Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

étiquettes

  • Les étiquettes

    Pin it! Imprimer

    étiquettes, réflexion, écologie

    C'est drôle ce concept d'étiquettes. On en trouve partout, pour tout et chacun à une idée sur l'étiquette de l'autre. 

    Il y a des tonnes d'étiquettes dans la vie en général mais prenons les exemples qui me parlent : 

    - être zéro déchet

    - être végétarienne

    - être féministe

    - être minimaliste

    - être écolo (sans aucun doute la meilleure celle-là)

    - être optimiste

    - être bienveillante

    - ...

    Je suis souvent mise sous l'une, l'autre ou toutes ces étiquettes (et toi aussi sans doute). Et le principe d'une étiquette, c'est que soit tu y colles, soit tu dois y renoncer. L'étiquette est censée te définir, comme la couleur de tes yeux ou la taille de tes pieds. Elle ne supporte pas de concessions, de défauts, d'approximations.

    Et le problème de l'étiquette, c'est qu'on ne sait jamais trop comment elle arrive. Parfois, tu te la colles toi-même "je suis féministe", parfois on fait un raccourci entre tes actions et une étiquette, "tu réduis tes déchets ? Tu es zéro déchet". Mais bien souvent, l'étiquette arrive, sans qu'on y fasse attention et sans trop savoir comment. 

    Le problème de l'étiquette, ce n'est pas le fait qu'elle existe mais le fait qu'elle nous enferme.

    Se dire féministe, écolo, zéro déchet, végétarienne...c'est une façon de s'affirmer et de faciliter les rapports sociaux. Au restaurant, dire que vous êtes végétarien(ne) permet d'afficher clairement que vous ne mangez pas d'animaux et qu'il faut vous proposer un plat en conséquence. C'est quand même plus simple que de dire "alors, j'aurais besoin de précision parce que l'impact écologique de l'élevage intensif compte beaucoup pour moi, je ne veux plus participer aux conditions d'élevage et d'abattage des animaux et puis, j'essaye de ne plus faire de spécisme....vous me proposez quoi ?"...!

    Et ça vaut pour toutes les étiquettes. En général, c'est plus simple, plus rapide et même plus "engagé" qu'un long monologue. 

    Mais les étiquettes nous emprisonnent. Non pas par leur simple existence mais parce qu'en réalité, chacun a sa définition et ses frontières de ce à quoi correspond une étiquette. Et en général, l'étiquette ne supporte pas d'approximations, d'exceptions, de demi-mesure. C'est du tout ou rien !

    En creusant un peu, on se rend compte qu'une grande majorité des personnes confondent l'étiquette, l'image qu'ils en ont et les actions qui doivent en découler. Être féministe ne signifie rien d'autre que le fait de prôner l'égalité homme/femme dans tous les domaines de la vie. Mais être féministe s'exprime avec une grande variété d'actions, de pensées ou de mécanismes. Et surtout, être féministe ne préjuge en rien du comportement de la personne qui se revendique (ou non) sous cette étiquette. Autrement dit, tu peux être féministe et mettre du vernis à ongles.

    Autre exemple, tu peux te ranger sous l'étiquette ZD parce que tu es attachée à produire moins de déchets et à trouver des solutions plus durables au quotidien. Mais l'étiquette ZD ne préjuge en rien de l'étendue de ton comportement au quotidien, de ton niveau de "gestion des déchets" ou encore de ton mode de vie. Autrement dit, tu peux avoir l'étiquette ZD et acheter un produit avec emballage.

    On confond ainsi des combats, valeurs, principes que l'on souhaite mettre en avant, revendiquer, porter, exprimer, approfondir...avec un mode de vie prédéfini. Or, par définition, les modes de vie diffèrent et changent au cours même de la vie. Les étiquettes ne signifient pas un taux d'accomplissement de 100% puisqu'il serait impossible de savoir sur quoi baser ce 100%. Être 100% ZD, c'est quoi ? Être 100% écolo, féministe, etc. ?

    Autre soucis, les étiquettes arrivent même sur nos "caractéristiques physiques ou psychologiques". Alors certes, si tu as les yeux bleus, tu as les yeux bleus, toutes nos caractéristiques physiques difficilement modifiables sont rarement concernées. Mais il en va différemment de ce qui changeant : la nature des cheveux, le fait de se maquiller ou non, le style vestimentaire, etc. Exemple typique des méfaits des étiquettes : j'ai les cheveux bouclés et j'aime en parler, montrer comment les accepter, les coiffer...mais ça ne veut pas dire que je renie quelque chose si je les attache ou, pire, si je les lisse ! Vous n'imaginez même pas le nombre de messages de "déception" que je reçois sur instagram quand je parle avec les cheveux lisses. Sans le vouloir, on m'a collé l'étiquette "curly" et je ne devrais pas en sortir. Idem pour la case des étiquettes psychologiques : avoir l'étiquette "optimiste" t'empêche souvent le moindre coup de mou ; ou la case des étiquettes vestimentaires : avoir l'étiquette "casual" te collera à la peau si un jour tu mets une tenue chic...

    Enfin, la plus complexe des étiquettes est celle de "l'écolo". A mon sens, le terme est bien trop large pour être une seule étiquette mais, là encore, pour des raisons de facilité dans la vie courante, on se colle souvent soi-même cette étiquette, à partir du moment où notre impact écologique a une importance pour nous. Cependant, comme elle est trop, on colle rarement à la définition de notre/nos interlocuteur(s). Pour cocher toutes les cases de l'étiquette écolo, il faut se lever tôt : être ZD ; végétarien ; à la mobilité douce (sans voiture, sans avion) ; acheter bio, éthique, local ; avoir un job à impact positif...bref je pourrais continuer encore longtemps.

    Les étiquettes, c'est pratique dans la vie de tous les jours et c'est même nécessaire pour porter plus fort ses valeurs, mais c'est une sacré prison qui nous fait culpabiliser, cacher certains comportements, se critiquer les uns les autres, abandonner certains principes... Il est impossible d'éviter les étiquettes, phénomène classique de l'être humain qui a besoin de tout ranger dans des cases. Mais on pourrait essayer de distinguer l'étiquette du comportement, ou plus justement, l'étiquette de la valeur d'un être humain.

    Vous avez une étiquette vous ?

  • Organiser son tri à la maison

    Pin it! Imprimer

    0.jpg

    Il est toujours rigolo de voir la différence entre mon monde "des réseaux sociaux" et mon monde "réel". Alors que sur Instagram, je vois des personnes revenir des courses 100% vrac, montrer l'achat d'une brosse à dent en bambou ou des recettes de ketchup maison, dans ma "vraie vie", je suis souvent confrontée à des personnes qui ne tri absolument aucun déchet, bouteille en verre compris. 

    Si c'est parfois un peu schizophrène (et si je ne suis pas toujours à l'aise venu le moment d'expliquer ce que je fais dans la vie), j'aime beaucoup ces piqûres de rappel : le monde est loin d'être uniforme et surtout, il est loin d'être majoritairement sensibilisé à l'écologie. Notre cercle proche et surtout le cercle que l'on choisit via les réseaux sociaux, ont souvent les mêmes sensibilités que nous. Du coup, on est parfois inefficace à partager des infos, idées, articles ou autres, à des gens qui sont déjà dans la même démarche que nous. 

    C'est un peu pour ça que j'ai décidé de faire des ateliers ou encore que j'écris parfois sur des choses qui vous paraissent un peu simple. Parce que si j'adore montrer que faire sa lessive maison c'est archi simple, je sais très que de nombreuses personnes ont déjà besoin d'aide pour simplement comprendre comment trier !

    Alors, on ne va pas parler des consignes de tri en pratique (mais on reparlera très vite quand même!). Si vous avez des difficultés à savoir comment trier chez vous, je vous conseille de télécharger l'appli Citeo ou encore de regarder sur le site de votre agglomération. Les consignes (et les couleurs des poubelles) ne sont pas encore harmonisées sur l'ensemble du territoire, mais en gros, partout on peut faire du tri sélectif. 

    J'aimerais surtout vous parler organisation de ce tri. Parce qu'une bonne organisation, c'est une vie plus simple et un tri plus efficace. Le seul mot d'ordre : pensez flemme ^^ Il faut que vos poubelles soient accessibles, faciles à transporter et reconnaissables. 

    On a trop tendance à cacher nos poubelles, à se compliquer la vie et du coup, à râler ensuite sur le fait qu'il est compliqué de trier. Alors, qu'il faut justement les rendre le plus visibles possibles, pour que ce soit plus simple, que ça devienne un réflexe et que même les plus petits puisent trier facilement. 

    Quel type de poubelle choisir ?

    Vous avez maintenant un choix important pour vos poubelles. Je trouve qu'il est important de surtout penser "pratique" c'est à dire des poubelles pas trop grandes ni trop lourdes. Vous pouvez aussi opter pour des paniers ou cagettes pour le tri plastique ou le verre.

    Ici, on a un trio de poubelles identiques mais avec un couvercle de couleur différente. Trouvées simplement à Gifi, elles sont surtout assez fines et pratiques à porter pour les descendre. Elles prennent la place d'une grande poubelle sauf qu'il y a les trois poubelles principales. Evidemment, j'aurais préféré une version pas en plastique mais je n'ai pas trouvé dans mes magasins les plus proches. N'hésitez pas à regarder aussi du côté de l'occasion ou chez Emmaüs !

    On note que la poubelle d'ordures ménagères est la seule à avoir un sac poubelle en plastique dedans puisqu'il faut la jeter fermée. Ne mettez pas de sacs poubelles dans les autres, le tri s'effectue toujours en vrac !

    Si vous habitez en maison et que vous avez des poubelles mises à disposition et à l'extérieur, n'oubliez pas de vous faciliter le tri en disposant une mini poubelle (ou autre) afin de ne pas avoir faire des allers-retours constants. 

    Enfin, si vous avez des enfants, pensez qu'il faut une ouverture facile pour eux. Il y a des poubelles qui s'ouvrent toute seule, d'autres avec un "bouton", bref, pensez aux plus petits !

    Combien de poubelles faut-il ? 

    Adapter le nombre de poubelles (et leur taille) à vos consignes de tri. Il vous faut au minimum trois "poubelles" : ordures ménagères, tri plastique/papier et tri du verre. A vous de choisir quel type de contenant pour chacune, notamment en fonction de là où vous les jetez et de la quantité de vos déchets. 

    Mais il est intéressant d'avoir d'autres zones de déchets, toujours en fonction de vos types de déchets : 

    - un panier, sac, cagette...pour les déchets à déposer en déchetterie ou à donner à une association par exemple (ou deux endroits distincts !) : les objets cassés, ceux dont vous ne voulez plus, etc. 

    - une petite boîte pour les piles et les ampoules usagés. 

    - une poubelle à compost : vous avez un composteur chez vous ou dans votre quartier ? Pour vous faciliter la vie, il est intéressant d'avoir une poubelle à compost pour pouvoir conserver vos déchets organiques quelques jours avant de les jeter dedans, sans avoir de problèmes d'odeur. Vous pouvez utiliser une boîte hermétique et la stocker au frigo ou investir dans une poubelle spécifique (Casa, Maison du monde, Natures et découvertes).

    0-1.jpg

    Et les autres poubelles alors ? Je suis partisane d'une méthode un peu radicale mais enlevez vos poubelles de salle de bain, de bureau. En général, on installe qu'un seul type de poubelle, ce qui ne permet pas de faire le tri et tout fini dans la poubelle des ordures ménagères. Mais c'est aussi une super idée pour se forcer à limiter les déchets dans ces endroits, vous trouverez tout de suite que les cotons lavables sont chouettes si vous devez faire les allers-retours pour jeter les cotons classiques :) 

    Où disposer ses poubelles ? 

    Un seul mot d'ordre ici, il faut que vos poubelles soient les plus proches de l'endroit où vous avez besoin de jeter et les plus visibles possibles, surtout si vous ne maîtrisez pas encore bien les consignes de tri. En général, il s'agit de la cuisine, trouvez un coin accessible pour tout le monde et bien en vue.

    On arrête de cacher ses poubelles, les déchets font partie de nos vies et vous n'aurez jamais envie de les réduire si vous ne le voyez pas !

    0-2.jpg

    Ma poubelle à compost est à côté de mon plan de travail et la boîte pour les ampoules/piles usagées dans un placard.Mais ces trois poubelles sont à l'entrée de la cuisine. 

    Comment les reconnaître facilement ?

    En général, les poubelles ne sont pas vraiment un point d'investissement qu'on aime. Déjà parce que ça coûte relativement cher mais aussi parce qu'on a du mal à mettre de l'argent dans quelque chose qui accueille nos déchets. Pourtant, vous les utilisez combien de fois par jour ? 

    Il est important de choisir des poubelles que vous pouvez différencier soit grâce à leur forme, taille ou à la couleur des couvercles, mais si vous ne voulez pas vraiment investir, il y a une chouette alternative de Ludilabel : les étiquettes pour le tri sélectif !

    etiquettes-tri-selectif-4.jpg

    J'aime beaucoup les dessins, très pratiques pour les enfants à qui on apprend le tri, et le code couleur assez cohérent. Et big up pour avoir pensé aux déchets organiques, piles et ampoules usagées. Chez moi, la poubelle jaune réunie le plastique (étiquette jaune) et le papier (étiquette bleue), j'aurais pu me passer de coller les deux étiquettes mais je voulais que ce soit vraiment clair pour les enfants.

    Ludilabel m'a fait parvenir un petit set d'autocollants et si je ne pensais pas les utiliser au début (ici on est plutôt habitué à trier), j'ai finalement tenté l'expérience et gros succès ! J'aurais bien évité d'en coller une sur ma poubelle de compost que je trouve jolie mais ma fille m'a rappelé à l'ordre ! Dans tous les cas, ça nous a fait revoir le type de poubelle qu'on utilise pour que ce soit encore plus pratique pour les enfants, sans avoir à vérifier derrière eux (et ça si tu es parent, tu aimes ^^).

    Un dernier conseil ? On arrête de faire l'autruche et on regarde un peu ce qu'il y a dans nos poubelles pour trouver des idées afin de les réduire ! Si besoin, j'avais même fait un planning des déchets pour vous aider !

    _____

    Et si jamais les étiquettes Ludilabel vous tentent, il y a un petit concours sur Instagram (@julie_pancakes).