Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Run&Yoga

  • J'ai testé le Beforework Newake

    Pin it! Imprimer

    newake-montpellier-146616184864.jpg

    Jeudi dernier, j'ai testé le Beforework du Newake à Pau et j'ai adoré !

    Newake, c'est une très jolie initiative pour réinventer le matin en y associant la pratique physique du yoga, un atelier coaching et un petit déjeuner healthy. Réservés aux femmes et pouvant aussi s'intégrer au monde de l'entreprise, ces ateliers visent à mettre en avant l'importance du bien-être au travail et dans la vie perso. Et tout ça par la prise de conscience de l'importance du matin. 

    Il y a des beforwork partout en France, vous trouverez toutes les dates et les lieux sur leur site internet .

    J'ai tout de suite été séduite par le concept. Je fais partie des gens "matinaux" qui n'aime pas dormir tard et dont le début de journée conditionnent tout le reste. Faites moi me dépêcher le matin et je serais fatiguée toute la journée ! Je suis en plus complètement convaincue des bienfaits du yoga le matin même si j'avoue moins bien arriver à m'y tenir depuis le début de l'automne. 

    Bref, un concept chouette auquel j'ai été conviée (après hésitation de ma part, le hasard a fait que c'était le lendemain de mon arrêt de contrat et donc mon premier jour de repos!!). 

    Capture d’écran 2016-11-21 à 15.27.34.png

    Jeudi 17 novembre -

    - 6h30 - Yoga

    unnamed-1.jpg

    Oui, 6h30 pour faire le chien tête en bas, je vous cache pas que ça pique. Le gros avantage c'est que je connaissais déjà Mélanie, professeur de Yoga à Pau, et que je savais qu'elle saurait y aller doucement. C'est l'avantage du Strala Yoga, le Yoga de Tara Stiles, qui n'est que douceur et acceptation. Pas question de forcer ou de se juger, on est toutes en quête d'un meilleur "nous", à notre rythme. 

    C'était un peu surréaliste de se retrouver de nuit pour se mettre en tenue sur nos tapis. Mais l'endroit était chouette, tout le monde si accueillant. 

    Le cours était très doux (bon mis à part la posture de la lune ^^) et je pense très accessible aux débutants, donc n'hésitez pas même si vous n'avez jamais fait de yoga. Et sincèrement, après le yoga du matin, on sent une grosse différence dans le réveil de son corps, comme si on avait pris le temps de s'en occuper avant toutes les autres choses de la journée. 

    - 7h15 - Coaching Bonheur

    On enchaîne auprès de Kim, sophrologue, pour un coaching sur le bonheur. Je dois confesser que j'étais plus sceptique sur cette partie de la matinée. Je m'intéresse beaucoup à la sophrologie, à la méditation, au bien-être en général mais je suis aussi très timide et souvent mal à l'aise en groupe. J'aurais adoré la rencontrer en tête en tête mais dans un groupe de 20 filles que je ne connaissais, j'avais un peu d'appréhension. 

    En fait, c'était vraiment intéressant ! On a d'abord explorer les différences entre le plaisir, la joie et le bonheur avant de comprendre un peu mieux l'impact de nos émotions (et de nos phrases) sur notre bonheur. On a gonflé des ballons pleins de nos sentiments négatifs ou encore visualisé un projet avant de sauter vers lui, aidée d'une autre participante.

    J'aime beaucoup la philosophie de ce coaching et j'aurais bien discuté un peu plus sur le sujet du bonheur !

    - 8h - Petit déjeuner healthy

    unnamed.jpg

    Enfin l'heure de manger ! Je ne suis pas une grosse mangeuse du matin mais après toutes ses activités, j'avais faim !

    Là, c'est Céline, au commande du Portobello Café de Pau (futur FIKA) qui nous a régalé d'un petit déjeuner healthy. Du thé, du matcha, un cake à la banane et un chia pudding excellent ! L'accro au café que je suis le regrette un peu car même si je bois du thé le matin, j'avoue que le réveil de 5h40 me donnait envie d'un café ^^

    Le temps aussi de se poser, de discuter avec des personnes d'autres horizons et de se préparer pour attaquer la journée. 

    Le temps est passé à une vitesse folle et à la fois, voir qu'il n'est que 8h30 quand on se quitte donne un sentiment de satisfaction important ! L'organisation est top et l'énergie qui se dégage donne envie de monter des tonnes de projets similaires dans ma petite ville du sud-ouest. 

     

    Vraiment, s'il y en a qui passe chez vous ou si vous voulez en organiser dans votre entreprise, foncez !!

    Infos 

    Le site internet de Newake pour retrouver tous les beforework !

    Mélanie pour le Yoga (infos pour des cours sur FB)

    Céline du Portobello Café

    Kim, sophrologue 

    Merci aux filles de Newake et à Mélanie de m'avoir invitée !

  • Run run baby run

    Pin it! Imprimer

    unnamed.jpg

    C'était sur ma liste des choses à faire avant 30ans et finalement je l'ai fait à 31 ans : le 30 octobre dernier, j'ai couru ma première course officielle. Une bébé course de 6km, mais une course quand même.

    Et pourtant, il y a 6 mois, je ne courais pas.

    Je vous ai déjà expliqué dans cet article, pourquoi je m'étais mise au running (et au yoga), allez y jeter un œil. Aujourd'hui, j'aimerais partager avec vous quelques astuces qui m'ont aidé, ma progression, mes baisses de motivation et mes futurs projets.

    Mais avant tout, j'aimerais ajouter que le running c'est bien mais que ce n'est pas une obligation. Le sport par contre devrait toujours avoir une place dans notre vie. Et par sport, on peut très bien entendre le fait d'aller au travail en vélo, de faire de longues balades le

    weekend ou de préférer les activités plus "douces" comme le yoga ou le pilates.

    Je sais que beaucoup d'entres nous se mettent au sport pour faire diminuer le nombre affiché par la balance ou pour sculpter son corps, détail par détail. Je ne juge pas, chacun son histoire avec son corps et surtout chacun son corps j'ai envie de dire. Mais l'essentiel dans le fait de faire du sport devrait d'abord se trouver sur le plan du bien être physique et psychologique. Faire travailler son coeur est essentiel, être tonique permet de diminuer certaines douleurs classiques aujourd'hui (le dos, la nuque...), la dépense énergétique aide à trouver un sommeil plus apaisé et toutes les petites endorphines apaisent notre moral et renforce notre mental.

    Après bien sûr, on peut perdre des kilos et/ou se façonner des muscles saillants. Mais je ne me suis pas mise au running pour ça et je n'aimerais pas porter cette vision.

    Le running permet de toute façon de s'alléger et de se muscler mais c'est tellement plus. C'est exactement comme le yoga. Il affine, sculpte et assouplit mais si vous en restez là, vous perdez l'intérêt du yoga : son pouvoir sur votre bien être physique et émotionnel.

    J'aimerais alors que vous preniez ce témoignage comme celui d'une jeune maman, pas vraiment sportive mais qui a eu envie de se dépasser et qui a finalement aimé ça. Je suis loin de distance et des chrono de la plupart, mais je cours, je m'améliore et je me sens mieux. C'est tout ce qui compte. Et si je peux le faire, crois-moi, toi aussi ! Que ce soit au running, yoga, piscine ou juste à partir en balade plutôt que d'aller au cinéma.

     

    Au commencement....

    Si vous avez envie de vous mettre au running même si vous vous sentez nulle, je vous partage un secret : tout le monde a été  débutant au départ. Même votre copain qui vient de finir son marathon ou la fille que vous suivez sur instagram qui court tous les jours.

    Oui, j'ai pas échappé à la règle et ça m'a drôlement aidé de le savoir : tout le monde a eu du mal à finir son premier km au début. Pour être honnête, la première fois, je n'ai même pas couru 1km que j'étais déjà à bout de souffle et je me demandais qu'est-ce que je faisais là !

    Mais, deuxième secret : on s'améliore très vite. A condition de faire des sorties assez régulières (pas besoin de courir 6 fois par semaine non plus!), en un mois, vous aurez déjà fait d'énormes progrès.

    Pour ma part, je suis passée de 2km fin mai (très péniblement!) à 6km fin juin ! Et je n'ai pas forcé !

    La blessure et la reprise

    En juin, j'avais donc fait une dizaine de sortie qui m'ont fait arriver aux 6km début juillet. Et là, mon pied s'est mal placé et je me suis blessée : entorse du ligament interne, arrêt total pendant 15 jours minimum.

    Finalement, j'ai passé 1 mois sans courir et ça a été un calvaire. Étrangement, on ne comprends pas cette frustration avant d'avoir progresser en running.

    J'attendais la reprise avec impatience...qui a été un vrai calvaire !!! J'ai mis un mois avant de pouvoir courir 5km, j'avais du mal à tenir mon rythme, moins de plaisir... Du coup, j'ai sorti l'arme ultime pour ne pas être tenté d'arrêter le running : l'inscription à une course officielle !

    Sincèrement, sans ça j'aurais abandonné et même avec, je n'ai pas réussi à m'entraîner comme je voulais, ce qui a rendu ma course un peu moins intéressante qu'elle devait l'être.

    Ma première course

    C'était la Féminine de Pau, une course de 6km (dont une partie des fonds sont réservés au service pédiatrique de l'hôpital). La seule fois où j'avais couru 6km avant ma blessure, je l'avais fait en 46min. Un temps de tortue mais après 2 mois de running, c'est pas si nul après tout!

    Mon objectif début septembre était d'atteindre les 45 min puis de faire un peu de fractionné (alternance de course rapide/lente pour gagner en rapidité) afin d'arriver à courir le 6km entre 38/40min.

    Bon, ben mon manque d'entraînement m'a vite fait revoir mes objectifs! Finalement, j'y suis partie en voulant seulement la finir sans mourir (lol) et si possible en 45min, histoire d'améliorer mon seul chrono de référence.

    La course a été dur, il a fait très chaud et j'ai du mal à courir avec la chaleur. A cela s'ajoute que le parcours en centre-ville n'est pas plat mais contient plusieurs parties en faux-plat que mes jambes n'étaient pas habituées à supporter. MAIS, je l'ai fini, non sans mal, mais en 43,43 min !!!

    Bon, ça reste un temps de tortue mais ça me permet d'être classée en milieu de tableau (mais derrière ma belle-mère #lahonte) et surtout ça m'a donné envie de continuer à courir, plus sérieusement et plus régulièrement.

    Parce que, cette course, était un peu un crash-test. Soit je détestais et j'en revenais à faire du footing de temps en temps (ce qui peut être très bien hein!), soit j'adorais et je me lançais un vrai défi du type 10km. J'ai fini un peu entre les deux. La course a été très dure et très décevante par rapport à mon objectif initial. Mais la fierté a l'arrivée, malgré la fatigue, la chaleur, la soif...c'est indescriptible. Ça dépasse de loin la fierté de mon doctorat parce que là je suis allée au delà de mes limites physiques à la seule volonté de mon mental. On devrait tous pouvoir ressentir ça un jour, le pouvoir de notre esprit sur notre corps, que l'on a tant l'habitude de juger, de malmener, de critiquer.

    unnamed.jpg

    Les astuces à retenir

    Il y en a pleins ! Courir est une activité qui peut parfois être ennuyeuse et il faut alors trouver la motivation de continuer et surtout celle de s'améliorer. En dehors de ça, il faut aussi savoir trouver le temps, l'équipement et les conseils qui peuvent vous aider.

    Voici ce que j'ai retenu :

    • Le running a l'avantage d'être un sport qui ne coûte pas cher en équipement et en pratique. Mais, s'il y a une dépense qu'il faut faire, c'est bien celle des chaussures. J'avais commencé avec mes anciennes baskets et finalement je me suis blessée un peu à cause d'elles. Résultat, j'ai dépensé 100€ dans des nouvelles, adaptées à ma foulée et ça m'a changé la vie ! Bien sûr que c'est cher mais profitez des périodes de soldes ou de certaines marques plus abordables. Dans tous les cas, allez en magasin spécialisée et essayez-les. Une paire de chaussure de running ne se choisit pas comme des escarpins, il vous faudra pendre en compte votre type de foulée mais aussi prendre 1/2 voir 1 pointure au dessus.
    • Préparer et varier ses parcours. C'est toujours plus motivant d'avoir un parcours qui fait la distance que vous devez courir sans avoir à tourner en rond, ni à vous demandez où aller. Trouver un stade, un parc qui vous permet d'avoir un repère. Le mieux étant d'avoir un "petit" tour au début, environ 2.5km et un grand tour de 5km minimum. Pensez aussi à avoir au moins deux endroits différents pour courir pour éviter l'ennui.
    • Essayer le tapis de course. Ce n'est pas pour tout le monde, certaines personnes vont trouver ça plus dur ou plus ennuyeux mais, pour ma part, il m'aide bien. Déjà, il permet de ne plus avoir l'excuse de la pluie/nuit/neige et du manque de temps. Je peux aller courir à la salle à midi un jour de boulot alors que je ne pourrais pas le faire en extérieur (rapport à la douche ô combien nécessaire après). Mais surtout il me permet de courir à un rythme défini et surtout constant, ce que je peine à faire en extérieur. Je préfère mille fois courir dehors mais le tapis m'a beaucoup aidé à gagner rapidement des km et à stabiliser un peu ma vitesse.
    • Faire son planning de sortie pour ne pas trouver de bonnes excuses au dernier moment. Si vous savez que vous allez courir le mardi soir et le dimanche matin, vous le ferez plus facilement que si vous attendez chaque jour d'avoir la motivation pour aller courir. Surtout si vous courez en hiver ! Il peut être intéressant de varier votre planning entre sortie courte intensive et sortie longue plus douce par exemple. Ou d'ajouter une séance de fractionné si vous voulez gagnez en vitesse.
    • Bien choisir sa playlist et mollo sur les appli de running. La playlist pour courir doit être faite avec attention. Choisissez de la musique que vous aimez bien sûr mais pas forcément la plus rythmée possible. Sinon gare à l'accélération de votre rythme. Trouver la musique qui vous convient et vous motive sans vous fier aux playlists "boîte de nuit" que l'on voit partout. Et une appli pour courir c'est top pour voir sa progression et sa vitesse mais essayez de tourner l'écran au début pour ne pas être tenté de vérifier l'avancée de km tout le temps. Je vous assure que 400m peuvent être très longs les yeux rivés sur le téléphone et très rapides quand vous occupez votre esprit à autre chose.
    • En cas de grosse baisse de motivation : se lancer un nouveau défi de distance, trouver un nouveau parcours, inviter une amie à courir avec vous, changez de playlist, etc... La meilleure motivation pour moi a été l'inscription à une course officielle alors pourquoi pas vous ?
    • Faire attention à soi. Le running est un sport d'impact et par définition, il peut être violent pour le corps. On se chouchoute donc dès le début même si on fait 2km ! On se masse à l'huile d'arnica après la sortie, on fait bien ses étirements avant de se coucher, on soigne ses pieds... Et à la moindre douleur on consulte, il peut y avoir un soucis avec vos chaussures, besoin de semelles, de quelques séances de kiné. Bref, on y va doucement et on écoute son corps.

    unnamed.jpg

    Ma routine running

    Mine de rien, cela fait 6mois que je cours et j'ai désormais des habitudes bien établies qui m'aident beaucoup à tenir et à progresser.

    Niveau planning, je suis aujourd'hui à un rythme de 2 fois par semaine. Une fois dans la semaine et une fois le week-end. Si je peux j'ajoute une sortie le midi sur tapis. Question organisation, ça me fait seulement un soir dans la semaine où le gentil mari doit garder ma mini (et où moi je dois trouver la motivation pour la laisser! #mamanlouve). C'est plus que raisonnable et ça me permet de ne pas faire supporter trop mes sorties à mon amoureux.

    Question équipement, j'ai peu d'indispensables : mon téléphone et mon brassard pour le porter au bras, une casquette légère en cas de soleil (je déteste courir sous le soleil) ou un bandeau pour contenir mes boucles rebelles. Côté vêtements, je suis plutôt partisane du short mais je vais bientôt devoir l'abandonner. J'arrive de mieux en mieux a m'habiller correctement pour ne pas avoir froid ou chaud. En gros, j'imagine toujours une dizaine de degrés de plus et ça se traduit par une couche de vêtement en moins qu'en civil !

    Très rapidement mais je vous ferais sans doute un article, pour ne pas se ruine, H&M et Décathlon proposent de très bons basics pour commencer. Je me suis lancée comme défi de ne pas porter de rose en vêtement de running juste par esprit de contradiction : c'est rose presque partout dès que c'est estampillé "fille". Pour l'instant, j'y arrive mais je remercie activement H&M qui sort des collections canons en bleu ;)

    unnamed.jpg

    Legging H&M (collection actuelle mais je ne le trouve pas sur le site)

    J'ai plusieurs parcours fétiches : un proche de chez moi, un plus long dans les bois, un plus joli près du gave de Pau, etc... J'aime bien varier mais je préfère toujours des parcours que je connais déjà. Mentalement, ça m'aide à tenir quand j'ai des repères (genre à cet arbre, je sais qu'il me reste 1km!).

    Et enfin j'ai appris à faire attention à mon corps. Si je ne m'échauffe jamais (mais ça viendra sans doute avec le froid), je m'étire toujours. Par contre, je ne le fais jamais directement après mais souvent 1h après ou même juste avant de me coucher. Et j'essaye d'être assidue en yoga en parallèle pour m'aider à être plus souple et plus tonique. Si jamais, la piscine est aussi un très bon complément du running. J'ai investit dans l'huile à l'arnica de Weleda qui m'aide beaucoup lors des sorties un peu plus intensives. Et je suis devenue une psychopathe du soin des pieds ^^

    Et dans tous ça, ce qui m'a surtout aider, c'est Anne. Oui oui AnneDubndidu du blog du même nom ! Je ne suis pas très assidue à son blog mais il y a quelques très bons articles pour débuter (vous les retrouvez dans la page "commencez par ici" de son blog). C'est surtout son livre La magie du running que j'apprécie particulièrement. Il est très complet, bien présenté et très motivant. Je m'y replonge souvent quand je me pose des questions, quand j'ai une baisse de motivation ou quand j'ai besoin d'établir un planning. Je compte d'ailleurs m'y replonger quand je devrais mettre au point mon planning d'entrainement l'année prochaine. Vraiment je vous le conseille si vous débutez ou si vous peinez un peu à dépasse les 4/5km. Il me semble peu adaptée par contre si vous avez déjà un bon rythme et/ou un nombre de km plus proche des 10.

    unnamed.jpg

    Et maintenant

    Maintenant, je profite d'avoir passé le stress de ma première course pour repartir sur de bonnes bases. Je pars pour 2 sorties par semaine environ. J'aimerais faire des sorties courtes à un rythme plus soutenu et des sorties plus lentes mais plus longues. Mais sans stress, mon défi jusqu'en janvier c'est de continuer à courir malgré l'hiver !

    Et si tout se passe bien, j'envisage de faire un 10km au printemps mais là de suivre un vrai planning d'entrainement les deux mois avant. J'imagine pas encore comment je pourrais courir 10km mais comme je pensais pas courir 6km avant non plus, c'est que je dois en être capable !

    Sinon, pour un bilan plus global et pour en revenir à ce que je vous disais au début, le bilan de ma reprise du running est positif dans plein d'aspect de ma vie. Bien sûr, je me suis affinée, j'ai perdu 1kg je crois et je suis "visuellement" plus musclée. Mais je retiens surtout que je me sens plus tonique, que j'ai moins de mal à faire de longues balades ou des parties de foot avec les enfants, que ma respiration s'est améliorée et que ça m'a même donné envie d'arrêter de fumer (bon ça c'est pas encore du 100% réussite mais j'y travaille!). ET surtout, surtout, je suis fière de moi au moins deux fois par semaine (enfin presque, des fois je râle d'avoir couru comme un crapaud!) et sincèrement,je suis pas sûre qu'on le soit si facilement dans la vie de tous les jours. Rien que pour ça, ça vaut bien un peu de transpiration le dimanche matin !

    Et vous, vous courez ?

    unnamed.jpg

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Bébé sportive

    Pin it! Imprimer

    aae985a94dcbf30ce2ed6da6debb9511.jpg

    Attention article fleuve ! J'ai repris le sport depuis quelques mois et on me pose souvent des questions. Je voulais aborder un peu le sujet de façon générale avant de rentrer dans le détail des sports que je pratique ou faire un vrai bilan.

    Je vous prépare un article un peu plus complet sur le running mais je voudrais d'abord retrouver mon rythme d'avant blessure ou même participer à ma première course pour pouvoir vous raconter plus de choses !

    Avant-propos

    Je n'ai jamais été une grande sportive. J'ai fait de la danse depuis l'âge de 4 ans jusqu'à mes 18 ans environ. J'ai développé un goût pour les sports "lents" où l'on travaille la souplesse, l'équilibre et les muscles sans trop de violence. De ce fait, j'ai toujours détesté les autres sports, notamment à l'école. 

    J'ai voulu me mettre au basket au collège, le seul sport collectif qui me plaît à faire et à regarder. Mais on m'a rapidement diagnostiqué une scoliose qui m'a arrêté net et j'ai ensuite fréquenté bien plus souvent ma kiné que la salle de sport.

    En grandissant, j'ai essayé de me mettre au running, à la natation ou à la gym sans jamais y trouver du plaisir ni la motivation pour être assidue. Finalement, il a fallu attendre d'être en thèse et de vivre une "mauvaise" période personnelle pour commencer à courir, nager et à m'inscrire en salle pour faire du pilates. J'ai beaucoup aimé, j'ai progressé et ça commençait à me manquer quand je sautais une séance. 

    Puis, j'ai voulu un enfant. Sans entrer dans les détails, j'ai mis 1 an et plusieurs épisodes douloureux avant d'y arriver et j'ai donc arrêté complètement le sport à cette période là. Une fois enceinte, j'étais en "grossesse à risque" les trois premiers mois et même si c'est stupide, je n'ai pas voulu prendre de risque en recommençant le sport. J'ai quand même repris le pilates et la piscine à la fin de la grossesse, histoire de me bouger un peu.

    J'ai eu ma fille en septembre 2013 et j'ai repris le sport en avril 2016. Pourquoi autant de temps ? Pour pleins de raisons ! Comme la plupart des jeunes mamans, j'avais du mal à trouver le temps et à vouloir laisser mon bébé pour retrouver une activité physique. J'ai aussi eu une césarienne, ce qui complique malheureusement la reprise puisque la ceinture abdominale a été complètement "traumatisée" (pour trouver un terme soft...). J'ai aussi eu la chance de perdre mes kilos (pourtant +20!!) sans difficultés ni régime, c'est super mais ça ne donne pas de raison d'aller se bouger un peu. Enfin, j'ai terminé ma thèse l'année dernière et cela me laissait déjà peu de temps en famille, il était impensable d'utiliser ce temps pour aller courir! 

    Le déclic : une fois ma thèse terminée, je me suis retrouvée dans un état physique peu joyeux. Très fatiguée, j'avais aussi beaucoup maigri mais je voyais bien que mon corps était lent, mou...Puis le stress de la thèse a eu le pire des effets : me faire reprendre la cigarette. Impensable d'arrêter si je ne trouvais pas une activité qui me permette d'évacuer la boule de stress que je suis parfois. Enfin, la thèse a fini de tuer toute fierté en moi et j'avais très envie de retrouver ça : me dépasser, relever des défis, accomplir quelque chose seule et pour moi. 

    J'ai alors commencer à courir et en parallèle je me suis inscrite en salle de sport pour me remettre au yoga. 

    Le running

    .jpg

    C'est le sport par excellence qui m'ennuyait. J'ai l'endurance d'un escargot et la motivation d'une huître alors sortir pour courir....!! Mais j'avais des bons souvenirs de la période où j'avais commencé la course et je sais que c'est un des sports où l'on progresse très vite, ce qui est parfait pour trouver la motivation. Et même si je sais que c'est un sport violent par ses impacts, il me permet de faire travailler mon coeur, d'envisager l'arrêt de la cigarette et de viser des objectifs : courir une course "féminine" de 6km puis une de 10km. Vous savez le genre de liste que l'on fait avant 30ans ? Moi, il y avait toujours courir une course officielle et je suis déterminée à l'accomplir. 

    Bien sûr, je suis toujours un escargot, je cours encore lentement et pas assez longtemps. Je vous ferais un article plus spécifique sur le running mais sachez que chaque coureur à commencer par courir 10 min avec l'impression de mourir à la fin !

    Pour info, en 2 mois et demi, je suis passée de 1.40 km en 11 min à 6 km en 46 min. Mon seul objectif est de tenir 45 min et/ou 6 km pour ensuite travailler ma vitesse. Et ma progression, je l'ai réalisé sans pression, juste en me disant qu'à chaque sortie, je devais courir soit un peu plus longtemps soit un peu plus loin. 

    J'ai eu un mois d'arrêt en juillet à cause d'une entorse et la reprise est dure mais je sais que je retrouverais mon rythme. J'essaye de planifier 2 sorties minimum : une en semaine et une le dimanche. Et si je peux j'en rajoute une, surtout le midi sur tapis de course à un rythme plus soutenu mais moins longtemps. 

    Le yoga

    .jpg

    (la position du triangle ^^)

    Je me suis inscrite à la salle de sport pour pouvoir aller courir sur tapis et pour reprendre le pilates. Finalement, je suis un cours de "body balance" qui reprend les mouvements du yoga et ça m'a énormément plu ! 

    Désormais, j'ai "appris" plusieurs positions et plusieurs enchaînements ; je progresse énormément en souplesse ; et surtout je retrouve l'esprit de la danse à faire travailler mon corps doucement, à sentir les muscles et la souplesse...

    Je fais un cours par semaine et je le pratique à la maison 2 fois dans la semaine environ. J'en fais aussi un peu après le running, ce qui me permet de m'étirer plus en profondeur et de travailler un peu ma cheville qui a subit une entorse. 

    Si besoin, j'ai testé l'appli Asana Rebel (pour Iphone uniquement) qui est très bien pour débutant et j'ai aussi un tableau Pinterest avec quelques enchaînements de base ou ciblés en fonctions des besoins. 

    Le yoga m'aide à progresser en running, à limiter le traumatisme de ce sport d'impact qui peut être violent pour les articulations ou le dos. Il me permet de faire attention à ma ceinture abdominale qui n'a pas très bien vécu la césarienne. Enfin, il m'aide beaucoup à me concentrer et à me vider la tête, bien plus que la course finalement !

    Les bénéfices

    L'avantage du running et du yoga, c'est que les bénéfices arrivent assez rapidement. Je n'ai pas eu de perte de poids mais je ne le veux pas non plus ! Je sais même que je risque de prendre un peu vu que le muscle pèse plus lourd et ça me va très bien. Par contre, les muscles se dessinent doucement et je me sens déjà bien plus tonique que pendant toutes ces dernières années. 

    L'autre bénéfice flagrant est sur la peau : je suis toujours épatée de voir l'effet du running pour lisser la peau, diminuer la cellulite et oxygéner la peau du visage. J'espère qu'en arrêtant de fumer, tous ces effets seront multipliés !

    Enfin, le plus gros des bénéfices est sans doute la confiance en soi et la fierté d'accomplir des objectifs. Quand j'ai atteint les 45 min j'en aurais presque pleuré (s'il me restait encore du souffle!)... J'étais fière et je ne le dois qu'à moi ! Maintenant, le sport me manque, la difficulté de la reprise du running m'énerve...bref je suis devenue la relou qui râle parce qu'elle n'a pas pu aller courir ! ^^

    Pourquoi cette fois-ci je m'y tiens ? Je pense que c'est un mélange de plein de choses qui font que c'est le bon timing. Je m'y suis prise un peu plus sérieusement aussi, en investissant dans du bon matériel et des jolis vêtements, en prenant soin de mon corps après le sport ou encore en faisant un planning d'entrainement avec un objectif. Le sport, c'est un peu comme tout. Je n'ai pas de conseils particuliers sauf des pistes pour se lancer plus durablement. Je reviendrais dans un article sur la motivation, c'est souvent le principal problème pour se lancer dans le sport!

    Et maintenant ?

    Maintenant, je prépare ma première course officielle qui sera "soft", un 6km pour une course féminine. J'essaye de récupérer mon rythme après l'arrêt et si j'y arrive assez tôt, je commencerais à améliorer ma vitesse. Mais mon objectif est de finir la course sans trop souffrir, de prendre du plaisir, juste pour moi !

    Et pour le yoga, j'ai quelques positions que j'essaye de travailler et j'aimerais beaucoup faire un petit enchaînement le matin, avant le réveil de ma fille! A voir à la rentrée !

    Enfin, je me prépare à affronter la période hivernale, celle qui vous fait généralement tout arrêter. Pour ça, je m'équipe pour courir avec le froid et la pluie et j'essaye de trouver des objectifs pour le printemps...peut être un 10 km ?

    Dans tous les cas, je reste un bébé sportif, je ne suis pas là pour vous dire de faire absolument du running ou du yoga mais simplement pour partager avec vous cette aventure. Et si vous pensez ne jamais pouvoir devenir sportive, j'espère vous montrer qu'on peut toujours changer. Dans tous les cas, pensez à votre santé et à votre bien être avant de vouloir sculpter votre corps ou perdre des kilos. Le sport devient plus motivant quand il est au cœur de notre vie plutôt qu'en le prenant uniquement comme un outil ponctuel pour perdre des kilos.

    N'hésitez pas si vous avez des questions, j'y répondrais avec plaisir dans un article plus complet sur le runnning ou le yoga !