Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

zero déchet - Page 3

  • T'es quoi toi ?

    Pin it! Imprimer

     

    végétarisme,zéro déchet,vegan,minimaliste,écologie,consommation 

    Qui dit début d'année, dit partir sur de bonnes bases…

    Que ce soit parce qu'on me le demande ou au contraire parce qu'on me le reproche, la question du "tu es quoi?" reviens souvent. Je me suis dis qu'un petit article serait bien utile pour vous expliquer un peu où je me situe et pourquoi parfois je n'entre pas dans certains débats. 

    Est-ce que je suis végétarienne ? Végane ? Zéro déchet ? Ecolo ? MinimalisteHippie mangeuse de pissenlit ? ^^

    En réalité, ce n'est pas une question que je me pose et j'ai bien du mal à me situer dans l'une ou l'autre des catégories. 

    Je ne suis pas végétarienne…mais je mange très peu de chair animale et peu de produits animaliers. 

    Je lutte régulièrement contre la consommation automatique de lait de vache…pourtant je mange du fromage.

    Je ne suis pas végane…mais je recherche souvent des produits cruelty free. 

    Je ne suis pas écolo…parce que je n'ai jamais voté écolo ? 

    Je ne suis pas minimaliste…mais je m'efforce de trier régulièrement chez moi et de m'interroger sur mes essentiels.

    Je ne suis pas zéro déchet…pourtant j'achète en majorité en vrac, j'ai diminué de moitié mes déchets recyclables et j'envisage de passer au lombricomposteur. 

    Je ne suis pas 100% bio mais j'y fais attention et j'achète en majorité local. 

    Je ne suis pas une hippie qui mange des pissenlits…mais je fais ma propre lessive et mes propres produits d'entretien ! Même que j'ai un gros bocal de quinoa chez moi ^^

    Je pourrais continuer longtemps comme ça !!

    Il me semble que soit on choisit une case et on s'y tient. Au risque d'être parfois incohérent et surtout de s'exposer aux critiques de ceux qui chercheront à vous prouver que vous n'êtes pas parfaits. 

    "T'es zéro déchet mais tu consommes du papier WC"

    "T'es végétarien mais tu bois le lait des vaches à steak"

    "T'es écolo mais tu prends l'avion"

    Soit on ne choisit pas. En tout cas, pas officiellement.

    Je ne me sens pas attaquée quand on me reproche de ne pas être "assez" parce que je ne cherche pas à être complètement l'un ou l'autre.

    J'aime la démarche des zéro déchets mais je préfère parfois acheter emballé et bio/local quand je ne trouve pas ; j'aime la démarche des véganes mais je ne veux pas arrêter de porter de la laine ; j'aime le végétarisme mais je ne ressens pas l'envie de sauter le pas ; j'aime la cosmétique naturelle mais je préfère le minimalisme aux "tambouilles" de tonnes de poudres et autres cires végétales ; etc.

    Donc oui, je suis loin d'être parfaite quand on se place sur une ligne de l'un ou l'autre des "courants". J'aime ceux qui sont à 100% dans leurs convictions et je m'en inspire régulièrement. Pourtant, je ne me retrouve pas entièrement dans ces termes. C'est comme dans tout, je n'ai pas envie "d'appartenir" à une étiquette. J'ai envie de pouvoir questionner et remettre en cause certains principes ou certaines pratiques. Montrer les incohérences et essayer de toujours de prôner la simplicité de choix. Je vis pleinement dans mon époque et en 2017, je comprends tout à fait qu'on ne puise se passer d'avion, de téléphone, de plastique et de pétrole. Pourtant, en 2017, il faut sérieusement commencer à penser autrement sa consommation d'avion, de téléphone, de plastique et de pétrole. 

    Finalement, pour moi, ce qui compte c'est d'être "conscient de son impact sur l'environnement". Peu importe si tu es végétarien ou zéro déchet ou rien de tout ça. Si on avait tous conscience que chaque action, chaque achat, ont un impact sur l'environnement (et sur notre santé qui en dépend), je trouve qu'on aurait pas vraiment besoin d'étiquette. 

    Ce n'est pas toujours simple, parfois je me fais des noeuds au cerveau pour savoir ce qu'il vaut mieux faire. Quand un choix s'offre à moi, je ne choisi pas en fonction de ce qui rentre dans une case. Mais il y a des choses que je privilégie : le local, l'impact sur la santé et l'utilité à long terme d'un achat. Et parfois mon choix n'est pas du tout zéro déchet ou végan sans que j'en fasse une maladie. 

    Tout ça n'aidera pas vraiment à me positionner ! Autant il assez simple de dire que je ne suis ni végétarienne ni végane, vu que cela correspond à une liste "d'interdits" que je ne respecte pas entièrement, autant j'ai plus de difficultés à me positionner sur le zéro déchet, le minimaliste, l'écologie…

    J'ai bien conscience que ça sonne comme une recherche d'excuses à ce que je ne fais pas assez. Mais ce n'est pas mon intention. Je voulais juste vous dire qu'on est pas obligé d'être l'un ou l'autre de ces "courants" pour en parler.  Je ne suis pas végétarienne mais j'ai beaucoup de choses à dire sur la consommation de viande et son impact sur l'environnement. Et je ne m'estime pas zéro déchet pourtant j'en applique quantité de principes.

    Bref, j'ai des convictions, comme beaucoup, mais elles n'entrent pas parfaitement dans les cases. Et parfois, je préfère remettre en cause certaines convictions quand j'estime qu'elles ne m'amènent pas vers le bon chemin ♡

    Et vous, vous êtes qui ? 

    végétarisme,zéro déchet,vegan,minimaliste,écologie,consommation

  • Défi zéro Sopalin !

    Pin it! Imprimer

    -1.jpg

    J'ai beau faire beaucoup d'effort au quotidien pour limiter les déchets, j'ai encore de gros défauts et le sopalin était sans doute le plus visible chez moi !

    J'ai été élevé avec du sopalin et du coup j'ai pris des mauvais réflexes. Mais comme je dis toujours, le changement se fait petit à petit, quand on est prêt. Et justement, j'étais prête à supprimer définitivement le sopalin de ma maison !

    Petit aparté : on me dit souvent qu'on arrive pas à savoir par quoi commencer pour limiter ses déchets ou consommer plus responsable. Et souvent qu'on est découragé devant l'ampleur de la tâche.

    Je voulais vous parler du sopalin, aussi ridicule soit-il, pour vous montrer qu'il faut procéder à son niveau. Je fais attention à beaucoup de choses et je consomme de mieux en mieux mais je ne me sentais pas de m'en passer encore. Puis, un jour, je me suis dis que c'était bête d'utiliser encore du sopalin alors que je me suis très bien faite aux cotons lavables, aux sacs à vrac ou à beaucoup d'autres petites choses. Du coup, avant de jeter mon sopalin (en vrai, terminez le, c'est idiot de jeter!), j'ai d'abord fait une liste de toutes les différentes situations où j'utilise machinalement du sopalin et j'ai cherché une alternative. Ce n'est que  lorsque j'ai trouvé toutes mes alternatives que j'ai rangé mon dernier rouleau de sopalin...que je n'ai plus touché depuis !

    Voilà, moral de l'histoire, ne vous laissez pas démoraliser par les fanatiques du "être parfait". On est jamais parfait, l'essentiel est d'observer ce qu'on peut améliorer chez soi, comment le faire, ce qu'il nous convient et de se lancer.

    Revenons à notre sopalin!

    J'ai donc listé toutes les situations où j'utilisais automatiquement du sopalin :

    - en guise de serviettes de table

    - pour essuyer les bêtises de ma fille pendant le repas (et croyez moi, il y en a!!)

    - pour poser quelque chose à manger : une part de gâteau, un croissant pour le goûter...

    - pour sécher quelque chose (après le ménage ou la vaisselle par exemple)

    - pour nettoyer les vitres

    .... voilà pour l'essentiel. J'avais déjà arrêté de déposer mes épluchures sur un sopalin en mettant à disposition sur le plan de travail, un petit bol qui fait office de poubelle d'épluchures.

    Rien d'insurmontable là dedans ! Uniquement des réflexes et pas de réflexions en amont pour prendre des meilleures habitudes.

    Du coup, j'ai réfléchi, étape par étape par quoi remplacer le sopalin et c'est devenu évidemment que c'était très facile, il suffisait d'un minimum d'organisation.

    Investir dans des serviettes de table

    -2.jpg

    Pour le coup, je n'ai pas vraiment investi, j'ai la chance d'avoir une maman qui a une caverne d'Ali Baba et j'ai récupéré pleins de serviettes de table. On est trois la plupart du temps, quatre pendant les vacances mais deux petits cochons qui mangent pas très proprement, du coup j'ai pris un sacré stock !

    Je vous conseille de prendre plutôt des couleurs neutres afin de pouvoir les laver et les détacher plus facilement.

    Pour se repérer, des ronds de serviettes sont pratiques mais vous pouvez aussi y accrocher simplement un ruban de couleur. Je cherche encore de jolis rond de serviette si jamais vous connaissez ;)

    Enfin, pour que ce soit pratique, j'ai un petit panier dédié aux serviettes en évidence dans la cuisine, dans lequel on les range après manger. C'est important de réfléchir au rangement des choses du quotidien pour que ce soit plus pratique et donc qu'on l'utilise réellement.

    Investir dans des plateaux

    -3.jpg

    Pour éviter de prendre du sopalin pour y déposer tout et n'importe quoi, le plus simple est le plateau. J'en ai un petit et un grand, toujours à portée de main dans la cuisine. Il suffit de le nettoyer ensuite et plus besoin de sopalin !

    Bien sûr vous pouvez aussi utiliser une simple assiette mais veillez à en avoir une à portée de main si vous aviez le mauvais réflexe du sopalin comme moi !

    Utiliser éponge et tissu microfibres

    -4.jpg

    Là c'est le plus drôle ! Alors que je fais mon ménage avec des produits naturels, j'avais pas encore l'automatisme de l'éponge pour essuyer ! Mise en situation : ma fille renverse son verre d'eau/fait tomber de la sauce par terre et mon réflexe était de prendre du sopalin. Comme c'est idiot (quand je vous dis que je ne suis pas parfaite!).

    Ici, la seule façon de changer les habitudes est de ne plus avoir de sopalin et de redécouvrir son éponge ! Ca marche bien, en peu de temps, j'avais pris le réflexe d'aller chercher l'éponge !

    Et pour essuyer, nettoyer les vitres ou autre, les tissus microfibres ont repris le devant de la scène ! Je garde quelques vieux tissus en cotons si besoin aussi pour le ménage. Là encore, en peu de temps, le réflexe est pris.

    Pour une utilisation facilitée, pensez à un endroit pratique où ranger tous vos chiffons pour ne pas les chercher partout. Même ma fille sait où ils sont maintenant !

    Bilan zéro Sopalin

    Le dernier rouleau de sopalin est caché depuis quelques semaines maintenant et on ne l'a plus du tout utilisé. Je le garde en cas de besoin mais tous mes mauvais réflexes ont disparu et je suis ravie de ne plus avoir ça dans ma poubelle !

    Comme quoi, on garde parfois des mauvaises habitudes qui sont finalement faciles à éliminer. Il suffit d'y réfléchir un peu, de s'organiser pour que les nouveaux gestes deviennent vite naturels. Personne ne s'y plein chez moi et ma fille est même ravie d'avoir sa serviette de table !

    J'espère que ce petit récit vous aidera à comprendre que chaque changement se fait petit à petit, sans jugement et sans précipitation. L'essentiel est d'acquérir de nouveaux gestes, plus écologiques, mais sans s'en rendre compte et surtout de façon durable !

  • Mieux faire ses courses

    Pin it! Imprimer

     

    d9a7562332a6f18f89fe450a412080f6.jpg

    Qu'on se lance dans le zéro déchet, le bio ou seulement qu'on essaye de manger mieux en gérant mieux son budget, les courses peuvent vite devenir un défi. Où faire les courses ? Quoi acheter ? Comment limiter les dépenses ? On se sent vite découragé par l'ampleur de la tâche et on regrette la rapidité de notre supermarché.

    Je n'ai pas la science infuse en la matière, tout dépend de votre budget, de votre lieu d'habitation et de votre mode alimentaire. Mais j'ai quand même noté quelques conseils qui m'aide à mieux gérer les courses.

    Conseil n°1 Cibler les priorités

    Il est essentiel de ne pas vouloir tout modifier d'un coup au risque de passer votre temps à faire les courses et de dépenser tout votre argent. Si vous optez pour faire toutes vos courses en magasins bio alors que vous n'avez pas l'habitude, vous risquez de doubler votre budget courses et d'être rapidement frustrer de ne pas retrouver vos repères.

    Réfléchissez à ce qui compte le plus pour vous : limiter les déchets ? manger plus équilibré ? moins gaspiller ?

    Si vous voulez d'abord limiter les déchets, il faut savoir d'où ils proviennent et s'orienter vers le vrac et vers les contenants plus grands ou sans emballages superflu. Vous en trouverez dans les supermarchés classiques mais vous aurez aussi plus de choix en épicerie bio.

    Si vous voulez manger mieux, renseignez vous sur le calendrier des fruits et légumes et privilégiez le local (marché, épicier, fromager...).

    Si vous voulez moins gaspiller, organisez mieux vos repas et vos courses. Essayez d'augmenter la fréquence de vos courses au début pour acheter en plus petite quantité. Et trouvez de nouvelles recettes à essayer chaque mois pour économiser : faire son pain, sa brioche, sa compote, ses gâteaux...

    Conseil n°2 Optez pour le vrac petit à petit

    Si ce sont les déchets que vous voulez limiter, le vrac est votre voie. Mais impossible de passer au "tout vrac" en une seule fois. Cela demande de l'organisation, rien que pour prévoir vos bocaux pour la conservation et pour trouver vos aliments en vrac préférés.

    Il vaut mieux alors choisir quelques aliments secs que vous consommer le plus lentement pour commencer. Par exemple, si vous mangez beaucoup de pâtes, vous aurez du mal à viser juste au niveau quantité et vous pourrez rapidement être frustré de ne pas vous y retrouver dans votre consommation. Il vaut mieux alors opter pour le riz ou les légumes secs. Cela vous permet d'en choisir de plus petites quantités et donc de tester ce que vous préférez et la quantité que vous avez besoin.

    Il aussi intéressant de commencer par la farine qui s'utilise facilement en cuisine et qui vous permettra de tester plusieurs sortes.

    A titre d'exemple, j'ai d'abord opter pour le riz, la farine et les fruits secs.

    Petit à petit, vous pourrez alors élargir vos achats de vrac à tous les aliments que vous consommez couramment, vous maîtrisez plus facilement les quantités.

    Conseil n°3  Allez au marché

    Le plus rapide et le plus efficace si vous souhaitez surtout manger plus équilibré ou bio est d'opter pour le marché. Le prix des légumes et fruits de saison est bien inférieur au marché (ou directement aux producteurs si vous en connaissez). Vous limiterez aussi plus rapidement les emballages (pensez à prendre un sac!).

    Si vous ne consommez pas facilement des légumes et des fruits, ne forcez pas sur les premiers achats. Deux sortes de fruits et de légumes suffisent pour commencer !

    N'hésitez pas, petit à petit, à vous intéresser aux autres produits comme les oeufs, le miel, les fromages... Ils sont souvent de production locale et vous permettent parfois de retourner les emballages.

    Conseil n°4 Organisez vous

    Le meilleur conseil pour l'organisation est de faire ses menus. Cela permet de savoir exactement ce que vous allez consommer et à quelle fréquence faire les courses.

    Cependant, ça prend du temps et je suis bien placée pour savoir qu'on abandonne vite !

    Une autre astuce plus simple consiste à avoir toujours 3 ou 4 plats rapides à cuisiner que vous connaissez bien. Vous saurez automatiquement quoi prendre aux courses et ça vous sauvera les jours de flemme !

    Pour moi, c'est variable mais j'ai souvent de quoi faire une soupe (avec des croûtons), un bocal de sauce tomate pour faire avec des pâtes, une pâte à pizza pour utiliser les restes du frigo et des patates douces à faire rôtir ! A vous de trouvez les vôtres!

    Conseil n°5 Évitez les tentations des magasins

    Si vous aviez l'habitude de faire toutes vos courses en supermarché, le passage dans un magasin bio ou au marché peut vite être déstabilisant et source de dépenses supplémentaires.

    Encore une fois, il faut y aller petit à petit. Notez ce que vous voulez acheter en vrac, bio ou de meilleure qualité. Réfléchissez à ce que vous pouvez trouver dans votre supermarché et ce que demandera un passage à l'épicerie verte. Vous achèterez alors petit à petit certains articles au marché, en épicerie bio et moins en supermarché.

    Si vous êtes comme moi, qui dit nouveau magasin, dit nouvelles tentations. A l'épicerie bio, j'ai constamment envie de tester un thé, du chocolat, un gel douche, une crème...Ce qui rajoute alors au prix de vos courses inutilement. Pour contrer ça, je me met un article à tester et je me focalise dessus. Par exemple, je veux tester des crèmes végétales, je me "permets" seulement de tester dans ce rayon, sinon je m'en tiens à ma liste ! Et j'évite le rayon "beauté" quand j'ai besoin de rien ;)

    Conseil n°6 Consommez différemment

    Quand on consomme dans une optique "zéro déchet", bio ou végétarienne par exemple, on ne s'alimente comme quelqu'un qui fait les courses en supermarché. Donc les achats ne sont pas comparables. Si vous faites exactement les mêmes achats en supermarché et en épicerie bio, il y a de fortes chances que vous en ayez pour beaucoup plus cher. En réalité, vous devez surtout consommer différemment.

    Ce qui implique de nombreux changements, souvent longs. Savoir repérer quand on a faim, quelle quantité manger, quels aliments on ne supporte pas bien, qu'est ce que l'on sait bien cuisiner, qu'est ce qui nous sert le plus...

    Par exemple, au lieu de prendre 3 sortes de compotes différentes au supermarché, vous aurez rapidement le réflexe de ne prendre qu'un seul gros bocal en verre à l'épicerie bio. Et un jour, vous aurez envie de prendre plus de pommes au marché et de faire votre propre compote.

    On apprends aussi à faire plus de repas avec moins en réutilisant, à connaître les fruits et légumes de saisons, les assaisonnements qui changent une recette, etc.

    Conseil n°7 Ne vous laissez pas démoraliser

    Beaucoup se font idée de courses "tristes" parce qu'on se limite à acheter ce dont on a besoin, sans grande variété. D'une part, on peut très bien varier énormément ses repas mais on n'est pas obligé de le faire sur une semaine. A quoi sert d'avoir 4 sortes de yahourts, de compotes, de fromage ou autre ? Optez pour une sorte et changer la fois d'après !

    Ensuite, acheter ce qu'on a besoin sans superflu n'est pas forcément triste. C'est surtout rendre les courses efficaces, moins coûteuses et d'avoir le plaisir de mieux consommer. L'alimentation est un plaisir mais ce ne doit pas être le centre de notre attention.  Le superflu ne doit pas venir de la marque nouvelle de yahourt au marketing bien rôdé. Si vous avez vraiment un rapport "plaisir/réconfort" avec la nourriture, lancer vous plutôt dans la conception de vos propres gâteaux ou barres de céréales !

    On pense souvent qu'acheter en vrac ou bio est plus cher et surtout prends plus de temps. Pour ma part, c'est faux. Je mange plus "juste", au plus près de mes besoins et de mes envies, en évitant le gaspillage et les déchets superflus. Le vrac ou l'achat en bocaux par exemple est une vrai économie, en plus d'alléger vos poubelles! Et j'ai davantage conscience du rôle essentiel de l'alimentation pour ma santé, ma forme et mon humeur.

    Bien sûr, ce n'est pas parfait. Mais c'est un changement de mode de vie, non un caprice. Les ajustements sont constants, les erreurs fréquentes mais quel plaisir de faire de l'alimentation quelque chose de bien naturel et plus évident que lorsque je consommais plus d'aliments industriels, plus de viandes et plus d'emballages.

    J'ai pensé vous faire un article avec un exemple d'une de mes courses pour la semaine ou alors peut-être les essentiels à acheter en épicerie bio pour commencer ? Vous en dites quoi ?