Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Achats responsables : les erreurs à ne pas faire !

    Pin it! Imprimer

    ff68221b15461284aa163cd27659f480.jpg

    Quand je parle d'alimentation plus responsable avec quelqu'un, toute la conversation tourne en général autour des courses. Et les questions sont souvent les mêmes : où faire les courses, est-ce que ça coûte plus cher, comment tu trouves tout...

    La plupart du temps, j'aime répondre que le tout premier pas dans une consommation responsable, c'est d'admettre qu'il faut faire les courses différemment. On n'achète pas les mêmes choses aux mêmes endroits. Pour que le changement fonctionne, il y a un deuil à faire, celui des courses classiques en supermarché. C'est pour cette raison que le changement est long à mon sens, on garde souvent quelques habitudes de nos achats en grande-surface et on ne sait pas vraiment où l'on fait des erreurs. 

    Résultat : 90% du temps, on payera deux fois plus cher que d'habitude. Et les 10% restants, on perdra beaucoup plus de temps à faire des courses.

    Du coup, un petit récapitulatif des erreurs de débutants m'a semblé être intéressant quand on débute dans la démarche. Pour éviter quelques erreurs mais surtout pour se rendre compte du changement qu'il va falloir enclencher. Et qu'évidemment, c'est normal de ne pas tout changer en 1 mois !

    Copier/coller son caddie d'une grande-surface à une épicerie verte

    L'erreur la plus courante ! Pousser la porte d'une magasin bio et vouloir acheter exactement la même chose qu'en grande-surface est un grosse erreur. Non seulement, vous allez payer un demi-rein mais il y a pleins de choses que vous ne trouverez pas. 

    Quand on souhaite changer sa consommation, c'est très bien de se tourner vers les magasins bio mais il faut éviter le copier/coller. Le changement nécessite de la réflexion au début et un peu de vigilance sur les prix. 

    On fait quoi alors ? On lit la suite de l'article déjà ! Mais surtout on se répète plusieurs fois par jour qu'il faudra consommer MOINS, de SAISON, et privilégier les produits BRUTS. 

    Acheter ses produits frais uniquement en magasin bio

    Vous en avez marre des légumes ou fruits de supermarché bourrés de pesticides ou hors de prix ? C'est parfait mais attention à ne pas se ruer dans les magasins bio ! Ou en tout cas, pas pour le plus gros de vos achats. 

    En règle générale, les produits frais seront souvent assez chers, pas toujours de très bonne qualité (pardon mais c'est souvent le cas) et on reste assez déconnecté du produit que l'on achète. Sans oublier que pour une grande majorité des gens, la première fois qu'on entre dans un magasin bio, on est complètement perdu !

    On fait quoi alors ? On cherche un marché près de chez nous, on teste plusieurs producteurs. Encore mieux, on cherche des circuits courts, il y en a beaucoup qui existe aujourd'hui. Les plus connus : les AMAP, la Ruche qui dit Oui mais aussi beaucoup d'autres ! Le principe, on choisit ou non ses légumes et fruits et on va les chercher directement auprès du producteur ou dans un lieu précis. Les avantages : le prix est considérablement réduit (même souvent moins cher qu'en supermarché) et on rencontre directement le producteur ! On a des conseils, des idées de recettes et on peut découvrir des nouveaux produits. On peut aussi s'ouvrir à une agriculture raisonnée, pas forcément biologique mais tout aussi favorable. Et évidemment, tout ça vaut aussi pour les autres produits frais comme le fromage, les oeufs, etc.

    Continuer à prendre 10 sortes différents d'un produit

    Cette erreur rejoint le point 1. En général, quand on copie/colle les caddies entre un supermarché classique et un magasin bio, on s'en sort pour beaucoup plus cher ! Et c'est surtout parce qu'on oublie qu'on ne doit pas faire les courses de la même façon. C'est une erreur de penser qu'on peut consommer mieux sans consommer moins. C'est bien le frein principal pour une grande partie des gens qui ne veulent pas changer leurs habitudes. 

    Acheter de meilleure qualité signifie en premier lieu de revoir sa consommation : avez-vous vraiment besoin de trois sortes de yaourts différents ? De quatre fromages pour la semaine ? De cinq sortes de pâtes ? En vrai non (mais c'est pas simple à se l'avouer). Consommer davantage en magasin bio implique de consommer plus simplement et au plus juste de sa consommation. On privilégie les produits natures que l'on peut arranger à la maison. Et non, ce n'est pas plus 'triste", c'est plus simple ! Il est tout aussi important de se sortir de la tête des années de marketing à base de couleurs, goût et formes de plus en plus diversifiés.

    On fait quoi alors ? On achète une sorte de yaourt, un bon fromage pour la semaine, deux sortes de pâtes que l'on cuisinera différemment, un jus de fruit, etc. Rien n'empêche de prévoir des extras plus chers de temps en temps mais il faut vraiment arriver à prendre d'autres habitudes. On commence petit à petit, produit par produit afin de pouvoir réadapter si besoin.

    Ne pas réduire la quantité des dépenses les plus chères (viande, plats préparés...)

    Là encore, ce point rejoint le précédent. Continuer à acheter viandes, plats préparés, gâteaux industriels, jus de papaye et biscuits apéros à chaque course en magasin...va vous coûter un bras !! Et au-delà, c'est contreproductif dans la volonté de mieux consommer. Bio ne signifie pas plus sain, c'est le choix des produits qui permet de manger mieux et non uniquement le label.

    On fait quoi alors? On diminue drastiquement la consommation de viande et on freine doucement sur les plats préparés. Si on a vraiment pas l'habitude de cuisiner, on diminue doucement en achetant par exemple des choses plus simple comme de la sauce tomate et on cherche des recettes simples pour démarrer. 

    Fuir le rayon vrac...ou se jeter dessus !

    Quand on se lance dans une consommation plus raisonnable, on a souvent un rapport très radical sur le vrac : soit on trouve ça super et on file TOUT acheter en vrac, soit on trouve ça vraiment trop bizarre et on fuit le rayon. Les deux options sont des erreurs classiques ! Dans le premier cas, en général on finit épuisé à chercher des bocaux, à ne pas savoir combien en prendre, à en avoir trop ou pas assez...! Et dans le deuxième cas, on augmente considérablement la part de plastique puisque beaucoup de choses sont paradoxalement sur-emballées de plastique en magasin bio.

    On fait quoi alors ? On y va doucement ! On regarde ce qu'on consomme le plus au rayon "sec" : farine, sucre, pâtes. Et on choisit une sorte de produit pour tester le vrac. Si ça convient, on en tente un deuxième la semaine d'après. Personnellement, je trouve ça plus simple de commencer par des ingrédients qu'on utilise moins parce qu'on a souvent du mal à gérer les quantités au départ. Pour moi, c'était la farine, le sucre, etc. Mais pour vous, ça peut être autre chose !

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    N'oubliez pas que l'erreur la plus courante est de vouloir être parfait sur tous les points dès le départ. Changez doucement vos habitudes, testez de nouveaux magasins, découvrez de nouveaux producteurs...et soyez indulgents avec vous !

    Les autres articles à lire : 

    - Petit guide de l'achat en vrac

    - Le vrac pour débutants

    - Mieux faire ses courses

  • {Kids} Dressing bio

    Pin it! Imprimer

     

    monkind_z_ng_83_von_337_-480x640.jpg

    Crédits photo : Monkind

    Le dressing minimaliste et éthique, on en parle rarement pour les enfants. 

    Déjà, c'est moins simple au regard de la rapidité d'usure et de croissance : pour les bébés, on passe d'une taille à l'autre en quelques semaines et pour les enfants, on subit les attaques de la cour de récréation. Il est plus complexe alors d'investir dans des pièces plus chères pour les minis. 

    Ensuite, les offres sont moins nombreuses et moins diversifiées. Si vous avez les moyens et si vous aimez les vêtements très colorés, vous trouverez assez facilement des marques pour vêtir vos enfants. Dans le cas inverse, c'est bien plus compliqué.

    Enfin, on a pas tous les mêmes "principes" : acheter moins, acheter de l'occasion, acheter de l'éthique, acheter du bio... Ca n'aide pas à se repérer dans les marques et l'offre disponible ! 

    Petits conseils green pour habiller ses enfants 

    La base d'un dressing avec moins de gaspillage est déjà de posséder moins de choses. Les armoires des bébés ou enfants sont souvent bien trop remplies, par les achats, les cadeaux, etc. La première des choses est de réfléchir à ce dont vous avez vraiment besoin pour pouvoir les habiller pour une saison sans être à court de vêtements. Le mécanisme est le même que pour nous, il faut vérifier que chaque vêtement s'associe avec plusieurs autres et pourront être utilisés de différentes manières.

    L'option éthique la plus simple est la seconde main : vide grenier, brocante, vinted, amis, famille... En général, on peut déjà trouver beaucoup de choses à petits prix qui sont déjà sur le "marché". Néanmoins, je trouve que c'est beaucoup plus simple pour les bébés que pour les enfants. Les vêtements des bébés sont rarement abîmés et on trouve de chouettes occasions. Pour les enfants, les vêtements durent plus longtemps et sont soumis à rude épreuve ! Je remarque que plus ma fille grandit, plus il est compliqué de trouver sa taille en vide grenier ou en ligne. Et pour ma part, pas d'entourage qui peut nous transmettre des vêtements !

    Aujourd'hui, j'ai pris la deuxième option : favoriser les matières naturelles et certifiées biologiques. C'est un choix personnel, ça ne sera pas forcément le vôtre. Pour ma part, je souhaite surtout m'assurer que les vêtements qu'elle porte, notamment à même la peau, sont exempts de pesticides et autres contaminants. Attention au choix du coton bio néanmoins, privilégier les labels GOTS ou OEKO-TEX (plus d'info ici). Ce n'est pas toujours possible mais je préfère quand même l'option "coton bio" des grandes marques que les lignes conventionnelles.

    Ma plus grande difficulté est de trouver des marques qui proposent des matières naturelles ou du coton bio pour des basiques ! On trouve plusieurs marques très sympa mais rarement des basiques. Or chez moi, on s'habille surtout en legging, teeshirt, gilet uni. Evidemment quand je cherche une chouette blouse ou robe, je peux craquer sur une pièce plus chère et plus écologique sans problème. Mais je ne peux me permettre d'acheter 5/6 teeshirts écologiques à +30€ et de toute façon c'est très compliqué à trouver ! C'est pareil dans les sous-vêtements, les pyjamas, etc, c'est plus rare dans les marques écologiques. 

    Après avoir demander conseils sur Instagram, je viens vous partager toutes les idées shopping que j'ai eu pour les enfants. N'hésitez pas à compléter la liste évidemment !

    Petit préalable bienveillance : je vous partage ici toutes les marques que dispose d'une ligne "coton bio" ou matières naturelles. Certaines marques sont plus chères, d'autres viennent de grande marque de la fast fashion. Ce n'est pas la peine de s'insurger, je souhaite surtout faire une liste assez complète qui pourra aider tout le monde : du parent le plus engagé à celui qui débute dans une démarche écologique. Donc faites vos choix mais s'il vous plaît, ne juger pas celui des autres s'il est déjà dans un meilleur sens pour la planète.

    Et au passage, je m'intéresse évidemment davantage aux vêtements enfants et au rayon fille. Pour les bébés, l'offre est bien plus importante aujourd'hui, donc allez vérifier par vous-même (genre Vertbaudet ne fait que du bébé pour le bio a priori). 

    Les lignes plus écologiques des géants

    C'est le premier petit pas dans des tissus plus écologiques. La plus grosse limite : les labels souvent inexistants ou difficiles à trouver. Or du coton bio peut n'être bio quand dans la production mais le vêtement passe ensuite dans un processus de teinture, délavage, etc. tout aussi polluant. Mais ça reste une porte d'entrée pour beaucoup de personnes non habituées à consommer autrement #dontjudge. Autre inconvénient, c'est souvent très mal rangé sur leurs sites, donc il faut un peu fouiller ! Enfin, j'ai décidé de boycotter H&M pour ma part, qui m'énerve à faire payer plus cher les affaires des filles et ajouter de l'élasthanne partout !

    L'avantage principal est de pouvoir trouver facilement du basique, de l'uni, du mixte. Et évidemment les prix, très faibles en raison de la marge que fait ces groupes dans les autres gammes. N'oubliez pas qu'un teeshirt ne revient pas à 2€ s'il est fabriqué de manière éthique et responsable.

    collage.jpg

    - ligne Take Action chez Mango

    - ligne Conscious chez H&M

    - ligne coton biologique chez Monoprix

    - ligne Join Life chez Zara

    + vous trouverez aussi des vêtements en coton bio ou matières naturelles dans les grandes surfaces, ils ont souvent l'avantage d'être labellisés !

    Les eshops multi-marques 

    Plusieurs "petites" marques utilisent du coton labellisé bio ou des matières naturelles et l'avantage, c'est que désormais il y a des eshops multi-marques !

    On y retrouve des marques de grandes chaînes comme Monoprix mais aussi des plus petites comme Coq en Pâte, Frugi, Popolini, Kite, Living Crafts, Urban Elk, Mini Rodini, La queue du chat, Les petites choses, etc. 

    Les prix sont plus élevés mais les tissus sont majoritairement labellisés et issus de marques qui ont d'autres engagements éthiques. Ce sont aussi des marques plus colorés mais on trouve quand même des choses plus neutres ou mixtes. 

    collage (1).jpg

    - La Redoute (en tapant coton bio par exemple)

    - Méli Mélo bio

    - Prairymood

    - Brindilles

    Les marques éthiques à découvrir

    La liste des marques qui ont une démarche écologique ne pourrait être exhaustive. Je vous donne celles que je connais et que j'aimerais partager avec vous. N'hésitez pas à en ajouter en commentaire. 

    L'avantage : la "vraie" démarche écologique et l'ajout de beaucoup d'autres engagements comme le made in france, le commerce équitable, etc. L'inconvénient : le prix évidemment est plus élevé. Mais surtout, pour moi, il est plus compliqué de trouver du mixte ou du neutre. Certaines des marques ci-dessous ne sont pas du tout dans mon viseur, non parce que je ne les apprécie pas, mais uniquement parce que ce n'est pas ce que j'aime. Le problème de viser plus le "minimalisme" c'est qu'on a souvent besoin de vêtements plus neutres à assortir avec certaines pièces plus fortes. Il est clairement plus compliqué d'avoir peu de vêtements et tous très bariolés !

    Attention aussi certaines marques ont de très chouettes engagements éthiques mais encore peu de matières biologiques. J'espère que cela leur permet de contrôler davantage le tissu utilisé !

    collage (2).jpg

    - Boden, chouette démarche éthique mais peu de coton bio à part les bébés.

    - La gentle factory, marque adorée du made in france qui propose maintenant une gamme enfant très chouette !

    - Lililotte, jolie marque au tissu certifié GOTS

    - Tootsa, marque anglaise aux tissus certifié GOTS

    - Poudre Organic, fabriqué en europe et en matière écologique (et très sobre!).

    - Blune pour les petites filles (et les mamans) avec une chouette démarche éthique. 

    - Minabulle, fabriqué en France ou Portugal et en matière écologique.

    - Risu Risu, fabrication européenne, en coton certifié GOTS.

    - Monkind (photo à la Une), en matière naturelle et coton certifié. 

    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

    Voilà pour l'essentiel des noms marques que j'ai reçu, il y en a sans aucun doute beaucoup d'autres n'hésitez pas à les ajouter en commentaire !

  • Diner comme les Anglais

    Pin it! Imprimer

    40d075ddf52de48e65eb2d4d017740d8.jpg

    Je ne compte plus le nombre de fois où on a souligné que j'avais une légère tendance mamie. Alors quand je dis que chez moi, on mange TRES tôt, ça termine d'achever cette image de vieille fille/pas fun/marmotte.

    En vrai, ça me passe à 3 km au-dessus de la tête :) Mais comme ça a toujours l'air de surprendre, je me dis qu'un petit article promotion pour la vie de mamie pourrait intéresser !

    Alors premièrement, oui faut que je vous dise. Je suis une marmotte. J'adore dormir, je tiens très très mal le manque de sommeil et je suis très sensible au rythme naturel du soleil. Ca signifie que j'ai toujours été une bonne dormeuse mais pas dans le sens de la majorité des gens : je ne dors jamais plus tard que 9h le matin (même quand j'étais ado!) et par contre, j'ai sommeil dès 21h ! Clairement, je suis une couche tôt et une lève tôt.

    J'ai bien sûr eu des périodes plus compliquées niveau sommeil, la grossesse, les premiers mois de ma fille et la fin de ma thèse (tout ça dans une période de 3ans #yummy). Je pense que c'est à ce moment là que j'ai complètement assumé le fait d'avoir besoin de beaucoup de sommeil mais surtout d'avoir besoin de me coucher avant minuit.

    Et évidemment, ma fille tient ça de moi, elle se couche entre 20h et 20h30 tous les soirs (c'était même plutôt 19h bébé!), demande régulièrement à aller au lit et bébé.

    Le problème, quand tu es une marmotte, c'est qu'évidemment il est compliqué d'aller au lit tôt dans nos vies modernes. Et souvent, on me donne l'argument du "oui mais on a plus du vie si on se couche tôt".

    Pourtant, je me couche relativement tôt et j'ai pas du tout l'impression de ne pas avoir de vie !! Tout ça parce que par rapport à beaucoup (et à la tradition "française"), je mange très tôt le soir. Mais aussi parce que j'ai un peu revu cette histoire "avoir une vie le soir".

    Manger plus tôt pour ma fille 

    Premièrement, je mange tôt pour vivre plus sereinement les soirées avec ma fille. Tous les parents d'un jeune enfant vous diront que le fameux 18-20h est parfois compliqué à gérer. Le bain, le repas, tout s'enchaîne et souvent dans une atmosphère "explosive". A 18h, les enfants sont déjà fatigués et souvent ils ont faim ! Résultat, c'est un peu le parcours du combattant pour les mettre au bain, les faire patienter jusqu'au repas et ensuite arriver à les coucher assez tôt sans que ça vire au drame.

    J'ai vite compris qu'il fallait qu'on réorganise notre fin de journée pour que tout se passe plus sereinement et l'élément déclencheur a été de décaler le repas.

    Ma fille a besoin d'être au lit vers 20h/20H15. Mais si on mange à 19h30, elle passe directement de la fin du repas au lit. Avec en prime un peu de stress lors des repas où on arrête pas de lui dire de se "dépêcher". Et encore elle ne râle pas pour aller se coucher mais quand elle a pris "trop" de temps pour manger, ensuite on enchaîne vite et on finit par lui dire qu'on a plus le temps pour une histoire.

    Un jour, j'en ai eu marre de toujours la presser et de faire sauter des moments de partage comme l'histoire pour éviter qu'elle ne se couche trop tard. 

    La solution a été de décaler légèrement l'heure du repas et petit à petit manger entre 18h30 et 19h (voir un peu avant parfois!). 

    Le changement a été radical. Elle termine son repas vers 19h15 maximum en général. Le fait d'être rassasiée la rend déjà plus cool mais surtout on a encore presque une heure pour profiter ensemble ! Le coucher se fait naturellement, plus de stress et de pression, on a le temps pour pleins d'histoires, pour se raconter nos vies ou faire un jeu ensemble avant de dormir. 

    Aujourd'hui, je vois complètement les bénéfices de ce rythme quand on ne peut pas le tenir pour X raisons. Elle devient grognon parce qu'elle a faim, mange plus lentement, on s'énerve...bref c'est jamais des chouettes soirées. 

    Manger plus tôt pour nous

    Faire manger son enfant tôt ne choque pas vraiment en général. C'est plus le fait que nous aussi on s'aligne sur ce rythme !

    En vrai, ça n'a jamais été vraiment été débattu en famille. On a toujours mangé ensemble. Déjà parce qu'on le pouvait (en raison de nos horaires) mais aussi parce qu'on adore ces moments-là. Elle nous raconte sa journée, elle est bien plus cool, on discute...

    Manger tôt pour nous, ça permet aussi de ne pas craquer sur pleins d'autres choses à 18h. Franchement, qui n'a pas faim a cette heure-là ? En mangeant tôt, je n'ai jamais envie de craquer sur du fromage ou sur goûter tardif. Et si je cuisine un minimum, ça me coupe la faim jusqu'au repas.

    Mais surtout, ça signifie qu'à 20h30 maximum, on est complètement tranquille tous les deux. On a mangé, on a souvent eu le temps de ranger et faire la vaisselle. Même la maison est plus rangée puisque pendant le laps de temps entre le repas et le coucher de la mini, on est plus disposé à ranger les trucs qui traînent. A 21h, clairement, je ne suis pas disposée du tout à ranger ^^

    On a alors tout le temps pour un épisode d'une série, une discussion, un bouquin...et même en me couchant tôt, j'ai aussi profité de ma soirée avec l'amoureux.

    Je vois même l'effet sur le sommeil, la vie de couple...tout est plus cool, tranquille, on finit rarement épuisé à 1h du mat en se forçant à aller se coucher (bon sauf nouvelle saison de GOT;).

    Ce rythme a été plus compliqué à tenir les derniers mois où je travaillais loin de la maison et où j'avais plus de mal à rentrer tôt le soir. Et j'ai détesté les effets : manger sans ma fille, manger devant la télé, se coucher épuisée en ayant l'impression de ne faire que bosser...

    Comment on s'organise?

    La deuxième réaction que ça suscite c'est généralement "impossible pour moi de manger si tôt". Alors bien évidemment, si vous avez des boulots prenants et si vous rentrez tard le soir, ça va être plus compliqué oui!

    Mais si vos horaires vous le permettent, ce n'est pas insurmontable de manger plus tôt ! On a rien de super-parents très bien organisés ;)

    Le premier changement a été de prévoir des repas en avance ou très simples. J'ai fait le deuil des menus ultra-équilibrés et diversifiés. Ma fille mange des supers repas à la cantine tous les midis, alors si on doit manger deux soirs de suite des pâtes à la sauce tomate, le monde ne va pas s'écrouler ! Sinon, je force sur les soupes en hiver, les purées en grande quantité qui font un gratin, les bocaux de sauce aux légumes et les féculents cuits en grande quantité ! 

    Pour être très concrète, en général, le repas se prépare vers 18h et ne prends pas plus d'un quart d'heure. Pendant ce temps-là, elle file se laver. Là encore, si elle veut une douche rapide, pas de soucis, pourquoi forcer ses enfants à barboter dans un bain pendant 30min ??? Petit à petit, on lui a appris à se laver seule, à se sécher, à mettre son pyjama...Aujourd'hui, elle n'a besoin d'aide que pour se laver les cheveux et c'est tout !

    En gros, tout le monde est prêt à manger vers 18h30, 18h45 maximum. Sincèrement, ça change tout chez nous, voir cette heure-là à la pendule fait qu'on est beaucoup plus cool pendant le repas et qu'on ne la speed plus pour manger vite parce qu'il est bientôt 20h. 

    Après, on débarrasse (elle aussi!) et là ça dépend des jours. Soit elle est très fatiguée et on lit une histoire ou on regarde un dessin-animé. Soit elle est en forme (la plupart du temps!) et on joue à un jeu de société ensemble, on danse, on dessine. Bref, on fait tout ce qu'on avait pas le temps de faire avant et souvent ce qui frustre les enfants ! 

    La transition vers le coucher est bien plus douce, je pense qu'elle a intégré qu'on avait bien profité avant et elle ne râle pas à terminer la journée alors '"qu'on a pas joué aux petits-poneys^^".

    Stop à la pression "d'avoir une vie le soir"!

    J'ai bien conscience que ce rythme ne convient pas à tout le monde. Déjà à cause du boulot. Mais aussi parce que certains aiment manger qu'en couple ou sont des couches-tard. Chacun son rythme...mais ça vaut aussi pour moi alors ! Ca ne rends pas mes journées plus courtes ou mes soirées moins intéressantes.

    En vrai, je serais presque militante d'une slow life bien plus douce et d'arrêter de se mettre la pression pour avoir une vie trépidante après 21h. C'est toujours la réponse que l'on me sort "oui mais du coup tu fais plus rien en dehors du boulot et de ta fille!!!". 

    Cette injonction d'avoir des soirées ultra remplies est quand même dingue. D'une part, quand je demande aux autres ce qu'ils font le soir de si passionnant, ça se termine souvent en soirée Netflix. Donc pour profiter de sa soirée, il faut la passer avec son amoureux à côté à regarder des films ou des séries. Et sinon, on me réponds qu'on retravaille, qu'on écrit sur son blog, qu'on range, qu'on fait les courses en ligne...bref on me répond rarement qu'on file voir une expo trop cool ou une soirée déguisée :) 

    Alors, d'une part, je passe aussi des soirées avec l'amoureux à regarder des séries. Sauf qu'on commence dès 20h30 et donc à 22h sincèrement, je file sans problème me coucher !

    Mais surtout, être dispo, sans s'être énervé avant avec son enfant, avoir la maison rangée, etc. ça change vos soirées mes coco ! On est détendu, on peut discuter et même faire des trucs de vieux (genre là, monsieur Pancakes m'apprends les Dames, c'est pas gagner...). Alors c'est pas glamour ? Déjà, on s'en fout, c'est notre soirée. Et clairement, boire un verre de vin, discuter, lire un peu, écouter de la musique...c'est TELLEMENT reposant! On fait assez de choses dans une journée non ? Pourquoi se mettre encore la pression à la productivité à la maison et surtout en couple !! 

    Donc oui on mange tôt et même parfois on se couche tôt...mais ça veut pas dire qu'on dort...(#ooooh) ;)

    Bon et quand on critique vraiment beaucoup notre habitude, je sors toutes les études scientifiques qui prônent un dîner tôt pour une meilleure santé !

  • Paille or not paille

    Pin it! Imprimer

    pailles, consommation,

    Les pailles. 

    J'avais dis que je ne ferais pas d'article dessus. Parce que le fond de mon "questionnement" reste un combat écologique important que je ne souhaite pas dénigrer. Mais aussi parce qu'en faire un article, c'est participer à ce que je dénonce précisément. Mais bon, comme toujours le clavier me démange et puis, ça me calmera peut-être d'ouvrir le débat ici ^^

    C'est quoi le problème écologique des pailles ? 

    En France, c'est 8,8 millions de pailles jetées chaque jour. Et encore, en regardant les chiffres des pailles jetées chaque seconde aux Etats-Unis, le vertige est encore plus grand ! Etant quasiment impossible à recycler, elles finissent avec les autres déchets plastiques...dans l'Océan. La plupart se dégradent en micro-billes ultra polluantes, toxiques pour les animaux marins et que l'on retrouve ensuite dans leurs estomacs (et ton assiette si tu manges du poisson). Mais certaines n'ont pas le temps de se dégrader qu'elles finissent avaler par un poisson ou une tortue, causant des blessures ou la mort. 

    Bref, la paille, c'est 5 min le temps de boire sa limonade et des années de pollution derrière. 

    Le combat contre les pailles 

    La lutte contre la pollution des pailles jetables est menée depuis plusieurs années par plusieurs associations et gagne désormais en visibilité sur les réseaux. 

    L'association Bas les pailles fait par exemple un travail formidable de sensibilisation.

    Depuis c'est des tonnes de blogueurs ou autres qui sensibilisent à utiliser des pailles réutilisables et à boycotter les pailles jetables en plastique.

    Bref, que du positif non? 

    Mais lâche moi avec ta paille en inox

    Alors pourquoi le sujet des pailles m'énerve tant ? 

    Premièrement, parce que le débat à tendance à éclipser les raisons principales de la pollution des Océans. Et là on rejoins un thème important qui mériterait un article rien qu'à lui : culpabiliser le consommateur face au désastre écologique et occulter les actions gigantesques qui pourraient être menées à côté. Alors oui le consommateur a un vrai pouvoir et on vote dès qu'on achète...MAIS culpabiliser le citoyen "lambda" parce qu'il n'a pas sa paille en inox ou sa brosse à dent en bambou me laisse franchement perplexe. 

    Un exemple tout simple ? Demandez aux gens ce qu'on retrouve en majorité dans les déchets plastiques de nos Océans. Une très large majorité des déchets plastiques sont composés par exemple des filets de pêche. Est-ce que l'on voit tout le monde parler des matériaux ou des techniques de pêche à privilégier ? Nope.

    Je sais bien que tout fonctionne par "mode" et je suis ravie quand c'est un truc plus responsable qui se retrouve sur le devant de la scène. Mais c'est un peu comme les blogueuses mode font le même partenariat, à la fin de la journée, je n'en peux plus de voir s'afficher le même produit partout sur les réseaux !

    Deuxièmement, parce que ce "buzz", aussi favorable soit-il, développe un nouveau marché et donc une nouvelle consommation. Tapez "paille réutilisable" dans google et vous verrez apparaître des tonnes de nouvelles marques, eshop ou autre proposant des pailles en bambou, en inox, en verre, compostable, etc. 

    C'est chouette si le marché économique se développe vers des produits réutilisables mais ça reste encore sur le même modèle de surconsommation où tous les articles finiront un jour sur Aliexpress ou chez Action. Clairement, je ne comprends pas qu'on puisse prôner une diminution de la pollution en créant un nouveau segment de marché qui fonctionnera selon exactement les mêmes principes!

    Troisièmement, et surtout, parce que tout ce nouveau marché crée un nouveau besoin pour répondre à un problème dont la solution est simple : n'utilise pas de pailles ! Et arrête de prendre les enfants comme excuse à la consommation de pailles !

    Il y a évidemment des situations particulières, des handicaps ou des maladies qui ne permettent pas de boire facilement au verre. Une paille restera sans doute nécessaire pour certaines personnes et dans ce cas-là, c'est chouette d'avoir des alternatives réutilisables. 

    Mais ce n'est pas l'exemple le plus fréquent que je vois ou que je lis. Et l'excuse la plus courante est celle des enfants : c'est plus pratique pour un enfant de boire à la paille. Mon article sur les trucs écolo pour les anniversaires des enfants m'a clairement fait peur : il n'y a pas une seule photo Pinterest sans paille et pour beaucoup de personnes, c'était vraiment le point compliqué pour la décoration. 

    Alors, soyons clairs, je ne juge pas. Tu aimes les pailles ou tes enfants aiment, pas de soucis et là encore c'est chouette de pouvoir trouver des alternatives non jetables. Mais pourquoi personne n'a jamais souligné le fait que la paille n'était pas un accessoire obligatoire ? 

    Un enfant sait parfaitement boire au verre. Oui il risque parfois de le renverser ou de boire trop vite...spoiler : il apprends, c'est normal ! Quand un enfant commence à manger à la cuillère, c'est un peu le bazar non ? C'est pas pour ça qu'on lui file tout en tube !

    Alors, paille, pas paille, paille réutilisable...

    Bref, si tu es #teampaille c'est super, tu as beaucoup d'option réutilisable aujourd'hui. 

    Shopping : en inox chez Brindilles ou chez GaspaJoe, en bambou chez Hakuna Tata, en verre sur Etsy.

    Si tu es un restaurant, bar, café, penses à demander si la paille est voulu et renseigne toi sur les pailles réutilisables! Personnellement, je trouves que le débat sur les pailles devraient s'arrêter aux portes des fast-food et autres bars, très grands consommateurs de pailles. 

    Si tu continues à utiliser parfois des pailles en plastique...oui c'est pas top mais ne te flagelles pas, n'aie pas honte et ne laisse personne te faire croire qu'il est mieux que toi parce qu'il a une paille en inox. 

    Sinon, tu as le droit de ne pas boire à la paille, de ne pas en proposer à tes enfants et même de rigoler quand ils boivent trop vite et qu'ils se renversent tout dessus ^^