Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

astuces

  • L'organisation

    Pin it! Imprimer

    unnamed copie.jpg

    Ah le travail à la maison...! Cette ambivalence entre le sentiment de liberté et celui de ne jamais arriver à s'organiser. 

    J'adore travailler chez moi, ayant fait des études longues, j'ai pris l'habitude de travailler à mon rythme, de suivre mon inspiration et d'apprécier le fait de pouvoir m'organiser comme je le veux. C'est encore plus fort depuis que j'ai ma fille, puisque ça me permet d'être présente pour elle. Et j'ai aussi testé le travail en extérieur, avec horaires classiques (version souple et pas souple d'ailleurs !!). Du coup, l'avantage, c'est que je sais bien les avantages et inconvénients de chaque situation. 

    Dans la balance maison/extérieur, mon choix ira toujours pour le travail à la maison. Mais ça ne signifie pas du tout que c'est un choix de facilité ou que c'est parce que c'est plus cool...loiiiiiin de là !

    Travailler à la maison, il y a des avantages et des inconvénients, comme tout travail. Le problème, pour moi, est qu'il est plus rapide de se perdre dans les inconvénients que de profiter des avantages. Je voulais vous partager un peu mon point de vue et quelques astuces pour faciliter mon organisation. 

    Le principal avantage pour moi est l'organisation libre. Cela ne veut dire que je travaille n'importe quand mais que je peux m'organiser pour travailler au maximum aux moments où mon esprit est prêt à travailler. C'est surtout bénéfique quand on a un travail "créatif", du type l'écriture pour moi, qui est forcément fluctuante des jours et des heures.

    C'est sans doute ce qui m'a pesé le plus dans un boulot classique, cette sensation d'être enfermé dans des horaires. Je suis quelqu'un du matin, j'aime travailler tôt. Par contre, je suis d'une grande inutilité vers 14h. Je suis aussi quelqu'un qui travaille vite et le concept du "tu as finis ton taf mais tu ne peux pas partir avant 17h30 pile", m'énerve ! Pour en discuter beaucoup dans mon entourage, toute personne salariée a connu des moments un peu vides au boulot, où il n'y avait plus vraiment de choses à faire. C'est clairement ma hantise, je déteste m'ennuyer et tourner en rond. Certaines personnes apprécient ces moments de calme au boulot, où le rythme est plus cool et je comprends. Mais je suis plutôt du style à préférer sauter la pause du midi et finir tôt, que prendre le temps de discuter avec les collègues (que j'adore, ce n'est pas le sujet !).

    Donc être à mon compte et à la maison, ça me permet de me caler plus facilement au rythme de mon cerveau :)

    Sauf qu'aujourd'hui - par rapport à mes premières années de doctorat - c'est bien plus compliqué de m'organiser. Déjà, je ne suis plus en thèse, je cumule aujourd'hui plusieurs boulots, le blog et du travail sur un projet en cours. Ensuite, j'ai une fille et un "beau-fils" pendant les vacances scolaires. Ca ralentit considérablement mon rythme ! Sur une semaine de 7 jours, j'ai donc "perdu" beaucoup d'heures de travail potentielles et j'ai eu besoin d'améliorer mon efficacité. 

    J'ai déjà pu m'entraîner à la fin de me thèse, où ma fille était bébé, ce qui me demandait de faire rentrer dans une journée de 9h-17h ce que je faisais rentrer avant dans 24h (je pouvais travailler le soir tard, la nuit, jusqu'à 20h...bref de façon complètement déréglée). J'ai donc appris à travailler plus vite, à moins m'éparpiller et à améliorer mes "to-do" lists.

    Désormais, j'ai amélioré mon efficacité dans la globalité mais il me reste encore beaucoup à faire. La faute à mon activité en dents de scie où certains mois sont consacrés à une seule tâche et où je dois faire rentrer tout le reste. Mais je dois aussi apprendre à couper un peu plus, on en reparlera après.

    Avant de passer aux conseils précis, je voulais vous donner mon principal conseil dans tout ça : ne pas oublier de profiter des avantages de votre rythme de travail. Le fait de travailler à la maison implique souvent d'empiéter sur son temps personnel, d'avoir du mal à couper, de ne pas avoir le support des collègues. Oui, souvent on pense que le stress, l'anxiété voir le burn-out sont réservés au monde de l'entreprise... C'est loin d'être vrai, travailler pour soi ou à la maison occasionne une surcharge de stress, un cumul des tâches, une solitude et encore moins de périodes de décompressions. La seule solution : profitez de vos avantages ! Organisez votre emploi du temps pour y caser des séances de sport, des journées off, un déjeuner à l'extérieur et laissez-vous une marge d'adaptation. Le gros avantage de pouvoir s'organiser, c'est bien de pouvoir se reposer quand on est fatigué, prendre du temps pour soi ou faire quelque chose qui compte pour nous. Trouvez-vous un loisir créatif, un chouette cours de sport, une balade sympa près de chez vous, un restaurant pas cher pour y manger un midi par semaine... Bref, coupez et prenez du temps pour vous !

    Allez, on passe aux astuces plus pratico-pratique, j'espère que ça vous aidera si vous travailler à domicile ou à votre compte et surtout, n'hésitez pas à échanger vos astuces ! J'ai une petite tendance "control-freak" mais c'est surtout parce que beaucoup de mon temps est dédié à ma fille, je dois donc être plus efficace le reste du temps. 

    Evaluer le temps de travail sur la semaine entière

    L'erreur principale que je faisais au début était de me caler sur une semaine de travail en entreprise : 5 jours dans la semaine et environ 8h par jour. Grosse erreur ! Déjà, la plus grande partie de mon activité, c'est l'écriture, or je ne peux pas écrire 8h par jour ! Ensuite, comme je travaille souvent les weekends, beaucoup moins mais quand même, je finissais un peu sur les rotules. 

    Désormais, je regarde le dimanche ou lundi matin, comment va s'organiser ma semaine en entier, jusqu'au dimanche. Je note les rendez-vous prévus et je vérifie ce qu'on doit faire le weekend. J'arrive souvent à libérer 2/3h le samedi ou dimanche, donc je l'inclus dans ma semaine de travail. Ca me permet d'évaluer en gros combien de temps j'ai à disposition par jour. J'adapte aussi en fonction de mon état physique ou mental, pour savoir si je suis dans une phase où je pourrais travailler plus le soir. Et surtout, ça me permet de libérer beaucoup de temps pour ma fille, où je ne travaille pas du tout. J'ai donc des journées très diverses, certaines où je travaille beaucoup, d'autres où je passe plus de temps en rendez-vous ou avec ma fille. Je repère aussi les journées un peu chargée où je n'aurais finalement que peu de temps pour écrire réellement et, en général, j'utilise le temps dispo pour faire des trucs que j'aime moins : répondre aux mails, faire la compta, ranger les papiers, corriger, etc.

    L'idée est donc d'organiser son temps de travail à l'inverse : au lieu de commencer par une to-do-list de ce qu'on doit faire chaque jour pour son job, j'évalue d'abord le temps disponible après avoir enlevé toutes les obligations, personnelles ou professionnelles. Cela me permet de ne pas zapper les moments plaisirs ou de ne pas sur-évaluer le temps disponible.

    Se connaître

    C'est bête mais il est important de savoir comment vous fonctionnez : êtes-vous du matin, avez-vous faim à midi, arrivez-vous à travailler à 14h ? Faites plusieurs essais sur quelques jours pour voir à quel moment vous travaillez le mieux. Clairement, il est plus simple de travailler à un moment où on est efficace, plutôt que de se forcer pendant 2h à faire une mini tâche que vous auriez fait en 30 min à un autre moment.

    Pour moi, c'est clair, ma période de travail effectif, c'est 8h-13h. La tranche 14h-16h est compliquée, j'ai beaucoup de mal à être concentrée. Ensuite, je suis de nouveau plus efficace en fin de journée, mais j'utilise moins ce créneau en période cool, puisque j'ai ma mini ! Par contre, il m'arrive de retravailler après 20h, en fonction de ma charge de travail.

    Du coup, je privilégie les rendez-vous l'après-midi ou les tâches un peu chiantes :) Et le soir, c'est plus de la relecture, des mails, des réflexions sur les projets en cours, etc.

    Apprendre à faire des to-do lists

    0-2.jpg

    Quand j'ai évalué le temps disponible pour jour, j'évalue ce que je dois faire sur la semaine. C'est clairement le point le plus compliqué, on a tous tendance à faire des to-do lists bien trop chargées ! Pour éviter ça, je note par ordre de priorité ce que je dois faire avant la fin de la semaine. Et surtout, j'ai appris à scinder les choses que j'ai à faire ! Je ne marque plus "écrire un chapitre" ou "écrire un article" qui est une tâche qui peut me prendre bien plus d'un journée parfois, mais je note "faire le plan du chapitre", "faire les photos de l'article", etc. 

    Cette méthode me convient parce que je fais des choses différentes sur une semaine mais je pense qu'il est vraiment plus efficace d'avoir une liste de petites tâches à faire plutôt qu'un seul gros projet. Si vous avez un article long à faire par exemple, vous pouvez le détailler avec : 1 - faire les recherches, 2 - Ecrire le brouillon, 3 - Corriger. Voir même écrire x mots si c'est long ou un paragraphe par exemple. Cela me permet de glisser des tâches réalisables en une vingtaine de minutes dans mon emploi du temps (voir en dessous la technique du pomodoro).

    Côté organisation, j'ai un agenda sur mon téléphone où je marque uniquement les rendez-vous et activités perso. Ensuite, j'ai un cahier, organisé en fonction de mes différentes tâches (un peu comme un bullet journal mais version simple) : une partie dédiée au blog, une pour les chroniques, une pour mon projet en cours, etc. Et au début, j'ai des pages to-do-list, où j'écris simplement les tâches à faire dans la semaine ou dans la journée : pas d'organisation particulière, simplement des pages où je marque la date et les tâches à faire. Je raye au fur et à mesure. Archi simple mais efficace ! J'ai aussi un petit carnet "organisation de la semaine" où je marque un peu les tâches générales de la semaine, j'aime bien avoir tout sur papier, à côté de moi quand je travaille (#teammamie).

    Avoir une routine de travail

    0-1.jpg

    Une autre astuce qui m'a aidé est de mettre en place une certaine routine pour les tâches récurrentes : traitements des mails, compta, etc. Pour ma part, j'ai instauré le 8h-9h, dédié aux mails et commentaires. C'est court mais ça me permet de moins culpabiliser de ne pas avoir le temps de tout faire. Parce que si je m'installe à 8h pour faire les mails par exemple, j'ai aurais pour 2h certains jours ! Je commence toujours par les tâches plus administratives aussi, que ce soit en début de semaine ou en début de journée, afin d'éviter d'avoir à gérer mes déclarations Urssaf à 18h un vendredi !

    Ensuite, après avoir beaucoup critiqué cette méthode, j'ai finalement opté pour une routine dans la semaine. C'est un peu particulier à mon profil "multi-tâches", j'ai souvent 3/4 missions différentes à faire dans la semaine. Et pendant longtemps, je ne voulais pas les organiser dans la semaine mais y travailler quand j'en avais envie. Résultat, je passais trop de temps sur une des tâches et j'arrivais à la fin de la semaine sans avoir travailler sur les choses moins urgentes mais non moins nécessaires.

    Désormais, j'ai aussi dédié certains jours de la semaine pour des certaines tâches : les articles du blog, l'écriture de ma chronique hebdo, le travail sur un de mes projets. Finalement, ça me permet d'être beaucoup moins stressée puisque je sais que chaque tâche a un moment dédié. Evidemment, c'est compliqué lors de certaines périodes où une tâche prend le dessus (typiquement l'écriture du livre...) mais là encore, j'ajuste pour libérer plus de temps pour cette tâche mais sans oublier quelques moments dans la semaine aux autres tâches que je dois quand même faire. J'ai l'esprit plus libre du coup quand je passe beaucoup d'heures sur une seule tâche.

    Couper les distractions

    Et oui...! Impossible de travailler avec trop de distractions. Si je travaille toujours en musique, j'ai évidemment tendance à trop regarder le téléphone, les réseaux ou à faire d'autres choses à la maison (genre jardiner^^)! J'essaye au maximum de m'appliquer une certaine "rigueur" pour ne pas perdre trop de temps dans ma journée. 

    Pour les choses à faire à la maison : je me garde toujours un peu de temps dans la journée pour ce que je veux faire chez moi, même des choses toutes simples comme lancer une machine. Pour moi, c'est une dizaine de minute avant de m'habiller le matin et après 13h. Je fais ce que je peux faire dans ce laps de temps et si je n'ai pas fini, tant pis ! Le plus compliqué est bien ce lâcher-prise, vous n'êtes pas à la maison pour faire le ménage toute la journée. Je vous conseille aussi d'organiser vos tâches ménagères chez vous pour éviter que tout vous retombe dessus. En gros, j'arrive à faire des machines, un peu la vaisselle du matin et un rangement superficiel mais c'est tout. Le vrai ménage, rangement ou les repas, c'est exactement comme si je travaillais à l'extérieur.

    Pour les réseaux, internet ou autre : après avoir tenter de limiter mon temps avec les écrans avec des minuteurs ou avec des applis qui bloquent l'utilisation, j'ai tenté l'idée inverse. Désormais, je m'accord du temps d'écran à certains moments : pendant l'heure où je fais mes mails le matin, j'écoute des podcasts, regarde une vidéo, réponds à vos commentaires sur Instagram... Et dès 9h, je coupe et j'éloigne mon téléphone. La mini astuce qui m'aide est de ne pas charger mon téléphone la veille, en général, j'ai besoin de le brancher le matin et du coup, je le recharge loin de moi, dans une autre pièce. Ensuite, dès que je fais une pause ou en début d'après-midi, quand j'arrive moins à travailler, je reprends mon téléphone. J'ai quand même mis les notifications d'activités sur Instagram (qui me prend le plus de temps) pour éviter de trop m'y perdre parfois !

    S'affirmer auprès de l'entourage : le point le plus délicat pour moi et c'est pas faute que mon entourage soit habitué à ce que je bosse à la maison ! J'ai passé 6 ans de thèse à expliquer que non je ne pouvais pas faire le ménage toute la journée, passer chercher untel à l'aéroport à 10h ou autre. Et c'est encore bien plus compliqué avec les enfants. En cas d'enfant malade, de grève ou de vacances scolaires (ce qui fait un sacré paquet de jour), je suis donc à la maison, à devoir travailler avec des enfants... Donc oui, si vous bossez à la maison, il va falloir beaucoup d'affirmation pour expliquer à votre entourage que vous travaillez comme tout le monde. Si mon emploi du temps est souple, je ne suis pas à la libre disposition de tout le monde !

    Pour le coup je n'ai pas de conseils très précis, cela dépend de votre entourage. Ce qui a un peu marché chez moi est d'assumer de faire un peu garder les enfants pendant les vacances histoire de pouvoir travailler ; expliquer que chaque moment non travaillé devra se rattraper un soir/weekend ; bien répartir les tâches à la maison (sans oublier la charge mentale !) ; et montrer ce que vous faites, l'entourage a souvent du mal à comprendre ce qui occupe vos journées !

    La technique Pomodoro 

    Il s'agit d'une technique toute simple mais qui fonctionne très bien chez moi : organiser des tranches de travail de 25 min. Je l'utilisais déjà un peu en thèse et ça m'a entraîné à être plus efficace dans un temps plus court.

    Mais attention, il faut utiliser ces 25 minutes pour une seule tâche à faire ! Si vous avez une tâche qui prend plus de temps, essayez de la découper en plusieurs sous-tâches pour que ce soit faisable en 25 min. Pour un article un peu long par exemple, je prévois deux tranches : une première où je vais faire le plan, les références, les idées principales, etc., et une deuxième de rédaction à proprement parlé.

    J'utilise simplement le minuteur de mon téléphone qui sonne après 25 min. Au bout des 25 min, vous faites une petite pause de 5 min et vous recommencez. Arrêtez-vous, même si vous n'avez pas fini ! Sortez, prenez un thé, bougez mais faites autre chose pendant 5 min. Au fur et à mesure, vous arriverez plus facilement à faire rentrer une tâche dans ces 25 minutes ! En général, après deux tranches de 25 minutes, il est préférable de s'arrêter un peu plus longtemps pour aérer son esprit.

    Clairement, prendre une tâche et la limiter dans un temps largement supportable me rend très efficace ! Je ne m'éparpille pas, je sais que je n'ai "que" 25 minutes pour la réaliser. J'ai même fini certaines tâches en 25 minutes alors que je pensais avoir besoin de deux tranches horaires. Cette technique m'aide énormément à scinder ma journée qui est souvent multi-tâches sans me perdre dans l'une ou l'autre. Et je peux couper plus facilement les distractions comme les réseaux puisque je peux ensuite y jeter un oeil après 25 min.

    c86dbf4fd3e8e8d49020eb2f64ad3247.jpg

    Déconnecter 

    C'est clairement le point où je dois encore m'améliorer. Le fait de travailler sur ordi et d'avoir des réseaux sociaux à "gérer" impliquent qu'il n'y a aucun moment off : je peux travailler partout, à n'importe quelle heure, depuis mon téléphone, en vacances... Bref, il n'y a plus de frontière entre le temps de travail et le temps perso, et on prend vite l'habitude de se dire "oh allez, je réponds juste à quelques commentaires ce soir". L'envers du décor qu'on ne voit pas tellement dans cette activité blog/réseaux, c'est les dizaines de mails par jour et les centaines de messages certains jours sur Instagram. Et évidemment, la plupart des personnes m'écrivent davantage le soir ou le weekend, quand eux sont off. 

    Pour l'instant, je n'ai pas trouvé de routine parfaite. Certaines ont un jour de la semaine où elle déconnecte tout, mais j'ai encore besoin de mes 7 jours de travail étalés. J'ai opté récemment pour la déconnection totale des applis réseaux pendant 2 jours off, c'était top, je pense que je referais comme ça pendant les vacances. 

    Ah les vacances d'ailleurs, ce concept étrange quand tu es à ton compte :) Pour le coup, j'ai un peu oublié d'en prendre depuis un an, j'ai donc décidé de tout couper pendant 15 jours cet été. C'est pas gagné pour l'hyperactive que je suis mais ça sera un bon test. 

    Sinon, j'ai surtout pris des habitudes pour déconnecter un peu mieux mon temps de travail dans la journée, dès que j'ai ma fille et ainsi ne pas passer mon temps sur l'ordi ou le téléphone.

    Et encore d'autres conseils...

    Dans la foulée, je pourrais aussi ajouter qu'il est important d'avoir un espace de travail chez vous, agréable et adapté. Et ne pas hésitez à délocaliser son bureau parfois, soit en espace de coworking, soit simplement dans un café ou chez un(e) ami(e). N'hésitez pas non plus à vous inscrire à un groupe de travail, à un espace d'échange avec d'autres personnes de votre secteur. C'est rassurant d'échanger sur les difficultés et de trouver de nouvelles astuces pour mieux s'organiser !

    Et surtout, il est important de tester plusieurs organisations, de s'adapter à votre fatigue et de savoir change de routine quand ça ne vous convient pas. N'oubliez pas qu'en travaillant à la maison, vous travaillerez sans doute plus mais il y a tellement d'avantages dont vous pouvez profiter ! Ne vous laissez pas gagner par le stress ! Il est important de comprendre que déconnecter ne vous fera pas perdre du temps, surtout si vous avez un travail créatif. Quelques heures ou plusieurs jours ne mettront pas en péril votre travail et vous permettront d'être ensuite plus efficace et d'avoir plein de nouvelles idées !

    Bref, c'est tout un équilibre le travail à domicile et à son compte, mais c'est un style de vie que j'aurais bien du mal à abandonner désormais ! Mon astuce principale est de m'entraîner à être plus efficace sur un temps plus court, afin de pouvoir profiter de la liberté de mon emploi du temps. C'est parfois un peu militaire mais ça me permet de ne pas trop faire de crises de panique quand je vois le nombre de choses à faire en si peu de temps ^^

    Et toi, tu as des astuces pour être plus organisé ?

  • Ranger efficace

    Pin it! Imprimer

    0-2.jpg

    Le panier à bonnets et accessoires dans l'entrée.

    Le tri est à la mode, Marie Kondo oblige ! Vous trouvez déjà sur le blog des articles pour vous aider sur la voie du minimalisme et du tri :

    - la saga de "Minimaliste dans le dressing"

    - ma revue sur le livre de Marie Kondo "La magie du rangement"

    - des astuces pour résoudre la phrase "je garde au cas où"

    - mon expérience du Mins Game

    - déjà quelques idées de rangement

    - des conseils pour débuter son tri à la maison 

    Trier, ranger, re-trier, tout ça c'est très long malgré ce que veux nous faire croire l'émission en vogue. C'est un peu comme quand on se lance dans le zéro déchet tout azimut, voulant tout réduire d'un coup. On s'épuise à vouloir changer des années d'habitude en une seule fois, ça vaut pour de nombreuses choses dans la vie. Pour le tri et le rangement, c'est pareil mais c'est un autre sujet !

    Je voulais vous parler de ce qui m'occupe le plus l'esprit maintenant que j'ai bien entamé le virage tri/minimaliste. Il me reste encore beaucoup de choses à faire mais ma maison (et mon esprit) sont bien différents depuis 2 ans. Néanmoins, je me suis rendue compte qu'il manquait souvent quelque chose à ma réflexion de tri : comment ranger efficacement. J'ai depuis acquis une bonne expérience en astuce en tout genre et en système D pour que le quotidien soit plus simple, alors je vous partage tout ça !

    Gardez en tête que pour ranger efficace, il faut trouver une place à chaque chose mais il faut surtout réfléchir à gagner du temps ! Ce n'est pas "que" du rangement, c'est surtout un gain de temps chez vous, une sensation moins étouffante d'avoir toujours du bazar partout et un quotidien plus optimisé pour profiter de l'essentiel !

    Réfléchir en terme de régularité d'utilisation

    Il faut toujours réfléchir en régularité d'utilisation : plus vous utilisez quelque chose souvent, plus son rangement devra être pratique et accessible. Les étagères très hautes, le garage ou la cave, le fond des tiroirs ou des placards seront réservés aux choses les moins fréquentes (environ une utilisation par mois minimum). Chez moi, c'est le cas des valises, affaires de ski, appareil à fondue, couettes en été, décorations de Noël, affaires de plage en hiver, etc. C'est les affaires du long terme, celles qu'on utilise rarement et qu'on peut donc sortir ou ranger avec plus de contraintes.

    Pour les rangements de choses moins fréquentes, vous pouvez opter pour des boîtes fermées, des sacs de rangements, des caisses fermées.

    Les objets les plus courants doivent être accessibles directement

    Un objet que vous utilisez quotidiennement, voir plusieurs fois par jour, doit être directement accessible et se ranger sans effort. Donc pas de boîte fermée, de rangement loin dans la maison, de manipulations à faire. C'est ce que j'appelle les "hop" (ouais t'as vu c'est recherché!) : on doit y accéder et le ranger en un seul hop !

    Une des erreurs quand on commence à ranger est de vouloir tout faire disparaître. Or, pour les objets du quotidien, plus ils seront accessibles, plus ils seront ranger facilement. Il faut donc rendre les choses visibles au maximum en optant pour des jolis rangements si vous préférez.

    Ce n'est pas une question de "flemme" mais c'est un fait, plus c'est compliqué, moins on le fait et moins ça dure surtout. Avoir un super rangement de papiers en 17 pochettes c'est chouette mais ça devient l'horreur si vous ne vous y tenez pas. C'est pareil pour tout ! Ranger les bonnets, les serviettes de tables, le courrier qui arrive, les objets de cuisine, etc. si ce n'est pas facile et logique, on ne tient rarement et le bazar revient.

    Ici, on privilégie donc les paniers, les pots, les boîtes sans couvercles, les plateaux, les choses à suspendre...

    0.jpg

    Le rangement du coin café, avec tout à disposition.

    Les questions à se poser pour décider du rangement

    Dans quelle pièce je l'utilise majoritairement ? Dans quelle pièce je m'en sépare habituellement ? Est-ce que je peux le ranger directement après utilisation ? Est-ce que je dois le laver avant ? Qui l'utilise dans la maison ?

    Une petite introspection est toujours utile aussi : sur une quinzaine de jours, notez les endroits les plus fréquents où le bazar s'accumule et ce qu'il contient. Notez ce qui vous énerve le plus rapidement en terme de bazar ou ce qui vous prends trop de temps ou d'énergie à ranger.

    Avoir un seul et unique endroit "bazar"

    Il faut un endroit "dépôt rapide" pour quand on est pressé : déposer une lettre, un élastique, un objet à ranger, etc., mais les déposer dans un seul et même endroit ! Ca évite d'avoir des choses éparpillées partout à ranger "plus tard" ! De ma seule expérience personnelle, le meilleur endroit est l'entrée ou en tout cas, la pièce la plus accessible quand on sort ou entre dans la maison. Et le plus simple est de prévoir une ou plusieurs boîtes/paniers ouverts pour accueillir ce petit bazar, les jours de rush ! 

    Cela peut être une corbeille, une boîte, un petit meuble...peu importe, il faut que ce soit dans la pièce la plus fréquentée, souvent l'entrée, pour y déposer les petites choses que l'on doit ranger. L'objectif n'est pas d'accumuler ici, il faudra évidemment ranger mais avoir un seul a ranger, c'est déjà un peu le paradis non ?

    Le rangement s'adapte à vous et non l'inverse

    Les méthodes de rangement doivent s'adapter à votre vie et aux membres de votre famille, et non l'inverse ! Les enfants ont besoin de rangements accessibles, légers et pensés avec eux. Idem pour tout le reste, testez, discutez, modifiez ensemble pour chacun trouve sa façon de ranger qui lui convient. Le meilleur truc pour voir qu'un rangement ne marche pas : les objets qu'il est censé contenir se retrouvent invariablement dans d'autres endroits ! C'est signe qu'il n'est pas pratique, pas assez accessible...bref qu'il faut le repenser !

    Enfin, ne minimisez pas les astuces qui paraissent idiotes : un pot ici, une soucoupe là, un crochet ou un sac..Tout ce qui peut vous faciliter la vie et rendre le rangement plus rapide est à prendre ! Et parfois, c'est vraiment une toute petite chose !

    0-1.jpg

    L'essentiel pour le ménage est à disposition, plutôt que ranger dans les placards.

    Quelques exemples :

    Dans la cuisine : j'ai longtemps caché dans les placards le café pour le matin et ma machine à piston était disposée loin de ma bouilloire. Résultat, on la déposait toujours un peu partout et il n'y avait pas de "coin" identifié.

    Désormais il y a un coin café/thé avec un plateau sur lequel est déposé la machine à piston et à côté la bouilloire. Une veille caisse de vin me fait une mini étagère de secours pour y déposer le café, le thé, les compléments alimentaires si besoin et même un chargeur de téléphone vu qu'on branchait toujours notre téléphone ici (mais que le chargeur finissait par traîner!), bref, tout ce qui est nécessaire le matin ! A part le fait de mettre de l'eau dans la bouilloire, tout se passe au même endroit et donc retrouve plus facilement sa place ensuite.

    Dans l'entrée : c'était clairement le pire point chez moi, toujours en bazar ! Après des tonnes d'essais de rangement, je crois qu'on a notre équilibre de rangement :)

    On a disposé des patères sur un mur derrière la porte d'entrée pour accueillir nos manteaux et écharpes. D'autres patères ont été installées au niveau des enfants pour qu'ils rangent manteau et sac d'école.  Et encore une autre patère sur le mur d'en face pour y accrocher mon sac à main en rentrant, un tote bag de courses (ou le vide pour penser à le prendre). Un petit clou sur un mur et une jolie patère m'ont permis d'installer un panier en feutrine pour accueillir tous nos bonnets l'hiver (et petits accessoires) et les chapeaux ou foulards pour l'été.

    Un petit tapis dans un coin accueille nos chaussures. Visuellement, ça marche très bien, quand nos chaussures dépassent du tapis, on range automatiquement !

    Enfin, un meuble fait office de coin bazar-organisé : un organiseur vertical recueille notre courrier, on range quand il est plein, une corbeille sur le dessus pour les clés et mini bazar de dernières minutes. Un boîte fermée en dessous contient le nécessaire à avoir à porté de main : lunettes de soleil, passeport, photos d'identités en plus, clé usb, timbres, etc.

    Dans la chambre : tout est rangé dans les tiroirs de la commode en priorité (plier en mode Marie Kondo). Mais il me restait toujours des tiroirs ou du bazar que je ne savais pas comment ranger. J'ai alors traîner sur pinterest, dégainé des petits paniers et mes meilleurs idées ! Mes collants sont désormais dans un petit panier, sur le côté de ma commode, pas trop visible mais pas trop enfouie non plus pour me permettre de les ranger facilement. Ma meilleure idée a été de trouvé comment ranger mes soutiens gorges (ouais certains ont des idées contre le chômage, moi c'est pour ranger les soutifs, que veux-tu!). J'en ai pas beaucoup (oui je suis beaucoup à poil sous mes teeshirts si tu veux savoir) mais quand même c'était pas pratique cette histoire de tiroirs... Il a suffit de 4 accroches autocollants (tu sais ceux pour les torchons ^^) sur le côté de la commode le moins visible et hop, de quoi les suspendre sans bazar ! Enfin, dans le tiroir des sous-vêtements toujours en bordel, j'ai disposé des petits paniers de tailles différentes pour ranger culottes, chaussettes hautes, petites chaussettes et body ! J'ai presque l'impression d'avoir découvert le feu tiens...

    0.jpg

    Et en vrac, si vous avez besoin d'idée :

    - les serviettes de tables sont disposées dans un panier en bas de l'étagère du salon. Directement accessibles et reconnaissables avec des ronds de serviettes de couleurs, les enfants peuvent les prendre et les ranger à chaque repas.

    - l'étagère du bas dans la salle de bain est dédiée au "stock", directement accessible à tout le monde : recharge de brosse à dents, savons solides, etc.

    - les médicaments sont rangés dans une boîte fermée en hauteur pour ne pas être accessibles aux enfants. Par contre, j'ai crée une mini boîte de secours dans la salle de bain avec les médicaments d'urgence (doliprane, pansements, etc.) pour éviter de chercher partout en pleine nuit quand on est malade ou pour que ce soit plus simple au quotidien.

    - un petit panier en plastique est disposé dans la cuisine, près de l'évier, pour contenir tout l'essentiel au ménage : sprays nettoyants, lessive, brosse, vinaigre blanc et pot avec du bicarbonate. Ca ne prend pas trop de place et ça évite de fouiller les placards au quotidien. D'ailleurs, j'ai aussi disposer un spray nettoyant au vinaigre dans la salle de bain, avec une éponge, pour nettoyer sans avoir à faire d'aller-retour !

    - dans les placards, je me sers beaucoup des totes-bags pour ranger ce dont on ne se sert pas quotidiennement : un pour ranger les trousses de toilettes, un pour les maillots de bain et affaires de piscine, un pour ranger les affaires neuves achetées en avance et un pour les affaires trop petites à donner...

    - dans ma salle de bain, j'ai un petite panier avec mes cotons lavables propres et une boîte posée sur un rebord pour y mettre les cotons sales, avant de tous les laver quand elle est pleine. C'est bête mais ça m'a grandement simplifié la vie avec les cotons lavables. 

    Et pour toutes les autres idées, il y a Pinterest ! Taper "rangement + l'objet en cause" et vous aurez pleins d'idées!

    Quelques idées shopping 

    Diapositive1.jpg

    Liens shopping : 1/ 2/ 3/ 4/ 5/ 6/ 7/ 8

  • Le vrac pour les débutants

    Pin it! Imprimer

    unnamed-2.jpg

    Quand on se lance dans le zéro déchet, on arrive rapidement à l'achat en vrac. C'est évidemment un moyen rapide de réduire ses déchets mais ce n'est pas forcément évident quand on débute. 

    Petit point préalable zéro déchet : j'aime bien rappeler qu'il est essentiel de d'abord s'interroger sur l'origine de nos déchets et d'aller bêtement vérifier qu'est-ce qu'il y a en majorité dans vos poubelles. Si besoin, il y a un petit planning pour vous aider à y voir plus clair dans vos poubelles ^^

    2224224314.2.jpg

    Ensuite, quand on souhaite réduire ses déchets, il est d'abord essentiel d'apprendre à trier les déchets qui se recyclent (en bref, le papier, le carton, le verre...), avant de s'attaquer à la fameuse poubelle de cuisine. Là encore vous pouvez trouver des déchets "réductibles": les déchets organiques à composter, des déchets mal triés, du gaspillage alimentaire à réduire, etc. 

    sachez que les consignes de tri, notamment de ce qui est recyclage, changent entre les différentes communes ou communautés de communes. Le plus simple est d'aller vous renseigner sur place ou sur le site de votre ville. Sinon vous avez le site Eco-emballages qui propose un onglet pour entrer le nom du produit sur lequel on a un doute, sa commune et il vous donne l'endroit où le jeter !

    Enfin, vous pouvez vous attaquer à faire diminuer la poubelle de recyclable : papier, carton, emballage, etc. Et là, le vrac est un geste qui vous permettra de faire diminuer considérablement votre poubelle jaune, surtout si vous partez de zéro !

    Pourquoi réduire la poubelle de recyclage ? Ben oui, vous pouvez très bien me dire (et certains ne se gênent pas!) que cette poubelle part au recyclage, c'est donc un geste écologique qui permet de réutiliser les emballages divers pour en faire autre chose. 

    Alors on va faire court :

    ⇒ le recyclage est une super invention et on doit clairement mesurer la chance de vivre dans un pays qui développe aussi rapidement des solutions de recyclage pour de nombreux types de déchets. D'un point de vue "traitement des déchets", le recyclage a un meilleur impact que l'incinération ou le stockage, c'est évident.

    ⇒ MAIS, le recyclage reste déjà une vision à court terme : ce n'est pas de l'économie circulaire, dans le recyclage il y a toujours des pertes et de nombreux matériaux ne sont pas recyclables à l'infini. Pour faire simple, réutiliser, échanger, réparer...ça c'est de l'économie durable à long terme. Le recyclage ne permet pas de réduire la consommation, pour la preuve : bien trier ses emballages ne limitent pas du tout les achats emballés en général et produit même un effet de "satisfaction écologique" du type "attends j'achète que de l'industriel mais je trie, c'est écolo non?"...

    ⇒ MAIS, le recyclage est encore impossible pour beaucoup de matériaux (ou tailles particulières), quoique dise les consignes de tri. Non seulement il y a des questions techniques qui font qu'on ne sait pas recycler certains matériaux mais plus problématique, il y a des considérations économiques qui font qu'une filière de recyclage n'est mise en place que s'il y a de la demande pour la matière recyclée. Donc si vous pouvez recycler certains plastiques par exemple mais que personne ne veut racheter les billes fabriquées avec, ben on ne recyclera pas !

    ⇒ MAIS, enfin, le recyclage est évidemment énergivore, consommateur d'eau, etc. Alors certes, le point positif c'est que c'est aussi créateur d'emplois mais il ne faut pas penser que c'est une activité économique à zéro impact.

    Alors, si on est ok pour commencer à réduire un peu sa poubelle de tri, on fait comment ?? 

    L'achat en vrac ou plus largement "l'achat au minimum d'emballage possible" n'est pas forcément évident. Je sais qu'une grande partie des personnes qui me suivent ici ou sur mes réseaux sociaux sont déjà dans une logique de réduction des déchets. Les conseils qui vont suivre paraissent alors sans doute un peu "bê-bête". Mais j'aime à penser que ce n'est pas en communiquant uniquement à destination de personnes déjà engagées qu'on fera évoluer le monde. Je suis même souvent sidérée des propos de certaines personnes vis à vis des gens qui sont des grands débutants dans ce domaine... On a tous été des débutants à un moment donné, si on peut partager notre "savoir" pour justement aider et éviter certaines erreurs, plutôt que pour juger...j'ai envie de te dire que le monde se porterait mieux...bref !

    Je voulais donc vous donner quelques astuces et quelques trucs à savoir quand on se lance dans l'idée de réduire ces déchets "recyclables". Parce que tout le monde n'est pas encore adepte de ces gestes, je voulais vraiment vous faire la base de cette démarche : qu'est-ce qu'il faut avoir ? Quels sont les gestes à adopter ? Les astuces pour que ce soit plus simple ? Les limites de cette démarche quand on débute ? 

    Et surtout, n'hésitez pas à mettre en commentaire ce qui a fonctionné pour vous ou à l'inverse, les difficultés que vous avez rencontré.

    Choisir le "bon" emballage

    unnamed-1.jpg

    Même quand on est ultra débutant dans le zéro déchet, il y a quelques petits gestes qui permettent de limiter un peu les emballages, sans changer beaucoup de choses à vos habitudes de courses.

    La première des astuces est de savoir choisir son emballage : ça peut paraître paradoxal mais c'est une bonne habitude à prendre quand on débute. Si emballage il doit y avoir, il faut savoir le choisir : en verre en priorité, en aluminium ensuite puis carton et enfin plastique. Privilégier les grands contenants en verre vous permet aussi de récupérer les pots ensuite pour commencer votre stock pour le vrac. 

    Et n'oubliez pas de privilégier les grands contenants : si vous achetez toujours des pâtes emballées par exemple, éviter de multiplier les petits sachets. 

    Les yaourts et les gâteaux sont souvent à l'origine de beaucoup d'emballage, essayer de trouver des yaourts sans l'emballage cartonné mais attention, parfois c'est plus cher par 6 sans emballage, que par 12 avec ! Vous pouvez néanmoins trouver des choses assez simples en grands contenants, surtout en verre : du yaourt classique, de la compote, etc. Pour les gâteaux, c'est pareil, privilégier les grandes versions, avec un seul emballage (et non chaque gâteau emballé un à un!!).

    S'équiper un minimum

    unnamed-3.jpg

    Pour commencer les achats en vrac, vous devez vous équiper un minimum au départ pour que ce soit plus simple.

    Au préalable, et pas que pour le vrac, il vous faut des grands sacs pour vos courses : utilisez ceux qui vous restent ou investissez dans des grands sacs en toiles. Je trouve ça plus simple de garder un sac en plastique pour les légumes ou tout ce qui est un peu salissant, c'est plus facile à nettoyer. 

    Ensuite, il faut de quoi acheter le vrac : petits sacs, sachets, filet, etc. Encore une fois, vous pouvez très bien utiliser les sachets en papier qui sont proposés près du vrac mais pensez à les conserver d'une fois à l'autre. Sinon, vous trouverez en magasin bio des petits sacs en tissus coulissants, de plusieurs tailles, très pratiques ! Et si vous avez la fibre couture, évidemment, vous pouvez en coudre facilement avec des chutes de tissus.

    Enfin, il vous faudra de quoi stocker : des boîtes, des bocaux, ect. ! C'est bien le plus stressant au début : dans quoi mettre le vrac ? Comment stocker ? Quelle taille ? Pour commencer, je trouve plus simple de noter quel type de vrac vous voulez acheter et de trouver des contenants en fonction : grands pour les pâtes, petit pour des fruits secs, moyens pour les céréales, etc. Si vous avez des contenants chez vous, n'hésitez pas à les réutiliser : pots en verre de légumes, boîtes tupperware, etc. Pas besoin de faire un gros investissement au départ, vous verrez petit à petit ce qui vous convient le mieux. 

    Tout va dépendre des achats que vous prévoyez de faire au début, mais d'une façon générale, pour commencer, je trouve que 2 grands bocaux et 2 moyens c'est top. Ensuite, n'oubliez pas de conserver tous les bocaux que vous achetez (légumes cuisinés, confiture, etc.), vous pourrez les réutiliser. Idem avec les tupperwares, si vous en avez sans les utiliser, vous pouvez très bien stocker dedans, peu importe leur forme ! 

    Conseil pour stocker dans de bonnes conditions :

    • au départ, on nettoie correctement les bocaux à l'eau chaude et au savon, on fait tremper un peu dans l'eau très chaude si besoin pour décoller les étiquettes. Pas besoin de stériliser. 
    • à l'utilisation, on stock à l'abris de la lumière et de la chaleur. Si on verse directement dans de l'eau chaude pour faire cuire par exemple, on laisse un peu ouvert pour faire s'échapper toute la vapeur avec de refermer. 
    • on nettoie à chaque rechargement, surtout si vous changez de "contenu". 

    Les bons achats à faire : 

    Vous trouverez les sacs à vracs et les bocaux un peu partout : en grande surface, en magasin bio, chez Emmaüs pour les bocaux, etc. 

    Sinon, je vous conseille vivement un petit tour chez Landmade pour trouver votre bonheur :

    filet-a-provisions-standard-lagon.jpg

    Un sac à provision Made in France et certifié Oekotex*

    bocal-mecanique-en-verre-1l-julie.jpg

    Le bocal Julie d'1L*

    Le format carré est très pratique pour le rangement!

    bocal-mecanique-en-verre-avec-tare-075l-julie.jpg

    Le bocal Julie de 0,75L avec la tare pour les futurs achats en vrac*

    bocal-hermetique-1-5l-en-verre.jpg

    Le bocal hermétique de 1,5L*

    Ces bocaux sont plutôt des bocaux de rangements mais celui là est parfait pour les grandes pâtes !

    Fréquenter les lieux d'achats les plus simples

    Le meilleur déchet c'est celui qu'on ne produit pas ! Facile à dire dans les supermarchés...tout est suremballé ! 

    Pour éviter de vous poser mille questions au début, je trouve ça plus simple de changer d'endroit pour les courses, plutôt que de tenter le zéro déchet au supermarché ! 

    On privilégie alors les magasins bio au départ pour les premiers achats en vrac. Pas besoin de tout acheter là-bas si vous n'avez pas envie, mais c'est plus simple pour le vrac en général. Sinon ouvrez l'oeil dans certains supermarchés qui commencent à disposer d'un peu de vrac...

    Enfin le marché entre en jeu ! Evidemment, si on a pas l'habitude d'y aller, ça va être un effort au départ. Essayer d'en faire une sortie familiale, de prévoir un petit tour en ville après ou quelque chose qui vous motive. 

    Attention toutefois, le marché est loin d'être zéro déchet, il suffit de regarder tous les producteurs avec leurs sacs plastiques. Mais avec un peu d'organisation, vous pouvez trouver tout ce qui est frais avec un minimum d'emballage et d'effort : légumes, fruits, fromage, beurre, poisson ou viande, oeufs, etc.

    Pour les flemmards du dimanche matin, vous avez aussi l'option "panier des producteurs" : taper dans votre moteur de recherche "panier producteur + votre code postal" et vous trouverez sans doute une chouette solution!

    Pour les palois, je vous conseille Pietometi

    Viser le "vrac" de base

    unnamed.jpg

    C'est quoi le vrac de base ? C'est du vrac qui ne change rien à vos habitudes en cuisine : pâte, riz, farine, sucre, céréales, etc., tout ce qui, emballé ou vrac, ne change rien à votre façon de faire la cuisine. 

    Parce qu'éviter d'acheter emballé, c'est aussi éviter les pâtes à pizza emballé, les gâteaux emballés, les plats cuisinés, les yaourts... Mais tout ça implique un vrai changement dans la cuisine : ne plus les acheter emballé nécessite de devoir les faire vous-même ! 

    Or, l'ennemi du zéro déchet (comme de tout en écologie), c'est de vouloir en faire trop, trop vite. 

    Si vous n'aimez pas cuisiner ou si vous estimez ne pas avoir le temps pour l'instant, évitez de vous emballer (jeu de mots bonjour^^) avec un "je vais cuisiner tous les gâteaux du goûter maintenant" si ça n'a jamais été le cas auparavant !!

    Quand on débute, on débute, alors on y va doucement et on évite de tout bousculer : acheter les mêmes choses que vous avez l'habitude de consommer et qui ne vous demande pas d'effort en cuisine. 

    On achète quoi alors au début ? Je vous donne quelques idées, à vous d'adapter en fonction de votre consommation. Au début, choisissez deux articles puis un autre la semaine d'après, etc.

    ⇒ des pâtes : penne, macaronis, coquillettes, c'est as you want ^^

    ⇒ du riz : 500g de riz thaï pour commencer

    ⇒ sucre ou farine, choisissez ce que vous consommez le plus. 

    ⇒ céréales ou lentilles : à prendre si vous en consommez d'habitude. Ne vous lancez pas dans l'achat d'un aliment que vous ne cuisiniez pas avant. 

    ⇒ du muesli ou des oléagineux (amandes, noix...) si vous en consommez le matin par exemple.

    Et si ça râle un peu chez vous, trouvez un truc un peu chouette à ramener : des pépites de chocolat pour des cookies, du maïs pour faire du popcorn, etc.

    Soyez attentif à vos déchets

    Le dernier conseil que je pourrais vous donner, c'est d'avoir un carnet spécial ZD ou une simple feuille accrochée dans la cuisine où vous pourrez noter pleins de choses, notamment, les idées de ZD que vous avez. Plus vous avancerez dans le ZD, plus vous trouverez de nouveau déchet insoupçonné. 

    Encore une fois, ne changez pas tout d'un coup mais notez vos idées ! Vous pourrez ensuite y réfléchir tranquillement, cherchez une alternative qui vous convient, etc. 

    On note quoi par exemple : les achats envisagés pour pouvoir trouver des contenants auparavant, les quantités achetées qui ont été suffisantes (ou non) pour la durée voulue, les contenants pas adaptés, etc.

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà, normalement vous êtes prêts à débuter dans le vrac ! 

    Mais attention, en général quand on commence, c'est dur de revenir en arrière ^^

    Les autres articles sur le zéro déchet :

    le paradoxe des zéro déchets

    le défi zéro sopalin

    petit guide de l'achat en vrac

    une année pour réduire ses déchets

    une semaine pour comprendre ses déchets

    des pistes pour limiter le gaspillage alimentaire

    DIY les beewraps

    Je suis en partenariat avec le site Landmade, les liens suivis d'une * sont des liens affiliés c'est à dire que je reçois un petit pourcentage si vous achetez quelque chose en suivant le lien. Ce n'est pas une obligation d'achat mais un moyen de soutenir aussi un peu mon activité sur le blog (comme ça je peux manger autre chose que tu Quinoa^^!). Pour plus d'infos sur mon rapport aux marques, allez voir sur le A propos!

  • Défi zéro Sopalin !

    Pin it! Imprimer

    -1.jpg

    J'ai beau faire beaucoup d'effort au quotidien pour limiter les déchets, j'ai encore de gros défauts et le sopalin était sans doute le plus visible chez moi !

    J'ai été élevé avec du sopalin et du coup j'ai pris des mauvais réflexes. Mais comme je dis toujours, le changement se fait petit à petit, quand on est prêt. Et justement, j'étais prête à supprimer définitivement le sopalin de ma maison !

    Petit aparté : on me dit souvent qu'on arrive pas à savoir par quoi commencer pour limiter ses déchets ou consommer plus responsable. Et souvent qu'on est découragé devant l'ampleur de la tâche.

    Je voulais vous parler du sopalin, aussi ridicule soit-il, pour vous montrer qu'il faut procéder à son niveau. Je fais attention à beaucoup de choses et je consomme de mieux en mieux mais je ne me sentais pas de m'en passer encore. Puis, un jour, je me suis dis que c'était bête d'utiliser encore du sopalin alors que je me suis très bien faite aux cotons lavables, aux sacs à vrac ou à beaucoup d'autres petites choses. Du coup, avant de jeter mon sopalin (en vrai, terminez le, c'est idiot de jeter!), j'ai d'abord fait une liste de toutes les différentes situations où j'utilise machinalement du sopalin et j'ai cherché une alternative. Ce n'est que  lorsque j'ai trouvé toutes mes alternatives que j'ai rangé mon dernier rouleau de sopalin...que je n'ai plus touché depuis !

    Voilà, moral de l'histoire, ne vous laissez pas démoraliser par les fanatiques du "être parfait". On est jamais parfait, l'essentiel est d'observer ce qu'on peut améliorer chez soi, comment le faire, ce qu'il nous convient et de se lancer.

    Revenons à notre sopalin!

    J'ai donc listé toutes les situations où j'utilisais automatiquement du sopalin :

    - en guise de serviettes de table

    - pour essuyer les bêtises de ma fille pendant le repas (et croyez moi, il y en a!!)

    - pour poser quelque chose à manger : une part de gâteau, un croissant pour le goûter...

    - pour sécher quelque chose (après le ménage ou la vaisselle par exemple)

    - pour nettoyer les vitres

    .... voilà pour l'essentiel. J'avais déjà arrêté de déposer mes épluchures sur un sopalin en mettant à disposition sur le plan de travail, un petit bol qui fait office de poubelle d'épluchures.

    Rien d'insurmontable là dedans ! Uniquement des réflexes et pas de réflexions en amont pour prendre des meilleures habitudes.

    Du coup, j'ai réfléchi, étape par étape par quoi remplacer le sopalin et c'est devenu évidemment que c'était très facile, il suffisait d'un minimum d'organisation.

    Investir dans des serviettes de table

    -2.jpg

    Pour le coup, je n'ai pas vraiment investi, j'ai la chance d'avoir une maman qui a une caverne d'Ali Baba et j'ai récupéré pleins de serviettes de table. On est trois la plupart du temps, quatre pendant les vacances mais deux petits cochons qui mangent pas très proprement, du coup j'ai pris un sacré stock !

    Je vous conseille de prendre plutôt des couleurs neutres afin de pouvoir les laver et les détacher plus facilement.

    Pour se repérer, des ronds de serviettes sont pratiques mais vous pouvez aussi y accrocher simplement un ruban de couleur. Je cherche encore de jolis rond de serviette si jamais vous connaissez ;)

    Enfin, pour que ce soit pratique, j'ai un petit panier dédié aux serviettes en évidence dans la cuisine, dans lequel on les range après manger. C'est important de réfléchir au rangement des choses du quotidien pour que ce soit plus pratique et donc qu'on l'utilise réellement.

    Investir dans des plateaux

    -3.jpg

    Pour éviter de prendre du sopalin pour y déposer tout et n'importe quoi, le plus simple est le plateau. J'en ai un petit et un grand, toujours à portée de main dans la cuisine. Il suffit de le nettoyer ensuite et plus besoin de sopalin !

    Bien sûr vous pouvez aussi utiliser une simple assiette mais veillez à en avoir une à portée de main si vous aviez le mauvais réflexe du sopalin comme moi !

    Utiliser éponge et tissu microfibres

    -4.jpg

    Là c'est le plus drôle ! Alors que je fais mon ménage avec des produits naturels, j'avais pas encore l'automatisme de l'éponge pour essuyer ! Mise en situation : ma fille renverse son verre d'eau/fait tomber de la sauce par terre et mon réflexe était de prendre du sopalin. Comme c'est idiot (quand je vous dis que je ne suis pas parfaite!).

    Ici, la seule façon de changer les habitudes est de ne plus avoir de sopalin et de redécouvrir son éponge ! Ca marche bien, en peu de temps, j'avais pris le réflexe d'aller chercher l'éponge !

    Et pour essuyer, nettoyer les vitres ou autre, les tissus microfibres ont repris le devant de la scène ! Je garde quelques vieux tissus en cotons si besoin aussi pour le ménage. Là encore, en peu de temps, le réflexe est pris.

    Pour une utilisation facilitée, pensez à un endroit pratique où ranger tous vos chiffons pour ne pas les chercher partout. Même ma fille sait où ils sont maintenant !

    Bilan zéro Sopalin

    Le dernier rouleau de sopalin est caché depuis quelques semaines maintenant et on ne l'a plus du tout utilisé. Je le garde en cas de besoin mais tous mes mauvais réflexes ont disparu et je suis ravie de ne plus avoir ça dans ma poubelle !

    Comme quoi, on garde parfois des mauvaises habitudes qui sont finalement faciles à éliminer. Il suffit d'y réfléchir un peu, de s'organiser pour que les nouveaux gestes deviennent vite naturels. Personne ne s'y plein chez moi et ma fille est même ravie d'avoir sa serviette de table !

    J'espère que ce petit récit vous aidera à comprendre que chaque changement se fait petit à petit, sans jugement et sans précipitation. L'essentiel est d'acquérir de nouveaux gestes, plus écologiques, mais sans s'en rendre compte et surtout de façon durable !