Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Banana Pancakes - Page 2

  • FAQ : la lessive maison !

    Pin it! Imprimer

    unnamed.jpg

    Bientôt 3 ans de lessive maison ! C'est fou comme le temps passe vite et surtout combien on s'habitue vite à de nouveaux gestes. Il y a 3 ans, ça me paraissait complètement excessif de fabriquer ma propre lessive et pourtant pour rien au monde je ne repartirai en arrière aujourd'hui !

    Le changement n'a pas été trop compliqué mais il m'a fallu quand même un peu de temps pour stabiliser ma recette et mes astuces pour laver le linge. Comme vous me posez souvent des questions autour de la thématique lessive, je me suis dis qu'une petite FAQ serait intéressante. 

    N'hésitez pas à relire mes articles :

    mon premier article de la corvée écolo sur la lessive maison et l'assouplissant, avec pleins de conseils pour débuter.

    mon deuxième article avec un bilan 1 an de lessive maison.  

    Pour les flemmards, un petit récapitulatif des recettes : 

    Pour la lessive (par litre d'eau)

    - environ 50g de savon de Marseille sans glycérine ajoutée

    - 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude

    Facultatif

    - 1 cuillère à soupe de cristaux de soude pour augmenter l'efficacité de la lessive ou si votre eau est très calcaire. J'en ajoute la plupart du temps mais je m'en passe très bien si je n'en ai pas ! 

    - 10 gouttes d'huiles essentielles

    Faire fondre le savon de Marseille dans l'eau, laisser refroidir un peu avant d'ajouter tout le reste et de verser en flacon. A l'utilisation, il suffit de bien secouer (énergiquement parfois!). 

    Pour l'adoucissant

    - 2/3 d'eau

    - 1/3 de vinaigre blanc

    - une dizaine de gouttes d'HE pour 50cl (facultatif)

    A utiliser comme un adoucissant classique mais à éviter avec les vêtements à élastiques (sous-vêtements) et les couches lavables.

     

    FAQ Ingrédients

    Quel savon de Marseille choisir ?

    Pour reconnaître un savon de Marseille, il faut retenir qu'il ne doit comporter 72% d'huiles végétales (et donc pas de sodium tallowate, graisse animale) et porter l'estampille 72% dessus. Il ne doit pas contenir de parfum, ni de colorant, il est donc soit vert car à base d'huile d'olive, soit blanc/brun car à base d'huile de palme. 

    Il ne doit pas contenir de glycérine ajoutée : tous les savons ont de la glycérine naturelle mais elle est retirée dans les savons de Marseille. Quand il subsiste des traces, la mention est obligatoire mais elle ne s'agit pas de glycérine synthétique ajoutée. La glycérine en trop grande quantité risque de solidifier votre lessive et d'abîmer à terme votre machine à laver. 

    La composition classique est donc : Sodium olivate (huile d'olive saponifiée), Sodium cocoate (huile de coco saponifiée), Aqua (eau), Sodium chloride (sel), Sodium hydroxide (régulateur de pH). Il peut y avoir de l'huile de coprah ou de l'huile de palme suffit les marques et les compositions.

    Je n'utilise que le savon de Marseille de Marius Fabre, le blanc mais si vous souhaitez éviter l'huile de palme, vous pouvez très bien utiliser le vert (aucune incidence pour vos vêtements). Attention, chez Rampal Latour, autre savonnerie artisanale, le vert contient aussi de l'huile de palme. 

    Vous pouvez utiliser le savon en paillettes ou en entier à râper. 

    Où en trouver Marius Fabre : en ligne, dans certaines jardineries qui distribue Marius Fabre. Attention à certaines marques distribuées en magasins bio, elles ont parfois une teneur en huiles végétales trop faible.

    Autre marque conseillée : Alepia, tous les savonniers de l'UPSM (Union professionnelle du savon de Marseille) dont Marius Fabre, le Fer à cheval, la Corvette. A priori, le savon de Marseille le plus correct en composition et le plus facile à trouver en grande distribution est celui du Maître Savon (Savonnerie du Midi) que je n'ai pas encore testé. 

    ⇒ Pour plus d'infos sur les savons de Marseille, je vous recommande le guide d'achat du savon de Marseille du Curionaute. J'avais aussi fait un article sur comment reconnaître un vrai savon de Marseille si besoin ! 

    Ah et pour finir, cette recette est à base de savon de Marseille donc par définition, je ne sais pas si on peut la remplacer par du savon noir, savon d'alep, des cendres ou autre !  Mais rien ne vous empêche de tester !

    Pourquoi 50g ? Je vois des recettes avec plus ou moins de savon ?

    Je suis arrivée à la dose de + ou - 50g par litre d'eau après plusieurs essais. Un peu moins ou un peu plus et ma lessive est tout aussi efficace, par contre elle change dès que je dépasse trop les quantités. Cela dépend de votre eau (calcaire ou non), de l'efficacité de votre machine, de votre linge...bref, il faut faire des essais et peut être que dans votre cas, ça sera plutôt 80g par litre ou plus 30g par litre. 

    Pourquoi tu n'utilises pas de vinaigre blanc dans ta recette de lessive ? 

    Parce qu'il est inutile de mélanger le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude (voir mon article sur le sujet). De plus, le vinaigre blanc est déconseillé aux élastiques (ou couches lavables aussi) donc ça me permet d'en ajouter en adoucissant quand je le veux. 

    Il y a parfois des recettes d'adoucissant où vinaigre blanc et bicarbonate sont mélangés pour diminuer l'acidité du vinaigre et éviter justement "d'attaquer" les élastiques. Ca peut être une alternative, à condition d'ajouter seulement une faible quantité de bicarbonate sinon vous neutraliserez complètement l'effet assouplissant du vinaigre. 

    Quelles huiles essentielles choisir et éviter ? 

    Il n'y a pas énormément de restrictions mais il vaut mieux éviter les huiles essentielles d'agrumes qui peuvent tâcher les vêtements. L'huile essentielle, par définition, n'est pas dispersée dans l'eau, donc elle pourra provoquer des tâches. Celle de citronnelle n'a jamais crée de soucis chez moi mais j'évite celle d'orange douce par exemple. 

    Si vous êtes enceinte ou avez des enfants en bas âge, je vous conseille d'éviter les HE ou de ne conserver que l'huile essentielle de lavande fine, la mieux tolérée. 

    Pour ma part, j'aime les huiles essentielles de lavande, citronnelle, ylang-ylang. 

    Dans quel type de bidon la conserver ? 

    Au début, j'utilisais un ancien de bidon de lessive classique, désormais, j'ai deux petits bidons trouvés chez aromazone. 

    Je vous conseille de prendre un contenant de petite taille pour pouvoir secouer plus facilement et avec un embout pas trop fin pour laisser passer la lessive qui sera moins liquide. 

    Dernier conseil qui me fait un peu mal au coeur : privilégier le plastique pour pouvoir appuyer sur votre flacon et aider la lessive à sortir. Si vous tenez au verre, essayer de diluer davantage votre lessive et surtout, éviter les contenants style bouteille à eau en verre, l'embout est beaucoup trop petit !

    Attention quand vous versez la lessive encore chaude dans un bidon en plastique, il vaut mieux attendre un peu pour éviter qu'elle ne le déforme !

    FAQ Utilisation 

    Je comprends rien à la texture qu'elle doit avoir, help !!!

    Trop liquide, trop solide, mal mélangée...je reçois souvent des messages pour des problèmes de texture ! 

    Alors, reprenons au début de la recette : il faut bien faire chauffer l'eau dans une casserole et ajouter les copeaux de savon de Marseille. Mélanger doucement jusqu'à ne plus voir aucun copeau de savon. On laisse un peu tiédir avant d'ajouter le bicarbonate, les HE et les cristaux de soude éventuellement. A ce stade là, votre lessive est complètement liquide et parfois un peu mousseuse si vous avez mélanger trop vite, pas d'inquiétude, la mousse s'estompe petit à petit. 

    Laisser ensuite refroidir un peu, environ 15 min pour pouvoir la verser dans le contenant sans endommager le plastique. Ensuite de côté jusqu'à refroidissement complet. 

    Quelques heures après, normalement, elle a "figé", c'est à dire que sans secouer, vous pouvez mettre votre flacon la tête en bas sans que la lessive ne coule. Elle peut être un peu moins solide et bouger en "bloc". Regarder sur ma photo au début de l'article : quand je retourne mon flacon, elle tombe en bloc. 

    Il suffit alors de la secouer énergiquement pour qu'elle se "disloque" un peu et prenne une consistance plus visqueuse. Chez moi, elle a la consistance d'un masque pour cheveux, vous voyez ? Elle se tient mais n'est pas solide ni ne fait des blocs. 

    C'est pourquoi j'ai besoin d'appuyer un peu sur le flacon pour l'aider à sortir, surtout quand le flacon est plein. Petit à petit de son utilisation, elle reste à cette consistance épaisse. 

    Si elle est trop solide chez vous, direction la question suivante. Si elle est trop liquide ou pas homogène, vous avez sans doute ratée une étape dans la cuisson !

    Ma lessive s'est complètement figée, que faire ? 

    Déjà, vérifier que l'on a bien suivie la recette et que l'on a pas forcé la dose de savon. Ensuite, s'assurer de la qualité de notre savon de Marseille. S'il est enrichi en glycérine, il risque de solidifier. Enfin, ne pas oublier que la lessive maison est forcément moins liquide, il faut donc bien secouer avant utilisation. Et au début du bidon, il faut parfois y aller avec beaucoup d'énergie!! D'où l'utilité d'avoir un petit flacon et plutôt en plastique pour pouvoir appuyer pour faire sortir la lessive. 

    Si votre lessive ne bouge pas du tout et que vous n'arrivez pas à la sortir, essayez d'ajouter un peu d'eau chaude ou de la laisser à proximité d'une source de chaleur (pas directement dessus!) pour faire "fondre" un peu le savon. 

    Ma lessive se déphase ou ressemble à des blancs d'oeufs ? 

    C'est sans doute que le temps de chauffe et de refroidissement n'ont pas été respecté. Il faut vraiment bien faire fondre les copeaux et ensuite laisser refroidir avant de passer à l'étape bicarbonate et HE. 

    Il me reste des morceaux de savon dans la lessive, est-ce normal ? 

    Non ! Il faut que le savon soit entièrement dissout dans l'eau. Veillez à remuer régulièrement et doucement pour ne pas provoquer trop de mousse. Il ne sert à rien de faire bouillir l'eau mais il faut vraiment attendre qu'il ne reste plus de paillettes de savon. 

    Je n'ai jamais eu besoin de la mixer pour ma part mais vous pouvez toujours la mixer un peu une fois refroidi pour vous assurer d'une texture homogène. 

    Comment la doser ? 

    Comme votre lessive habituelle et toujours en fonction du niveau de calcaire de votre eau et de saleté de votre linge. Je dose un peu à vue d'oeil maintenant mais en gros, j'ajoute un bouchon et demi de lessive. 

    Vous pouvez mettre directement la lessive dans le tambour ou dans le bac habituel pour la lessive. 

    Comment avoir une bonne odeur de linge propre ? 

    Laver vos vêtements au savon de Marseille donnera une odeur de propre...sauf que ce n'est celle à laquelle on est habitué ! Si vous recherchez l'odeur des lessives classiques (type bougie au coton!), vous ne trouverez jamais une telle odeur avec une lessive maison ! 

    Je sais combien certains y sont attachés mais l'odeur à laquelle on est habitué n'est qu'une odeur synthétique que la nature ne nous offre pas. Les parfums sont toxiques dans l'eau et potentiellement allergènes pour la peau. L'odeur du savon de Marseille signifie le propre pour moi maintenant et je suis très gênée quand je lave mes vêtements ailleurs avec une lessive habituelle. 

    Les huiles essentielles parfument un peu le linge mais c'est très discret une fois qu'il est sec donc rien de révolutionnaire !

    Le seul conseil que j'aurais si vous êtes vraiment attaché à cette odeur c'est de vous lancer dans la lessive maison en gardant un assouplissant traditionnel qui vous plaît. La transition sera plus douce et un jour, vous oublierez l'assouplissant sans remarquer de différence. Comme pour tout, c'est une question de perte d'habitude qu'il faut arriver à gérer dans le temps en insistant sur les aspects positifs du changement. 

    Est-ce qu'il y a un risque pour ma machine à laver ? 

    C'est une question qui revient souvent et qui m'interpelle...Beaucoup de personnes ont l'air plus soucieuses de l'état de leur machine que de l'état de l'environnement ou de la santé en utilisant des produits conventionnels ? Néanmoins, je comprends l'inquiétude de se retrouver avec une machine en panne pour cause de savon de Marseille ! 

    Déjà, renseignez vous sur l'entretien de votre machine ⇒ quelques conseils précieux !

    Pour ma part, j'applique essentiellement deux conseils : un bon nettoyage avec 1L de vinaigre blanc une ou deux fois par an (à 40°C max en cycle court). Et une lessive à vide complet à 90°C environ 1 fois par an. 

    FAQ Efficacité 

    Je la trouve inefficace pour les vêtements de sport (transpiration) !

    On me rapporte souvent ce problème sans que je n'ai jamais eu à y faire face personnellement. Mais j'ai déjà des habitudes qui aident peut être (que j'applique aussi aux vêtements très sales) :

    - augmenter un peu la dose de lessive pour les vêtements de sport

    - ajouter une poignée de cristaux de soude et une huile essentielle plus forte (souvent tea-tree)

    - faire tremper un peu avant les vêtements dans du savon de marseille : typiquement les brassières de sport et teeshirts quand j'allais courir. Pas d'eau chaude, uniquement un peu d'eau froide et un peu de lessive maison. Je fais tremper en fonction du temps disponible, entre 10min et une nuit ! 

    - sortir le linge et l'étendre directement après la fin de la machine. C'est un réflexe à avoir pour toutes les lessives, comme il n'y a pas de parfum synthétique, il faut absolument éviter de laisser le linge dans la machine, même quelques minutes et l'aérer immédiatement. 

    Si malgré tout ça votre linge garde encore l'odeur de la transpiration, une lectrice m'a donné son astuce : diminuer d'1/3 la lessive et ajouter 1/3 de bicarbonate de soude et quelques gouttes d'HE de palmarosa. Ca devrait venir à bout de toutes les odeurs ! 

    Ah et encore une fois, le vinaigre blanc est a proscrire ici, les vêtements de sport sont souvent en matière technique qui supporterait mal son acidité ! 

    Comment garder le linge encore blanc ? Ou rendre le linge plus blanc (tâches, etc...) ?

    Il y a pleins d'astuces pour le linge blanc : le bicarbonate de soude, le citron, le percarbonate de sodium...

    Après avoir tout tester, la seule qui fonctionne chez moi est l'ajout du percarbonate de sodium. Pour la lessive de blanc, j'ajoute directement sur le linge dans le tambour, une poignée de percarbonate. Pour redonner de l'éclat à des vêtements (type chaussettes qui marchent par terre !) ou aux cotons lavables qui grisonnent petit à petit, un bain de percarbonate de sodium (2 cuill. à soupe dans une bassine d'eau froide), toute une nuit avant de lancer une machine classique. 

    Faut-il détacher certains vêtements ? 

    Oui bien sûr ! Et je ne comprends pas trop la surprise vu que j'avais déjà l'habitude de détacher, même en utilisant une lessive classique : terre, herbe, chocolat, tomate, sang...toutes ces tâches ne partaient jamais seules en général ! 

    En règle général, j'applique deux conseils : toujours de l'eau froide sur les tâches (l'eau chaude fige et incruste dans le tissu) et le savon de Marseille pour la plupart des tâches. Je vous renvoie au paragraphe précédent pour les vêtements blancs. 

    Sinon, je vous conseille de taper le type de tâches sur google avec "astuce naturelle" et vous aurez plein de conseils ! A savoir aussi que l'on trouve des savons détachants en épicerie verte ou encore que certaines personnes utilisent du savon de fiel de boeuf, notamment pour les couches lavables (mais moi, c'est no way le fiel de boeuf!!!). 

     

  • Revue de web #28

    Pin it! Imprimer

    133ee9aac7fcdcad7d038ec4b3329b9e.jpg

    Petite semaine et un peu de retard pour une revue de web un lundi! Les publications de la semaine risquent de subir aussi un décalage mais j'espère me tenir à l'article des "3 trucs écolos" ! 

    Alors cette semaine : 

    • pour se renseigner sur le vrai coût de la mode, direction le blog Les initiatives joyeuses ! Elle m'a gentiment envoyé son article et j'ai immédiatement trouvé intéressant de le partager avec vous !

    courses-zero-dechet.jpg

    economies-energie.jpg

    avenuelife-How-to-hygge_1.jpg

    • j'aime les billets de Miss Blemish depuis longtemps mais je suis pas sûre de vous en avoir déjà parlé? Son écriture est douce, ses billets courts mais toujours justes. C'est le genre de billets que j'aimerais faire mais que j'efface systématique. Alors je les lis chez elle ♡

    cheveux-1.jpg

    Cette semaine, j'ai aussi fait de jolies découvertes dont Abeillons, une entreprise toulousaine qui propose des Beewraps tellement jolis ! Pour infos, il s'agit d'un tissu généralement enduit de cire d'abeilles qui permet d'emballer ou de couvrir les aliments et les plats. Dans le frigo ou à emporter, c'est l'alternative au film plastique alimentaire. Bien évidemment, vous pouvez les faire vous même (sur le blog Fabrique en Utopie) mais je voulais déjà les tester pour voir si j'arrive à me les approprier et surtout, je n'ai pas de tissus chez moi ni l'idée d'où trouvez de la cire qui me conviennent (ni même bien sûr d'être d'accord pour leur piquer de la cire....). 

    En tout cas, Abeillons est une chouette entreprise et les tissus sont top ! Je vous dirais si ça me plaît ! 

    trio-1.jpg

    Sinon, le reste de la semaine a été calme, j'ai finalement succombé à la bronchite et ma fille avec ! J'ai quand même réussi à terminer la saison 4 d'Arrow et je continue le tome 3 d'Harry Potter en anglais. Ma lecture est lente, j'étais certes fatiguée mais l'anglais me demande encore beaucoup de concentration, à mon grand désespoir. Par contre, je suis fascinée que mon amour pour les livres HP perdurent. J'aime beaucoup les films hein, mais un jour je vous raconterais pourquoi je suis bien plus attachée aux livres ;) 

    Ah oui, et je suis tombée un peu par hasard sur les photos de la venue de Kate et William à Paris et si ça ne m'intéresse pas plus que ça, je suis tombée en amour de cette photo :

    C7OjlNUW4AApYLd.jpg

    Allez la semaine prochaine, j'essaye de vous présenter un peu plus de choses ! 

  • Une corvée écolo #6 : Le petit coin

    Pin it! Imprimer

    16105758_1560719717279210_4891123121311760655_n.jpg

    On est bientôt à la fin des articles spécial corvée écolo dis donc !! 

    Retrouvez les épisodes précédents :

    Une corvée écolo #1 : les produits de base

    Une corvée écolo #2 : la lessive et l'assouplissant (mis à jour)

    Une corvée écolo #3 : les sprays nettoyants

    Une corvée écolo #4 : laver ses vitres

    Une corvée écolo #5 : nettoyer son sol

    En bonus : pourquoi il ne faut pas mélanger bicarbonate de soude et vinaigre blanc à l'avance épisode 1 et 2

    Aujourd'hui on s'attaque au top glamour : les toilettes, WC, le petit coin, bref l'endroit qu'on aimerait être auto-nettoyant et pourtant, vu ce qu'il s'y passe, il faut bien le nettoyer ^^

    Une petite remarque préliminaire : pour nettoyer les toilettes en elles-mêmes (là où on pose son petit derrière tu vois?), j'utilise les mêmes choses que le reste de la maison, à savoir mon spray nettoyant au vinaigre blanc. On oublie pas de nettoyer là où les petites mains se posent : la chasse d'eau, la poignée de la porte, l'interrupteur de lumière, etc...

    Mais alors, pour nettoyer là se passe le plus gros de l'activité (je sens que cet article va me plaire), il y a des solutions alternatives aux produits conventionnels. 

    Déjà, t'es gentil, tu me laisses cette bouteille de Javel (si besoin, va lire consoglobe). Ensuite, si tu es vraiment réfractaire aux produits ménagers maison, tu peux trouver un produit à la composition moins cracra pour l'eau dans laquelle tu vas le verser (et donc ta future consommation et celle des espèces vivantes). 

    J'aime particulièrement celui de chez Rainett, marque que j'affectionne dans toute sa gamme d'ailleurs !

    Option "sur le moment"

    Si vous vous êtes déjà lancé dans les produits ménagers maison, vous avez déjà de quoi nettoyer vos WC : le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc. 

    Pour un nettoyage rapide : un peu de vinaigre blanc, on frotte et voilà ! 

    Pour un nettoyage plus poussé : on utilise justement la réaction bicarbonate/vinaigre dont je vous parle depuis longtemps. Il suffit de saupoudrer du bicarbonate de soude dans la cuvette et d'ajouter un peu de vinaigre blanc pur. Ca mousse, ça remonte, on frotter avec la brosse et c'est tout propre. 

    Bonus : si c'est vraiment cracra (je veux même pas savoir pourquoi!), n'hésitez pas à faire légèrement chauffer le vinaigre blanc. 

    Option "à l'avance"

    Pour ceux qui aiment avoir un produit de nettoyage plus régulier et déjà prêt, vous pouvez fabriquer vos propres pastilles WC. 

    L'acide citrique et le bicarbonate font un bon mélange à condition d'être en poudre bien sûr, sinon on repart sur la même problématique qu'avec le vinaigre blanc. Vous trouverez tout ça facilement en épicerie verte. 

    Attention quand vous manipulez l'acide citrique, je conseille de toujours porter des gants et de ne pas le laisser à portée des petites mains !

    Ingrédients :

    -1 verre de bicarbonate de soude

    -1/4 de verre d'acide citrique (en poudre hein !)

    -1 cuillère à soupe de savon liquide ou liquide vaisselle

    - facultatif : environ 10 gouttes d'huiles essentielles (tea-tree, eucalyptus...). 

    Dans un saladier, mélanger bicarbonate et acide citrique. Ajouter le savon liquide (et les HE si jamais) et mélanger. La texture doit ressembler au sable magique des enfants, c'est à dire légèrement sableuse et pouvant être compact quand on la presse. 

    Il suffit ensuite de déposer le mélange dans un moule à glaçons (ou assimilé) et de laisser sécher quelques heures. 

    Astuce : le mélange à tendance à légèrement "gonfler", il suffit d'appliquer un plateau avec du poids par dessus pour que tout le monde reste bien à sa place ! 

    A garder dans un bocal hermétique à côté des WC. 

    Utilisation : il suffit de plonger la pastille dans l'eau des toilettes, de laisser agir et de frotter éventuellement. 

    ⇒ Si vous avez d'anciennes traces de calcaires que vous n'arrivez pas à faire partir, il n'y a pas d'autres options que de vider l'eau des toilettes pour nettoyer la cuvette. 

    Le petit plus "et les odeurs alors ?"

    Ce n'est pas tout à fait le sujet mais tant qu'à faire : comment trouver une alternative aux désodorisants classiques ? 

    Ca mérite un article en lui même mais je vous donne quelques pistes

    - craquer une allumette : c'est tout bête mais ça fonctionne très bien ! 

    - utiliser un diffuseur d'huiles essentielles : j'utilise un galet de chez Natures et découvertes, il suffit d'y appliquer une ou deux gouttes d'huiles essentielles dessus. 

    - une coupelle avec du bicarbonate de soude et quelques gouttes d'huiles essentielles. 

    - une bougie non allumée qui sent "fort"  : certaines bougies embaument déjà une pièce sans être allumées, ça peut être intéressant de les stocker dans les WC ! 

    - bon et bien sûr, la bonne vieille technique de la fenêtre...! En faire un critère de choix pour un prochain déménagement. 

    Voilà pour la pièce la plus glamour de la maison ! Et vous c'est quoi votre technique ?

    51c08c0c801f1631bef524f004220255.jpg

  • 3 trucs écolos #2 : dans la salle de bain

    Pin it! Imprimer

    KKK.png

     

    On continue la série des 3 trucs écolos en allant dans la salle de bain cette fois-ci !

    Si vous avez raté la première édition, je vous rappelle rapidement le concept de cette série d'articles : par thème, choisir 3 trucs écolos pour vous donner des idées de transition. Tout n'est pas à faire, certaines choses seront peut-être déjà connues mais l'objectif est de vous proposer des choses assez simples tout en étant importantes pour l'environnement. Bien entendu, n'hésitez pas à me donner vos trucs à vous en commentaire, je ferais un article à la fin avec vos conseils à vous ;) 

    Alors, la salle de bain ? Beaucoup de choses peuvent être faite en matière de produits cosmétiques et d'hygiène. Améliorer la qualité de vos produits, privilégier les produits bruts, chassez les mauvais ingrédients dans les compositions, éviter le jetable, trouver des marques cruelty-free, etc... C'est souvent pour ça qu'on est un peu perdu, il y a tellement à faire quand on part d'une consommation "standard" des produits ! 

    3 trucs écolos

    #2 Dans la salle de bain 

    Je vous donne 3 catégories avec plusieurs gestes abordables, qui ont a un impact important sur l'environnement mais un des conseils les plus global que je peux vous donner, c'est bien de simplifier sa salle de bain. Plus vous saurez simplifier votre routine, plus vous pourrez vous permettre d'investir dans des produits à la composition meilleure et éviter ainsi gaspillage et déchets inutiles. Cela ne signifie pas qu'il ne faut pas garder une part de plaisir, on aime forcément tester des nouvelles choses ou avoir certaines marques chouchous. Mais essayer de terminer vos produits avant d'en acheter un nouveau à tester, privilégier les bonnes marques et essayer de vous libérer de la consommation à l'excès que nous ordonne parfois les blogs ou les réseaux sociaux. 

    1- Alléger sa poubelle

    Avant de revoir entièrement sa consommation de cosmétiques, il est sans doute plus simple d'alléger d'abord sa poubelle de salle de bain. On y pense rarement au début mais dans une consommation "traditionnelle", c'est un des premiers lieux de fabrication de déchets difficilement recyclables. 

    Appliquer les mêmes priorités qu'en cuisine

    On privilégie les contenants en verre plutôt qu'en plastique ; on évite surtout le plastique opaque, difficilement recyclable ou les contenants trop petits en plastique qu'on ne sais pas encore recycler. On évite le gaspillage en utilisant les produits au fur et à mesure, en achetant la quantité qui nous convient ou inversement en grande quantité (typiquement les gels douches) pour produire moins de déchets. 

    On jette un oeil aux cosmétiques solides 

    Ce n'est pas forcément pour tout le monde mais il peut être intéressant de tester des produits solides qui produisent moins de déchets et ont des compositions généralement plus propres ou en tout cas plus simples. 

    On trouve facilement des savons solides pour la douche, privilégiez toujours la saponification à froid, plus douce avec la peau. Evitez le savon de Marseille qui n'a pas conservé les bienfaits des huiles en raison du procédé de saponification et qui peut donc assécher votre peau. Je privilégie les savons fabriqués chez moi (Le Moly ou Mylo par exemple) mais vous en trouverez aussi en ligne très facilement. 

    Pour les shampoings solides, vous trouverez facilement en magasin bio quelques marques comme Douce Nature ou Secrets de Provence. D'autres marques sont présentes surtout en ligne mais commencent à être distribué dans certains magasins, n'hésitez pas à vérifier les points de vente : Lamazuna, PachamamaÏ, les savons de joya, etc.

    Pour les déodorants solides, vous en trouverez aussi chez Lamazuna ou Les savons de Joya (sans HE) en version solide. 

    Passez au durable

    Le plus gros de la poubelle de salle de bain est plutôt directement lié à l'hygiène : cotons, serviettes hygiéniques, tampons, cotons-tiges...

    Je vous renvoie à mon article sur les cotons lavables si vous ne savez pas lesquels choisir. On garde éventuellement des cotons jetables pour le vernis ou pour soigner les bobos. 

    Pour les cotons-tiges, on se félicite aussi que la France interdise la commercialisation de cotons-tiges dont la tige est en plastique à partir de 2020. En attendant, on opte pour des cotons-tiges dont la tige est en papier qu'on trouve facilement en magasin bio (Douce nature, Tidoo..). L'avantage est que l'embout est souvent en coto bio et non blanchi au chlore (si vous le saviez pas, vous vous frottez l'oreille au chlore avec un coton-tige classique!!). 

    Vous pouvez aussi passer complètement au durable en optant pour l'oriculi de Lamazuna : un petit bâton pensé pour nettoyer vos oreilles sans créer de bouchons. 

    Pour les règles (allons-y franco), plusieurs alternatives pour éviter la production de déchets : les serviettes lavables ou la cup. Si vous n'êtes pas partantes, passez au moins aux protections en cotons bio, sans chlore et sans plastique. Les marques les plus faciles à trouver (et approuvées par moi-même ;) : Natracare et Naty. 

    Un bon article d'Echos verts pour se renseigner sur les serviettes lavables et quelques liens sur la cup : génération cobayes, sur le blog de Gala ou chez Antigone XXI.

    Si besoin, j'avais fait une revue de quelques produits Lamazuna

    2- Chassez les micro-billes plastiques 

    btmb_beeld-1.jpg

    J'avais déjà fait un article sur ces microbilles en vous présentant des alternatives pour les gommages et le site Qu'est-ce qu'on fait avait sorti une chouette infographie pour rappeler les dégâts de ces microbilles (et m'avait même cité à la fin #jmelapète).

    C'est un geste tout simple à faire et l'impact sur l'environnement sera considérablement diminué. On les trouve majoritairement dans nos produits de gommage mais aussi dans les dentifrices, produits nettoyants, crème à raser...et malheureusement, ne sont pas toujours visible à l'oeil nu. 

    Reconnaître les microbilles

    Ce n'est pas simple car c'est généralement uniquement le composé qui est mentionné : polyéthylène ou polypropylène, en entier ou sous le sigle PEG, PPG. Ce n'est pas toujours signe de microbilles mais c'est mauvais signe, surtout dans un produit gommant. Et dès que vous achetez un produit avec "billes" (gommage, nettoyant exfoliant, dentifrice), vérifier l'absence de ces ingrédients et la présence d'ingrédients naturels (sucre, poudre de noyaux, etc...). 

    Plus facilement, vous pouvez télécharger l'appli Beat the microbead qui vous permet de scanner vous produits pour savoir s'ils en contiennent !

    Opter pour un gommage naturel 

    Je vous renvoie à mon article sur les gommages naturels mais sachez qu'avec du sucre, du café et une huile végétale, vous avez déjà de quoi faire un gommage efficace et non polluant! 

    Attention aux produits étrangers 

    Vous pouvez vous féliciter d'habiter en France puisqu'à partir du 1er janvier 2018, la France interdit la commercialisation des produits contenant des "particules plastiques solides". Il faudra donc veiller aux produits venant de pays n'ayant pas légiférer sur la question et que vous pouvez acheter sur internet ou en déplacement. 

    3- Se familiariser avec les compositions

    Pour le coup, ce n'est pas un geste simple. Les compositions sont souvent difficiles à décrypter et il devient complexe de savoir quoi éviter. Bien sûr, vous pouvez taper chaque composé sur google pour savoir s'il est potentiellement toxique ou classé comme allergène mais je doute que ce soit à la portée de tout le monde. 

    Je vous donne une piste pour débuter dans la lecture des cosmétiques et éviter ainsi quelques ingrédients polémiques. Il y en a bien sûr beaucoup d'autres mais petit à petit, c'est mieux que rien du tout ;) 

    Privilégier la cosmétique bio

    C'est l'option "flemme" qui permet d'éviter plusieurs composants interdits en cosmétique biologique. Ce n'est pas parfait mais vous vous assurez une composition plus propre sans avoir à vérifier la liste. 

    Attention cependant à vérifier les labels : Ecocert et CosmeBio (le fameux BIO) sont les labels de base pour vous repérer. Mais il y a d'autres labels plus "contraignants" qui peuvent être intéressants : Nature & Progrès et BDIH notamment sont plus contraignants. 

    Encore une fois, l'ADEME a sorti un guide très complet sur les comparatifs des labels si besoin. Sinon, Idecologie avait sorti une chouette infographie sur la thématique. 

    labe.jpg

    Reconnaître les ingrédients synthétiques les plus problématiques

    Il y a quantité d'ingrédients qui serait à éviter dans les compositions. Soit parce qu'ils sont néfastes à l'environnement soit en raison de leur toxicité pour la santé (ou les deux!). Mais parce qu'il n'est pas simple de se repérer, on peut débuter en évitant 3 familles d'ingrédients problématiques :

    - les huiles minérales : ces huiles sont bien loin des huiles végétales dont je vous parle régulièrement. Elles sont issues des minéraux, soit lors du raffinage soit par distillation de la houille, du pétrole ou autre. Elles sont à l'origine massivement utilisées pour l'industrie automobile mais se retrouvent aussi dans nos cosmétiques. Elles sont très bon marché et permettent la stabilité des formules. Mais, à part vous dire franchement "est-ce que vous avez envie de vous tartiner de pétrole?", elles ont un impact catastrophique pour l'environnement et des conséquences sur l'efficacité des produits : en étant "occlusives", elles forment un film sur la peau qui peut avoir un effet positif immédiat (peau lisse, cheveux gainés, etc.) mais en réalité elles n'apportent aucun bienfaits et empêchent même les autres composants de faire leur job. 

    Pour les reconnaître : en général, vous les trouverez sous le nom de paraffinum liquidum, petrolatum, cera microcristallina, mineral oil...

    Malheureusement, elles sont présentes dans de nombreux produits conventionnels et même dans beaucoup de produits à destination des enfants. 

    - l'huile de palme : vaste sujet que l'huile de palme mais les conséquences environnementales de la production d'huile de palme sont tellement catastrophiques qu'il peut être intéressant de savoir la reconnaître. Je privilégie la chasse à l'huile de palme dans l'alimentation mais je fais quand même attention à la limiter dans les produits cosmétiques. Le plus complexe reste le savon de marseille qui en contient en majorité : l'astuce étant de privilégier les savons de marseille classique, le vert, qui normalement ne contient que de l'huile d'olive et huile de coprah (notamment chez Marius Fabre). 

    Pour la reconnaître : cherchez sodium palmate dans la liste !

    - les matières plastiques : outre les microbilles dont je vous parle au dessus, les cosmétiques contiennent de la matière plastiques sous deux formes principales : le silicone et les polymères. Elles ont pour objectif de stabiliser les formules, d'apporter l'effet lissant, souple ou gainant aux produits. D'un point de vue environnemental, c'est une catastrophe tant du point de vue de la production (usage de gaz toxique pour leur production) que de la dégradation (plusieurs années) notamment pour les produits que l'on rince directement dans l'eau (shampoings, gel douche...). Et d'un point de vue "santé", non seulement elles ont un effet contreproductif similaire au pétrole vu qu'elles empêchent la pénétration des actifs. En très simplifié, ce sont des "caches misères" mais elles n'ont aucun avantage en terme de "soin". 

    Pour les reconnaître : le silicone se reconnaît par les suffixes -icone, -iconol ou -siloxane comme le dimethicone, dimethiconol, cyclotertrasiloxane... Pour les polymères, le plus simple est de chercher la mention de PEG ou PPG (pour polyéthylène ou polypropylène). 

    Pour aller plus loin : UFC QUE CHOISIR a mis à disposition une liste des composants les plus problématiques ainsi qu'une carte-repère pour emmener lorsque l'on fait les courses. 

    Savoir ce qu'est un liste INCI

    La liste INCI est la liste de tous les ingrédients contenus dans la formule du produit, elle est obligatoire mais parfois bien cachée ! 

    Les mentions utilisent généralement le nom latin ou anglais des produits donc il faudra vous familiariser avec les  noms et ne pas avoir peur de certains ingrédients uniquement en raison de leur nom scientifique. 

    La liste est construite par ordre décroissant c'est à dire de l'ingrédient le plus dosé au moins dosé. C'est pourquoi vous trouverez généralement "aqua" (eau) en premier puisque c'est souvent l'ingrédient principal des formules. En gros, les 4 premiers ingrédients forment la majorité du produit, les suivants sont à des taux de concentrations très minimes.

    Cela vous permet, soit d'éviter les produits "miracles" qui vantent un ingrédient se retrouvant en réalité à la fin de la composition, soit à dédramatiser la présence d'ingrédients problématiques, qui, s'ils sont à la fin, sont peu présents. 

    Autre chose à repérer : l'alcool et le parfum, notamment en début de liste INCI signifie un dosage élevé qui peut être problématique pour les peaux sensibles, les allergies et les enfants. 

    Plus d'info : sur le blog de Julien (slowcosmétique) ou sur Consoglobe

    Voilà, il y aurait encore beaucoup à dire mais finalement, c'est déjà beaucoup de petits gestes si on les cumule ! N'hésitez pas à me dire vos idées !

    A lundi prochain pour le #3 !