Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lait d'ânesse

  • Le paradoxe des zéro déchet...

    Pin it! Imprimer

    7d799e31fccc2f4d196678e049c9a306.jpg

    Je ne suis pas persuadée de me faire des amis avec cet article. J'ai beaucoup réfléchi à l'intérêt de l'écrire et puis finalement, je me suis dit que c'était un peu l'objectif de mon blog que de partager avec vous mes réflexions. Pour le coup, ça sera un article un peu brouillon et pas vraiment organisé (si tant est que d'habitude je sois organisée^^) uniquement parce que si je me relis 50 fois, je ne le publierais jamais ! 

    Alors pourquoi les paradoxes des zéro déchet ? Il faut que je vous raconte l'élément déclencheur de cette réflexion mais avant toute chose et pour éviter de me mettre toute la communauté des zéro déchets à dos, je n'ai pas pour but de mettre tout le monde dans le même panier ni de me placer en "modèle". En fait, je pourrais aussi faire un article similaire sur toute autre "communauté" (végétarienne, vegan, minimaliste...) puisque par définition, on a tous des paradoxes, des incohérences et des défauts. Je viens juste mettre des mots sur un épisode qui m'a profondément choquée, énervée et que finalement j'ai eu à plusieurs reprises. 

    Vous le savez, je ne suis pas trop pour les étiquettes. Pourtant, j'aime beaucoup le mouvement "zéro déchet" en ce qu'il apporte des solutions pratiques, pour la vie de tous les jours, qui permettent de limiter la production de déchets, véritable catastrophe pour notre planète. C'est comme ça que je me suis retrouvée à suivre plusieurs groupes zéro déchet sur facebook...

    J'avoue, la plupart du temps je trouve les questions/commentaires "trop" pour moi, je ne me sens pas encore de réfléchir à des alternatives pour tout et n'importe quoi chez moi. Mais il y a aussi de très bonnes astuces, conseils et une vrai communauté pour se soutenir. Bref, au départ, j'était plutôt en mode "ça c'est cool, je lis" "ça m'intéresse pas je passe". 

    Mais petit à petit, la lecture de certains posts et surtout commentaires, m'ont donné un sentiment négatif sans jamais savoir pourquoi je ressentais ça. J'étais gênée par certains commentaires, par certains conseils...mais pourquoi ? Si c'est zéro déchet, c'est bien non ? 

    Voilà exactement le "problème" de ce mouvement zéro déchet : penser que zéro déchet = c'est bien.

    Ben non mon coco !! Exactement comme le bio ne veut pas dire parfait ("coucou les bananes bio suremballées") et je pourrais continuer avec tout. 

    Le zéro déchet n'a de sens, pour moi, que quand on comprend sa définition originelle : penser les produits dès leur origine pour diminuer les déchets qui en résulteront (recyclable, réutilisation, upcycle...), limiter la production de déchets qui finissent en décharge ou en incinération, lutter contre les déchets toxiques pour la santé et l'environnement et augmenter les possibilités alternatives de traitement de déchets. 

    L'objectif, qu'on se le dise sincèrement, ce n'est pas les économies ou la facilité de vie. Ce sont évidemment des conséquences du zéro déchet mais ce ne devrait pas être ce qui gouverne une logique zéro déchet. En adoptant certains gestes et adoptant ce mouvement, on devrait garder à l'esprit que l'objectif est bien la réduction finale de déchets toxiques, préjudiciables à la santé humaine et à l'environnement, et dont on ne sait plus quoi faire à part les enfouir. 

    En étant encore plus direct, en étant zéro déchet, on protège la planète (vous en apprenez des trucs ici hein?). Ben oui, parce que les déchets, c'est un coût énorme mais c'est surtout une pollution pour l'air et l'eau, une toxicité pour notre santé et au final une pollution pour l'environnement. En général, c'est l'Océan qui subit la majorité de cette pression aux déchets et l'Océan c'est un peu notre oxygène les gars. Il va mal, on va mal. 

    Bref, je m'égare. 

    Il y a deux jours, sous un post où quelqu'un demandait une alternative au savon de Marseille pour la douche (au passage, ne vous douchez pas au savon de Marseille, c'est asséchant!!), une personne lui indique les savons au lait d'ânesse. Jusque là, pas de soucis, je ne suis pas d'accord mais c'est une alternative et c'est toujours bien d'avoir toutes les alternatives dans la vie. 

    Et là, une autre personne lui indique qu'il existe aussi pleins d'autres alternatives sans exploitation animale, les ânesses avaient peut être spécialement envie de nous filer leur lait pour la douche en même temps. Là encore pas de soucis, je suis personnellement d'accord avec cette remarque et je trouve ça bien d'avoir toutes les alternatives en toute connaissance de ce qu'elles impliquent (l'exploitation animale, #toussatoussa). 

    A la suite de quoi, ce fut un bordel sans nom, pardonnez moi l'expression. La personne s'est sentie attaquée et a surenchéri pour bien montrer que c'était pas si grave d'utiliser le lait d'ânesse, que c'était toujours mieux que de revenir aux gels douches classiques, qu'elle n'avait aucun cas de conscience et qu'elle ne comprenait pas les croyances de ce genre...

    Voilà. Je vais me noyer avec mon lait d'épeautre et je reviens (c'est très bon le lait d'épeautre vous le saviez?)

    J'ai essayé de répondre pour expliquer qu'il ne s'agissait pas de juger mais d'informer, qu'utiliser un savon au lait d'ânesse ce n'était pas faire un pacte avec le diable mais qu'il était normal de vouloir lui dire qu'il y avait d'autres alternatives, moins problématique pour l'exploitation animale. Que ce n'était pas Tahiti douche ou lait d'ânesse. Il y a beaucoup de choses entre la pétrochimie et l'exploitation animale. Mais peine perdue. Discours de sourds. 

    J'ai su sorti énervée, touchée et si j'avais eu le bouton "supprimer le blog", je l'aurais fait. C'est exactement le genre de personne qui me touche, me fait sentir impuissante et inutile. Me fais dire qu'on est pas près de changer le monde les gars. 

    Après une bonne nuit de sommeil, j'ai compris pourquoi cette réaction allergique à ce genre de comportement. C'est que finalement c'est courant ce genre de réflexion dans ces groupes de discussion : préférer un savon non emballé même s'il est à base de lait animal ; préférer des aliments en vrac non bio au bio emballé ; faire des tonnes d'achats pour faire des cosmétiques maisons, etc...

    En soi, ça ne me dérange pas, chacun fait son cheminement comme il l'entend. Mais au fond, ça réveille en moi le paradoxe du zéro déchet : c'est top tant qu'on garde à l'esprit son objectif de protection de la planète. Or la planète, c'est vaste ! C'est protéger l'air qu'on respire, l'eau qu'on boit, les forêts, la biodiversité, etc... Et je crois que pour moi, c'est avoir une sensibilité qui va avec. Sinon on perd de vue l'essentiel et en pensant bien faire, on fait tout le contraire (ou en tout cas, on se ferme des opportunités d'apprendre et d'évoluer).

    Non on est pas obligé d'être végétarien ou végan pour protéger la planète. Je ne le suis pas. Mais c'est savoir ce qu'implique notre mode de consommation pour l'environnement au sens large, animaux compris. Alors oui, quand on est pas végan, c'est pas toujours drôle d'être confronté à certains aspects de notre consommation. Mais c'est pas grave, petit à petit, on avance, on trouve des compromis, des alternatives, on change, on se déshabitue...

    Alors qu'il existe des tas de savons saponifiés à froid, venir maintenir qu'on s'en fiche de l'exploitation des ânesses, parce que "hé ho c'est zéro déchet!!!", ça réveille en moi le paradoxe du zéro déchet. Quand on ajoute qu'on se moque des "pauvres petites abeilles" ou encore de l'exploitation des chevaux, ça réveille aussi le paradoxe du zéro déchet. 

    Le paradoxe du zéro déchet pour moi c'est utiliser un mouvement sans en comprendre sa philosophie, c'est l'utiliser pour son propre confort et oublier, qu'en définitive, ça sert un but bien plus grand que nous. 

    Alors oui, on ne peut pas être parfaits. Mais on peut éviter de fermer les yeux et les oreilles. On peut questionner, écouter, remettre en cause et même se tromper. Bref, on peut éviter d'être con. 

    ps : Si vous avez réussi à me lire jusqu'au bout, bravo, je n'ai même pas le courage de me relire. Je publierais en l'état, donc je m'excuse des fautes, je corrigerais plus tard (#zérocourage) ! 

    pps : bien entendu, je ne fais pas de généralités et je salue tous les jours les efforts gigantesques des gens qui se lancent dans le zéro déchet ! 

    ppps : ah oui! Je ne vise aussi bien sûr pas directement l'exploitation des ânes et ânesses. Je sais très bien qu'il y a de grandes différences dans les traitements des animaux en fonction des exploitations. 

    pppps : si t'es quand même pas content de mon article, promis, après je prévu un article sur la décoration #zérorisque ^^

    739966shrekletroisieme200710g.jpg

    Vous croyez que c'est pour ça que l'âne de Shrek a choisi une dragonne ?? ;)