Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

minimalisme

  • Minimaliste du dressing #4 : le cas du body

    Pin it! Imprimer

    unnamed.jpg

    Après les premiers épisodes de la saga Minimaliste du dressing, je reviens pour vous partager une petite réflexion autour de l'exemple du body. 

    Episode #1 : le bilan

    Episode #2 : le rapport au corps

    Episode #3 : mon cheminement pour comprendre ce que je dois privilégier

    Je crois que ce que j'aime le plus dans le minimalisme, ce sont ces phases de réflexion. Essayer de comprendre pourquoi un vêtement ne me convient pas ou comment faire pour porter plus régulièrement certains vêtements que j'aime. En réalité, le minimalisme dans le dressing, c'est une vraie introspection ! Un processus évidemment très égocentrique où on apprends à mieux se connaitre et à mieux s'accepter. 

    Quand j'ai commencé, je me suis vite rendue compte de mes points faibles : les tenues un peu habillées - pas forcément pour les soirées mais tout ce qui sort du jean/pull ! - et les périodes de froid. J'ai prévu de vous faire un article dédié à ces points faibles pour vous raconter comment j'essaye de les surmonter, mais aujourd'hui, je vais vous partager une petite découverte qui m'a un peu changé la vie !

    unnamed-1.jpg

    Quand j'ai commencé à réfléchir à ses points faibles, je me suis rendue compte qu'ils avaient plusieurs points communs qui tenaient à mon rapport avec les vêtements et sans doute un peu avec mon corps.

    1/ JE SUIS UNE FRILEUSE

    Et une vraie ! J'ai toujours beaucoup de difficulté à la fin de l'automne, quand les températures commencent à baisser. Comme si mon corps avait besoin de plusieurs semaines pour s'habituer et ne plus me demander de m'habiller comme en Sibérie. 

    Du coup, cette tendance à avoir toujours froid me faisait acheter des tonnes de pulls, souvent à bas prix donc pas vraiment chauds, mais des pulls d'un style plutôt douillet. Résultat, s'ils sont sympa le weekend en jean, la majorité ne faisaient pas assez habillés pour la semaine ou pour les occasions où je dois lâcher un peu mon jean. 

    Le problème étant que je déteste les vêtements près du corps et notamment pour les pulls. Je prends d'ailleurs toujours une taille au-dessus pour mes pulls et j'adore piquer ceux de mon mec...en L !! C'est chouette mais je dois avouer que c'est loin d'être joli sur ma mini silhouette ^^

    2/ JE NE SAIS PAS GERER LES DIFFERENCES DE TEMPERATURE

    Je suis une fille monostyle ^^ Je peux m'habiller quand il va faire 30°C ou quand il va faire 10°C. Le problème c'est que je vis dans une région où les variations de température sont importantes au cours d'une seule journée. 

    En Automne ou en hiver, il n'est pas rare de commencer la journée à 4/5°C pour avoir 20°C dans l'après-midi. 

    Résultat, je suis constamment habillée trop chaudement ou trop léger ! Et tout ça vient aussi du point suivant...

    3/ JE DETESTE LES SUPERPOSITIONS

    Je crois que la pire superposition pour moi, c'est une chemise cintrée sous un pull ! Je me sens étriquée, pas à l'aise, j'ai rapidement trop chaud...bref rien ne va (je suis chiante, je vous l'ai déjà dit?).

    De manière générale, je n'aime pas "la technique de l'oignon" qui semble pourtant être une bonne idée quand on subit comme moi de fortes variations de température dans une journée : plusieurs couches de vêtements pour avoir chaud le matin et pouvoir les enlever si les degrés grimpent. 

    La majorité du temps, je ne supporte que deux couches de vêtements : teeshirt/pull, blouse/gilet. 

    Du coup, une quantité de vêtements plus légers, les robes ou blouses d'été, n'étaient plus portées en automne ou hiver, ou alors je finissais toujours par avoir trop froid !

    4/ JE SUIS UNE MANIAQUE DU COL

    Chacun ses petites travers n'est-ce pas ? Si vous avez suivie les épisodes précédents, vous savez déjà que je déteste les cols trop serrés. Mais ça va au-delà, je suis une vraie maniaque pour certaines détails : je ne supporte pas qu'on puisse voir un vêtement sous un pull ! Et comme j'ai déjà des pulls au col pas trop serrés - en V, rond large, col bateau - ça complique énormément la tâche !!!

    C'est comme ça qu'on finit par dire le fameux "je n'ai rien à me mettre" ! C'est pas qu'on a rien dans les placards, c'est qu'on a rien qui nous corresponde ! 

    RESULTATS

    La majorité du temps, je suis donc en jean/teeshirt/pull ou jean/blouse/gilet, peu importe la température. Et évidemment, si ça convient pour les journées fraîches, dès qu'il fait froid, je suis gelée ^^

    Je n'arrive pas à mettre aussi facilement mes robes l'hiver, puisque là encore, elles sont souvent légères donc un seul gilet ne suffit pas à me réchauffer ! Mais vu mon aversion des superpositions, je ne peux rien rajouter d'autre, sinon, c'est l'inverse, je meurs de chaud !!!

    Voilà comment on se retrouve avec des vêtements qu'on aime bien mais qu'on ne sait pas porter, avec des tenues très classiques qu'on a du mal à rendre un peu plus habillées, bref comment on est pas à l'aise dans son dressing!

    unnamed-2.jpg

    L'idée du body 

    En réalité, j'ai trouvé plusieurs astuces pour faciliter mes tenues hivernales, notamment un peu plus habillées. Mais je vous garde ça pour le prochain épisode !

    L'idée - et surtout mon addiction! - du body est venue doucement l'hiver dernier. Au départ, le body m'était un peu étranger et je le pensais surtout réservé à la partie lingerie, voir lingerie un peu sexy ;) 

    Mais en décembre dernier, je suis partie à Amsterdam avec l'amoureux et la météo était plutôt clémente : il allait faire froid mais très beau. Donc en ballade toute la journée, on aurait froid le matin et le soir mais rapidement chaud en journée. On est habitué des destinations froides (notre voyage de noce était en Laponie) donc j'avais quelques idées pour m'habiller afin de ne pas avoir ni trop froid ni trop chaud. C'est comme ça que j'ai investi dans un body Uniqlo de la gamme Heattech Extra Warm. Gris, col très arrondi (donc on ne le voit pas sous le pull^^), et manches 3/4. 

    Ce fut une super idée et ça a fait son chemin dans mon esprit...

    Les avantages du body pour moi

    Depuis, j'ai une mini collection de body : à manches 3/4, forme teeshirt, débardeur, échancré dans le dos, etc.

    Ils ont tous un point commun : ils sont invisibles sous un pull ! Et plutôt foncé, afin de pouvoir les mettre avec tout (et en no-bra, ça aussi on en parlera une autre fois^^). 

    L'avantage inestimable pour moi c'est qu'un body tient beaucoup plus chaud qu'un tee-shirt un peu ample. On peut facilement choisir sa forme en fonction de la température : celui à manches 3/4 est réservé aux périodes vraiment froides ! La plupart du temps, un body forme teeshirt ou débardeur suffissent amplement. Au-delà du fait que vous pouvez le choisir en matière chaude, c'est surtout l'effet "body pour enfant" (si t'es parent, tu me comprends!) : le body vous permet d'avoir chaud dans le dos et au ventre, sans vous soucier des vêtements qui remontent, se coincent, gênent. 

    Et deuxième avantage, il s'oublie ! Pour l'allergique aux superpositions que je suis, c'est parfait ! Il me permet d'ajouter une couche de vêtement sans avoir l'impression de faire l'oignon et surtout sans y penser pendant la journée. 

    Résultat : je peux remettre mes vêtements plus légers sans avoir froid. Je met un body sous une robe légère, avec un gilet par dessus et c'est parfait, peu importe les variations de températures ! Idem avec des chemises, des blouses, etc. Je peux aussi porter des pulls au col un peu trop large, sous lesquels je ne pouvais rien mettre sans que ça se voit. Si le pull est assez chaud ou si je passe la journée à l'intérieur, un body et un pull suffisent !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà comment fonctionne le minimalisme dans le dressing pour moi : beaucoup de réflexions et une recherche de solution. Ce n'est pas normal de toujours penser qu'on a rien à se mettre, il y a forcément plusieurs raisons à ce sentiment. A vous de les identifier et surtout de trouver une solution adéquate pour vous. Et ce n'est pas toujours une solution drastique ! Pour moi, il m'a suffit de quelques body pour pouvoir reporter certains vêtements plus régulièrement et être plus à l'aise. C'est sans doute tout bête mais je n'aurais pas "conceptualiser" l'avantage du body comme ça si je n'y avais pas réfléchi dans le cadre du minimalisme. Avant ça, je restais en boucle sur l'achat de nouveaux pulls, nouvelles robes, que je ne mettais pas forcément plus ! Ce cercle vicieux s'arrête quand on se pose, qu'on réfléchit et qu'on l'adapte au cadre du minimalisme : avoir moins mais beaucoup mieux. Et surtout être toujours à l'aise dans ces vêtements !

    Shopping : mes bodys ne viennent pas du tout de marques éthiques ou écologiques. Pour la simple raison que je n'ai pas le budget et que je préfère les essayer vu ma morphologie. En général, je les trouve chez Uniqlo pour les chauds, chez H&M, Etam ou Kiabi pour les plus classiques. 

    Mais il en existe quand même dans des marques plus responsables, voici une petite sélection :

    Capture_d_ecran_2017-08-02_a_12.09.25_1050x.progressive.png.jpg

    Le body made in France des Petites jupes de Prune

    la-eugenie-bleue-marine-body-bleu-marine.jpg

    Le body en micro-modal, made in France de Le slip français

    body-blanc-gatsby.jpg

    Le body Gatsby en coton biologique de Luz

    organic-body-do-you-green-02.jpg

    Le body en fibre de pin blanc, made in France, de Do you Green.

    body6.jpg

    Un body en coton made in Spain, de The Nude.

     

  • Minimaliste du dressing #2

    Pin it! Imprimer

    058398358278583859d75775838efc71.jpg

    Hop Hop on rattrape l'épisode #1 du Minimalisme et Dressing. Un conseil, fais toi du café avant d'entamer l'article !

    Quand on débute dans le minimalisme pour son dressing, on affronte plusieurs difficultés : résoudre les vêtements "au cas où", arriver à se séparer des vêtements-sentimentaux, trouver une méthode de tri efficace... Pourtant, on oublie une des difficultés principales qui ralentit considérablement le tri qu'on effectue : le rapport qu'on entretient vis à vis de son corps et de son image. 

    Non ce n'est pas qu'une histoire de "fringues". Que vous aimiez ou non la mode, les vêtements ont souvent un rôle dans notre vie qu'on sous-estime : se sentir bien, se cacher les jours de déprime, mettre en valeur la réussite de son régime ou cacher les quelques kilos pris, se vieillir ou paraître plus jeune, exprimer sa personnalité ou entrer dans le moule, etc. 

    "Ce n'est pas qu'une histoire de fringues"

    Si vous ne faites pas une analyse de ce que vos vêtements disent sur vous, vous passerez à côté de l'apport principal d'un dressing "minimaliste" : se sentir bien dans ses vêtements et peu à peu dans son corps. 

    Il n'y a pas de méthode définie, cela dépend beaucoup trop de la situation de chacune. Mais je vous propose quelques astuces pour se poser les bonnes questions avant et pendant le tri que vous effectuez. Pas de panique, c'est un cheminement long, souvent difficile. Un jour pourtant, vous achèterez un vêtement en étant sûr qu'il vous corresponde, qu'il vous procurera du plaisir et qu'il soit en accord avec ce que votre corps et votre esprit racontent.

    Catégoriser les vêtements jamais mis

    Sans doute la meilleure des astuces pour comprendre les erreurs que l'on fait entre les vêtements que l'on achète et ce que l'on met est de regarder quelle frontière on trace inconsciemment. 

    Sortez tous les vêtements que vous n'avez jamais mis et dont vous pouvez vous séparer facilement. A côté, ajoutez les vêtements jamais ou presque mis mais que vous n'arrivez pas encore à donner avec assurance : souvent des vêtements "au cas où", "si jamais", etc. De ces deux tas, essayer de trouver des cohérences, des catégories similaires soit par style de vêtements, de tailles, de coupe, de couleurs... Certaines catégories se croisent, notez bien toutes les "sous-catégories" (catégorie "jeans" et catégorie "trop grand" par exemple). 

    Par ma part, j'ai rapidement pu faire plusieurs catégories similaires dont certaines se croisent : 

    - des vêtements noirs

    - des vêtements "habillés"

    - des imprimés très marqués 

    - des robes arrivant au genou

    - des vêtements marqués à la taille

    Pour le moment, il n'est pas question d'en tirer des conséquences mais uniquement de marquer tout ça et de le conserver (c'est le moment d'utiliser un de 345 carnets que vous conservez!). Cela doit vous aidez peu à peu à cerner les catégories "délicates" sur lesquelles vous devrez ensuite réfléchir : pourquoi autant de vêtements noirs ? Pourquoi autant de vêtements habillés ? Etc. 

    unnamed-4.jpg

    Trouver son style

    En réalité, ça peut commencer par la même méthode que précédemment mais à l'inverse : catégoriser vos vêtements préférés. Pas besoin d'en sortir beaucoup, choisissez ceux que vous mettez au moins une fois par semaine, ceux que vous emportez toujours en vacances, etc. Et là encore, essayez de trouver ce qu'est ce qu'ils ont en commun : des tons ? une coupe ? une matière particulière ? 

    Ensuite, il s'agit d'aller plus loin que cet exercice : il faut comprendre ce qu'on aime, quel est son style, ce qu'on cherche à raconter avec ses vêtements, bref peu importe comme vous l'appelez !

    Au-delà de son corps et ses complexes, le dressing en dit long sur le "style" d'une personne et le message qu'elle veut faire passer. Et en général, le message est paradoxal : dans un dressing qui correspond en partie à son "style", on y retrouve beaucoup de vêtements qui évoque "le style que j'aimerais avoir".

    "Ne pas gardez un vêtement qui a pour but de vous éloigner de qui vous êtes"

    Là encore c'est une erreur. Et c'est sans doute l'erreur principale qui nous pousse à l'excès de consommation de vêtements : les changements de mode ou les vêtements que l'on voit chez les autres, tout ça nous pousse à acheter pour "y ressembler", pour "être comme". On en revient au conseil du dessus : ne pas gardez un vêtement qui a pour but de vous éloigner de qui vous êtes. Vous ne le porterez pas ou vous n'en retirez jamais aucun "plaisir". 

    Evidemment, il ne s'agit pas d'avoir une armoire forcément cohérente, où on y trouverait toujours les mêmes vêtements. C'est plus subtil que ça. Vous avez bien sûr le droit d'avoir un style différent chaque jour, déjà parce qu'on a la plupart du temps des "obligations" liées au travail dans la semaine. Mais en général, il s'agit plus de variantes de son style que d'un changement radical. Sinon, cela explique souvent les armoires qui débordent...

    En réalité, définir son style ne devrait pas être si compliqué. Il faut déjà éviter de se placer dans les catégories des magazines : non vous n'êtes pas que "classy", "sportive", "preppy" ou autre. 

    Son style, c'est l'assemblage des coupes/couleurs/formes qui nous plaisent, conviennent à notre corps, à nos complexes et nos atouts, à notre personnalité. 

    D'où l'intérêt d'avoir des catégories déjà un peu étudiées : si on se sépare de beaucoup de vêtements noirs et qu'on aime particulièrement nos deux hauts blancs, peut être qu'il faut arrêter de se forcer à acheter du noir ? Sans doute que cela raconte quelque chose sur son style et sur ses erreurs : achetez vous du noir parce qu'il faut avoir certains vêtements noirs (la fameuse petite robe noire) ou est-ce parce que cela vous rassure par rapport à votre corps (on dit bien que le noir amincit!) ?

    Pour éviter de se perdre dans la recherche de son propre style, il est important de procéder par style de vêtements et non par style global. Il est plus compliqué de savoir quel est style global car on est rarement aussi marqué dans son ensemble. Il est bien plus simple d'identifier son style petit à petit : quel style de jean vous convient le mien et lequel vous ne mettez jamais ? Quel style de décolleté vous mettez le plus facilement ? Etc. Aidez-vous de vos photos et de votre mémoire pour vous rappelez les moments où vous n'avez pas été à l'aise dans vos vêtements et inversement. 

    Portez une attention particulière aux vêtements très éloignés de vos habitudes (et en général peu portés!) : pourquoi les avoir acheter à ce moment là ? Quel message vous vouliez faire passer ? Je vous parie que 9 fois sur 10, il s'agissait de copier votre image sur celle d'une autre : acheter le haut repérée sur d'autres filles sur Instagram, le jean qui faisait des jambes de 2m sur le mannequin chez Zara, etc. Si vous êtes sujette à ça, je n'ai qu'un conseil : faites votre tri et votre démarche de minimalisme en vous désabonnant des comptes de "modeuses", en enlevant vos applis d'eshop et autre. Je n'ai rien contre dans l'absolu mais les réseaux sociaux et internet en géénral nous pousse à la consommation sans se questionner sur soi-même. On achète pour "ressembler à" alors qu'un vêtement ne nous donnera jamais le corps ou le style de quelqu'un. Si ça peut être un bon moyen de s'inspirer, ça peut aussi brouiller votre réflexion. Gardez tout ça quand vous aurez cerner mieux qui vous êtes. Vous résisterez mieux à la tentation d'être quelqu'un d'autre. 

    "On achète pour "ressembler à" alors qu'un vêtement ne nous donnera jamais le corps ou le style de quelqu'un"

    Encore un exemple avec moi pour illustrer : j'ai trié pas mal de robes noires, toutes plus ou moins similaires en terme de coupe. Droite, longueur juste au dessus du mollet, en général resserrées à la taille ou juste sur le ventre et avec un col rond assez proche du cou. Finalement, je ne les ai pas ou très peu porté et j'ai accepté que je ne me sentais même pas bien dans elles. C'était juste la forme classique de la fameuse robe noire que toute fille devrait avoir, pour bosser, sortir ou autre.

    Ben finalement, ça ne me convient pas du tout. Ce n'est pas moi, pas mon style, pas ce que j'ai envie de raconter et ce qui me permet d'être à l'aise. Je n'irais pas jusqu'à dire que les robes ou le style classique n'est pas le mien. Mais les robes noirs classiques assez strictes oui ! C'est là toute la différence ^^

    unnamed-3.jpg

    Comprendre son corps

    Une dernier étape pas facile est nécessaire pour compléter les deux conseils précédents. Au-delà de son style qu'on affine peu à peu, il faut arriver à comprendre ce qui fonctionne avec son propre corps et inversement. Avoir un oeil objectif, comprendre ce qui nous met en valeur, pourquoi notre rapport à notre corps explique certains vêtements jamais mis : c'est compliqué. C'est l'aspect "psychothérapie" du minimalisme : avoir moins de vêtements, c'est surtout avoir des vêtements plus "justes" et dans lesquels on se sent bien pour pouvoir les mettre plus souvent. Et donc être en paix (toute relative) avec son corps. 

    L'immense bénéfice du minimalisme, c'est bien ça. Plus qu'un placard léger et des dépenses évitées, c'est un cheminement vers un peu plus de paix envers soi.

    Si tu crois encore que trier son dressing, ce n'est que du rangement, pose-toi plusieurs questions

    - est-ce que je garde des vêtements qui ne sont pas à ma taille ?  

    - est-ce que je garde des vêtements que je n'aime pas mais que j'aime avoir et parfois mettre

    - est-ce que je garde des vêtements dans lesquels je ne me sens pas à l'aise ? 

    - est-ce que je garde des vêtements que j'aime sur le cintre mais pas sur moi ?

    Tu réponds oui à certaines questions ? Alors oui, le regard que tu portes sur ton corps influence ton dressing et sans aucun doute, t'empêche de trier sereinement. 

    Comment on fait alors pour avoir un regard plus objectif sur soi ? 

    Déjà, il y a une chose essentielle à accepter en commençant le tri de son placard dans une optique de minimalisme : il faut faire le deuil du corps que vous aimeriez

    On est trop ci, pas assez ça, on pense arriver à perdre ces 3 kgs un jour, se mettre au sport pour avec des abdos en béton...Je ne veux pas dire par là qu'on ne peut pas changer un corps qui nous complexe : un rééquilibrage alimentaire, du sport, une consultation chez une diététicienne voir chez un psy si vos kilos sont fonction de vos émotions, tout ça peut "améliorer" votre apparence. 

    Mais si vous décidez de vous lancer dans un tri de votre garde robe, c'est aussi pour vous faire du bien à l'esprit et à votre rapport au corps. C'est pour maintenant et pas pour "quand-j'aurais-perdu-3kgs". Le minimalisme dans le dressing, je vous l'ai dis, c'est vraiment une épreuve pour sa propre estime. Mais le gros avantage, c'est qu'en ayant uniquement des vêtements dont vous serez fière et dans lesquels vous vous sentirez bien, votre rapport avec votre corps va changer...et peut être même que vous perdrez ces 3 kgs plus facilement ou que vous trouverez la motivation pour chausser des baskets. Mais n'attendez pas d'être bien pour changer votre rapport à votre dressing, changez-le pour être bien immédiatement !

    Ok mais comment on fait pour se voir réellement et pas dans le prisme de nos complexes et nos envies ? Vaste sujet qui sera assez différent d'une personne à l'autre. Néanmoins, il y a quelques astuces. 

    - regarder les photos de soi dans plusieurs situations et vêtements. Notez ce qu'on trouve de flatteur, en style de coupe, de couleurs, de style de vêtements. Et à l'inverse, ce qu'on trouve qui ne rend pas bien, en essayant de savoir pourquoi : jupe trop longue, pantalon taille basse, haut trop large, etc.

    - se regarder de plein pied...de préférence nue ! Une étape pas forcément agréable et pourtant je vous assure qu'au fur et à mesure ça aide ! La forme des vêtements modifie notre apparence sans jamais nous permettre d'avoir un regard global. On trouve nos hanches trop larges, nos fesses trop grosses, nos seins trop petits...mais dans l'ensemble ? Alors avant ou après la douche, on prends 2 min pour se regarder, sans chercher à se critiquer, juste en observateur. On essaye de se mettre dans la peau d'un tiers : jamais une personne ne remarque en premier un défaut ciblé ! Vous même quand vous regardez quelqu'un, vous le détaillez point par point ou vous regardez un équilibre général de silhouette ? 

    - demander l'avis des tiers qui nous connaissent bien (amoureux, amis, maman...) : qu'est-ce qu'ils aiment chez nous ? Est-ce qu'ils ont souvenir d'un vêtement qui nous mettait en valeur ? et inversement ? L'avis des autres n'est pas à prendre à la lettre, vous avez entièrement le droit de ne pas être d'accord. Mais dites vous bien qu'ils vous voient forcément dans la globalité, donc sans focaliser sur un défaut qui vous obsède. 

    - commencer le tri de son armoire dans un jour bon ! Cela semble idiot mais on a toutes des phases moins sympa avec soi. Alors on choisit un jour où on n'a pas ses règles (sinon merci l'impression d'avoir 5 kilos de plus), où nos cheveux sont dans un bon jour, où on a eu le temps de se maquiller un peu ou encore en été quand on est un peu hâlée. A vous de voir, mais surtout, si c'est un jour sans, on laisse son corps de côté, on n'arrivera pas à être objective dans ces moments-là. Indulgence je vous dis, indulgence ! 

    Maintenant, faites le lien avec les catégories réalisées au dessus : vous trouverez sans aucun doute un lien entre les vêtements pas assez mis ou ceux dont vous n'arrivez pas à vous séparer avec votre vision du corps, vos complexes, votre silhouette ! 

    Le coup de pouce : morphologie et colorimétrie

    Pour mieux comprendre le lien entre son corps et ses vêtements, il peut être utile de s'aider des guides de morphologies, voir de la colorimétrie. 

    Attention cependant, je trouve ça trop incomplet de s'en tenir à "je suis une poire" (en plus, je suis pas sûre que ce soit bon pour son estime personnelle de penser être une poire!!) pour construire sa garde robe. Déjà, il faut y ajouter du détail : mes jambes sont fines, je n'aime pas ma poitrine trop généreuse, j'ai un joli décolleté, etc... Et puis certaines morphologies appellent des vêtements particuliers qui peuvent ne pas vous convenir. 

    Par exemple, mon type de morphologie me demanderait d'insister sur la taille notamment, avec des vêtements cintrés et près du corps. Mais pour moi, ça oublie une chose essentielle : justement le rapport que j'ai avec mon corps. Je n'aime pas les vêtements cintrés, ni mettre spécialement en valeur ma taille. Par contre, ça m'a aidé à comprendre pourquoi il fallait que je privilégie les tailles hautes pour les pantalons. 

    Je ne suis pas une spécialiste de la question, si ça vous intéresse particulièrement, je vous conseille d'aller faire un tour sur le blog Pin-up bio et notamment de vous abonner à sa newsletter qui vous donnera quelques astuces pour connaître un peu mieux son corps. 

    bd665e1f1db4acc1c664e120d6f0caa7.jpg

    La colorimétrie, c'est un peu similaire, vous pouvez regarder les couleurs qui vous conviennent à priori mieux en fonction de votre couleur de peau ou de cheveux. Mais ne restez pas bloqué sur ça, si vous aimez vraiment une couleur qui ne vous met pas en valeur, il suffit peut être de la privilégier en accessoire ou pour les bas.

    Pour ma part, j'arrive de mieux en mieux à cerner les couleurs qui me plaisent et qui me vont. Mais les deux ne sont pas toujours en accord. L'exemple du maquillage est flagrant chez moi. Ayant les yeux verts, la colorimétrie voudrait que j'opte pour les tons de violets...que je déteste ! 

    De façon générale, en triant vos vêtements, essayez de repérer s'il n'y a pas un problème de couleurs et en les essayant, vous repérerez peut être que telle ou telle couleur ne vous "va" pas. Attention, cela peut aussi être fonction de la saison puisqu'en été, on a tendance à bronzer !

    Donc oui au guide, mais on ne s'y perds pas. On ne peut pas résumer une personne à sa morphologie et à sa couleur de peau/cheveux. Certains aiment changer de tons avec les saisons, d'autres ont une passion pour une couleur a priori incohérente. Peu importe, ce qui compte, c'est d'écouter son ressenti.  

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Après ce long discours, cela semble assez compliqué à mettre en pratique. Il est déjà compliqué d'avoir un oeil bienveillant sur son corps alors en ressortir un style, un dressing idéal et des erreurs à éviter, c'est le bout du monde !

    Promis, on s'améliore petit à petit une fois qu'on a compris que, définitivement, ce n'est pas qu'une histoire de fringues !

    Dans l'épisode #3, je vous démontrerais tout ça sur ma petite personne ^^

  • Alléger sa trousse de toilette

    Pin it! Imprimer

    unnamed-3.jpg

    Il y a quelques années, chaque voyage me donnait des sueurs froides. Déjà que j'avais du mal à me limiter sur les vêtements mais alors la trousse de toilette...! Pour peu que ce soit un voyage d'été et ça se transformait en combat contre l'espace : un shampoing, un  après shampoing, un masque, une crème solaire, une crème pour le corps, ma crème de jour, une tonne et demi de maquillage (marrant vu que je me maquille peu!), de la Biafine en cas de coup de soleil, un anti moustique, un démaquillant, des cotons, un gommage parce qu'on sait jamais, etc. En général, j'avais toujours deux trousses de toilette et je devais quand même caser les produits les plus encombrants dans la valise (et les retrouver ouvert sur mes vêtements!). 

    Mais peu à peu ma routine change et j'essaye de devenir raisonnable (sans doute le bénéfice de l'âge ou le ras le bol de porter la valise de trois tonnes, j'hésite!). 

    Pourtant, passer à une routine naturelle, tendance zéro déchet, n'est pas forcément plus simple en voyage. Les cotons lavables doivent justement être lavés, les produits solides doivent trouver une boîte parfois encombrante, les mélanges d'huiles végétales augmentent le nombre de produits...bref pas évident au premier abord ! 

    Je suis partie la semaine dernière dans les Landes et j'ai voulu tester : tout faire rentrer dans ma trousse de toilette, pour moi, mon amoureux et ma mini. Une seule petite trousse "à côté" était prévue pour y mettre un petit nécessaire à bobo : pansement, doliprane, antiseptique...mais très peu aussi, j'ai toujours tendance à penser que je pars en Namibie alors que le doliprane, on en trouve quand même facilement dans Les Landes hein ;) 

    J'ai réussi et je suis assez fière. Non seulement personne n'a manqué de rien mais je remarque encore quelques améliorations à faire pour diminuer un peu plus. 

    Les astuces principales

    unnamed-4.jpg

    La principale astuce consiste bien sûr à réduire les volumes. Pour cela, il est utile d'investir dans des petits contenants ou de garder ceux de produits finis. J'utilise souvent les contenants voyage de Sephora qui sont assez pratique mais des petits pots récupérés peuvent aussi faire l'affaire. En général, je transvase au minimum mon aloé vera et mon eau florale (ce que je n'avais pas encore fait sur les photos #blogueuseencarton).

    Sinon, quand c'est possible, préférez les tubes ou les pots plats qui sont plus faciles à caser quelque part.

    Pour éviter les accidents du voyage, je mets tout ce qui est en verre ou fragile dans une petit pochette dans ma trousse de toilette : essentiellement les huiles chez moi (tu le sens le souvenir d'un voyage où mon huile de jojoba s'est répandu partout ?). N'hésitez pas à multiplier les petits pochettes pour tout séparer et ne rien perdre ou salir. J'utilise les pochettes de mes cotons lavables, de bijoux ou autres achats. 

    Les produits de beauté solides sont une bonne alternative à condition de bien les choisir et de leur trouver un contenant pratique. En voyage, je préfère les superposer dans un petit tupperware donc ils ne doivent pas prendre de place. Attention aussi à bien les laisser sécher avant de les transporter ou alors à vite les mettre à sécher en rentrant si vous n'avez pas eu le temps avant.

    Enfin, il faut cibler les produits multi-usages. Mon favori reste l'aloé vera. Je vous prépare un article sur toutes les utilisations que j'en fais mais en gros il me sert pour le visage, le corps, les cheveux, les bobos... Sinon une bonne huile végétale vaut mieux que 10 différente, elle fera office de crème de visage, de cheveux, de démaquillant. La plus "multi-usage" reste l'huile de jojoba mais j'aime beaucoup l'huile de noisette ou l'huile d'avocat aussi dans le même genre. 

    Pour la toilette

    (Point vocabulaire : "la toilette" c'est vraiment un mot qu'on utilse en vrai ? Non parce que "faire sa toilette" ça me rappelle beaucoup ma mamie ! Du coup on dit quoi "Pour l'hygiène"? Mouais...faut que je médite sur cette histoire de vocabulaire ^^).

    Ici, c'est radical : un savon solide et c'est tout ! J'en choisi un doux pour qu'il convienne à toute la famille. Cette fois-ci c'était (encore) un Le Moly au Karité

    J'emporte un seul dentifrice pour la famille, le Melvita à la fraise qui nous convient très bien ! Et bien sûr nos brosses à dents ^^

    Pour le déodorant, en général, j'opte pour un déo en stick, mon préféré étant celui de Schmidt's au géranium en format mini. Mais comme j'évite maintenant d'acheter en ligne (tiens je vous ai pas écris à ce sujet!), je termine pour l'instant mes deux déodorants en pots. J'ai donc amené celui de Le Moly, sans bicarbonate à la bergamote, que j'aime beaucoup. Le pot n'est pas l'idéal mais ce n'est pas trop encombrant non plus !

    unnamed-5.jpg

    Pour hydrater le corps, hors été, un peu d'aloé vera suffit, éventuellement avec une goutte d'huile végétale. En été par contre, je prends un petit pot de beurre de Karité, il en existe des tout plat qui prennent peu de place. 

    ⇒ un savon solide, un dentifrice et les brosses à dents, un déodorant.

    Pour le visage

    unnamed-6.jpg

    Logiquement, une seule huile végétale me suffit pour le démaquillage et le soin, dans ce cas j'emporte de l'huile de noisette ou d'avocat, un peu plus épaisse que l'huile de jojoba.

    Cette fois-ci, j'ai voulu testé un mélange pour le démaquillage que je n'avais pas eu l'occasion de faire encore : huile d'olive, huile de ricin et eau florale de rose. Je l'ai mis dans un mini flacon pompe. Finalement, je préfère utiliser une huile végétale seule pour le démaquillage, je trouve ça plus rapide et ça s'élimine plus facilement.

    Rien ne vous empêche de transvaser une huile démaquillante toute faite (j'aime celle de Melvita) dans un petit flacon. 

    Je prends quelques cotons lavables : en général minimum 4 pour avoir le temps de les laver à la main et de les faire sécher. 

    Je rince toujours mon huile démaquillante avec du savon et en voyage, j'utilise le même que pour le corps. J'emporte souvent une eau florale, pas en grand format comme sur la photo mais elle me sert à me rafraichir quand il fait chaud, à éliminer la crème solaire ou à éviter le calcaire de l'eau dans certains endroits.

    En soin, encore une fois, j'utilise mon huile végétale et mon aloé vera. 

    une huile végétale, des cotons lavables, aloé vera, eau florale. Si besoin une huile spécial démaquillage dans un petit flacon.

    Pour les cheveux 

    J'emporte un shampoing solide pour toute la famille. Mon préféré est celui de Lamazuna mais le format ne convient pas à ma fille (#relou) et lui préfère la fleur de Secrets de Provence

    Pour éviter d'emporter après-shampoing ou masque, une seule astuce : emporter une huile capillaire ou une crème pour cheveux. J'ai pris l'huile capillaire Evolve que j'adore, une goutte mélangée à de l'aloé vera suffit. En crème, si besoin, je vous conseille celle de Denovo. Du coup, je me lave les cheveux au shampoing solide, je les démêle en sortant de la douche et s'applique mon soin. C'est beaucoup moins encombrant qu'un après shampoing ou un masque et ça permet d'éviter quand même les cheveux secs, surtout si vous partez à la plage ou piscine. 

    un shampoing solide, un soin et aloé vera, une brosse.

    Divers

    unnamed-7.jpg

    Il reste encore pas mal de place !

    De quoi ajouter une crème solaire si vous allez au soleil. Là, j'ai pris celle de Nuxe Bio mais c'est loin d'être ma préférée. Le tube était petit donc pratique et elle fonctionne très bien. Si je pars quelque part avec du soleil mais sans aller à la plage, je prends uniquement mon stick solaire EQ Love que j'applique avant mon huile végétale sur le visage.

    J'ai pris deux huiles essentielles en cas de bobo : tea tree et lavande. Finalement, je ne m'en suis pas servie et j'aurais du prendre l'huile essentielle de citronnelle vu les moustiques ! En général, je prends au minimum de l'huile essentielle de lavande qui me sert à beaucoup de choses, mais c'est à adapté en fonction de votre bien être. L'huile essentielle de menthe poivrée peut être très utile en voyage aussi pour les nausées ou les maux de ventre.

    j'ai ajouté une mini trousse de maquillage que j'ai oublié de prendre en photo : un mascara, un crayon noir, ma BB crème Nuxe Bio, mon fard à joue crème Une pour éviter de prendre un pinceau et un stick à lèvre Hurraw. Et finalement, j'aurais pu éviter le crayon noir ^^

    Quelques élastiques et pinces, ma brosse, une mini pochette pour y glisser une paire de boucles d'oreilles et c'est bon ! 

    Ah oui, monsieur a ajouter son déo et un petit pot de voyage rempli de son gel pour cheveux, il devient raisonnable aussi ! 

     

    beauty travel

     

     
    A très vite ! 
  • MinsGame #2

    Pin it! Imprimer

    db0bda3a38ef2c0fe96ad1d98ef2c198.jpg

    Deuxième semaine du MinsGame, de 8 à 14 objets sont sortis de chez moi (soit 77!!). A part mon assiduité pas toujours au rendez-vous, pas de problème particulier.

    J'ai mis au point une petite organisation pour m'éviter de trop réfléchir chaque jour et je me suis dis que ça pouvait vous servir. Bien sûr, ça fonctionne pour moi, en fonction de ce qu'il y a chez moi donc ce n'est pas transposable pour tout le monde. Mais je pense qu'on peut arriver à l'adapter à chaque situation.

    Avant le début du MinsGame 

    Repérer ce que vous aurez le plus à trier. Pour moi, ce sont les vêtements (les miens et ceux de ma fille). Mais ça peut être la cuisine, la bibliothèque, les produits de beauté, les jouets...

    Et garder toutes ces choses pour la deuxième partie du mois, ce qui vous permettra d'en sortir plus d'un coup.

    Se faire un coin MinsGame avec un grand sac ou une grande boîte pour y mettre tout ce qui sera à donner. Laisser un petite sac ou une petite poubelle à côte pour ce qui est à jeter.

    Première semaine

    C'est là où le moins d'objets vont sortir et là où il ne faut pas se dégoûter du jeu. J'ai opté pour un tri simple : je triais ce qui traîne chez moi, le plus évident.

    Des petits ou gros objets, peu importe, l'essentiel est de ne pas avoir à réfléchir. Généralement, vous avez déjà mis de côté des choses inutiles, cassés, trop petites ou à donner. De cette façon on fait un peu d'espace et on commence en douceur le jeu.

    Deuxième semaine

    Je n'attaque pas encore la plus grosse partie du tri (les vêtements pour moi). Du coup, pour gagner du temps, je fais pièce par pièce chaque jour. La salle de bain d'abord pour enlever bijoux ou produits de beauté, la salle de jeu pour trier les jouets qui ne sont plus utilisés, etc...

    L'essentiel pour cette semaine est de ne pas se poser trop de questions. Si on hésite sur un objet, on ne le trie pas, on y reviendra en fin de mois quand on sera à court d'idées !

    Troisième semaine

    On attaque la plus grosse partie du tri. Toujours du plus simple au plus compliqué : le première jour de la semaine, on évacue sans trop réfléchir et de jour en jour, on travaille un peu plus son tri pour vraiment être efficace.

    Pour ma part, ça donnera : les vêtements trop petits/grands/abîmés en premier, ceux de ma fille ensuite puis à la fin, le tri le plus compliqué des vêtements que je ne mets jamais mais que je garde on-ne-sait-pas-pourquoi.

    Dernière semaine

    La semaine la plus compliqué vu le nombre d'objets! Pour l'instant, j'espère qu'il me restera encore des vêtements ou accessoires à trier. Mais je pense que ça sera vraiment la semaine où il faudra fouiller, chercher et évacuer la moindre petite chose qui ne sert pas !

    Quelques conseils

    J'en avais déjà parlé dans un article sur le minimalisme mais quand on trie, il faut garder en mémoire quelques questions. Voici celles que j'utilise :

    • Est-ce que je m'en suis servie cette année ?
    • Est-ce que j'ai un autre objet identique ?
    • Est-ce que je le garde pour des raisons sentimentales valables (un cadeau par exemple : je le garde parce qu'il me plaît ou parce que je n'ose pas le jeter).

    Et mon astuce pour un vêtement que je mets rarement mais que je n'ose pas donner, c'est de le sortir de mon placard et le mettre en évidence. J'essaye de le mettre dans la semaine qui suit et je note pourquoi je ne le met pas (pas d'autre vêtement à assortir, chaussures, inconfort du vêtement). Généralement, une semaine plus tard, soit je le donne, soit je sais pourquoi je ne le met pas assez et j'y remédie!

    Dernière chose : tout compte dans le MinsGame. N'hésitez pas à trier des barrettes, des petites cartes, des stylos, etc... L'essentiel est d'évacuer un maximum de choses, il ne s'agit pas de vider sa cuisine et de se retrouver avec 2 cuillères!

    Alors, cette semaine, ça donne quoi ? Beaucoup de choses! Je ne vous détaille pas tout, il y a beaucoup de petites choses (bijoux, papeterie…). Encore une fois la plupart sera donné, très peu de choses en mauvais état. 

    unnamed.jpg

    Des bijoux, encore des produits de beauté, des jeux en double, des boîtes…

    unnamed-1.jpg

    Des pots, des vases, des cadres, des livres pour enfants, une guirlande…!

    Allez, en avant pour la troisième semaine ! Chez vous, ça se passe bien ? 

    Semaine 1 à 7 du MinsGame