemble. Déjà parce qu'on le pouvait (en raison de nos horaires) mais aussi parce qu'on adore ces moments-là. Elle nous raconte sa journée, elle est bien plus cool, on discute...

    Manger tôt pour nous, ça permet aussi de ne pas craquer sur pleins d'autres choses à 18h. Franchement, qui n'a pas faim a cette heure-là ? En mangeant tôt, je n'ai jamais envie de craquer sur du fromage ou sur goûter tardif. Et si je cuisine un minimum, ça me coupe la faim jusqu'au repas.

    Mais surtout, ça signifie qu'à 20h30 maximum, on est complètement tranquille tous les deux. On a mangé, on a souvent eu le temps de ranger et faire la vaisselle. Même la maison est plus rangée puisque pendant le laps de temps entre le repas et le coucher de la mini, on est plus disposé à ranger les trucs qui traînent. A 21h, clairement, je ne suis pas disposée du tout à ranger ^^

    On a alors tout le temps pour un épisode d'une série, une discussion, un bouquin...et même en me couchant tôt, j'ai aussi profité de ma soirée avec l'amoureux.

    Je vois même l'effet sur le sommeil, la vie de couple...tout est plus cool, tranquille, on finit rarement épuisé à 1h du mat en se forçant à aller se coucher (bon sauf nouvelle saison de GOT;).

    Ce rythme a été plus compliqué à tenir les derniers mois où je travaillais loin de la maison et où j'avais plus de mal à rentrer tôt le soir. Et j'ai détesté les effets : manger sans ma fille, manger devant la télé, se coucher épuisée en ayant l'impression de ne faire que bosser...

    Comment on s'organise?

    La deuxième réaction que ça suscite c'est généralement "impossible pour moi de manger si tôt". Alors bien évidemment, si vous avez des boulots prenants et si vous rentrez tard le soir, ça va être plus compliqué oui!

    Mais si vos horaires vous le permettent, ce n'est pas insurmontable de manger plus tôt ! On a rien de super-parents très bien organisés ;)

    Le premier changement a été de prévoir des repas en avance ou très simples. J'ai fait le deuil des menus ultra-équilibrés et diversifiés. Ma fille mange des supers repas à la cantine tous les midis, alors si on doit manger deux soirs de suite des pâtes à la sauce tomate, le monde ne va pas s'écrouler ! Sinon, je force sur les soupes en hiver, les purées en grande quantité qui font un gratin, les bocaux de sauce aux légumes et les féculents cuits en grande quantité ! 

    Pour être très concrète, en général, le repas se prépare vers 18h et ne prends pas plus d'un quart d'heure. Pendant ce temps-là, elle file se laver. Là encore, si elle veut une douche rapide, pas de soucis, pourquoi forcer ses enfants à barboter dans un bain pendant 30min ??? Petit à petit, on lui a appris à se laver seule, à se sécher, à mettre son pyjama...Aujourd'hui, elle n'a besoin d'aide que pour se laver les cheveux et c'est tout !

    En gros, tout le monde est prêt à manger vers 18h30, 18h45 maximum. Sincèrement, ça change tout chez nous, voir cette heure-là à la pendule fait qu'on est beaucoup plus cool pendant le repas et qu'on ne la speed plus pour manger vite parce qu'il est bientôt 20h. 

    Après, on débarrasse (elle aussi!) et là ça dépend des jours. Soit elle est très fatiguée et on lit une histoire ou on regarde un dessin-animé. Soit elle est en forme (la plupart du temps!) et on joue à un jeu de société ensemble, on danse, on dessine. Bref, on fait tout ce qu'on avait pas le temps de faire avant et souvent ce qui frustre les enfants ! 

    La transition vers le coucher est bien plus douce, je pense qu'elle a intégré qu'on avait bien profité avant et elle ne râle pas à terminer la journée alors '"qu'on a pas joué aux petits-poneys^^".

    Stop à la pression "d'avoir une vie le soir"!

    J'ai bien conscience que ce rythme ne convient pas à tout le monde. Déjà à cause du boulot. Mais aussi parce que certains aiment manger qu'en couple ou sont des couches-tard. Chacun son rythme...mais ça vaut aussi pour moi alors ! Ca ne rends pas mes journées plus courtes ou mes soirées moins intéressantes.

    En vrai, je serais presque militante d'une slow life bien plus douce et d'arrêter de se mettre la pression pour avoir une vie trépidante après 21h. C'est toujours la réponse que l'on me sort "oui mais du coup tu fais plus rien en dehors du boulot et de ta fille!!!". 

    Cette injonction d'avoir des soirées ultra remplies est quand même dingue. D'une part, quand je demande aux autres ce qu'ils font le soir de si passionnant, ça se termine souvent en soirée Netflix. Donc pour profiter de sa soirée, il faut la passer avec son amoureux à côté à regarder des films ou des séries. Et sinon, on me réponds qu'on retravaille, qu'on écrit sur son blog, qu'on range, qu'on fait les courses en ligne...bref on me répond rarement qu'on file voir une expo trop cool ou une soirée déguisée :) 

    Alors, d'une part, je passe aussi des soirées avec l'amoureux à regarder des séries. Sauf qu'on commence dès 20h30 et donc à 22h sincèrement, je file sans problème me coucher !

    Mais surtout, être dispo, sans s'être énervé avant avec son enfant, avoir la maison rangée, etc. ça change vos soirées mes coco ! On est détendu, on peut discuter et même faire des trucs de vieux (genre là, monsieur Pancakes m'apprends les Dames, c'est pas gagner...). Alors c'est pas glamour ? Déjà, on s'en fout, c'est notre soirée. Et clairement, boire un verre de vin, discuter, lire un peu, écouter de la musique...c'est TELLEMENT reposant! On fait assez de choses dans une journée non ? Pourquoi se mettre encore la pression à la productivité à la maison et surtout en couple !! 

    Donc oui on mange tôt et même parfois on se couche tôt...mais ça veut pas dire qu'on dort...(#ooooh) ;)

    Bon et quand on critique vraiment beaucoup notre habitude, je sors toutes les études scientifiques qui prônent un dîner tôt pour une meilleure santé !

  • Mon petit blog, pas mon vrai job

    Pin it! Imprimer

    unnamed.jpg

    Je lis toujours avec plaisir les articles lifestyle écrits autour des blogs : comment gérer son temps ? Comment gérer la monétisation ? Où trouver l'inspiration ? Etc. C'est toujours très instructif de voir comment fonctionnent les autres blogueuses. Si le sujet vous intéresse, Victoria, du blog Mango and Salt, a fait une petite série d'articles où elle donne son point de vue, des conseils avec, comme d'habitude, beaucoup de bienveillance. Mais ce style d'articles se retrouvent aussi sur beaucoup d'autres blogs.

    Le seul "problème", c'est que si je trouve toujours ça très inspirant, le discours n'est parfois pas adapté à ma situation. Non seulement la plupart des articles proviennent de blogueuses "pro" (comprendre celles dont c'est l'activité professionnelle principale) ou encore de blogueuses travaillant dans le milieu de la communication digitale au sens large. Et la grande majorité du temps, les conseils d'organisation ou les retours d'expérience proviennent de blogs "à succès", j'entends par là des blogs qui fidélisent une communauté importante, que ce soit en terme de vues sur le blog ou sur les différents réseaux sociaux. 

    Du coup, si j'aime lire ces différents types d'articles, je ne m'y retrouve pas souvent. Je prends parfois quelques conseils mais la plupart du temps, c'est en complet décalage avec ce que je vis par rapport à mon propre blog. Je me suis dis que ça vous intéresserez alors d'avoir mon point de vue et qu'il parlerait peut être à d'autres blogueuses dans la même situation que moi. Evidemment, je parle de mon propre blog, donc de mon ressenti personnel, de mon mode de vie, etc. Je ne juge personne et n'estime aucune façon de bloguer mieux qu'une autre. 

    J'aimerais juste faire passer le message qu'avoir un blog, pour beaucoup, c'est aussi l'opposé d'avoir un job : c'est non professionnel, pas régulier et non rémunérateur. Et que parfois, c'est très bien comme ça. Je regrette un peu qu'on mette aussi souvent en avant des "gros" blogs, clairement entre un blog-job et un blog-loisir, c'est parfois le combat de david contre goliath : je n'ai pas la même disponibilité, les mêmes connaissances techniques, le même matériel, ni la même possibilité de partenariats. Et on est beaucoup comme ça ! Ca ne signifie pas que je n'aime pas écrire ici, que je ne passe pas un temps tout de même considérable, que je n'essaye pas de vous donner le contenu le plus joli possible, etc.

    C'est quoi un petit blog ? 

    Rien de péjoratif dans ce terme de petit, il fait seulement référence à la portée d'un blog par rapport à un autre. Et évidemment, quand on compare les chiffres, je suis un "petit" blog. Pas un jeune blog, Banana Pancakes existe depuis plus de 10 ans mais a subit plusieurs transformations jusqu'à aujourd'hui. 

    Depuis sa création, j'ai écris plus de 250 articles, créé une page facebook, un compte instagram et twitter. J'ai eu plusieurs partenariats, quelques invitations à des évènements et de chouettes rencontres avec des marques. Mais surtout, j'écris en moyenne un à deux articles par semaine et j'essaye d'être toujours assez présente sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram. 

    Mais je reste un "petit" blog quand on compare aux statistiques moyennes des plus gros blogs, même en restreignant à ceux de la catégorie lifestyle, qui me semble moins fréquentée que celle des blogs mode/beauté. Mes statistiques ne sont pas un secret : j'ai environ 1000 vues par jour, parfois moins, parfois plus ; un peu plus de 2300 abonnés sur Insta et j'en gagne à peu près 100 par mois ; étrangement, la majorité de mes lecteurs viennent de facebook, twitter et pinterest. 

    Néanmoins, un petit blog ne signifie pas un mauvais "taux d'engagement", c'est à dire d'interactions : commentaires, mails, likes, vues de profil, etc. Par exemple, le taux pour mon blog est très correct par rapport à d'autres blogs à la communauté plus grande. En marketing, ça signifie que j'ai moins de "pertes" : une petite communauté mais une communauté active et en croissance constante. 

    Et surtout, surtout, un "petit" blog ne signifie pas moins d'engagement personnel, moins de passion et moins d'activité chronophage...

    Gérer son emploi du temps de petit blog

    En parlant d'activité chronophage, parlons emploi du temps ! C'est bien le point principal pour lequel je ne me retrouve pas dans les articles dont je vous parlais. 

    Ce blog, ce n'est pas mon job. Et je n'ai pas 20 ans. J'ai commencé ce blog pendant ma thèse, donc avec un emploi du temps déjà bien rempli. Puis, j'ai eu ma fille pendant les 2 dernières années de thèse et toujours avec le blog à côté. 

    C'est là que la différence est la plus frappante avec les articles que je lis sur l'organisation : mes heures de "blog" sont forcément reparties sur la semaine, ce qui explique que je ne peux pas publier un article tous les jours. Je pense que le temps passé sur chaque article est sensiblement le même d'un blog à l'autre et il dépend surtout du style d'article. Je rédige certains articles en 2h, d'autres me prennent plusieurs heures sur plusieurs jours. 

    Je rêve devant certains articles d'organisation d'un blog mais c'est à mille lieues de ma propre vie. Et finalement, je pense que c'est éloigné de la grande majorité des blogs ! 

    La première chose à faire quand on a un "petit" blog, c'est donc de bien cerner le temps que vous pouvez y consacrer et ne pas voir trop grand. Ici, j'arrive à prendre quelques heures sur deux demi-journées donc en gros je peux écrire maximum 2 articles par semaine. Et savoir que quand vous voulez vous tenir à un rythme, il faudra forcément faire des "sacrifices". Ils sont largement consentis et j'en suis toujours ravie mais il faut le savoir : un blog c'est chronophage. Je sais que je dois prendre toutes les heures libres que j'ai : j'écris pendant la sieste de ma fille plutôt que de me reposer, je réponds à vos messages pendant mes repas solitaires du midi ou le soir après manger. 

    Je ne dis pas que l'organisation est plus simple quand le blog est un job ou au minimum quand on travaille à la maison. Un blog, pour tout le monde, c'est de l'organisation. Mais dans le cas d'un petit blog, il ne faut pas perdre de vue que ce n'est qu'une partie de votre vie. Mon travail et ma famille passeront toujours avant et parfois cela impliquera de ne pas publier d'article ou d'avoir beaucoup de retard pour vous répondre. J'en suis la première déçue, mais c'est comme ça, c'est mon blog, pas mon job. 

    Les conseils qui marchent pour moi :

    - avoir toujours un carnet ou une appli pour marquer les idées d'articles pour le blog

    - trouver un moment régulier pour tout ce qui est réponse aux mails/commentaires. Ici, c'est souvent le dimanche après-midi, ça me permet d'éviter de trop remettre à plus tard. 

    - trouver un réseau social sur lequel vous serez plus réactif, comme ça, on sera où vous posez les questions les plus urgentes (pour moi c'est Instagram si jamais^^).

    Comment éviter d'être noyer dans le monde des blogs à succès

    On a tous tendance à se comparer non ? Et c'est souvent une mauvaise habitude si on ne sait pas en retirer du positif. Les blogs "pros" sont la plupart du temps plus jolis, avec de chouettes partenariats, des voyages, de nombreux articles, beaucoup de commentaires et de la publicité un peu partout sur internet. De quoi vite se décourager si on se compare !

    Je ne vais pas le cacher, beaucoup de choses ne sont pas faites pour les "petits" blogs. Je rajouterais que c'est encore plus compliqué quand vous n'habitez pas une grande ville pour avoir accès aux différents évènements organisés.

    Prenez Instagram par exemple, j'ai un compte "pro" pour le blog, c'est à dire que je peux voir les statistiques mais comme je n'ai pas "assez" d'abonnés, je n'ai pas accès aux autres fonctionnalités : mettre un lien dans les stories, réponses facilitées aux commentaires, etc. Et je subis aussi l'algorithme d'instagram qui génère le fil d'actualité en fonction des interactions (forcément moins nombreuses sur un petit compte).

    Autre exemple, les articles "links I love" ou plus généralement les sélections coups de coeur font en général la part belle aux blogs à succès. On y retrouve souvent les mêmes blogs, au minium des blogs à succès et la plupart du temps des blogs "pros". Forcément, on peut se sentir parfois un peu lésé, surtout quand ils abordent des thèmes proches des nôtres. 

    C'est là que je dois aborder ce qui m'a sauvé de la comparaison et des moments d'énervement : arrêter de suivre attentivement Hellocoton. Je n'ai rien contre cette plateforme, elle est très pratique pour suivre ses blogs préférés et mon blog est évidemment dessus. Par contre, en tant que "petite" blogueuse, je vais de moins en moins souvent voir les sélections, coup de coeur ou autre. J'apprécie évidemment quand j'y suis mais autant être honnête, ce n'est pas souvent. Au début, je le prenais personnellement, je remettais fréquemment mes articles en question, me demandant ce que je faisais de moins bien. Prenez leur sélection "produits ménagers maison", il y a certains blogs que je ne connais pas, d'autres qui sont "pros" et certains que je connais pour ne pas être des blogs à thématique green. Et évidemment, je n'y suis pas. Mon premier réflexe a été de me dire "punaise mais je suis si nulle que ça?". Les articles "ménage green" sont les plus lus sur mon blog, je reçois chaque semaine des messages sur la lessive maison ou autre et je passe beaucoup de temps à conseiller ou expliquer certaines de mes recettes. Automatiquement, ne pas y être signifiait pour moi que tout ça ne servait à rien...

    C'est là que j'ai réalisé que c'était stupide. Hellocoton n'est qu'une plateforme qui réunit des blogs d'horizons divers. Les sélections dépendent sans doute de beaucoup de paramètres qui m'échappent et dans tous les cas, ça ne signifie pas que le mien est moins bien. Sans doute que ça signifie que je ne fais pas assez ma promotion, que je ne passe pas assez de temps à le mettre en avant...Mais vous savez quoi ? Ce n'est pas grave, je n'ai de toute façon ni l'envie ni le temps de devenir la directrice de com de mon blog. Et je suis toujours aussi contente d'avoir vos messages qui me disent que vous êtes passés à des produits plus naturels pour chez vous. 

    Finalement, je me dis qu'un petit blog, c'est un peu comme du bénévolat. Le mien est un bénévolat "écologique", ma principale motivation est de vous parler d'astuces, de produits ou de marques qui rendent le monde meilleur et l'environnement moins pollué. C'est parfois chronophage, parfois ingrat mais dans tous les cas, ma reconnaissance vient de mes échanges avec vous. Elle ne devrait jamais dépendre de la pub que fait une plateforme de mon blog ! 

    Mon petit conseil est alors de prendre du recul, de chercher l'inspiration chez les autres et non la comparaison. Et d'éviter de trop focaliser sur les statistiques, les likes ou les partages. Ca viendra ou pas mais dans tous les cas, vous écrivez pour partager quelque chose, par pour gagner un oscar.

    Mon point de vue partenariat et rémunération pour un petit blog

    La délicate question des partenariats est rapidement réglée chez moi. Elle semble préoccupée beaucoup de blogueurs, pour savoir comment être le plus transparent possible et le plus clair sur la rémunération, les cadeaux ou autres que l'on reçoit. 

    Pour un petit blog, la question est déjà plus rapidement réglée car les opportunités sont moindres. Mais attention, cela ne veut pas dire que vous n'attirerez pas de partenariat, surtout si vous avez une thématique originale.

    Pour moi, le choix d'un partenariat est clair : 

    - règle n°1 : la demande de partenariat (au sens large) doit correspondre à mon blog donc pour faire simple, entrer dans la catégorie "green". Croyez-moi, ça m'enlève au moins 2/3 demandes par semaines qui sont complètement à côte de la plaque !

    - règle n°2 : je décide. C'est à dire que je n'accepte aucune injonction de la part des marques. C'est radical mais les marques ont vite fait de vous imposer une date de publication, des photos, des publications sur les réseaux... Pour moi, c'est NO WAY. Ce n'est pas mon job, je n'ai rien à "respecter", surtout pas si ça m'impose un rythme qui n'est pas le mien. Si on estime que mon blog peut permettre de faire "connaître" sa marque ou un produit particulier et que je suis d'accord, je le fais à ma manière. Sinon, il y a des agences de publicité ou de communication qui font un travail remarquable ^^

    - règle n°3 : en général, les deux premières règles ont déjà évacué beaucoup de propositions ! Il reste en général des propositions d'envoi de nouveaux produits à découvrir, de collaboration ponctuelles avec des petites marques ou de partage d'infos. Et là, c'est simple, si je pense que ça peut vous intéresser, que je n'aurais pas eu accès autrement à l'information ou au produit, alors j'accepte. C'est par exemple comme ça que je vous ai parlé de la marque Les Sublimes, de Studio Tandem ou ponctuellement de certains produits sur Instagram.

    Pour être honnête, je veux surtout éviter de me transformer en panneau publicitaire. Un exemple tout bête mais quand je vois les articles "routine soin", la grande majorité des produits sont offerts aux blogueuses. Certes, ça fait de belles découvertes pour nous mais ça nous éloigne de la vraie vie. Je veux pouvoir vous montrer des choses à 90% provenant de mon portefeuille parce que ça change tout : on n'achète jamais autant que ceux qui est offert aux blogueuses connues ou pro. Alors certes, je ne vous montre pas 10 nouveaux produits par mois mais sincèrement, votre budget vous permet d'en acheter 10? Je laisse volontiers ça aux blogs pro qui ont le temps de tester et d'écrire sur toutes ces nouveautés. Moi, je suis comme vous, je termine mes produits, j'utilise la même huile végétale pendant des semaines et je réfléchis à deux fois avant de mettre 30€ dans une crème.

    - règle n°4 : une fois que j'ai accepté un partenariat, un cadeau ou autre, vous le savez ! C'est la règle fondamentale (qui se perds même sur les blogs pro...hum hum) : la transparence. Si une marque m'envoie des produits, je vous partage mon avis honnêtement et surtout vous savez que je ne les pas payé moi-même. Légalement, vous êtes obligés de signaler un partenariat et si ce n'est pas le cas pour un cadeau, ça s'appelle de l'honnêteté. Ce blog, ce n'est pas mon job mais ça ne m'empêche pas d'être réglo ! 

    Enfin, saches que rien ne t'empêche de démarcher toi-même certaines marques. Dans ce cas là, vise plutôt des petites marques, des créateurs que tu aimes ou pourquoi pas, des boutiques de chez toi. Tout comme un petit blog, une petite marque n'aura pas forcément le budget ou la célébrité nécessaire pour toucher des blogs plus connus. 

    Pour moi, les partenariats c'est surtout l'occasion de vous parler de chouettes marques ou initiatives que je n'aurais pu avoir autrement. Et faire de la "publicité" pour ce genre de marque est toujours très gratifiant quand je vois que vous êtes aussi contents que moi d'avoir découvert telle ou telle petite marque !

    Ecrire pour soi, partager pour vous

    Last but not least, pourquoi on continue à avoir un petit blog pendant que d'autres ont plus de succès sur les mêmes thématiques ? Je vous avez déjà un peu parlé de ce sujet sur l'article sur l'inutilité. 

    La clé, c'est d'écrire pour vous et d'aimer partager avec d'autres. J'ai peut être moins de visiteurs que d'autres blogs mais, d'une part, ce n'est pas mon job donc je n'ai pas les mêmes contraintes et limites. Et d'autre part, ça n'enlève rien à mon envie d'écrire pour moi d'abord et ensuite pour partager avec vous. J'écris ce que j'aimerais lire ailleurs, j'écris sur une thématique que j'estime importante et j'en apprends toujours beaucoup en discutant avec vous ! 

    Avoir un petit blog qui occupe beaucoup et une vie à côté, c'est forcément faire des choix. Pour moi, c'est faire le deuil d'un joli blog au design plus professionnel ou encore des photos bien plus travaillées. Je ne suis pas une experte en logiciel, je n'ai pas le temps de me former seule, ni les moyens de payer quelqu'un. Et pour les photos, si j'aime faire des jolies photos, je suis finalement limitée : les moments où la lumière est la plus jolie sont souvent des moments où je ne peux prendre le temps de faire photos. Je prends toutes mes photos avec l'iphone et souvent, je suis tellement en retard que je préfère prendre une image sur Pinterest. Je trouve toujours les blogs à succès tellement joli, le fil Instagram parfait et les stories très originales. Mais ce n'est pas moi, je n'ai pas le temps ou l'envie donc pour l'instant, je fais avec les moyens du bord et ça me va très bien. 

    Avoir un petit blog, ce n'est pas forcément vouloir devenir un "gros" blog. Je n'aurais clairement pas le temps de gérer le blog avec le double de mails, commentaires ou questions. Donc je perdrais en proximité avec vous et je cèderais plus facilement à la pression d'une publication régulière sur le blog. 

    Alors oui, un petit blog, c'est tout aussi fatiguant qu'un "gros" blog, avec la rémunération et la "célébrité" en moins. Mais, j'ai pour moi la liberté totale sur mon blog, la faculté de ne rien écrire pendant des semaines si je suis trop occupée, et l'esprit libre des statistiques et des contraintes de "rendement". Si je suis fatiguée, c'est parce que j'ai beaucoup de choses à écrire, que ça me passionne et que j'aime discuter avec vous. Pas parce que je me suis sentie obligée de retweeter 10 fois mon dernier article, de faire une photo en insta storie pour vous dire que j'ai fait une photo sur IG (non mais ce concept...!), ou parce que j'ai encore 10 mails de partenariats en attente ! 

    Longue vie aux petits blogs ♥

    21199758_1858189180865594_3629608758589315070_o.jpg

    Je suis petite mais j'ai quand même une carte de visite ^^ (ou comment je galère à expliquer le nom de ton blog!)

  • What's in my bag ?

    Pin it! Imprimer

    IMG_7930.JPG

    Je vous avez proposé récemment un petit aperçu de mes courses "classiques" lorsque je vais à l'épicerie bio, c'est enfin chose faite ! Je vous explique ce que j'ai acheté, pour combien et pour faire quoi.

    Quelques précisions :

    • généralement, j'achète plutôt mes légumes et fruits au marché, ce qui me revient un peu moins cher. Mais comme je sais que tout le monde ne va pas au marché, ça vous donnera une idée.
    • je fais mes courses pour une semaine mais je précise qu'on ne mange chez nous que le soir et qu'on se réserve souvent un soir de la semaine pour un restaurant/pizza/chez les parents". Donc je prévois environ 6 repas. J'ajoute qu'on ne mange pas d'entrées et très peu de desserts. On ne se restreint pas du tout, croyez-moi, mon homme mange pour 4! Mais, personnellement, je ne pourrais pas manger les quantités que je vois parfois en photo chez certaines, ni autant de viande ou de produits gras/sucrés. Je ne suis pas du tout au régime mais j'écoute seulement mon appétit :)
    • je n'achète que ce que j'ai besoin pour la semaine, pas de stock pour la semaine d'après. Cette fois, il n'y a donc pas quelques produits classiques que j'achète souvent mais dont je n'avais pas besoin : lait, crème liquide, fromage, café ;) J'ai souvent assez de stock de céréales, pâtes, riz, farine ou autres pour ne pas avoir besoin d'en acheter chaque semaine. Je n'ai aussi pas acheté de compote ni de fruits car il me reste pleins de pommes et de poires que je dois finir.
    • il faut rajouter à ces courses, un petit tour au supermarché pour prendre ce que je ne prends pas à l'épicerie bio : un peu de viande ou de charcuterie (on en consomme cependant très peu le soir donc ça se limite souvent à du jambon et du poulet) mais aussi des couches, du papier wc, etc... Çà représente environ 10€ supplémentaire pour une semaine.
    • enfin, je ne prétends nullement faire des courses parfaites ! Ce sont MES courses en fonction de mon alimentation, de mon budget et de mes goûts. Je veux juste vous montrer que faire les courses en épicerie bio ne coûtent pas forcément plus cher, il faut surtout manger différemment. Je vous renvoie à mon article sur "mieux faire ses courses" avec quelques astuces.

    On ne mange chez nous que le soir, je mange peu de viande et pas des quantités énormes. Je cuisine pas mal donc pas besoin de plats préparés et ma fille mange comme nous. Donc, vraiment, ce n'est à prendre que comme un exemple pas du tout comme un objectif (car même en bio/zéro déchet, elles sont loin d'être parfaites!).

    IMG_7931.JPG

    Liste des courses

    -6 œufs bio

    -du jus d'orange-carottes bio

    -de la pâte à tartiner bio

    -une boîte de cookies

    -400g de lentilles corail (vrac)

    -400g de millet (vrac)

    -du pain de mie aux céréales

    -une botte de poireaux

    -un petit chou-fleur

    -une botte de carottes

    -4 courgettes rondes

    -4 navets jaunes

    Quelques explications

    • le jus de carottes c'est la grande passion de ma fille mais j'ai voulu tenter le carottes/orange que je trouve meilleur ;) La bouteille nous tient largement la semaine.
    • la pâte à tartiner est une nouveauté et je l'adore déjà ! Vous la trouverez aussi en supermarché classique ou au Monoprix. J'alterne entre ça et de la confiture en général.
    • les cookies sont pour le petit déjeuner ou le goûter car je n'ai pas toujours le temps de préparer du fait-maison, ni parfois le temps de prendre un petit-déjeuner. Je fais surtout attention à en prendre sans huile de palme (pas simple à trouver) et avec une teneur en sucre "acceptable" (lire "dont sucres" dans la liste dus ingrédients pour le glucose). Ceux là sont les meilleurs du monde (exagération bonjour!)
    • Idem pour le pain de mie, je m'en sers surtout le matin quand j'ai le temps et le soir pour faire des croques-monsieur. Celui-là est aux céréales, je l'aime beaucoup!

    Recettes associées

    Je ne fais pas mes menus mais j'essaye de réfléchir un minimum à quelques idées d'ingrédients auxquels j'associe des recettes, ensuite j'improvise en semaine selon l'envie :

    -lentilles corail : en soupe probablement! Accompagnée de toast au chèvre chaud je pense!

    -courgettes rondes : farcies avec des céréales et du fromage.

    -navets jaunes et carottes rôtis au four ou peut-être glacés à la poêle...!

    -millet : encore des croquettes !

    -navets, poireaux, carottes : pour une soupe

    -poireaux : en tourte avec du poulet

    -chou-fleur : la recette dont je vous parlais dans la revue web #14 ou encore gratiné au four avec du jambon

    A cela, j'ajoute ce que mes placards m'offrent : des pâtes et de la sauce tomate, des croques-monsieur. Et les œufs me serviront pour faire des gâteaux, des omelettes ou autres!

    Pour combien ?

    Généralement, on me sort toujours que les courses en épicerie bio sont plus chères et qu'on passe plus de temps si on doit faire épicerie bio et supermarché classique.

    Au total ,j'en ai eu pour 30€ (29.99 exactement!). Quelques exemples de prix : les céréales sont à moins de 2€ pour 400g, les cookies à 2,65€ et les légumes varient entre 2€ et 2,40€. Le plus cher étant les courgettes rondes, 4,42€ les 4 mais elles font facilement un repas complet en ajoutant une farce peu chère à base de céréales.

    Côté timing, je fais mes courses à la pause déjeuner donc en moins d'une heure et j'ai eu le temps de passer à l'épicerie bio et au supermarché. En allant à l 'essentiel et avec une liste, on perd moins de temps !

    En réalité, je dépense beaucoup moins et perds moins de temps quand je fonctionne comme ça que quand je passe entièrement par le supermarché. Je suis bien plus tentée d'acheter du superflu et ça finit souvent en gaspillage.

    Je ne sais pas du tout si cela représente beaucoup ou trop peu pour certaines. Pour nous, ça nous permet de manger mieux, pour un peu moins cher et sans gaspillage. J'accorde surtout mon attention à éviter les produits transformés et sinon je privilégie le sans-palme et avec une teneur en sucre acceptable. On est loin de manger parfaitement, on s'accorde aussi beaucoup de pizza ou autre mais ça permet de limiter les dégâts sur la semaine entière !

    J'essayerais de vous en refaire dans quelques temps avec des légumes du printemps et d'autres achats classiques. Et dites moi si ça vous aide ;)