Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Banana Pancakes - Page 2

  • Minimaliste du dressing #3

    Pin it! Imprimer

     

    31e711abbbe556ca894dc8bd467109a5.jpg

    Je n'ai pas eu le temps de faire une photo de mon dressing, je vais attendre la fin de cette série d'articles ! (source : Pinterest?)

    Enfin le n°3 de ma série Minimalisme et dressing ! 

    Pour rattraper, direction le #1 où je vous fait un petit pré-bilan et le #2 où je vous parle du rapport au corps !

    Aujourd'hui, je vous explique où j'en suis, ce que j'ai appris et comment j'ai procédé. 

    La démarche du minimalisme dans le dressing se fait forcément petit à petit. Je réfléchis à tout ça depuis longtemps et je suis loin d'avoir encore terminé. Mais petit à petit, les erreurs sont font plus rares et les vêtements que je garde me procure plus de plaisir. J'accepte mieux l'image que j'ai de moi, celle que je veux renvoyer et non celle qu'on me commande de renvoyer (ou que je me commande toute seule). J'arrive à faire la différence entre ce que j'aime d'ans l'absolu et ce que j'aime sur moi. La grosse différence, c'est que j'arrive à mieux supporter le flux des images que je vois : je suis de moins en moins tentée par les achats des autres quand ils ne me correspondent pas. 

    Pour vous expliquer un peu mieux en pratique, voilà comment j'ai procédé (et comme je procède encore!) :

    J'ai commencé à trier mes vêtements et à chaque fois que ça allait dans une catégorie "jamais mis", "rarement mis", "je garde au cas où", "je n'aime pas vraiment mais je pense en avoir besoin", etc., je suis allée plus loin en me demandant pourquoi ? Qu'est-ce que ça renvoie sur ma propre image ? En les mettant, je me regardais longuement (exercice très narcissique...ou très compliqué) et j'essayais de voir pourquoi ça ne fonctionnait pas sur moi. 

    Je fais ça pour tous les vêtements, les coupes, les couleurs.... 

    Les jours "bons", ceux où on se sent bien dans ses vêtements, je notais mentalement pourquoi tel ou tel vêtement me procurait cette sensation. Idem avec les jours moins bons. 

    Je suis aussi devenue encore plus accro à Pinterest : ça me permet de faire des tableaux avec mes propres envies, de vérifier que c'est bien en cohérence avec ce que je veux pour moi, à organiser mon futur shopping...

    J'ai développé mes premières réflexions dans mon article sur les basiques mais depuis, mon regard s'est affiné en prenant davantage en compte le rapport à mon corps. 

    Désormais, c'est devenu presque un réflexe. Je repère immédiatement dans les magasins ce que j'aurais acheté avant alors que ça ne me correspond pas. Et je fais des achats que je n'aurais pas envisagé avant, uniquement parce que je sais que ça me va et que je l'utiliserais.

    Pour résumer, je garde désormais ce petit tableau dans ma tête (et mon carnet). Cela ne signifie pas que je le respecte toujours à 100% mais je m'améliore de jour en jour !  

    A privilégier A éviter
    Les jeans/jupes taille haute Les jeans/jupes taille basse
    Les jeans 7/8 resserrés à la chevilles Les jeans trop longs ou trop évasés
    Les cols larges, en rond ou en V Les cols trop serrés au coup, notamment sur les blouses
    Les gilets loose, d'une longueur au minimum sur le haut des fesses Les gilets légers, longueur à la taille
    Les robes ou les hauts de forme "peplum" ou amples  Les robes ou les hauts resserrés à la poitrine, taille ou au ventre
    Les jupes croisées sur le devant Les jupes "boules" ou tout ce qui a du volume
    Longueur des robes/jupes : mi-cuisses ou mi-mollets Longueur des robes/jupes autour du genou
    Les collants clairs ou noir transparents Les collants opaques
    Les blouses à coupe "simple" Les blouses "compliquées" : col lavallière, manches à volants, etc.
    Des pulls amples et doux, non transparents Des pulls fins, courts à la taille et ceux qui sont tricotés trop lâches (donc transparent)
    Des chaussures plates : baskets claires ou style derbys. Ou des talons carrés Des talons hauts, des couleurs vives, des ballerines.

    Par exemple, j'ai accepté ne pas aimer les "débardeurs" classiques, souvent trop près du corps (coucou l'absence d'abdos) et avec une découpe aux épaules et au cou qui ne me convient pas. J'ai un top sans manche gris foncé, un peu peplum (avec un volant à la taille quoi) et finalement, c'est avec lui que je me sens le mieux. Elle est donc à la base de mon dressing, dans la catégorie "hauts sans manches" et je suis partie à la recherche d'un deuxième haut sur cette forme, dans un ton plus pâle.

    Après des semaines de recherche du côté "éthique", j'ai finalement trouvé mon bonheur chez Kiabi. C'est donc complètement de la "fast-fashion" mais je le rentre dans la catégorie "responsable parce que rentable". Je préfère évidemment trouver des alternatives plus éthiques mais j'estime qu'il convient surtout de moins consommer donc parfois il faut faire des concessions quand on sait que ce sera un achat utile, raisonnable ou nécessaire.

    unnamed-1.jpg

    Le col, la découpe des manches, le volant sur la taille, la matière un peu effet "lange" : c'est un 100% réussite dans mon évaluation du dressing. 

    Maintenant, le plus compliqué, c'est que j'ai remarqué que je ne met ce genre de haut qu'avec des pantalons ou short. Et j'ai enfin compris pourquoi ça ne passe pas avec mes jupes : en général elles sont évasées ou taille haute donc ça donne une silhouette un peu étrange avec ce genre de haut. Du coup, je sais avec quoi les mettre (et pourquoi) et je sais qu'il me faut un autre style de haut pour correspondre à mes jupes. 

    Bien entendu, savoir ce qu'on veut précisément, cela complique le shopping. Quand on a une idée bien précise, c'est souvent compliqué à trouver en boutique. Surtout que pour moi, il y a aussi une question de matière : j'ai vite compris que je n'aime pas les matières rigides, qui se froissent facilement ou qui donnent chaud. 

    Ce que j'ai appris sur moi/sur mon rapport aux vêtements

    Depuis que j'ai commencé à vider, et surtout à me poser des questions, j'ai appris plein de choses sur moi et sur le pourquoi de ces choses qui ne me correspondent pas. 

    J'ai compris par exemple que certains problèmes de coupes ne viennent pas de moi mais de la marque. Ca semble évident mais la plupart des marques taillent différemment et même dans une seule marque, vous avez des coupes complètement différentes. Alors oui je connais MA taille mais en vrai ça ne veut rien dire : parfois il faudra prendre une taille en dessous ou au dessus. Pour résumé, je suis un petit gabarit et parfois c'est compliqué d'avoir des vêtements ajustés. Mais ce n'est pas grave, j'ai compris qu'en fait, il est impossible qu'une même taille corresponde à autant de morphologie différente, peu importe si vous faites du 36 ou du 54. J'ai sais pourquoi je n'étais pas à l'aise dans mes jeans ou dans mes robes : c'est pas mon corps le problème, c'est le vêtement qui n'est pas fait pour lui ! J'ai d'ailleurs aussi accepté que vu ma morphologie, je dois parfois regarder dans le rayon kid (chez zara par exemple, le 13/14 ans est parfait pour moi)

    Du coup, je fais doucement le deuil du jean ajusté ou de la jupe ni trop grande ni trop serrée. J'ai découvert qu'il y avait des gens formidables dont le métier est de coudre et qu'il est ainsi possible de retoucher les vêtements. En vrai, je pense que tout le monde devrait faire retoucher ses vêtements pour s'y sentir à l'aise !

    Sinon, je fais aussi du cheminement sur certains complexes, je tente des associations de vêtements que je n'aurais pas osé, etc. Disons que sans encore m'accepter complètement, je suis un peu plus en paix depuis que je comprends ce qui me bloque avec certains vêtements ou style.

    J'accepte aussi sans problème de me tromper sur certaines conclusions que je tire. Le rouge par exemple, je l'ai rapidement banni parce que le peu de vêtements rouges que j'avais, je ne les mettais jamais. En fait, cela tenait plus aux vêtements en question et au style. Et aussi au fait que le rouge, ça attire l'oeil, ce que globalement, je n'aime pas trop. Aujourd'hui, je ne bannis plus le rouge mais je le choisi par petites touches ou dans des coupes plus "cool" où je n'ai pas l'impression de dire "youhou regarde moi". En clair, je suis pas prête pour la robe de soirée rouge ^^ 

    Clairement, depuis quelques mois, je suis HYPER bien dans mes fringues 80% du temps et c'est déjà énorme ! J'ai encore du travail pour les 20% restants et les quelques erreurs d'achats (très rare quand même). Mais je savoure déjà l'étendue de l'amélioration. Il y a 2 ou 3 ans, ou même avant ma fille, j'avais 2 fois plus de vêtements (minimum!) et je devais être à l'aise la moitié du temps, dans 30% de mon placard !! 

    Mes prochains défis ? le tout prochain, c'est d'arriver à gérer les vacances avec moins de vêtements, j'ai beaucoup trié les affaires d'été. En prendre moins quand on partira et essayer de voir si ça fonctionne et si je suis à l'aise. 

    A la rentrée, il faudra que je me lance dans la partie la plus complexe pour moi, les tenues "habillées", d'automne ou d'hiver, où je suis nulle et je ne trouve rien que je garde longtemps. 

    Mais tout ça, c'est pour le prochain numéro #4 ! 

  • L'écologie imparfaite (ou comment il faut bien faire des compromis)

    Pin it! Imprimer

     

    5077a0d5c391945f74c05ae4b05244a0.jpg

    J'ai eu envie de poser ici, en quelques lignes, ma vision de l'écologie. Pas comme une excuse à mes imperfections mais plutôt parce que je pars du principe que toute action sera imparfaite. Comme d'habitude, je n'entends accuser personne et j'admire chaque démarche et combat qui va dans le bon sens. Je souhaite uniquement vous amener à plus de tolérance envers les actions de chacun parce qu'en définitive, quoi qu'on fasse, il y aura toujours une part d'imperfection.

    Quand vous tenez un blog dit "green", vous vous exposez à toute une différence de communautés et d'avis sur l'écologie : les zéro déchets, les végétariens, les véganes, les pro-cosmétiques maison, les fashionistas éthiques, les minimalistes, etc. Il est souvent difficile de tout concilier et de satisfaire tout le monde. 

    Je le vois tous les jours dans les commentaires sur le blog ou sur les réseaux (chez moi ou chez les autres!). Chaque personne commente en fonction de ses propres convictions qui ne sont pas forcément les mêmes que les miennes (et les vôtres). J'accepte bien évidemment les critiques, on peut toujours apprendre et s'améliorer.  

    Néanmoins, derrière ces avis ponctuels se cache une certaine idéologie sur la question environnementale et l'écologie au sens large : l'utopie du changement radical à grande échelle.

    Il faudrait tout arrêter, tout changer, tout boycotter, tout modifier... C'était le cas pour mon article sur la pêche : pourquoi améliorer les conditions de pêche quand on pourrait arrêter de se nourrir de poisson ? Il en ira sans doute de même pour mon futur article sur les zoo : pourquoi améliorer leurs conditions alors qu'on pourrait les laisser dans leur état naturel ? Et même pour des sujets plus sensibles : pourquoi prendre une gamme "green" appartenant un groupe de marques conventionnelles ? Pourquoi utiliser un produit qui n'est pas 100% irréprochable ? Cette idée revient souvent dès qu'on parle des "grandes marques" et de leurs efforts écologiques : greenwashing, faire-valoir ou autre, pourquoi on boycotte pas tout simplement ? Bref, la liste est potentiellement très longue !

    Mais dans ces cas là, est-ce qu'on juge "l'utilité écologique" d'un comportement par rapport à notre propre comportement ? A un comportement "possible"? Possible où? En France? En Europe ? Dans le monde ?

    Et puis qui sait nous dire précisément l'impact de tel ou tel choix à grande échelle ? La production énergétique est un bon exemple pour montrer que l'écologie est loin d'être simple. Vous pensez que tout ce qui compte c'est des énergies qui émettent moins de CO2 ? Et le nucléaire alors ? Sur le papier, elle est bien meilleure que le pétrole. Pourtant, les experts sont loin d'être sûrs que c'est un choix "écologique" pour notre avenir ! Et les énergies renouvelables alors ? Pourquoi on est pas au 100% ? Parce que ça coûte cher ma p'tite dame ! Vous êtes prêt à voir votre facture doubler pour avoir une énergie verte les premiers temps ? Et puis, vous êtes prêt à avoir une éolienne à côté de chez vous ? Et les composants qui permettent de produire une énergie renouvelable, vous pensez qu'ils sont fabriqués à base de quoi? Et avec quelle énergie ? 

    Bref, qui a LA bonne solution ? Est-ce qu'en 2017, elle existe seulement cette bonne solution ?

    En général, les critiques viennent de l'idée qu'on ne fait pas assez, ou pas parfaitement parce que au choix : c'est pas fabriqué en France, ça produit des déchets, ça fait souffrir des animaux, ce n'est pas bio, etc. 

    Croyez-moi, j'aimerais pouvoir vous dire pour chaque achat ou comportement du quotidien, ce qu'il faut faire pour être "parfaits". Mais c'est impossible. Pas parce que je n'y crois pas ou que je ne veux pas. Même pas parce que c'est trop cher ou trop compliqué. 

    Parce que chaque choix que l'on fait est issu de compromis

    Parce que le monde dans lequel on vit est lui-même issu de compromis

    J'admire les gens qui défendent corps et âme une cause sans se soucier de la globalité. C'est hyper important qu'il y ait des gens qui défendent leur cause, même lorsqu'elle n'est pas consensuelle. On a besoin de personnes qui prônent l'éthique animal, le zéro déchet, les énergies renouvelables, la cosmétique naturelle, l'agriculture biologique...

    Mais, on a aussi besoin d'arrêter de prôner sans cesse (et sans compromis) un changement immédiat de grande échelle. Ce n'est pas une question d'être utopiste ou réaliste. On peut très bien espérer ce changement, tout en ayant conscience qu'il nécessite une déplacement des forces, des logiques et des habitudes considérables. On doit arriver à souligner les efforts, les initiatives et les discours, même lorsqu'on les trouve imparfaits.  

    Pour moi, on a besoin d'humilité. De poursuivre ses combats, d'avoir ses convictions mais aussi d'admettre que l'on est un être humain plein de complexité, vivant dans un pays privilégié ! Pensez vous que les défis (et les avis!) sont les mêmes sur tous les continents ? 

    Vous savez, on sera près de 9,8 milliards d'habitants sur la planète en 2050. 2050, c'est demain. Je serais tout juste à la retraite, ma fille n'aura pas encore 40ans et la génération née cette année sera trentenaire. 

    On ne peut pas réfléchir de façon isolée. On ne peut pas garder les oeillères de la perfection et omettre de voir tous les défis qui nous attendent. Nourrir ces milliards de personnes, modifier notre production et consommation d'énergies, maintenir la biodiversité qui nous permettra de respirer, protéger les populations soumissent aux catastrophes climatiques, combattre la chaleur qui tuera sans cesse plus de personnes...la liste est encore longue. 

    Alors, il est important de montrer que l'on peut arrêter de manger des animaux, que l'on peut produire moins de déchets, que l'on peut acheter éthique ou consommer bio. Mais aussi que l'on doit arrêter de juger l'imperfection des autres par le prisme de nos propres convictions. Le monde est plus complexe, les êtres humains tous différents et les priorités changent d'un humain à l'autre. On découvre sans cesse de nouvelles techniques, de nouveaux procédés, de nouveaux défis pour la planète qui changent nos perceptions et qui déplacent les problèmes et les solutions.

    Savez-vous calculer l'impact de vos choix pour 9,8 milliards de personnes ? 

    On doit commencer à penser avec le système actuel, injuste et imparfait, pour trouver comment la planète pourra supporter le poids de 9,8 milliards de personnes. 

     

    écologie,humeurs,imperfection,humilité

  • Studio Tandem

    Pin it! Imprimer

    18920546_1471805249507885_6573246055407182569_n.jpg

    Si je suis loin d'être une experte en décoration, j'ai une passion "objet" et même plus "matière" depuis longtemps. J'aime les choses lourdes, les matières naturelles, les couleurs douces et j'ai une passion inconditionnelle pour le blanc et le bleu. Dans mes rêves, je n'achèterais que des pièces uniques, assorties entre elles uniquement parce que je les aime. J'ai toujours détesté les "services à". Chez moi, on trouve rarement plus de 4 objets similaires et uniquement pour les basiques. Pour le reste, j'aime les tasses différentes, les vases qui ne sont pas des vases, mettre des plantes dans des verres à bière...

    Studio Tandem me fait un peu penser à ça. Cette toute jeune marque bordelaise lance sa gamme d'objets du quotidien façonnés par des artisans français. En regardant les photos, j'ai presque envie de faire couler un café dans la tasse à bec, mettre de l'eucalyptus dans le vase et trouver un petit cactus à suspendre. 

    Marion et Aurélie, les deux designers de la marque veulent associer leur savoir-faire avec celui de l'artisanat français pour proposer de beaux objets, utiles et uniques, en petites séries et dans des matières brutes. 

    Aux yeux, sincèrement (et non j'suis pas payée pour le dire ^^), c'est la perfection ♥

    18881939_1471844449503965_133514906335595700_n.jpg

    18222244_1440953815926362_6459913225225649487_n.jpg

    19396727_1489273071094436_6961602734022737383_n.png

    18767518_1471841822837561_1691063639028828849_n.jpg

    18300892_1440954189259658_1882868563481604669_n.jpg

    19029295_1471842356170841_8488661431302223093_n.jpg

    Seulement, Studio Tandem, pour l'instant, c'est un joli projet qui a besoin d'un coup de pouce. Une campagne participative KissKissBankBank a été lancé pour les aider à lancer la marque et à supporter tous les frais que cela impose. 

    Je sais pertinemment que tout le monde ne peut pas aider énormément mais on devrait parfois réfléchir à nos 5, 10, 20€ qu'on utilise si facilement dans certaines boutiques alors qu'ils auraient beaucoup plus d'impact pour de chouettes projets. Valoriser l'artisanat français, aider deux jeunes designers et voir de si jolis objets débarqués, ça devrait nous inciter à nous sentir solidaires et engagés. Et pour les réticents du porte-monnaie, vous savez que la communication gère le monde alors partagez au moins ce chouette projet autour de vous ♥

    17757397_1411073995581011_3871265953066312496_n.png

    Interview

    Du coup, j'ai posé quelques questions à Marion et Aurélie pour en savoir un peu plus sur Studio Tandem et finir de vous convaincre de les aider !

    En une phrase, c'est quoi Studio Tandem ? 

    Des créations à l’image de notre slogan : « objets imparfaits pour personnes imparfaites »

    18813430_1473954782626265_4831827429634394296_n.jpg

    D'où vient l'idée de votre marque ? Pourquoi ce nom ? 
     
    L'idée de créer la marque Studio Tandem vient de notre envie de proposer des objets du quotidien qui racontent une histoire, une histoire laissée par la main de l'homme. Des objets simples et fonctionnels. Nous voulons créer un lien entre le design et l'artisanat, en proposant des créations alliant poésie et sensibilité, à des prix les plus justes possible.
     
    Studio Tandem veut dire plusieurs choses. Tout d'abord nous sommes un studio de création. Ensuite le Tandem nous représente : un duo de designers. Et pour aller plus loin c’est aussi l’association du design et de l’Artisanat ; du travail de la machine et celui de la main ; de la modernité et du savoir-faire ancien.
     

    17796134_1411073632247714_7923960940634992167_n.jpg

    Vous utilisez quoi comme matériaux chez Studio Tandem ? Et comment vous les choisissez ?
     
    Nous utilisons des matériaux naturels : le bois, la terre, le verre, le textile, le cuir, le métal. Chaque matériaux est aussi choisi selon son procédé de fabrication, par exemple toute la papeterie est imprimée sur du papier éco-responsable.
     
    On reproche souvent au made in France des prix inaccessibles, vous en pensez quoi ? 
     
    Effectivement le made in France est souvent associé à des produits "chers". Nous essayons de proposer nos objets à des prix les plus "justes" possible. Certains sont plus abordables que d'autres. Cela dit, il ne faut pas seulement regarder le prix, mais garder en tête que tous nos objets sont pensés par nous 2, designers, ils sont ensuite façonnés par des artisans français que nous avons sélectionnés avec soin, dans des matériaux nobles, complexes et pérennes.
     
    C'est quoi vos principales inspirations ? 
     
    Nous nous inspirons de tout ! Nous sommes très alertes et curieuses. Pour ce qui est de la création de nos objets nous les dessinons en réfléchissant d'abord à la fonction. Par exemple le vase Léo-Ferdinand a été dessiné de manière à composer son bouquet différemment grâce à sa découpe latérale. C'est le principe que nous appliquons à chacun de nos objets : la fonction est mise en avant.

    18274873_1440951162593294_57281866663109157_n.jpg

    (ce vase, ce bleu...ça y est j'suis perdue ;) 

    Vous lancez une campagne de finance ment participatif, à quoi va servir l'argent récolté ?
     
    L’argent de cette campagne de financement participatif servira à la création officielle et administrative de la marque, à financer les premières productions de nos objets, puis la communication de la marque (dossier de presse, correspondance, papeterie), et bien-sûr les livraisons des contreparties à nos chers donateurs ! 
     
    Si je vous dit Studio Tandem dans 5 ans, vous me dites ? 
     
    Dans 5 ans Studio Tandem aura sa belle boutique accueillante et chaleureuse, avec un espace de vente et d’exposition, ainsi qu'un espace studio de créa’ ! Sans parler des nombreuses nouvelles collections !
     
    Je les remercie pour la chouette découverte de leur travail et bien évidemment, longue vie à Studio Tandem 
     
     
     

    18199180_1440950882593322_344597076478756150_n.jpg

  • Favoris : les solaires bio

    Pin it! Imprimer

    fdbdf15f2e188171faef0c96fa29b715.jpg

    C'est une des questions que l'on me pose le plus (après les 3000 questions sur la lessive maison!) : quels solaires choisir ?

    Je vais essayer de faire rapide sur l'explication des filtres, je n'ai pas envie de vous perdre !

    En bref, il existe deux types de filtres : les chimiques ou organiques et les filtres minéraux. On trouve les premiers dans la majorité des crèmes solaires vendues en grandes surfaces ou parapharmacies. Leurs avantages en terme de texture ou d'efficacité est très fortement remise en cause par leurs inconvénients : les filtres sont non seulement toxiques pour l'environnement dans lequel vous vous baignez mais ils sont de plus en plus nombreux à être soupçonnés d'entrer dans la catégorie des perturbateurs endocriniens. Les formules ont aussi de nombreux ingrédients allergènes qu'il convient d'éviter pour les peaux les plus sensibles. 

    C'est là qu'arrive les filtres minéraux : le dioxyde de titane ou l'oxyde zinc par exemple. Ce sont les seuls filtres autorisés dans les crèmes solaires bio, souvent couplés à des huiles végétales qui augmentent leur efficacité. Elles sont généralement très peu allergènes donc mieux tolérées par les peaux sensibles. Le problème est que les filtres minéraux rendent la crème blanche et souvent difficile à étaler. Pour éviter ce problème, les filtres minéraux sont parfois ajouter en toutes petites "fractions", ce qu'on appelle les nanoparticules et ce dont ne connaît pas encore les effets sur la santé (les nanoparticules étant susceptibles de passer la barrière de la peau). 

    Conclusion : aucune crème n'est parfaite et même dans le bio, il faut se méfier. 

    Quelques conseils pour choisir sa crème solaire

    Filtres chimiques ou minéraux ? 

    Vous vous doutez que je préfère vous conseiller des filtres minéraux puisqu'il est plus compliqué de trouver des compositions "clean" à base de filtres chimiques. Dans tous les cas, si vous vous baignez dans l'océan (ou la mer hein!), préférez des filtres minéraux qui ne pollueront pas l'eau. Et si vous n'arrivez pas à vous passer des crèmes solaires conventionnels, optez pour la formule pour enfants, qui présente souvent moins d'allergènes. 

    Comme pour tous les produits cosmétiques, je dirais que le mieux, c'est d'arrêter de penser qu'on peut les acheter en grande surface ou en parapharmacie. J'espère que ça viendra un jour mais pour l'instant, si vous ne voulez pas lire les ingrédients et comparer, le plus simple c'est encore de faire confiance à certaines marques "sûres". 

    Spray ou lait ?

    Préférez toujours les laits solaires dans lesquels les nanoparticules sont moins fréquentes et non susceptibles d'être inhaler. De plus, les laits solaires sont souvent moins chers, de quoi se permettre une crème bio, souvent plus onéreuse. Traquer la mention "nano" et évitez à tout prix les filtres chimiques les plus décriés : l'octocrylène ou l'homosalate, très répandus en grande surface. 

    Quel indice choisir ?

    Pour les enfants, du 50 c'est non négociable. Et j'ajouterais qu'il vaut mieux les habituer à porter un tee-shirt (y compris ceux anti-uv), un chapeau et à rester à l'ombre. Pour les peaux très claires, l'indice 50 est aussi inévitable, au moins au début de l'exposition. Enfin, sur le visage, je conseille aussi de privilégier un indice élevé si vous voulez éviter de voir apparaître les fameuses rides ou de voir revenir vos boutons à la rentrée ! Et là aussi, préférez un chapeau et des lunettes.

    Sinon, un indice 30 est largement suffisant. La différence avec l'indice 50 est minime pour des peaux adultes normales et sera sans doute contrebalancer par le fait qu'un indice 30 s'étale mieux donc on a tendance à en mettre plus qu'avec un indice 50. Il faut mieux renouveler souvent et en mettre suffisamment que miser uniquement sur l'indice 50. 

    Et pour le visage ? 

    La crème solaire sur le visage peut être problématique. Elle fait souvent briller, le maquillage peut être difficile à faire tenir et si vous avez une peau à imperfections, gare à ne pas boucher vos pores !

    Quelques petits conseils pour le visage :

    • toujours se démaquiller soigneusement les jours où vous avez mis de la crème solaire. Eviter de trop agresser votre peau pendant l'été donc mollo sur les gommages ou autres gels nettoyants.  
    • je ne change pas le reste de ma routine, je continue à mettre de l'aloé vera et de l'huile végétale le matin. Il n'y a aucun problème à mettre de l'huile végétale quand il y a du soleil, c'est un vieux mythe la poêle à frire ! Il y a même des huiles intéressantes pour leur indice de protection (toujours faible mais ça peut être utile) : germe de blé, avocat, de tamanu... Personnellement, les jours où je ne m'expose pas vraiment (mais il y a quand même du soleil dehors!), j'ajoute une goutte d'huile de tamanu le matin avec de l'huile d'avocat et mon aloé véra. 
    • par contre, attention aux huiles essentielles qui peuvent être photosensibilisantes, je préfère les garder pour la nuit pendant l'été si besoin. 
    • si vous avez tendance à briller, ajouter un peu d'aloé véra au dessus de votre crème solaire ou optez pour des crèmes spéciales peaux mixtes. Ici, j'utilise parfois le stick Eq Love qui tient très bien et ne brille pas. 

    Mes crèmes solaires préférées

    Depuis quelques années, j'ai pu tester quantité de crème solaire bio pour affiner mes préférences. Certaines ont été décevantes au niveau de l'application (beaucoup trop épaisses ou blanches) mais peu se sont révélés inefficaces : la seule que je n'utiliserais plus est la Nuxe bio en 50 qui malgré son indice m'a valu quelques beaux coups de soleil. 

    Voici mon best-of, les crèmes auxquelles je fais 100% confiance. Ma préférence va à celle des Laboratoires de biarritz, que je trouve plus simple à appliquer. Et à Acorelle pour ma fille. J'aime beaucoup le stick en 50 de Eq-Love, hyper pratique à avoir dans son sac ou si vous faites des sports nautiques (il existe en doré maintenant pour éviter le côté blanc!). J'aime beaucoup aussi Eco Cosmetics, qui propose plusieurs types de produits dont un spray très efficace. 

    Dans ces 4 marques, j'ai testé plusieurs types de produits mais forcément pas tout ! Donc n'hésitez pas si certains vous ont déçus !

    Soins solaires bio
     
    Et bien sûr, on n'oublie pas son chapeau, son teeshirt, de s'hydrater et de ne pas faire le lézard aux heures les plus chaudes !