Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lifestyle

  • Sorcières et plus si affinités

    Pin it! Imprimer

     

    9782355221224.jpg

    Quelques jours après avoir terminé Sorcières de Mona Chollet, je n'arrive toujours pas à décrire mon avis simplement (enfin si, ne t'enfuis pas tout de suite).

    Je l'ai commandé dès que j'ai écouté l'interview de l'auteure dans le podcast de La poudre. Je la connaissais uniquement comme journaliste au Monde diplomatique mais j'ai adoré l'écouter parler du statut de la femme et du rapport avec l'histoire des sorcières.

    Je ne suis pas vraiment quelqu'un de très "spirituel", dans le sens où je ne suis pas vraiment sensible à tout ce qui se développe aujourd'hui autour du "sacré", des astres ou de l'influence de la lune. J'aime lire certaines choses dessus mais ce n'est vraiment pas mes lectures habituelles. 

    Mais les sorcières, c'est un peu à part. Déjà parce qu'elles m'ont toujours fascinées plus jeune mais surtout car je ne les résume pas à un mouvement mystique ou imaginaire. C'est une partie de notre Histoire dont dérive aujourd'hui de nombreuses choses : les propriétés des plantes, une certaine forme de médecine, etc.

    Pourtant, je n'ai jamais rien lu de très précis sur cette partie de l'histoire, sur le statut des sorcières, qui elles étaient et pourquoi elles ont été poursuivies. Dans son interview, elle casse déjà certains mythes qui m'ont intéressés : la chasse aux sorcières, ce n'est pas vraiment un mouvement du Moyen-âge ni un cruauté initiée uniquement par l'Eglise catholique. 

    Mais j'ai surtout été fascinée par son résumé sur l'impact de ce pan de notre Histoire si sombre et pourtant complètement oubliée sur la place de la femme aujourd'hui. En quelques mots, elle explique que la sorcière était avant tout poursuivie pour son symbole de femme libre, sans enfant, indépendante... Une femme qui finalement ne correspondait pas au statut de la femme que l'époque cherchait à mettre en place : une femme soumise, à son père ou à son mari, faite pour enfanter et qui, à un certain âge, devait se retirer de la société. 

    En bref, quelques minutes de ses paroles m'ont convaincue à en lire davantage et la lecture promettait d'être enrichissante sur cette histoire dont on ne parle jamais...

    Evidemment, il s'agit de mon avis, par définition personnel. Et comme pour tout, si vous avez un doute, il vous suffit de lire son livre ^^

    En un mot...

    Pour ceux qui n'ont pas envie de se farcir mon article, je vous livre mon avis principal. Si vous avez envie de lire un essai sur la place de la femme aujourd'hui (en Occident), sur le poids de la société patriarcale et sur des automatismes de réflexions qu'on ignore même en se disant "féministe" : foncez ! Je nuancerais un peu mon propos en suivant mais il reste très intéressant pour déconstruire certaines images de la femme, de son rôle, sa place et sa relation à l'âge ou à la maternité. 

    Mais si vous voulez lire sur l'histoire des sorcières, leurs procès, leurs identités...vous risquez d'être déçus ! Même le lien entre chasse aux sorcières et statut de la femme aujourd'hui est relativement rapide. L'introduction reste, à mon sens, la partie la plus instructive sur cet aspect (et mérite amplement l'achat du livre).

    L'histoire des sorcières...trop rare

    C'est bien là ma déception. Et ça m'embête beaucoup parce que globalement j'ai beaucoup apprécié le livre. Mais il faut beaucoup de recul pour apprécier un livre pour autre chose que ce à quoi on s'attend. C'est comme acheter un livre pour son histoire d'amour et se retrouver avec un thriller. Si le thriller est bon, vous apprécierez sans doute, mais il faudra d'abord aller au-delà de la déception et du sentiment de "publicité mensongère".

    L'introduction mise à part, les références historiques sont relativement éparses dans le livre. Et la plupart du temps, elle se résume à des références cinématographiques. Au fil des pages, les références sont très (trop?) présentes et il y a rarement un chapitre sans description d'un film. Si je comprends le lien entre le cinéma, la représentation erronée de la sorcière qu'il retranscrit et le statut de la femme aujourd'hui...ça ne me semble pas indispensable d'en mettre autant tout au long du livre.

    Ce sentiment ne semble pas vraiment partagé quand je lis les avis du livre. Alors il est sans doute purement personnel, je suis toujours en quête d'informations historiques, de liens, de descriptions que je ne connais pas et parfois, ça me rend un peu trop exigeante... Mais clairement, j'ai trouvé le titre et le résumé un peu trop alléchant par rapport à ses propos. Elle pose sa "thèse" de l'impact du statut de la sorcière sans réellement expliquer comment elle arrive à cette proposition. 

    Le résultat est que pour moi, Sorcières est un essai féministe - très intéressant - et non un livre sur les sorcières. C'est comme si elle avait sauté l'argumentation pour développer uniquement sa conclusion sur le statut des femmes aujourd'hui.

    Le statut de la femme aujourd'hui...très personnel

    Pour le coup, si vous voulez déconstruire certains mythes, réfléchir aux mécanismes inconscients de la soumission des femmes, il vous plaira. Par le prisme des trois femmes - indépendant, sans enfant et âgée - elle aborde a peu près toutes les constructions qui font que, siècles après siècles, l'homme a modelé l'image de la femme pour qu'elle soit moins effrayante...et plus contrôlable.

    J'ajouterais que c'est un livre que je ferais lire en priorités à toutes ces femmes qui trouvent le féminisme, un peu "trop", qui prône leur consentement aux rôles que les féministes remettent en question sans jamais s'interroger sur l'origine de celui-ci. Les questions flirtent avec la philosophie mais à partir de quand est-ce qu'on décide en pleine conscience de s'occuper de sa famille, de faire des enfants, de se teindre les cheveux blancs ou de ne pas exprimer leur colère...sans que cela reflète des siècles de construction qui nous amène à penser ces choix comme les nôtres ? 

    Bref, pour toutes ces raisons, c'est un essai passionnant sur le statut de la femme et toutes ces choses insidieuses, presque invisibles, qui guident nos choix aujourd'hui sans que l'on s'en rende compte.

    J'apporterais un bémol à ces propos, non pas en forme de critique du fond mais plutôt du style (mais ça vient peut être de la forme de l'essai dont les contours m'échappent encore). J'ai été gênée à plusieurs reprises par ses propos très focalisés sur sa propre vie, ses propres choix. Notamment dans le chapitre sur la maternité. Alors évidemment, vous me direz, j'ai une fille, je ne partage évidemment pas son choix de ne pas avoir d'enfant. Mais j'ai beaucoup réfléchi à la question et j'adore que des voix s'élèvent pour dire que la maternité n'est pas ni obligation ni un moyen d'accomplissement de la femme qui lui manquerait si elle ne voulait/pouvait pas enfanter. Je trouve justement que ses propos à ce sujet manque de nuances, de mise en perspective et sont un peu parasités par sa propre envie de ne pas en avoir. Pour moi, ça véhicule tout autant une image très masculine de la maternité, qui, si elle se réalise, bouleverse le statut de la femme au point qu'elle se dévoue entièrement à ça et qu'elle souffre le martyre si elle n'y arrive pas biologiquement. C'est un sujet bien trop complexe pour l'aborder ici en quelques lignes mais j'ai trouvé dommage de ne pas nuancé ce qu'elle estime être une vérité pour elle.

    Certains passages sont bien plus "construits" dans le sens où elle utilise ses propres expériences pour démontrer l'impact de ces siècles de façonnage de ce que doit être une femme...exacerbé depuis la chasse aux sorcières.

    En conclusion, 

    J'ai pris énormément de plaisir à lire ce livre...jusqu'à sa moitié. Après, il m'a fallu dépasser ma déception d'en apprendre plus sur les films que sur les sorcières. Ca reste toujours un moment désagréable de devoir passer au-delà de ce que l'on voulait y trouver pour apprécier le reste.

    Petite déception néanmoins, puisqu'ayant adoré son style d'écriture, j'ai filé acheter Beauté Fatale, auquel je saurais davantage à quoi m'attendre (quoique?). J'ai eu de vrais coup de coeur pour certaines thématiques qu'elle développe et qu'on lit que trop rarement. C'est le cas de son dernier chapitre et de l'image de la femme "stupide" face aux questions sérieuses du monde, peu importe son niveau d'éducation et son expérience. Ou encore, de la thématique de la vieillesse, de la sexualité passée à la quarantaine (oui, si tu ne le savais pas, après on est périmé logiquement), bref, autant de thèmes que j'aimerais qu'elle développe à l'avenir !

    Et vous, votre avis ? 

  • Les BeeWraps de A à Z

    Pin it! Imprimer

     

    0.jpg

    Le concept du BeeWrap

    Un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas les Beewraps : il s'agit d'un emballage réutilisable. Ces tissus enduits principalement de cire d'abeille, permettent de remplacer le film alimentaire pour couvrir les plats, emballer ou transporter des produits. Ils se "collent" aux plats grâce à la chaleur de la main et reprendre ensuite leur forme initiale. Lavable à l'eau froide et au savon, ils sont donc réutilisables à l'infini !

    Les différentes techniques (où comment vous n'aurez pas la même texture à la maison)

    Il existe des beewraps dans le commerce mais aussi des DIY pour les faire vous-même à la maison. La méthode principale consiste à enduire simplement les tissus de cire d'abeille (voir mon article pour le DIY).

    Et souvent, je lis les déceptions de ne avoir des beewraps équivalents à ceux du commerce. 

    En fait, c'est complètement normal ! La majorité des beewraps du commerce sont enduits différemment : cire d'abeille, huile végétale (coco ou jojoba) et résine (de pins en général). Vous ne pourrez retrouver la même qualité en utilisant uniquement de la cire d'abeille. 

    Un Beewrap maison se craquellera plus vite et s'abîmera aussi plus rapidement. L'avantage, c'est qu'il est plus simple de les reformer en les repassant au four ! L'ingrédient principal qui fait la différence est la résine puisque c'est elle qui permet d'imperméabiliser et de rendre le tissu plus malléable.

    Vous pouvez tenter d'améliorer la recette maison mais je ne conseillerais pas de se fournir en résine. Son utilisation n'est pas simple à la maison, potentiellement risquée et cela complexifie grandement la méthode. Il y a aussi certaines méthodes pour enduire d'huile végétale et de cire d'abeille mais personnellement, je ne suis pas satisfaite de cette méthode. Les Beewraps se craquellent plus vite et restent un peu "gras".

    Quelle cire pour les Beewraps ?

    La cire d'abeille est la plus couramment utilisée. Elle donne un bon résultat, se trouve facilement, même en vrac ou directement auprès d'un apiculteur. 

    Mais vous pouvez aussi faire vos beewraps avec de la cire végétale : soja, riz, candelilla... Elles sont plus complexes à trouver et souvent plus chères mais n'hésitez pas à tenter si vous ne voulez pas utiliser de la cire d'abeille.

    Quels types de tissus utilisés et quels formats privilégier ?

    L'idéal quand on commence est d'avoir 3 tailles, toujours en format carré : 18x18cm, 22x22cm, 30x30cm (environ !). Mais vous pouvez opter pour plusieurs d'une petite taille (20x20cm) qui sont les plus utiles. Vous verrez ensuite ce dont vous avez le plus besoin. 

    Pour les tissus, je préfère les tissus foncés pour éviter le côte "jaune" que donne la cire d'abeille. Et j'ai toujours de meilleurs résultats avec des tissus assez fins. Certains tissus épais absorbent beaucoup la cire mais le rendu craque beaucoup plus vite. En réalité, c'est le tissage du tissu qui donnera un rendu plus ou moins bon et il n'y a pas d'autres solutions que d'essayer !

    Enfin, pour couper vos tissus, vous pouvez opter pour un ciseau cranté, ce qui permet d'éviter que le tissu ne s'effiloche. Mais vous pouvez très bien couper vos beewraps après les avoir enduits de cire d'abeille et donc le faire avec des ciseaux classiques. Je vous conseille aussi de repasser vos tissus afin qu'ils soient plats pour faciliter le passage à la cire d'abeille :)

    Où en acheter pour les plus flemmards ?

    Beaucoup de marques, eshop ou même magasins bio proposent leurs propres beewraps désormais. Peu importe ce que votre choix mais privilégiez les compositions à base de résine afin d'avoir la meilleure qualité possible (sinon autant le faire vous-même!). 

    Mon préféré de tous les temps reste Abeillons, marque toulousaine qui propose de Beewraps d'une super qualité et dans de jolis tissus.

    kit-3-feuilles1 2.jpg

    Sinon, vous pouvez opter pour les Apifilm, les Beewraps de Maman Naturelle (sans résine) ou encore fouiller sur Etsy mais ils sont rarement travaillés à base de résine (MeloCotonCréations ou Poulettesginguettes par exemple).

    il_570xN.1693647591_pnov.jpg

    N'hésitez pas à tester vous-même ou venez à un de mes ateliers si vous êtes sur Pau (plus d'infos sur FB ou IG!).

     

  • Minimaliste du dressing #7 La FAQ

    Pin it! Imprimer

    7f67c224947e59d82bb4c85cf2746a19.jpg

    Retrouvez les articles précédents 

    Episode #1 : le bilan

    Episode #2 : le rapport au corps

    Episode #3 : mon cheminement pour comprendre ce que je dois privilégier

    Episode #4 : le cas du body

    Episode #5 : louer ses vêtements

    Episode #6 : la valise

    J'avais initialement prévu de continuer la saga des articles sur le minimalisme du dressing en vous montrant mon tri des vêtements d'été et ma tentative de capsule automne/hiver. Finalement, comme vous êtes encore nombreuses à me poser des questions très concrètes sur le minimalisme, je me dis qu'un interlude FAQ serait utile !

    J'ai listé et regroupé l'essentiel de vos questions mais n'hésitez pas à compléter en commentaire si jamais. 

    Petit point préalable : la saga "minimalisme et dressing" n'a pas pour objectif de vous prôner un type de garde-robe ou vous dire quoi garder. Je l'ai pensé comme un témoignage de mon propre cheminement afin de montrer en pratique comment réduire et penser son dressing efficacement et comment faire face aux difficultés. Tout le monde a un rapport différent à son dressing et aux vêtements en général, donc tout doit s'adapter. 

    Mon principal objectif est de vous montrer que le principal problème écologique dans la mode c'est la surconsommation. Une garde-robe très minimaliste mais 100% fast fashion aura toujours moins d'impact qu'un dressing qui déborde de vêtements peu utilisés mais achetés chez des marques plus respectueuses. La tendance "green" nous fait perdre de vue que l'essentiel se trouve dans la "quantité", la surconsommation, le gaspillage. Je suis très heureuse que de nouvelles marques se montent pour proposer une mode plus éthique mais cela ne doit pas se faire au détriment d'une réflexion sur nos achats et nos rapports aux vêtements. 

    Enfin, j'essaye aussi d'aborder un point important : le rapport à soi. Avoir moins de vêtements, les choisir avec soin, se poser davantage de questions sur son style, son rapport au corps...c'est aussi être mieux dans sa peau. Accepter que certains vêtements ne nous vont pas ou que d'autres ne nous plaisent pas vraiment. Ne plus garder des vêtements trop petits qui nous renvoie une mauvaise image ou des vêtements inconfortables par exemple. Bref, avoir moins de vêtements mais le vivre mieux, ce n'est pas simple mais au bout du chemin, c'est aussi faire un peu la paix avec son image et son corps. 

    ♥ Par où commencer ?

    Pour les débutants, archi débutants, la seule méthode qui marche (pour en avoir tester des tonnes), c'est vraiment de TOUT sortir pour trier ! Et donc d'avoir un peu de temps devant soi. On commence par un tri assez simple : une pile de vêtements qu'on met souvent et qu'on est sûr de garder à priori. Et une pile de "je sais pas trop". On se concentre ensuite sur cette deuxième pile. Il faut évacuer en priorité ce que vous n'avez pas mis depuis au moins 1an et ne pas tout donner trop vite. Tout ce qu'on ne porte pas ou ce qu'on ne veut pas garder, il faut se demander "pourquoi". Petit à petit, vous verrez que les raisons se ressemblent souvent : même style, même type de coupe, couleurs identiques, etc.

    Quand on a évacué tout ce qu'on ne porte plus, il faut se pencher sur le reste. On garde souvent trop et des vêtements qu'on porte n'ont finalement pas toujours leur place. Un jean qu'on porte souvent mais qui est un peu serré par exemple devra être mis de côté pour être remplacé au fur et à mesure. Une astuce très bien est de faire semblant de partir en voyage pour 2 semaines : faites une valise "factice" pour 15 jours et pour un climat similaire au vôtre. Voyez ce que vous mettez immédiatement dans votre valise et ce que vous êtes sûr de ne pas prendre. Ca permet souvent de visualiser directement les essentiels des pièces plus ponctuelles dont on pourrait se passer.

    Côté organisation, si vous pouvez, c'est bien de pouvoir laisser en dehors de son dressing tout ce sur quoi on hésite pour pouvoir y revenir dans les semaines qui suivent.  

    ♥ C'est quoi l'objectif ? Il y a un nombre de pièces maximum ?

    L'objectif principal est de désencombrer, de ne plus avoir de dressing qui déborde et de ne plus prononcer la phrase "j'ai rien à me mettre". Le résultat, le nombre de pièces sera très variable en fonction des personnes. 

    Vous pouvez gérer votre dressing à l'année ou en fonction des saisons (surtout si elles sont très marquées chez vous). Vous pouvez viser un nombre de vêtements par catégorie ou préférer avoir tant de tenues, etc. Pour ma part, j'essaye maintenant de réfléchir en terme de nombre par type de vêtements : un jean clair ça me suffit, une robe noire aussi, etc. 

    Pour vous aider, voici quelques méthodes : 

    • la règle des 333 : avoir 33 vêtements pour 3 mois. C'est une méthode très bien quand on est déjà avancé dans son tri et qu'on a des saisons assez marquées. Ou au minimum pour se tester et voir ce que serait nos 33 vêtements pour les prochaines semaines. 
    • la valise : comme expliqué au dessus, le test de la valise est pas mal. Si vous deviez tout faire rentrer dans une valise "moyenne", vous garderiez quoi ? Ca permet de voir directement les essentiels et les vêtements les plus versatiles qui permettent plusieurs associations.
    • le 10x10 : ici, il s'agit de choisir ses 10 vêtements préférés pour composer 10 tenues différentes. Un très  bon exercice quand on a du mal à associer ses vêtements entre eux. Et encore une fois, on visualise mieux les essentiels qu'on a et ceux qui nous manquent. On perçoit aussi davantage les couleurs que l'on utilise le plus et qui sont le plus simple à associer pour nous.

    Comment se séparer des vêtements "affectifs"?

    Une des questions qui me revient le plus souvent ! Je comprends complètement les difficultés à se séparer des vêtements affectifs ou des cadeaux mais ça me semble dingue tout ce qu'on garde uniquement pour ne pas vexer ou froisser ! C'est clairement les vêtements les plus compliqués à donner, que ce soit parce qu'on y tient ou parce que c'est un cadeau d'un proche. 

    Je n'ai pas vraiment d'astuce, le tri se fera petit à petit. Plus vous désencombrerez votre dressing, plus ça vous paraîtra anormal de garder des vêtements qui dorment dans les tiroirs juste pour l'aspect sentimental. C'est un long cheminement pour comprendre que ce ne sont que des aspects matériels de nos vies, qui ne définissent ni nos souvenirs, ni l'affection que l'on porte à nos proches. 

    Gardez quelques vêtements "affectifs" au début et essayer de sortir de votre dressing ceux que vous ne portez vraiment jamais, même pour dormir :) 

    ♥ Comment faire quand on doit être "habillée" au boulot ?

    Pour trier son dressing, il faut d'abord se demander ce dont on a besoin. Et je trouve qu'on ne parle pas assez de l'aspect "boulot". Les blogs ou articles sur le minimalisme finissent souvent par se rejoindre au niveau style et tourne pas mal autour des jeans, baskets, etc. Or, pour beaucoup, ce n'est pas possible d'aller au boulot en jean !

    Si vous avez vraiment 2 types de dressing, un pour le boulot et un pour les jours off, il faut vraiment effectuer son tri et sa réflexion sur les deux dressing. Au fur et à mesure, il y aura des vêtements qui vont se croiser et que vous pourrez utiliser aussi au travail qu'en dehors. Mais je trouve ça beaucoup plus simple de commencer par séparer le dressing pour faire un tri plus efficace. 

    Les basiques "boulot" sont un peu différent aussi et dépendent de votre travail et de votre style. Certaines seront plutôt pantalons, d'autres robes. A vous d'adapter. Je trouve qu'en règle générale, il est bien d'avoir quelques bases : un joli pantalon noir, une chemise blanche, une jolie veste, etc. Vous pouvez opter pour 3 ou 4 bas assez simples et dans lesquels vous êtes à l'aise. Puis vous ajoutez des hauts plus colorés ou en fonction de la "chaleur" de votre boulot (pull ou chemises). Et j'aime bien dire qu'on devrait toujours avoir une robe ou un chemisier un peu "waouh" pour les jours importants du boulot. Un truc dans lequel on est super à l'aise et qui nous donne du courage pour affronter une présentation, une réunion importante, un rendez-vous, etc. 

    Et le basique dont je ne pourrais pas me passer personnellement, c'est le body (relire l'article). Ca me permet de porter des chemises ou blouses sans avoir besoin d'ajouter un gilet (je ne suis pas à l'aise avec des gilets près du corps mais au boulot, on ne peut pas vraiment mettre des gros gilets!).

    Pour vous donnez une idée, du temps de mon boulot de juriste, j'avais en plus de mon dressing du quotidien :

    - un pantalon noir et un gris, version 3/4. 

    - une veste noire et une bleu marine (j'aime beaucoup le mélange bleu/noir).

    - deux paires de derbies (noires et camel) vu que je ne porte pas de talons.

    - une robe/pull bleu marine

    Et dans ma garde-robe basique, je pioche dans :

    - mes chemises : 1 blanche, 1 bleu 

    - mes blouses : 1 vert sapin, 1 à fleurs

    - mes pulls fins : 1 noir et 1 camel

    - un jean noir

    Et évidemment, dans mon Closet ! 

    ♥ Quels basiques à avoir absolument ? Des marques à conseiller ? 

    C'est une très vaste question ! Evidemment il y a des basiques assez courants pour tout le monde : jean, pull, teeshirt blanc, etc. Mais en réalité, il fut que vous trouviez VOS basiques ! Si vous ne mettez pas de jean, pourquoi en avoir ? Si vous n'aimez pas le gris, vous n'avez pas besoin d'un teeshirt gris !

    Les basiques, c'est forcément subjectif ! Et je trouve que l'on voit trop partout le même style de dressing minimaliste en couleur monochrome et style très "sézane/parisienne" (pardon mais j'appelle ça comme ça^^). 

    Par exemple, un de mes basiques d'été est une paire de sandales dorées ! Parce qu'elles vont avec tous mes autres vêtements tout en étant plus originales que des sandales camel ou noires. Ou encore mes baskets imprimé léopard que je mets très souvent avec tout un tas de vêtements ! Ce sont mes basiques mais ça ne le sera pas pour tout le monde évidemment. 

    Je pense qu'il y a quand même quelques vêtements qui se retrouvent sur la plupart des personnes au style plutôt...classique ? Je vous donne les miens mais à vous d'adapter en fonction des couleurs que vous portez le plus. L'essentiel est d'avoir des pièces qui s'associent au maximum. Donc réfléchissez bien en amont aux couleurs que vous portez le plus pour savoir si vous avez besoin plutôt de pièces claires, foncées, etc.

    Mes basiques :

    - jeans : un clair, un brut, un noir (et un kaki clair pour l'été)

    - teeshirts : en gros, j'ai 3 versions (débardeurs, manches courtes et manches longues) en gris, noir ou anthracite, blanc.

    - chemises : une blanche, une bleu à rayures et une en jean

    - robes : une noire un peu habillée, une en coton marinière, une en jean, une robe pull bleu marine

    - jupes : une en jean, une noire et une grise assez identiques (version près du corps, je sais même le nom!).

    - les bodys : j'en ai plusieurs versions, manches courtes ou longues.

    Sur tout ça, je peux faire tourner mes pulls, blouses, etc. Disons que c'est ma "base" :)

    Mais encore une fois, ça marche pour moi et mon style, ça n'ira pas forcément à tout le monde !

    Question marques, je n'ai pas forcément de conseils vu que ça dépend beaucoup de votre style et de votre budget. Si vous ne pouvez pas vous permettre des marques éthiques, je vous conseille de trouver une ou deux marques dans votre budget dont vous aimez le style et dont les vêtements tiennent longtemps. Dans mon dressing, on trouve pas mal de Monoprix ou de Promod par exemple. 

    ♥ Mon retour sur la location de vêtements Le Closet

    Une question qui revient beaucoup aussi ! Je suis abonnée au Closet depuis presque un an et j'en suis vraiment contente. L'année dernière, ça me permettait d'avoir des vêtements "boulot" sans avoir à investir. Et depuis, ça me permet de tester certaines couleurs ou type de vêtements avant d'investir (type la jupe en jean que j'ai finalement gardé) et de continuer à trier encore plus "drastiquement" sans avoir l'impression de manquer de vêtements. 

    Les seuls inconvénients pour moi sont les délais parfois un peu long pour déclencher un nouveau closet et les sélections pas toujours cohérentes. Beaucoup de nouveautés ne sont en réalité pas facilement disponibles et parfois les sélections ne collent pas à la saison. Mais ça n'est pas vraiment dramatique vu qu'on peut modifier la sélection avant l'envoi ! Et sinon, j'aimerais qu'ils développent plus de marques proposant des matières autre que le polyester ou le synthétique pas forcément toujours agréable à porter. 

    En clair, je trouve ça parfait en période de gros tri - pour mieux le supporter - ou quand on est encore en mode "achats compulsifs". Si vous êtes peu consommatrices de vêtements, évidemment ce n'est pas pour vous ! 

    Si besoin, n'hésitez pas à relire mon article sur la location de vêtements (il y a mon code de parrainage Le Closet si besoin!).

    ♥ Comment gérer les accessoires et les chaussures ?

    Un article spécial de la saga sera consacré aux accessoires et chaussures, il serait trop long de tout détailler ici. 

    Pour les chaussures, le tri est assez similaire aux vêtements : on sort tout, on essaye et on trie. Le seul conseil que je peux vous donner c'est de ne pas garder des chaussures dans lesquelles vous n'êtes pas à l'aise. Donc si vous aimez particulièrement une paire que vous ne mettez pas à cause du confort, prenez là en photo pour lui trouver une remplaçante et donnez celle-là ! Ensuite, je fonctionne beaucoup en terme de similaire donc pour deux paires de baskets blanches par exemple, j'essaye d'en garder une seule. 

    Pour les accessoires, il faut les relier à vos vêtements. Je pense que c'est même à faire en dernier, quand vous serez satisfaite de votre garde-robe et que vous avez enfin l'impression d'avoir trouver votre "style". Ensuite, j'opte pour des choses assez versatiles aussi, qui peuvent aller avec tout, mais souvent un peu plus coloré que mes vêtements. Et pour les bijoux, j'applique seulement le "pas mis cette année, tu vires" ! Ca marche assez bien ;)

    Mais je rentrerais dans le détail dans un prochain article !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà pour l'essentiel, la suite de la saga Minimalisme et dressing arrive vite et on va rentrer dans le détail de mon armoire ! N'hésitez pas à poser d'autres questions en commentaires si besoin !

  • {Kids} Dressing bio

    Pin it! Imprimer

     

    monkind_z_ng_83_von_337_-480x640.jpg

    Crédits photo : Monkind

    Le dressing minimaliste et éthique, on en parle rarement pour les enfants. 

    Déjà, c'est moins simple au regard de la rapidité d'usure et de croissance : pour les bébés, on passe d'une taille à l'autre en quelques semaines et pour les enfants, on subit les attaques de la cour de récréation. Il est plus complexe alors d'investir dans des pièces plus chères pour les minis. 

    Ensuite, les offres sont moins nombreuses et moins diversifiées. Si vous avez les moyens et si vous aimez les vêtements très colorés, vous trouverez assez facilement des marques pour vêtir vos enfants. Dans le cas inverse, c'est bien plus compliqué.

    Enfin, on a pas tous les mêmes "principes" : acheter moins, acheter de l'occasion, acheter de l'éthique, acheter du bio... Ca n'aide pas à se repérer dans les marques et l'offre disponible ! 

    Petits conseils green pour habiller ses enfants 

    La base d'un dressing avec moins de gaspillage est déjà de posséder moins de choses. Les armoires des bébés ou enfants sont souvent bien trop remplies, par les achats, les cadeaux, etc. La première des choses est de réfléchir à ce dont vous avez vraiment besoin pour pouvoir les habiller pour une saison sans être à court de vêtements. Le mécanisme est le même que pour nous, il faut vérifier que chaque vêtement s'associe avec plusieurs autres et pourront être utilisés de différentes manières.

    L'option éthique la plus simple est la seconde main : vide grenier, brocante, vinted, amis, famille... En général, on peut déjà trouver beaucoup de choses à petits prix qui sont déjà sur le "marché". Néanmoins, je trouve que c'est beaucoup plus simple pour les bébés que pour les enfants. Les vêtements des bébés sont rarement abîmés et on trouve de chouettes occasions. Pour les enfants, les vêtements durent plus longtemps et sont soumis à rude épreuve ! Je remarque que plus ma fille grandit, plus il est compliqué de trouver sa taille en vide grenier ou en ligne. Et pour ma part, pas d'entourage qui peut nous transmettre des vêtements !

    Aujourd'hui, j'ai pris la deuxième option : favoriser les matières naturelles et certifiées biologiques. C'est un choix personnel, ça ne sera pas forcément le vôtre. Pour ma part, je souhaite surtout m'assurer que les vêtements qu'elle porte, notamment à même la peau, sont exempts de pesticides et autres contaminants. Attention au choix du coton bio néanmoins, privilégier les labels GOTS ou OEKO-TEX (plus d'info ici). Ce n'est pas toujours possible mais je préfère quand même l'option "coton bio" des grandes marques que les lignes conventionnelles.

    Ma plus grande difficulté est de trouver des marques qui proposent des matières naturelles ou du coton bio pour des basiques ! On trouve plusieurs marques très sympa mais rarement des basiques. Or chez moi, on s'habille surtout en legging, teeshirt, gilet uni. Evidemment quand je cherche une chouette blouse ou robe, je peux craquer sur une pièce plus chère et plus écologique sans problème. Mais je ne peux me permettre d'acheter 5/6 teeshirts écologiques à +30€ et de toute façon c'est très compliqué à trouver ! C'est pareil dans les sous-vêtements, les pyjamas, etc, c'est plus rare dans les marques écologiques. 

    Après avoir demander conseils sur Instagram, je viens vous partager toutes les idées shopping que j'ai eu pour les enfants. N'hésitez pas à compléter la liste évidemment !

    Petit préalable bienveillance : je vous partage ici toutes les marques que dispose d'une ligne "coton bio" ou matières naturelles. Certaines marques sont plus chères, d'autres viennent de grande marque de la fast fashion. Ce n'est pas la peine de s'insurger, je souhaite surtout faire une liste assez complète qui pourra aider tout le monde : du parent le plus engagé à celui qui débute dans une démarche écologique. Donc faites vos choix mais s'il vous plaît, ne juger pas celui des autres s'il est déjà dans un meilleur sens pour la planète.

    Et au passage, je m'intéresse évidemment davantage aux vêtements enfants et au rayon fille. Pour les bébés, l'offre est bien plus importante aujourd'hui, donc allez vérifier par vous-même (genre Vertbaudet ne fait que du bébé pour le bio a priori). 

    Les lignes plus écologiques des géants

    C'est le premier petit pas dans des tissus plus écologiques. La plus grosse limite : les labels souvent inexistants ou difficiles à trouver. Or du coton bio peut n'être bio quand dans la production mais le vêtement passe ensuite dans un processus de teinture, délavage, etc. tout aussi polluant. Mais ça reste une porte d'entrée pour beaucoup de personnes non habituées à consommer autrement #dontjudge. Autre inconvénient, c'est souvent très mal rangé sur leurs sites, donc il faut un peu fouiller ! Enfin, j'ai décidé de boycotter H&M pour ma part, qui m'énerve à faire payer plus cher les affaires des filles et ajouter de l'élasthanne partout !

    L'avantage principal est de pouvoir trouver facilement du basique, de l'uni, du mixte. Et évidemment les prix, très faibles en raison de la marge que fait ces groupes dans les autres gammes. N'oubliez pas qu'un teeshirt ne revient pas à 2€ s'il est fabriqué de manière éthique et responsable.

    collage.jpg

    - ligne Take Action chez Mango

    - ligne Conscious chez H&M

    - ligne coton biologique chez Monoprix

    - ligne Join Life chez Zara

    + vous trouverez aussi des vêtements en coton bio ou matières naturelles dans les grandes surfaces, ils ont souvent l'avantage d'être labellisés !

    Les eshops multi-marques 

    Plusieurs "petites" marques utilisent du coton labellisé bio ou des matières naturelles et l'avantage, c'est que désormais il y a des eshops multi-marques !

    On y retrouve des marques de grandes chaînes comme Monoprix mais aussi des plus petites comme Coq en Pâte, Frugi, Popolini, Kite, Living Crafts, Urban Elk, Mini Rodini, La queue du chat, Les petites choses, etc. 

    Les prix sont plus élevés mais les tissus sont majoritairement labellisés et issus de marques qui ont d'autres engagements éthiques. Ce sont aussi des marques plus colorés mais on trouve quand même des choses plus neutres ou mixtes. 

    collage (1).jpg

    - La Redoute (en tapant coton bio par exemple)

    - Méli Mélo bio

    - Prairymood

    - Brindilles

    Les marques éthiques à découvrir

    La liste des marques qui ont une démarche écologique ne pourrait être exhaustive. Je vous donne celles que je connais et que j'aimerais partager avec vous. N'hésitez pas à en ajouter en commentaire. 

    L'avantage : la "vraie" démarche écologique et l'ajout de beaucoup d'autres engagements comme le made in france, le commerce équitable, etc. L'inconvénient : le prix évidemment est plus élevé. Mais surtout, pour moi, il est plus compliqué de trouver du mixte ou du neutre. Certaines des marques ci-dessous ne sont pas du tout dans mon viseur, non parce que je ne les apprécie pas, mais uniquement parce que ce n'est pas ce que j'aime. Le problème de viser plus le "minimalisme" c'est qu'on a souvent besoin de vêtements plus neutres à assortir avec certaines pièces plus fortes. Il est clairement plus compliqué d'avoir peu de vêtements et tous très bariolés !

    Attention aussi certaines marques ont de très chouettes engagements éthiques mais encore peu de matières biologiques. J'espère que cela leur permet de contrôler davantage le tissu utilisé !

    collage (2).jpg

    - Boden, chouette démarche éthique mais peu de coton bio à part les bébés.

    - La gentle factory, marque adorée du made in france qui propose maintenant une gamme enfant très chouette !

    - Lililotte, jolie marque au tissu certifié GOTS

    - Tootsa, marque anglaise aux tissus certifié GOTS

    - Poudre Organic, fabriqué en europe et en matière écologique (et très sobre!).

    - Blune pour les petites filles (et les mamans) avec une chouette démarche éthique. 

    - Minabulle, fabriqué en France ou Portugal et en matière écologique.

    - Risu Risu, fabrication européenne, en coton certifié GOTS.

    - Monkind (photo à la Une), en matière naturelle et coton certifié. 

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà pour l'essentiel des noms marques que j'ai reçu, il y en a sans aucun doute beaucoup d'autres n'hésitez pas à les ajouter en commentaire !