Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Banana Pancakes - Page 4

  • Le vrac pour les débutants

    Pin it! Imprimer

    unnamed-2.jpg

    Quand on se lance dans le zéro déchet, on arrive rapidement à l'achat en vrac. C'est évidemment un moyen rapide de réduire ses déchets mais ce n'est pas forcément évident quand on débute. 

    Petit point préalable zéro déchet : j'aime bien rappeler qu'il est essentiel de d'abord s'interroger sur l'origine de nos déchets et d'aller bêtement vérifier qu'est-ce qu'il y a en majorité dans vos poubelles. Si besoin, il y a un petit planning pour vous aider à y voir plus clair dans vos poubelles ^^

    2224224314.2.jpg

    Ensuite, quand on souhaite réduire ses déchets, il est d'abord essentiel d'apprendre à trier les déchets qui se recyclent (en bref, le papier, le carton, le verre...), avant de s'attaquer à la fameuse poubelle de cuisine. Là encore vous pouvez trouver des déchets "réductibles": les déchets organiques à composter, des déchets mal triés, du gaspillage alimentaire à réduire, etc. 

    sachez que les consignes de tri, notamment de ce qui est recyclage, changent entre les différentes communes ou communautés de communes. Le plus simple est d'aller vous renseigner sur place ou sur le site de votre ville. Sinon vous avez le site Eco-emballages qui propose un onglet pour entrer le nom du produit sur lequel on a un doute, sa commune et il vous donne l'endroit où le jeter !

    Enfin, vous pouvez vous attaquer à faire diminuer la poubelle de recyclable : papier, carton, emballage, etc. Et là, le vrac est un geste qui vous permettra de faire diminuer considérablement votre poubelle jaune, surtout si vous partez de zéro !

    Pourquoi réduire la poubelle de recyclage ? Ben oui, vous pouvez très bien me dire (et certains ne se gênent pas!) que cette poubelle part au recyclage, c'est donc un geste écologique qui permet de réutiliser les emballages divers pour en faire autre chose. 

    Alors on va faire court :

    ⇒ le recyclage est une super invention et on doit clairement mesurer la chance de vivre dans un pays qui développe aussi rapidement des solutions de recyclage pour de nombreux types de déchets. D'un point de vue "traitement des déchets", le recyclage a un meilleur impact que l'incinération ou le stockage, c'est évident.

    ⇒ MAIS, le recyclage reste déjà une vision à court terme : ce n'est pas de l'économie circulaire, dans le recyclage il y a toujours des pertes et de nombreux matériaux ne sont pas recyclables à l'infini. Pour faire simple, réutiliser, échanger, réparer...ça c'est de l'économie durable à long terme. Le recyclage ne permet pas de réduire la consommation, pour la preuve : bien trier ses emballages ne limitent pas du tout les achats emballés en général et produit même un effet de "satisfaction écologique" du type "attends j'achète que de l'industriel mais je trie, c'est écolo non?"...

    ⇒ MAIS, le recyclage est encore impossible pour beaucoup de matériaux (ou tailles particulières), quoique dise les consignes de tri. Non seulement il y a des questions techniques qui font qu'on ne sait pas recycler certains matériaux mais plus problématique, il y a des considérations économiques qui font qu'une filière de recyclage n'est mise en place que s'il y a de la demande pour la matière recyclée. Donc si vous pouvez recycler certains plastiques par exemple mais que personne ne veut racheter les billes fabriquées avec, ben on ne recyclera pas !

    ⇒ MAIS, enfin, le recyclage est évidemment énergivore, consommateur d'eau, etc. Alors certes, le point positif c'est que c'est aussi créateur d'emplois mais il ne faut pas penser que c'est une activité économique à zéro impact.

    Alors, si on est ok pour commencer à réduire un peu sa poubelle de tri, on fait comment ?? 

    L'achat en vrac ou plus largement "l'achat au minimum d'emballage possible" n'est pas forcément évident. Je sais qu'une grande partie des personnes qui me suivent ici ou sur mes réseaux sociaux sont déjà dans une logique de réduction des déchets. Les conseils qui vont suivre paraissent alors sans doute un peu "bê-bête". Mais j'aime à penser que ce n'est pas en communiquant uniquement à destination de personnes déjà engagées qu'on fera évoluer le monde. Je suis même souvent sidérée des propos de certaines personnes vis à vis des gens qui sont des grands débutants dans ce domaine... On a tous été des débutants à un moment donné, si on peut partager notre "savoir" pour justement aider et éviter certaines erreurs, plutôt que pour juger...j'ai envie de te dire que le monde se porterait mieux...bref !

    Je voulais donc vous donner quelques astuces et quelques trucs à savoir quand on se lance dans l'idée de réduire ces déchets "recyclables". Parce que tout le monde n'est pas encore adepte de ces gestes, je voulais vraiment vous faire la base de cette démarche : qu'est-ce qu'il faut avoir ? Quels sont les gestes à adopter ? Les astuces pour que ce soit plus simple ? Les limites de cette démarche quand on débute ? 

    Et surtout, n'hésitez pas à mettre en commentaire ce qui a fonctionné pour vous ou à l'inverse, les difficultés que vous avez rencontré.

    Choisir le "bon" emballage

    unnamed-1.jpg

    Même quand on est ultra débutant dans le zéro déchet, il y a quelques petits gestes qui permettent de limiter un peu les emballages, sans changer beaucoup de choses à vos habitudes de courses.

    La première des astuces est de savoir choisir son emballage : ça peut paraître paradoxal mais c'est une bonne habitude à prendre quand on débute. Si emballage il doit y avoir, il faut savoir le choisir : en verre en priorité, en aluminium ensuite puis carton et enfin plastique. Privilégier les grands contenants en verre vous permet aussi de récupérer les pots ensuite pour commencer votre stock pour le vrac. 

    Et n'oubliez pas de privilégier les grands contenants : si vous achetez toujours des pâtes emballées par exemple, éviter de multiplier les petits sachets. 

    Les yaourts et les gâteaux sont souvent à l'origine de beaucoup d'emballage, essayer de trouver des yaourts sans l'emballage cartonné mais attention, parfois c'est plus cher par 6 sans emballage, que par 12 avec ! Vous pouvez néanmoins trouver des choses assez simples en grands contenants, surtout en verre : du yaourt classique, de la compote, etc. Pour les gâteaux, c'est pareil, privilégier les grandes versions, avec un seul emballage (et non chaque gâteau emballé un à un!!).

    S'équiper un minimum

    unnamed-3.jpg

    Pour commencer les achats en vrac, vous devez vous équiper un minimum au départ pour que ce soit plus simple.

    Au préalable, et pas que pour le vrac, il vous faut des grands sacs pour vos courses : utilisez ceux qui vous restent ou investissez dans des grands sacs en toiles. Je trouve ça plus simple de garder un sac en plastique pour les légumes ou tout ce qui est un peu salissant, c'est plus facile à nettoyer. 

    Ensuite, il faut de quoi acheter le vrac : petits sacs, sachets, filet, etc. Encore une fois, vous pouvez très bien utiliser les sachets en papier qui sont proposés près du vrac mais pensez à les conserver d'une fois à l'autre. Sinon, vous trouverez en magasin bio des petits sacs en tissus coulissants, de plusieurs tailles, très pratiques ! Et si vous avez la fibre couture, évidemment, vous pouvez en coudre facilement avec des chutes de tissus.

    Enfin, il vous faudra de quoi stocker : des boîtes, des bocaux, ect. ! C'est bien le plus stressant au début : dans quoi mettre le vrac ? Comment stocker ? Quelle taille ? Pour commencer, je trouve plus simple de noter quel type de vrac vous voulez acheter et de trouver des contenants en fonction : grands pour les pâtes, petit pour des fruits secs, moyens pour les céréales, etc. Si vous avez des contenants chez vous, n'hésitez pas à les réutiliser : pots en verre de légumes, boîtes tupperware, etc. Pas besoin de faire un gros investissement au départ, vous verrez petit à petit ce qui vous convient le mieux. 

    Tout va dépendre des achats que vous prévoyez de faire au début, mais d'une façon générale, pour commencer, je trouve que 2 grands bocaux et 2 moyens c'est top. Ensuite, n'oubliez pas de conserver tous les bocaux que vous achetez (légumes cuisinés, confiture, etc.), vous pourrez les réutiliser. Idem avec les tupperwares, si vous en avez sans les utiliser, vous pouvez très bien stocker dedans, peu importe leur forme ! 

    Conseil pour stocker dans de bonnes conditions :

    • au départ, on nettoie correctement les bocaux à l'eau chaude et au savon, on fait tremper un peu dans l'eau très chaude si besoin pour décoller les étiquettes. Pas besoin de stériliser. 
    • à l'utilisation, on stock à l'abris de la lumière et de la chaleur. Si on verse directement dans de l'eau chaude pour faire cuire par exemple, on laisse un peu ouvert pour faire s'échapper toute la vapeur avec de refermer. 
    • on nettoie à chaque rechargement, surtout si vous changez de "contenu". 

    Les bons achats à faire : 

    Vous trouverez les sacs à vracs et les bocaux un peu partout : en grande surface, en magasin bio, chez Emmaüs pour les bocaux, etc. 

    Sinon, je vous conseille vivement un petit tour chez Landmade pour trouver votre bonheur :

    filet-a-provisions-standard-lagon.jpg

    Un sac à provision Made in France et certifié Oekotex*

    bocal-mecanique-en-verre-1l-julie.jpg

    Le bocal Julie d'1L*

    Le format carré est très pratique pour le rangement!

    bocal-mecanique-en-verre-avec-tare-075l-julie.jpg

    Le bocal Julie de 0,75L avec la tare pour les futurs achats en vrac*

    bocal-hermetique-1-5l-en-verre.jpg

    Le bocal hermétique de 1,5L*

    Ces bocaux sont plutôt des bocaux de rangements mais celui là est parfait pour les grandes pâtes !

    Fréquenter les lieux d'achats les plus simples

    Le meilleur déchet c'est celui qu'on ne produit pas ! Facile à dire dans les supermarchés...tout est suremballé ! 

    Pour éviter de vous poser mille questions au début, je trouve ça plus simple de changer d'endroit pour les courses, plutôt que de tenter le zéro déchet au supermarché ! 

    On privilégie alors les magasins bio au départ pour les premiers achats en vrac. Pas besoin de tout acheter là-bas si vous n'avez pas envie, mais c'est plus simple pour le vrac en général. Sinon ouvrez l'oeil dans certains supermarchés qui commencent à disposer d'un peu de vrac...

    Enfin le marché entre en jeu ! Evidemment, si on a pas l'habitude d'y aller, ça va être un effort au départ. Essayer d'en faire une sortie familiale, de prévoir un petit tour en ville après ou quelque chose qui vous motive. 

    Attention toutefois, le marché est loin d'être zéro déchet, il suffit de regarder tous les producteurs avec leurs sacs plastiques. Mais avec un peu d'organisation, vous pouvez trouver tout ce qui est frais avec un minimum d'emballage et d'effort : légumes, fruits, fromage, beurre, poisson ou viande, oeufs, etc.

    Pour les flemmards du dimanche matin, vous avez aussi l'option "panier des producteurs" : taper dans votre moteur de recherche "panier producteur + votre code postal" et vous trouverez sans doute une chouette solution!

    Pour les palois, je vous conseille Pietometi

    Viser le "vrac" de base

    unnamed.jpg

    C'est quoi le vrac de base ? C'est du vrac qui ne change rien à vos habitudes en cuisine : pâte, riz, farine, sucre, céréales, etc., tout ce qui, emballé ou vrac, ne change rien à votre façon de faire la cuisine. 

    Parce qu'éviter d'acheter emballé, c'est aussi éviter les pâtes à pizza emballé, les gâteaux emballés, les plats cuisinés, les yaourts... Mais tout ça implique un vrai changement dans la cuisine : ne plus les acheter emballé nécessite de devoir les faire vous-même ! 

    Or, l'ennemi du zéro déchet (comme de tout en écologie), c'est de vouloir en faire trop, trop vite. 

    Si vous n'aimez pas cuisiner ou si vous estimez ne pas avoir le temps pour l'instant, évitez de vous emballer (jeu de mots bonjour^^) avec un "je vais cuisiner tous les gâteaux du goûter maintenant" si ça n'a jamais été le cas auparavant !!

    Quand on débute, on débute, alors on y va doucement et on évite de tout bousculer : acheter les mêmes choses que vous avez l'habitude de consommer et qui ne vous demande pas d'effort en cuisine. 

    On achète quoi alors au début ? Je vous donne quelques idées, à vous d'adapter en fonction de votre consommation. Au début, choisissez deux articles puis un autre la semaine d'après, etc.

    ⇒ des pâtes : penne, macaronis, coquillettes, c'est as you want ^^

    ⇒ du riz : 500g de riz thaï pour commencer

    ⇒ sucre ou farine, choisissez ce que vous consommez le plus. 

    ⇒ céréales ou lentilles : à prendre si vous en consommez d'habitude. Ne vous lancez pas dans l'achat d'un aliment que vous ne cuisiniez pas avant. 

    ⇒ du muesli ou des oléagineux (amandes, noix...) si vous en consommez le matin par exemple.

    Et si ça râle un peu chez vous, trouvez un truc un peu chouette à ramener : des pépites de chocolat pour des cookies, du maïs pour faire du popcorn, etc.

    Soyez attentif à vos déchets

    Le dernier conseil que je pourrais vous donner, c'est d'avoir un carnet spécial ZD ou une simple feuille accrochée dans la cuisine où vous pourrez noter pleins de choses, notamment, les idées de ZD que vous avez. Plus vous avancerez dans le ZD, plus vous trouverez de nouveau déchet insoupçonné. 

    Encore une fois, ne changez pas tout d'un coup mais notez vos idées ! Vous pourrez ensuite y réfléchir tranquillement, cherchez une alternative qui vous convient, etc. 

    On note quoi par exemple : les achats envisagés pour pouvoir trouver des contenants auparavant, les quantités achetées qui ont été suffisantes (ou non) pour la durée voulue, les contenants pas adaptés, etc.

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà, normalement vous êtes prêts à débuter dans le vrac ! 

    Mais attention, en général quand on commence, c'est dur de revenir en arrière ^^

    Les autres articles sur le zéro déchet :

    le paradoxe des zéro déchets

    le défi zéro sopalin

    petit guide de l'achat en vrac

    une année pour réduire ses déchets

    une semaine pour comprendre ses déchets

    des pistes pour limiter le gaspillage alimentaire

    DIY les beewraps

    Je suis en partenariat avec le site Landmade, les liens suivis d'une * sont des liens affiliés c'est à dire que je reçois un petit pourcentage si vous achetez quelque chose en suivant le lien. Ce n'est pas une obligation d'achat mais un moyen de soutenir aussi un peu mon activité sur le blog (comme ça je peux manger autre chose que tu Quinoa^^!). Pour plus d'infos sur mon rapport aux marques, allez voir sur le A propos!

  • Minimaliste du dressing #4 : le cas du body

    Pin it! Imprimer

    unnamed.jpg

    Après les premiers épisodes de la saga Minimaliste du dressing, je reviens pour vous partager une petite réflexion autour de l'exemple du body. 

    Episode #1 : le bilan

    Episode #2 : le rapport au corps

    Episode #3 : mon cheminement pour comprendre ce que je dois privilégier

    Je crois que ce que j'aime le plus dans le minimalisme, ce sont ces phases de réflexion. Essayer de comprendre pourquoi un vêtement ne me convient pas ou comment faire pour porter plus régulièrement certains vêtements que j'aime. En réalité, le minimalisme dans le dressing, c'est une vraie introspection ! Un processus évidemment très égocentrique où on apprends à mieux se connaitre et à mieux s'accepter. 

    Quand j'ai commencé, je me suis vite rendue compte de mes points faibles : les tenues un peu habillées - pas forcément pour les soirées mais tout ce qui sort du jean/pull ! - et les périodes de froid. J'ai prévu de vous faire un article dédié à ces points faibles pour vous raconter comment j'essaye de les surmonter, mais aujourd'hui, je vais vous partager une petite découverte qui m'a un peu changé la vie !

    unnamed-1.jpg

    Quand j'ai commencé à réfléchir à ses points faibles, je me suis rendue compte qu'ils avaient plusieurs points communs qui tenaient à mon rapport avec les vêtements et sans doute un peu avec mon corps.

    1/ JE SUIS UNE FRILEUSE

    Et une vraie ! J'ai toujours beaucoup de difficulté à la fin de l'automne, quand les températures commencent à baisser. Comme si mon corps avait besoin de plusieurs semaines pour s'habituer et ne plus me demander de m'habiller comme en Sibérie. 

    Du coup, cette tendance à avoir toujours froid me faisait acheter des tonnes de pulls, souvent à bas prix donc pas vraiment chauds, mais des pulls d'un style plutôt douillet. Résultat, s'ils sont sympa le weekend en jean, la majorité ne faisaient pas assez habillés pour la semaine ou pour les occasions où je dois lâcher un peu mon jean. 

    Le problème étant que je déteste les vêtements près du corps et notamment pour les pulls. Je prends d'ailleurs toujours une taille au-dessus pour mes pulls et j'adore piquer ceux de mon mec...en L !! C'est chouette mais je dois avouer que c'est loin d'être joli sur ma mini silhouette ^^

    2/ JE NE SAIS PAS GERER LES DIFFERENCES DE TEMPERATURE

    Je suis une fille monostyle ^^ Je peux m'habiller quand il va faire 30°C ou quand il va faire 10°C. Le problème c'est que je vis dans une région où les variations de température sont importantes au cours d'une seule journée. 

    En Automne ou en hiver, il n'est pas rare de commencer la journée à 4/5°C pour avoir 20°C dans l'après-midi. 

    Résultat, je suis constamment habillée trop chaudement ou trop léger ! Et tout ça vient aussi du point suivant...

    3/ JE DETESTE LES SUPERPOSITIONS

    Je crois que la pire superposition pour moi, c'est une chemise cintrée sous un pull ! Je me sens étriquée, pas à l'aise, j'ai rapidement trop chaud...bref rien ne va (je suis chiante, je vous l'ai déjà dit?).

    De manière générale, je n'aime pas "la technique de l'oignon" qui semble pourtant être une bonne idée quand on subit comme moi de fortes variations de température dans une journée : plusieurs couches de vêtements pour avoir chaud le matin et pouvoir les enlever si les degrés grimpent. 

    La majorité du temps, je ne supporte que deux couches de vêtements : teeshirt/pull, blouse/gilet. 

    Du coup, une quantité de vêtements plus légers, les robes ou blouses d'été, n'étaient plus portées en automne ou hiver, ou alors je finissais toujours par avoir trop froid !

    4/ JE SUIS UNE MANIAQUE DU COL

    Chacun ses petites travers n'est-ce pas ? Si vous avez suivie les épisodes précédents, vous savez déjà que je déteste les cols trop serrés. Mais ça va au-delà, je suis une vraie maniaque pour certaines détails : je ne supporte pas qu'on puisse voir un vêtement sous un pull ! Et comme j'ai déjà des pulls au col pas trop serrés - en V, rond large, col bateau - ça complique énormément la tâche !!!

    C'est comme ça qu'on finit par dire le fameux "je n'ai rien à me mettre" ! C'est pas qu'on a rien dans les placards, c'est qu'on a rien qui nous corresponde ! 

    RESULTATS

    La majorité du temps, je suis donc en jean/teeshirt/pull ou jean/blouse/gilet, peu importe la température. Et évidemment, si ça convient pour les journées fraîches, dès qu'il fait froid, je suis gelée ^^

    Je n'arrive pas à mettre aussi facilement mes robes l'hiver, puisque là encore, elles sont souvent légères donc un seul gilet ne suffit pas à me réchauffer ! Mais vu mon aversion des superpositions, je ne peux rien rajouter d'autre, sinon, c'est l'inverse, je meurs de chaud !!!

    Voilà comment on se retrouve avec des vêtements qu'on aime bien mais qu'on ne sait pas porter, avec des tenues très classiques qu'on a du mal à rendre un peu plus habillées, bref comment on est pas à l'aise dans son dressing!

    unnamed-2.jpg

    L'idée du body 

    En réalité, j'ai trouvé plusieurs astuces pour faciliter mes tenues hivernales, notamment un peu plus habillées. Mais je vous garde ça pour le prochain épisode !

    L'idée - et surtout mon addiction! - du body est venue doucement l'hiver dernier. Au départ, le body m'était un peu étranger et je le pensais surtout réservé à la partie lingerie, voir lingerie un peu sexy ;) 

    Mais en décembre dernier, je suis partie à Amsterdam avec l'amoureux et la météo était plutôt clémente : il allait faire froid mais très beau. Donc en ballade toute la journée, on aurait froid le matin et le soir mais rapidement chaud en journée. On est habitué des destinations froides (notre voyage de noce était en Laponie) donc j'avais quelques idées pour m'habiller afin de ne pas avoir ni trop froid ni trop chaud. C'est comme ça que j'ai investi dans un body Uniqlo de la gamme Heattech Extra Warm. Gris, col très arrondi (donc on ne le voit pas sous le pull^^), et manches 3/4. 

    Ce fut une super idée et ça a fait son chemin dans mon esprit...

    Les avantages du body pour moi

    Depuis, j'ai une mini collection de body : à manches 3/4, forme teeshirt, débardeur, échancré dans le dos, etc.

    Ils ont tous un point commun : ils sont invisibles sous un pull ! Et plutôt foncé, afin de pouvoir les mettre avec tout (et en no-bra, ça aussi on en parlera une autre fois^^). 

    L'avantage inestimable pour moi c'est qu'un body tient beaucoup plus chaud qu'un tee-shirt un peu ample. On peut facilement choisir sa forme en fonction de la température : celui à manches 3/4 est réservé aux périodes vraiment froides ! La plupart du temps, un body forme teeshirt ou débardeur suffissent amplement. Au-delà du fait que vous pouvez le choisir en matière chaude, c'est surtout l'effet "body pour enfant" (si t'es parent, tu me comprends!) : le body vous permet d'avoir chaud dans le dos et au ventre, sans vous soucier des vêtements qui remontent, se coincent, gênent. 

    Et deuxième avantage, il s'oublie ! Pour l'allergique aux superpositions que je suis, c'est parfait ! Il me permet d'ajouter une couche de vêtement sans avoir l'impression de faire l'oignon et surtout sans y penser pendant la journée. 

    Résultat : je peux remettre mes vêtements plus légers sans avoir froid. Je met un body sous une robe légère, avec un gilet par dessus et c'est parfait, peu importe les variations de températures ! Idem avec des chemises, des blouses, etc. Je peux aussi porter des pulls au col un peu trop large, sous lesquels je ne pouvais rien mettre sans que ça se voit. Si le pull est assez chaud ou si je passe la journée à l'intérieur, un body et un pull suffisent !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà comment fonctionne le minimalisme dans le dressing pour moi : beaucoup de réflexions et une recherche de solution. Ce n'est pas normal de toujours penser qu'on a rien à se mettre, il y a forcément plusieurs raisons à ce sentiment. A vous de les identifier et surtout de trouver une solution adéquate pour vous. Et ce n'est pas toujours une solution drastique ! Pour moi, il m'a suffit de quelques body pour pouvoir reporter certains vêtements plus régulièrement et être plus à l'aise. C'est sans doute tout bête mais je n'aurais pas "conceptualiser" l'avantage du body comme ça si je n'y avais pas réfléchi dans le cadre du minimalisme. Avant ça, je restais en boucle sur l'achat de nouveaux pulls, nouvelles robes, que je ne mettais pas forcément plus ! Ce cercle vicieux s'arrête quand on se pose, qu'on réfléchit et qu'on l'adapte au cadre du minimalisme : avoir moins mais beaucoup mieux. Et surtout être toujours à l'aise dans ces vêtements !

    Shopping : mes bodys ne viennent pas du tout de marques éthiques ou écologiques. Pour la simple raison que je n'ai pas le budget et que je préfère les essayer vu ma morphologie. En général, je les trouve chez Uniqlo pour les chauds, chez H&M, Etam ou Kiabi pour les plus classiques. 

    Mais il en existe quand même dans des marques plus responsables, voici une petite sélection :

    Capture_d_ecran_2017-08-02_a_12.09.25_1050x.progressive.png.jpg

    Le body made in France des Petites jupes de Prune

    la-eugenie-bleue-marine-body-bleu-marine.jpg

    Le body en micro-modal, made in France de Le slip français

    body-blanc-gatsby.jpg

    Le body Gatsby en coton biologique de Luz

    organic-body-do-you-green-02.jpg

    Le body en fibre de pin blanc, made in France, de Do you Green.

    body6.jpg

    Un body en coton made in Spain, de The Nude.

     

  • Halloween Ecolo

    Pin it! Imprimer

     

    263099de00e86b9ce30d6bd2bb289089.jpg 

    Halloween ! C'est toujours un grand débat entre les partisans de la fête qui fait peur et ceux qui n'aiment pas l'aspect commercial et américain de cette fête. 

    Loin de moi l'idée de trancher le débat ^^ Pour ma part, j'ai toujours aimé Halloween parce que finalement, j'adore l'automne, les ambiances brumeuses, les citrouilles et me déguiser ! Et quand on a des enfants, c'est compliqué de refuser Halloween. 

    Par contre, hors de question d'en faire un premier Noël ! On évite l'orgie de bonbons et les achats ruineux pour une seule soirée. On en profite plutôt pour en faire un projet de vacances, avec des décorations à fabriquer et des costumes à imaginer. Et j'en profite toujours pour leurs raconter d'où vient Halloween, pour y ajouter des livres ou des dessins animés, etc. 

    Alors si vous voulez fêter Halloween sans dépenser votre budget de noël, sans créer encore plus de déchets ou voir vos enfants survoltés sous l'influence du sucre, je vous donne quelques astuces ! 

    Dans tous les cas, un petit tour sur Pinterest me sauve toujours la vie avec ses milliers de DIY qui permettent de réutiliser des choses ou de faire des petits bricolages !

    Décoration & DIY

    Halloween a la particularité d'être lié à l'automne, vous pouvez donc facilement vous passer de décoration achetée et même trouver de chouettes idées de DIY pour vos enfants qui décoreront la maison ! 

    Ici, le plus important, c'est la citrouille creusée ! Rien de plus simple, il faut une belle citrouille, un bon couteau et un peu de patience ^^ 

    Comment creuser une citrouille ? 

    On rince bien la citrouille et les ustensiles pour éviter de contaminer la citrouille et de la voir pourrir plus rapidement. On commence par creuser le chapeau, qu'on retire. On enlève le maximum de graines et de "fils". Je vous préviens, c'est plus simple à la main mais c'est gluant ! Ensuite, on creuse avec une cuillère à soupe costaud (pour ne pas la tordre). C'est important de creuser le plus possible pour éviter de garder trop de chair. Mais si vous n'êtes pas à l'aise, allez y doucement pour ne pas percer la peau. 

    Ensuite, on dessine les contours des yeux, nez et bouche en s'inspirant de Pinterest si besoin, puis on coupe avec un couteau pointu bien aiguisé. 

    Puis, on rince la citrouille et on la plonge dans un bain 1/3 de vinaigre blanc et 2/3 d'eau pour la "désinfecter". Vous pouvez aussi lui passer de la laque si vous en avez. 

    Enfin, on garde toujours la citrouille en extérieur au maximum pour la conserver le plus possible. Ici, je la rentre le soir pour y mettre une bougie mais elle passe la nuit et la journée sur le balcon ! 

    Les petites astuces écolo : on garde les pépins pour les faire griller et les manger ! Bien les rincer, les faire sécher une nuit et au four pendant 15/20min environ à 180°C. Si vous avez un grand jardin, vous pouvez aussi les garder pour faire pousser vos propres citrouilles ! Après les avoir rincer et sécher pendant plusieurs jours, les conserver dans un petit sachet pour les planter au printemps. Attention, la citrouille c'est envahissant (mais ça fait de la déco gratuite pour l'année prochaine!).

    Pour la chair, elle se mange évidemment, ne jetez pas ! Au programme, une soupe, un velouté, une tarte à la citrouille, il y a le choix !

    10520639_10152657940791749_2496819570343683801_n.jpg

    Si vous n'avez pas envie de creuser ou si vous voulez faire participer des enfants trop petits, n'hésitez pas à détourner la coutume : un marqueur pour dessiner dessus, des restes de bandage pour l'entourer, des feuilles mortes collées dessus... 

    56ea0aef4d06d0d0c376d18a5929f92a.jpg

    La décoration la plus facile est évidemment de revenir du marché avec quelques courges, potiron ou coloquintes. Vous pouvez les disposer un peu partout dans la maison, sur les marches d'un escalier ou sur le rebord des fenêtres. Et surtout, vous pouvez les manger ensuite (ils se conservent plusieurs semaines sans soucis!). N'hésitez pas faire peindre vos enfants dessus pour créer des personnages effrayants mais dans ce cas, c'est un peu moins écolo et surtout potentiellement toxique si vous jetez ensuite les restes dans votre compost. Dans ce cas, optez plutôt pour la citrouille creusée. 

    6a5fe553d3c152cdb0ea2b110926d643.jpg

    533767a1b696ba1ed4e36238fc15748f.jpg

    N'oubliez pas aussi tout le reste des éléments naturels de l'automne : feuilles, noix, noisettes, pommes de pin, etc. Vous pouvez disposer tout ça dans des petits saladiers pour créer une jolie déco. Et si ce n'est pas assez effrayant, libre à vous d'ajouter de la peinture noire ou des petites chauves-souris découpées dans du carton et peintes en noires par exemple. 

    b47c8da751a57ab356fb7f957794e6da.jpg

    4c5372daf88f0166bfc4b94eed74ac83.jpg

    Ensuite, pour décorer facilement et surtout à l'infini, le seul achat que je conseillerais c'est du papier noir. Mais encore une fois, vous pouvez utiliser du journal, du carton ou autre et choisir une bombe de peinture noire pour la fin. Mais avec quelques feuilles noires, on occupe les enfants à l'infini et ça, c'est bien le but des vacances non?^^

    Evidemment, vu que ce n'est pas zéro déchet, on essaye de conserver les créations d'année en année. 

    ac33460108205195c4491021ae161adb.jpg

    400711dfad034e211eb571df909a3409.jpg

    0b4d0b1d116e6e6ee5798c9070f4f152.jpg

    6f6174bbfb8f9aeaf3e960008b60bcc3.jpg

    Pensez aussi à réutiliser des choses pour faire de la décoration : boîtes de conserve, sac poubelle, balai, cailloux, bouteilles en verre...

    f164c3fdceabaf0621c4e94af383a5fc.jpg

    1587655f40ed22c63f0fa38324e39701.jpg

    f2f007515c06293c301ed4adff384940.jpg

    c8b373d2da353e8b55ffaf279dc14cf8.jpg

    d27c53e423097a88d4f69dc8c98f9da7.jpg

    cfdfe45906190803e12e4043d6312af6.jpg 

    Quelques vidéos Youtube à voir : 

    - 30 idées pour Halloween éco-friendly

    - Zero waste Halloween

    Déguisements et maquillage

    Je parle des déguisements pour enfants mais vous avez bien sûr le droit de vous déguiser ! Le principe de réutilisation est le même, vous pouvez aussi aller voir dans des dépôts vente ou à Emmaüs par exemple pour trouver pleins de choses qui serviront à vous déguiser !

    Un petit point maquillage, si vos enfants ont besoin d'un maquillage d'Halloween, optez soit pour le vôtre s'il est naturel et bio, sinon on prends un maquillage pour enfant certifié bio ! J'adore ceux disponible chez Doux Good où vous trouverez en plus des modèles de maquillage (pratique quand on est nul comme moi!!). Si vous avez le budget, il y a même la palette de 8 couleurs qui permet d'avoir plus de choix et d'être réutilisé plus facilement aux anniversaires ou a carnaval ! Et je dis ça au passage, mais c'est une chouette idée de cadeaux pour Noël notamment pour les enfants qui adorent se déguiser, ils adoreront avoir leur palette de maquillage !

    doux-good-namaki-kit-de-maquillage-bio-3-couleurs-citrouille-et-squelette.jpeg

    doux-good-namaki-kit-de-maquillage-bio-8-couleurs-monde-des-horreurs.jpeg

    Pour les déguisements, le mot d'ordre, c'est imagination ! Petite astuce pour les enfants, réunissez d'abord ce que vous avez chez vous pour faire des déguisements et voyez les idées que vous avez (fantôme, monstre,etc.) avant de leur proposer. Sinon vous risquez d'avoir un choix un peu compliqué à réaliser à la maison (ça sent le vécu ^^). Et n'oubliez pas de vous adapter à vos enfants, certains n'aiment pas les déguisements qui font peur, ce n'est pas grave ! Vous pouvez essayer de négocier avec le maquillage : princesse avec un maquillage qui fait un peu peur par exemple. 

    Je vous met quelques idées pour les costumes les plus classiques : fantôme, monstre, vampire, sorcière... Mais dans tous les cas, si vous avez une idée, n'hésitez pas à aller la tester dans Pinterest, vous trouverez sans doute un DIY pour la réaliser avec les moyens du bord !

    En gros, cherchez chez vous et dans votre entourage : du tissu blanc ou noir, du tulle (noir ou de couleur), des rubans, des vestes, jupes ou autre qui peuvent être customisées sans problème. Le seul achat qui peut être inévitable si vous n'êtes pas très manuel, c'est le chapeau de sorcière. Sinon, il se tente avec de la feutrine et un peu d'idées !

    e9c1d83b9fcb2b1730a643ddd01d7c15.jpg

    Vous avez du tulle chez vous ? Hop, une sorcière un peu funky !

    be198c71def2a276f9a4483e043da1f3.jpg

    L'option de loin la plus simple : le fantôme ^^

    8c590bd91179494ed8fbc5a2644c0139.jpg

    Un maquillage sauvera les tenues les plus simples ou les petites filles qui veulent absolument être en princesse! On opte plutôt pour du orange, vert, rouge, noir...

    a3aa527c6eabcc95b78eaf415ffde61a.jpg

    Un vieux parapluie noir cassé ? Hop une chauve souris. Ca marche aussi avec du tissu noir à découper pour faire des ailes de chauve-souris ou du carton à peindre en noir et à fixer.

    65ad85210c2ab7e725f373da9f6392ea.jpg

    Le fameux squelette est aussi assez accessible si on a des vêtements noirs trop petits ou abîmés. Une craie et de la peinture pour faire le squelette et zou !  

    Food & Bonbons

    Pour le menu d'Halloween, vous trouverez pleins d'idées sur les blogs ou Pinterest. Ici on a l'habitude de faire une pizza fantôme (les fantômes en mozzarella), des knakis momies et des gâteaux aux vers de terre (yummy!). Avec la traditionnelle purée de citrouille ou encore un gratin de patates douces aux marshmallows. 

    3070458261d6f3a099ba95575ccb0ee9.jpg

    eb56b267009d968a183b9975b58fca7b.jpg

    5259c75d1f2ebe43cdc1bfe1e7a0b629.jpg

    Mais le plus gros point noir d'Halloween, c'est bien les bonbons. Il est compliqué de les interdire aux enfants, surtout s'ils vont en chercher à l'extérieur. Je vous donne quelques astuces mais clairement, on est encore loin du zéro déchet et surtout des bonbons pas crados. 

    Pour la minute chiante, les bonbons c'est bien sûr du sucre donc à limiter. Mais c'est pas vraiment le problème principal. Le sucre occasionnellement, ça serait le moindre mal. Mais c'est surtout beaucoup d'additifs (les fameux E... qui sont souvent d'origine animale et soupçonnés de favoriser l'hyperactivité!), de la gélatine de porc, du sirop de glucose (et hop un taux de glycémie à rendre vos enfants insupportables!), des antioxydants (BHA BHT, interdits dans certains pays), etc. ! 

    Et bien niveau zéro déchet, les bonbons c'est juste l'horreur vu le nombre d'emballage individuel !

    J'estime que vu qu'on habite pas aux Etats-Unis, on peut même se passer de la visite chez les voisins en prévoyant plutôt une soirée jeu de société et fabrication de bonbons maison par exemple ! Mettez le paquet sur la déco et les activités, promis, ils ne demanderont même pas à aller chez les voisins, qui en plus n'ont jamais de bonbons ^^

    Quelques astuces, du plus "flemmard" au plus engagé :

    - choisir des bonbons classiques sans gélatine animale ou sans additifs, bref zieuter les compositions (il y en a même chez Haribo).

    - préférer des grands contenants de bonbons et les donner en vrac. Dans certains magasins bio, vous en trouverez même en vrac !

    - fabriquer des petits sachets de bonbons avec du recyclable (tissu, papier en cône, etc.).

    - à la maison, faire vos propres sucreries : chocolat en forme de monstre, marshmallows fantômes, etc. Mais surtout des sucreries à base de fruits ! Ca occupe les enfants et si c'est rigolo, ça fera rire les autres enfants !

    - échanger les bonbons à la fin de la collecte ! Ca peut être rigolo de faire peser les bonbons par exemple et de transformer ça en argent pour les plus grands. Ou prévoir des petits cadeaux pour échanger une poche de bonbons par exemple. 

    444f084ef32d518b38ce85e849d2942c.jpg

    9ee6e2e55a616855be6adee1ba7269a6.jpg

    5ef794ca40726d70db135c2b367051ce.jpg

    e11bbe6fae57e0d57e1479ebb162bb99.jpg

    Voilà pour l'essentiel ! Prévoyez une soirée avec pleins de jeux, des histoires qui font peur, des bougies et Happy Halloween !

    31c50b5db3ffce5dcbae8337db2d8be2.jpg

  • 4 ans sans hormones

    Pin it! Imprimer

    hormones,acné hormonale,routine,slow cosmétique,compléments alimentaires,spm

    (Je lance une mode des photos floues en résolution pourrie, ça vous plaît?^^ En vrai, mille excuses, le peu de lumière et mon téléphone qui fatigue sont les principales raisons de ces photos!)

    Attention, aujourd'hui on va parler hormones et donc, pour le coup, l'article sera 100% filles ^^

    On me pose souvent des questions liées à la routine beauté naturelle quand on souffre d'acné hormonale et en général, ça dévie rapidement sur des questions liées aux hormones, à la contraception, aux astuces pour contrer certaines effets négatifs...bref le bonheur d'être une nana qui subit les effets parfois complexes des hormones féminines !

    Ca va être un article un peu fourre-tout où je vous partage mon rapport et surtout mon recul sur une contraception sans hormones mais aussi toutes les conséquences que ça a eu sur ma peau ou dans ma vie en général. 

    Un très chouette site pour tout savoir sur les hormones, la contraception, le SPM... : GynandCo !

    Mon histoire vis à vis de la contraception

    Rentrons directement dans le vif du sujet : mon rapport à la contraception ! 

    Après avoir pris la pilule pendant une dizaine d'années, j'ai arrêté en 2012 pour cause d'envie bébé. Auparavant, j'avais une pilule micro-dosée (je sais plus si ça se dit comme ça) et aucuns effets particuliers à noter. Elle ne m'a pas fait grossir et a largement amélioré l'état de ma peau d'adolescente. J'étais globalement satisfaite sauf que j'avais un peu de mal à être régulière, surtout en voyage où je l'oubliais tout le temps. 

    Du coup, en 2012, je décide me lancer dans la grande aventure "bébé" et je jette donc ma pilule avec plaisir. Je n'ai pas de souvenirs d'effets néfastes sur ma peau ou mes cheveux à cette époque mais il se peut que ma mémoire soit un peu sélective sur cette année particulière. Sans rentrer dans le détail - parce qu'on en reparlera peut être un jour - j'ai mis un an à tomber enceinte de ma fille mais j'ai eu deux épisodes de fausses couches. Clairement, je ne fais pas le lien avec la prise de la pilule mais comme toutes les filles à qui ont a répété de prendre la pilule à heure fixe pour éviter toute grossesse indésirable, j'étais persuadée que le mois suivant l'arrêt, je tomberais enceinte....Bon hum, vous aurez peut-être cette chance mais sinon, vous allez découvrir le bonheur des jours d'ovulation, des pics d'hormones, des astuces plus ou moins glamour pour favoriser la conception et tout ce qui peut rapidement ruiner votre vie de couple et votre moral. 

    De cette année assez douloureuse, j'en garde plusieurs leçons mais pour celle qui nous intéresse aujourd'hui c'est ma volonté de ne plus prendre d'hormones après mon accouchement. Mon gynécologue étant très partant, il m'a proposé le stérilet au cuivre en m'expliquant néanmoins que certaines ne le tolèrent pas bien et qu'on pourra éventuellement changer pour un stérilet aux hormones, qui me paraissait être un bon compromis. 

    Finalement, tout s'est bien passé (enfin presque, je vous en parle après!) et j'ai donc mon stérilet depuis 4 ans maintenant. 

    LES DEBUTS (#horreur)

    Ca fait donc 4 ans que je n'ai plus d'hormones de synthèse et que ma contraception se fait grâce au stérilet. 

    Clairement il y a eu plusieurs étapes dans mon adaptation à ce nouveau mode :

    • les 4 premiers mois : le yo-yo des hormones. J'ai clairement eu la grossesse "sympa" où les hormones me donnait un teint photoshop et les cheveux de Shakira. Evidemment, le post-accouchement, ce fut le drame ! Chute des hormones, fatigue de bébé qui ne fait pas ses nuits et corps à retrouver après ma césarienne. Le fait de ne plus prendre d'hormones en contraception a fait que j'ai subit de plein fouet les changements hormonaux. Au programme, que des choses chouettes : des boutons non stop, le teint terne, les cheveux qui re-graissent très vite, l'humeur en montagne russe, les douleurs des règles... Clairement, ça a duré bien 4 mois où je n'arrêtais pas de me dire que j'allais abandonner le stérilet pour repasser à la pilule. 

     

    • la première année : finalement, les effets sur la peau et les cheveux se sont calmés petit à petit, largement aidés par ma routine naturelle que j'avais déjà entamé pendant la grossesse (bon et le fait que ma fille fasse ses nuits rapidement !). La première visite de contrôle du stérilet m'a permis de poser pas mal de questions à mon gynécologue et de me motiver à le garder. La seule chose qui m'embêtait encore était la période des règles - période où je n'avais jamais souffert quand j'étais sous pilule - qui était encore compliquée. 

     

    • la deuxième année : j'ai commencé à m'intéresser aux astuces naturelles pour soigner les maux typiques au jeu des hormones : règles douloureuses, syndrome pré-menstruel, acné hormonal. J'ai testé beaucoup de choses, adapté ma routine beauté mais tant tous les cas, je n'envisageais plus de changer de contraception. 

    Aujourd'hui, 4 ans après, je ne dirais pas que j'ai vaincu mes hormones. On y arrive jamais je pense! Mais j'ai une méthode de contraception qui me convient, à laquelle je ne dois pas penser tous les jours et qui n'influence par artificiellement mes hormones. 

    Avantages/Inconvénients

    Les avantages et inconvénients sont bien évidemment très personnels. Certaines ne vont pas tolérer le stérilet ou ses effets sur le cycle, d'autres vont voir les hormones se réguler rapidement... Je vous partage rapidement ma liste de pro/contre si jamais vous envisagez de passer à ce mode de contraception !

    Pour les avantages, les principaux pour moi sont dans l'oubli de la méthode de contraception et dans l'aspect "naturel". Un stérilet bien posé ne doit pas du tout se sentir donc vous l'oubliez complètement. Je voyais vraiment la pilule comme une contrainte, une charge de plus à penser, à ne pas oublier...clairement le stérilet c'est un gain d'espace dans mon cerveau dingue ^^ Pour l'aspect naturel, il y a bien évidemment un prix à payer pour un "retour" à vos cycles naturels et à l'influence des hormones. Mais je vois aussi ça comme un avantage. Je n'aborderais pas les inconvénients de la pilule ou des hormones d'une façon générale, il y a bien suffisamment d'informations sur le sujet. Mais la prise d'hormones, le blocage de vos cycles voir la disparition de vos règles, si c'est très agréable au quotidien, c'est loin d'être l'idéal pour le métabolisme. C'est un avis très personnel mais j'aime à penser qu'on ne peut pas tout maîtriser.

    C'est un peu l'enseignement de mes difficultés à avoir ma fille : le corps de réagit pas à un claquement de doigts et surtout pas comme on l'entend. Et c'est tant mieux, on ne peut pas tout maîtriser et on ne devrait pas maîtriser la chose la plus naturelle qui est notre fonctionnement cyclique. Alors oui, c'est chiant d'avoir ses règles, c'est chiant d'avoir de l'acné hormonale mais ça passe bien mieux une fois qu'on a accepté que c'est une part intrinsèque de nous. 

    Evidemment, je vous l'ai dit, il y a des inconvénients. Les plus directs sont la pose du stérilet qui n'est pas franchement agréable (parfois douloureuse pour certaines) mais assez rapide si ça peut vous rassurer. Il faudra ensuite attendre quelques semaines pour être sûre de bien le tolérer, qu'il soit bien placé, que votre conjoint ne le sent pas, etc. Et pour moi, l'effet a été radical sur mes règles (mais c'est très variable en fonction des personnes!) : des règles plus longues et plus abondantes. Chouette, chouette ^^ Mes cycles ont par contre toujours été très réguliers, c'est déjà ça. 

    Mais les inconvénients les plus difficiles à supporter, à mon sens, sont liés à l'influence de vos hormones qui ont désormais toute liberté de vous emmerder embêter. L'influence des oestrogènes et de la progestérone s'est traduite chez moi par un retour des symptômes classiques liés aux règles que j'avais oublié pendant les 10 ans de pilule : les 2 jours très douloureux précédents les règles, le syndrome pré-menstruel qui me rend déprimé juste avant, l'acné hormonal, la sensation de l'ovulation (on l'oublie ça sous pilule!!), bref que du bonheur !

    Alors évidemment, je vais pas vous laisser comme ça ! Vous vous doutez bien que si je suis contente de ma méthode de contraception, c'est que ces inconvénients ne sont plus aussi présents aujourd'hui ou du moins, que j'ai réussi à les atténuer un peu !

    Comprendre le SPM

    Avant de vous donner des astuces, je voudrais d'abord vous faire un mini focus "SPM" et parler un peu de l'appli Clue. 

    C'est quoi le SPM ? Le syndrome pré-menstruel c'est le nom que l'on donne à tout un tas de symptômes qui touchent les femmes juste avant leurs règles (ou au début du cycle). Ce sont des symptômes physiques et psychologiques dont le plus connu est la douleur au niveau du bas ventre en raison de l'utérus qui se contracte. Mais il y a en réalité une multitude de symptômes possibles et j'ai mis beaucoup de temps à comprendre que certains de mes maux étaient directement liés au SPM. 

    D'où l'intérêt de l'application Clue (ou d'une autre similaire) qui permet de noter son cycle et ses éventuels symptômes. Au-delà du fait qu'il vous avertira de l'arrivée imminente de votre prochain cycle (c'est toujours sympa d'avoir la notification "votre nouveau cycle est sur le point de commencer"!!), il permet de se rendre compte de l'aspect cyclique de certains maux. 

    Il y a beaucoup de symptômes différents dont on ne parle pas assez souvent et qui peuvent vous inquiéter si vous ne faites pas le rapprochement. Sachez aussi, qu'à priori, ils dépendent de la variation de vos hormones, on peut souffrir d'un taux très bas de progestérone ou d'oestrogène et ça n'aura pas tout à fait le même effet.

    • Classiquement, on retrouve les maux de ventre, de poitrine, la sensation de "gonflement" voir la prise de poids pendant cette période, les changements d'humeur (d'où l'horrible phrase "t'as tes règles ou quoi?") ou encore un état de fatigue générale. 

     

    • Mais tout aussi fréquent : les fringales de sucre, l'anxiété, la sensation de dépression, les migraines, diminution de libido, augmentation des allergies, insomnies...

    Voilà, c'est sympa tout ça non ? Bon, heureusement on a rarement tout ça en même temps mais je voulais surtout vous avertir que le SPM ce n'est pas QUE les douleurs au ventre dont on parle souvent. 

    De ma propre expérience, j'ai donc découvert grâce à mon application Clue que certains maux revenaient en réalité de façon cyclique juste avant le début de mes règles : des migraines, de la fatigue, une baisse de moral... Ca paraît un peu bête mais ça m'a rassuré de comprendre que ces symptômes étaient temporaires et résultaient de ma baisse d'hormones. Désormais, je sais que les 3/4 jours précédents mon début de cycle, je ne suis pas en grande forme physique mais aussi psychologique, qu'il vaut mieux que j'évite les rendez-vous stressants ou la prise de décisions importantes (et que si déprime et dispute il y a, je prends du recul^^).

    Je vous rassure, tous ces symptômes sympathiques peuvent être atténués par plusieurs petites astuces. Je vous donne toutes les astuces que j'ai testé, toutes n'ont pas été révolutionnaires mais elles peuvent fonctionner pour vous. De façon générale, ces astuces étant naturelles, il faut du temps pour en voir les effets donc je vous conseille de tester sur plusieurs cycles. 

    Astuces contre hormones chiantes

    Les conseils de "bon sens" 

    • écouter son corps : reposez vous quand vous en ressentez le besoin, dormez un peu plus et si vous ressentez des effets de "déprime", prévoyez vous toujours des choses chouettes et cocooning pour les jours pas top. Clairement, les jours précédents mes règles, je ralentis le rythme, je prévois des choses simples à manger pour passer moins de temps en cuisine, je regarde un Harry Potter avec une bouillotte sous un plaid et je me couche tôt ♥

     

    • mais bougez quand même ! Clairement, on n'a pas vraiment envie de faire du sport ou de se bouger quand on a mal partout ou qu'on est épuisé. Mais un sport un peu doux ou seulement un peu de marche vous feront beaucoup de bien, notamment pour les douleurs au ventre et au dos. J'essaye toujours de faire un peu de yoga ou de marcher un peu plus les jours précédents et j'ai toujours vu des effets positifs sur mes douleurs.

     

    • attention à l'alimentation : le sucre, la caféine, la théine, les produits laitiers...Ca vaut le coup de limiter drastiquement tout ça la semaine précédent vos règles et de voir les résultats. C'est un peu chiant mais ça fonctionne bien en général. Pour ma part, si je ne fais pas attention au sucre et au café (#droguéebonsoir), je vois certains maux revenir puissance 10 !

    Les compléments alimentaires 

    Ils demandent beaucoup des maux que vous souhaitaient "soigner" et nécessitent d'être testé sur le long terme. Ce n'est pas miraculeux mais certains ont de très bons résultats en fonction des personnes, ça vaut le coup de tester. Toujours privilégier les compléments bio, je vous met des liens Fleurance parce que c'est là que je commande en général mais vous en trouverez en magasin bio ou en parapharmacie.

    • Onagre : l'huile d'onagre est intéressante grâce à l’acide gamma-linolénique qui régule certaines fonctions hormonales. Elle est surtout recommandée pour les migraines, les douleurs aux seins et les troubles de l'humeur. A prendre tout au long de votre cycle et à tester sur 2 ou 3 cycles au moins. 

    Mon avis : ça fonctionne plutôt bien et je continue d'en prendre de temps en temps mais je n'ai pas eu d'effets sur les migraines par exemple.

    • Spiruline : vous savez que j'aime beaucoup faire des cures de spiruline au changement de saison mais c'est aussi très utile pour les états de fatigue liés au baisse d'hormone. 

    Mon avis : le meilleur complément pour un coup de boost pendant cette période, surtout quand vous cumulez avec une fatigue liée au changement de saison, aux maladies, au période froide...

    • Oméga 3 : un bon complément en général puisqu'on ne sait pas les fabriquer nous-même. Et très intéressant pour celles qui ont de forts effets sur l'humeur, la libido, l'anxiété. Dans la même optique, vous pouvez tester les gélules d'huile de Krill ou de foie de morue (#yummy) qui ont une forte teneur en oméga 3 (recherchez dans la catégorie Articulation des eshops).

    Mon avis : je débute la cure donc je n'ai pas le recul mais j'ai toujours lu de très bons échos et je ne sais pas pourquoi je n'ai pas testé avant !

    • Magnésium : le magnésium, associé à la vitamine B6, bien connu pour le stress, j'ai lu récemment qu'on avait découvert que certaines femmes souffraient d'un déficit en magnésium en raison des chutes d'hormones pendant leur cycle et qu'il en résultait surtout une forte fatigue, des migraines, etc. 

    Mon avis : très efficace pour les migraines, ça m'a un peu changé la vie ! Il faut que j'y pense mais quand j'en prends quelques jours avant le début du cycle, je n'ai plus de migraines ! Vraiment, si vous êtes sensibles aux maux de tête ou migraine (sans forcément l'être le reste du temps), je vous recommande de tester soit en cure de fond, soit seulement les jours précédents vos règles.

    • Desmodium : utilisé pour aider le foie dans sa fonction d'élimination des toxines, il peut être intéressant de tenter une cure, notamment en cas d'acné hormonale. En effet, si le foie n'arrive plus à éliminer correctement les toxines, notamment si votre alimentation n'est pas au top, les toxines vont bien s'éliminer quand même...par la peau ! Attention toutefois avec le desmodium qui peut etre puissant, demandez conseil et faites un essai.

    Mon avis : très efficace ! Je dois d'ailleurs retenter une petite cure, peut être en complément du gattilier dont je vous parle ensuite. 

    Les infusions

    Il y a de nombreuses plantes qui peuvent vous aider à réguler vos hormones et diminuer certains maux. 

    • le gattilier ou la sauge : a priori le choix de l'une ou de l'autre dépendra de vos symptômes et surtout s'ils sont liés à l'oestrogène ou à la progestérone. C'est assez complexe à identifier sur la simple base de nos sensations donc je vous conseille de tester l'une et l'autre sur plusieurs cycles. Sachez aussi que si vous voulez des effets plus importants, les infusions ne seront sans doute pas assez dosées mais vous pouvez trouver ces deux plantes en comprimés. 

    Mon avis : je n'ai pas encore tester le gattilier mais la sauge n'a pas eu beaucoup d'effets...bien que je ne sois pas très régulière dans la prise des infusions. Je testerais le gattilier à l'occasion mais en comprimé pour que ce soit plus efficace.

    Les conseils "acné hormonale"

    Un des effets les plus compliqués à supporter au quotidien, c'est bien le retour de l'acné pour certaines. Surtout quand vous n'avez pas spécialement souffert d'acné dans votre adolescence. 

    Petite astuce d'abord pour reconnaître de l'acné hormonale : elle est cyclique (en fonction de votre cycle hormonale), très prononcée une semaine avant les règles en général. Et surtout, elle est localisée sur la mâchoires et le menton. A contrario, les boutons sur les joues sont directement liés à votre alimentation, notamment le sucre, voir même au maquillage, à une crème trop riche, à la cigarette ou au téléphone, véritable nid à microbes.

    hormones, acné hormonale, routine, slow cosmétique, compléments alimentaires, spm

    Le principal conseil à garder en tête : vous devez combattre des effets internes, non externes. Le problème ce ne sont pas les boutons, ils ne sont qu'un symptôme d'un dérèglement hormonal. C'est sur ce dernier que vous devez vous concentrer. Evidemment, il y a beaucoup de choses qui peuvent améliorer en externe mais rien ne sera miraculeux, même avec une routine naturelle.

    • alimentation : on stoppe les produits laitiers, la surconsommation de viande, on limite le sucre et le café, on boit beaucoup d'eau et évidemment, on augmente les doses de légumes, verts notamment. Oui c'est chiant mais vous êtes ce que vous mangez ^^ Plus vous faites travailler la digestion, le foie, les reins, plus votre peau aura du travail et ça accentuera les imperfections. 

     

    • l'hygiène : très important pour ne pas entretenir l'inflammation ! On change très régulièrement les taies d'oreillers, les serviettes de toilettes. On lave consciencieusement ses cotons lavables, ses pinceaux, etc. Pensez aussi à nettoyer votre téléphone, véritable nid à microbes et à éviter de trop toucher votre visage avec des mains non propres.

     

    • les compléments alimentaires : gattilier, desmodium, sauge, bardane... Il y a de nombreux compléments qui peuvent vous aider à réguler des fonctions qui se régulent mal ou qui subissent les effets des hormones féminines. A priori, je vous dirais de tenter une cure de bardane pour commencer, plus douce et qui aide à éliminer les toxines. Ensuite, le gattilier semble être le plus intéressant mais je n'ai pas encore testé donc je n'ai pas de retour (mais beaucoup d'espoir!).

     

    • la slow cosmétique : en externe, il faut évidemment adapter sa routine beauté au problème de l'acné hormonale. Pour moi, le passage à une routine de slow cosmétique ne m'a pas donné une peau parfaite mais a grandement amélioré son état et surtout a raccourci le temps où ma peau m'embête !

    Je vous ferais très rapidement un rappel de ma routine beauté, le dernier article date un peu ! Mais pour faire court, on évite de garder de l'eau sur le visage, on arrête d'utiliser des produits transformés qui contiennent souvent de l'alcool ou des tensioactifs agressants et on opte pour des produits bruts : huiles végétales (jojoba, noisette, nigelle), aloé vera, eau florale, savon saponifié à froid... On achète un petit flacon d'huiles essentielles de tea tree ou de lavande pour assainir les boutons qui sortent. Bref, soyez douces avec votre peau, laissez-la respirer le dimanche sans soin ou maquillage, d'ailleurs, limitez le maquillage le plus possible (optez pour un correcteur sur les zones à problèmes plutôt qu'un fond de teint sur tout le visage...). Enfin, ne tombez pas dans le travers du "décapage" pour faire partir les boutons : il faut au contraire de l'hydratation et de la douceur pour éviter que la peau, agressée, ne refasse encore plus de boutons. Donc mollo sur les gommages, les nettoyants chimiques, les masques. 

    hormones,acné hormonale,routine,slow cosmétique,compléments alimentaires,spm

    Mon ordonnance beauté acné hormonale

    Nettoyage léger soit au savon saponifié à froid soit à l'eau florale de lavande à rincer

    Supprimer le calcaire de l'eau avec un pschit d'eau florale de lavande (ne pas essuyer)

    Hydratation avec l'huile de nigelle (ou jojoba, noisette, chanvre...) et aloé vera sur peau encore humide de l'eau florale

    Léger maquillage

    Démaquillage à l'huile de jojoba (ou autre mais pas huile de coco) et nettoyage au savon

    Toujours de l'eau florale pour atténuer les effets de l'eau et garder la peau humide

    Hydratation avec huile de nigelle et aloé vera. Si boutons, on applique une goutte d'huile essentielle de tea tree pure dessus ou on la dilue dans l'huile de nigelle.

    (Vous trouverez tous ces produits sur des eshops green, dans des magasins bio ou parapharmacies)

    Les jours compliqués : quelques jours avant le début de vos règles, on aide la peau en insistant bien sur l'étape démaquillage et nettoyage. On peut s'aider d'une brosse douce pour le nettoyage, j'adore celle de Doux good qui aide bien ma peau. On fait un masque purifiant avec un peu de rhassoul, huile végétale et d'huiles essentielles de tea tree. On laisse sa peau tranquille les soirs au maximum pour la faire travailler seule. 

    Si on n'aime pas les produits "bruts" ? Alors on opte pour des produits doux ! J'aime la gamme Magnifica de Sanoflore et le soin Déboutonnez moi d'Indemne. On évite de les cumuler, de céder au marketing "peau parfaite" des produits bourrés de composants qui auront l'effet inverse !

    Et aujourd'hui ?

    4 ans après, je ne suis pas prête à revenir à la pilule même si le parcours a été long. J'aurais aimé avoir plus de conseils dès le départ (c'est un peu pour ça que je fais cet article d'ailleurs!), notamment sur les symptômes du SPM. 

    Aujourd'hui, je m'aide beaucoup de mon application pour repérer les jours où il faut que je sois vigilante avec ma peau et mon alimentation. Ma routine naturelle m'aide beaucoup et je vois rapidement les effets négatifs quand je ne suis pas assez régulière, notamment en démaquillage et nettoyage. J'essaye aussi de limiter le sucre et le café, mais c'est encore bien compliqué. Et bouger m'aide beaucoup même si c'est bien le dernier truc que j'ai envie de faire. 

    Côte SPM, je vois beaucoup d'effets positifs avec quelques cures et j'ai plein d'espoir pour la cure d'oméga 3 et gattilier qui a l'air de fonctionner chez certaines qui ont des symptômes similaires. 

    Ce long article fait un peu passer une routine sans hormones pour extrêmement complexe, je m'en doute bien ! Mais vraiment, si je me suis lancée dans l'aventure stérilet sans trop savoir à quoi m'attendre, j'en suis bien contente aujourd'hui. Et je suis persuadée que ma routine de slow cosmétique y est pour quelque chose. Ca ne fait pas de miracle mais sur le long terme, ça permet de beaucoup moins subir l'acné hormonale, en tout cas, de la subir bien moins longtemps !