Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Féminisme et écologie

    Pin it! Imprimer

     

    3d6cadf60589f9eb1cd97754838c45b7.jpg

    (source : pinterest, je ne trouve pas l'original?)

    Le féminisme et l'écologie, voilà un sujet dont je voulais vous parler depuis bien longtemps ! Et pour être plus juste, c'est plus "égalité des sexes et écologie" le sujet du jour !

    Rien à voir à priori non? Enfin surtout des "combats" différents ? L'un pour l'égalité entre les sexes dans de nombreux domaines différents, l'autre pour améliorer notre rapport à la planète sur de nombreux aspects aussi ?

    Pourtant, plus j'avance dans mon intérêt pour l'écologie, plus j'apprends sur le féminisme ou plutôt sur l'inégalité entre les sexes. Et comme ça n'apparaît pas toujours comme une évidence, je me suis dis qu'un article pourrait permettre de lancer le débat et d'avoir votre avis sur le sujet !

    Je précise d'emblée qu'il est inutile de me dire "je connais quelqu'un qui..." ! Je ne cherche pas à faire des généralités, évidemment qu'il y a des cas différents de ceux que je vais exposer si dessous. Mais pour les besoins d'un article (et pour éviter qu'il ne fasse 130 000 mots!), je suis obligée de faire quelques raccourcis. Cela n'empêche pas des hommes ou des femmes d'être différents dans la vraie vie !

    Un positionnement différent sur la thématique "écologie"

    De manière générale, l'écologie, peut-être sans le vouloir, réunit tous les clichés sur les hommes et les femmes.

    Sur ce blog et mes réseaux sociaux, j'aborde beaucoup de choses en terme d'écologie mais plutôt dans une vision quotidienne : zéro déchet, cosmétique, ménage green, achat responsable, enfant, etc. Par contre, d'un point de vue professionnel, j'ai travaillé sur des thématiques tout aussi "écolo" mais différentes : les énergies renouvelables, l'économie circulaire, le changement climatique, la politique énergétique, etc. 

    Résultat (et là je fais un gros raccourci mais je vous jure qu'on en est pas loin) : je ne parle quasiment qu'à des femmes dans le premier cas et qu'à des hommes dans le second cas. 

    La slow cosmétique, le zéro déchet, la mode éthique, bref la sphère personnelle, quotidienne et familiale semblent concerner majoritairement des femmes. 

    Les énergies renouvelables, la mobilité durable, la rénovation énergétique, bref la sphère politique, nationale ou mondiale semblent ne concerner que des hommes. 

    Paye tes clichés ! Alors évidemment, c'est réducteur, surtout pour l'aspect masculin de certaines thématiques où il y a aussi des femmes qui sont mise en avant. Mais là encore elles sont plutôt dans des thématiques du changement climatique ou dans la biodiversité. Tous les articles que je lis sur la biomasse, l'énergie éolienne, la voiture électrique...sincèrement les femmes sont rares (et si elles existent, elles ont du mal à être mise en avant). Et sur ce blog ou sur instagram par exemple, j'ai vraiment très rarement des commentaires ou des questions de la part des hommes. Et vous savez le pire ? L'article de mon blog où il y a le plus de présence masculine et celui sur le mélange bicarbonate/vinaigre blanc où de nombreux hommes sont venus m'expliquer par a+b que j'avais tort vu que je n'étais pas scientifique...

    Devenir plus écolo...une intérêt typiquement féminin ? 

    Consommer plus durablement, utiliser des produits cosmétiques plus sains pour soi et ses enfants, nettoyer sa maison avec des produits moins toxiques, manger moins viande, etc. Cet intérêt pour un nouveau mode de vie m'apparaît souvent typiquement féminin sans que j'arrive encore à cerner l'explication. 

    Quand j'en discute avec des amis masculins ou quand je vois mon "lectorat" (ou même celui d'homologues blogueuses plus suivies!), il y a vraiment un gouffre de différences dans l'intérêt et la curiosité sur ces sujets. 

    Dans une conversation classique, si je commence à parler de gel douche par exemple et de leur composition pas clean dans la grande distribution, une femme cherchera souvent à savoir pourquoi, ce que j'utilise, si c'est bien, efficace, cher, où on le trouve, etc. Un homme posera parfois des questions mais plutôt dans une optique générale, de réglementation, de marketing, de coût...mais très rarement pour sa propre consommation. Je te raconte même pas si je commence à parler lessive maison ^^

    Mais comme je le dis plus haut, je ne trouve pas l'explication. Je ne fais pas des généralités au point de penser qu'un homme n'en a rien à faire de la planète, de sa santé ou de celles de ses enfants ! Mais il semble y avoir une différence de champ d'intérêt où les hommes délaissent la sphère familiale et personnelle pour se concentrer sur les changements au niveau politique, juridique ou économique. 

    Et j'avoue que ce constat n'est pas très agréable ! Il rejoint tellement de clichés sur les femmes qui s'intéressent au foyer, les hommes à diriger la société... Clichés que je pensais quand même un peu dépassés, surtout dans les générations les plus jeunes.

    Devenir écolo, une tâche 100% féminine

    C'est le deuxième point du sujet "égalité des sexes et écologie". Et si le premier mériterait encore pas mal de comparaison pour savoir les raisons de ces différences, sur ce deuxième point, je vais être plus radicale et moins sympa. 

    Listons quelques comportements pour avoir un mode de vie plus écolo. En vrac, dans le désordre et évidemment sans préjuger du côte "bien ou pas" : acheter en vrac, faire sa lessive maison, acheter frais et de saison (donc plus souvent), choisir des cosmétiques solides ou même faire ses cosmétiques, trouver des alternatives zéro déchet à certaines choses à la maison, trier ses vêtements et pensez à la mode éthique, faire ses produits ménagers, cuisiner plus souvent pour éviter les plats ou les gâteaux industriels, faire attention aux soins pour les petits, tenter les couches lavables, expérimenter l'allaitement, se mettre aux achats de seconde main, s'inscrire à la médiathèque, etc. Et je pourrais continuer encore longtemps !

    Alors, maintenant regarde autour de toi, ouvres Instagram, Twitter, Facebook ou les blogs qui parlent de ces sujets, partagent leurs expériences, etc. : tu y vois des hommes ou des femmes ? 

    Malheureusement, la plupart des tâches qui nécessitent une modification dans l'optique "écolo", sont encore des tâches très féminines. Je connais des tas de femmes qui se lancent dans le zéro déchet ou la slow cosmétique. J'ai besoin d'une seule main pour compter les hommes que je connais sur ces thématiques ! Et c'est même quelque chose qui ressort de vos propres commentaires, on m'a souvent dit qu'il y a avait des choses "que monsieur acceptait et d'autres moins....!" (la féministe en moi saigne quand je lis ce genre de parole mais je comprends...). 

    Dans le meilleur des cas, les changements se font par la femme, avec l'homme dans une position "passive" : "attendons de voir le résultat et si c'est vraiment bénéfique". En général le bénéfice se mesure en terme d'économie financière, de gain de temps ou de place. On est loin du bénéfice écologique.

    Et dans le pire des cas, on me dit que certains changements se font contre ou du moins en opposition avec monsieur le conjoint. J'ai eu des tonnes d'exemple dans le zéro déchet où la femme déplore quand c'est le tour du mari de faire les courses puisqu'il ne suit pas du tout la logique zéro déchet et revient avec pleins de "conneries" (le mot est réellement utilisé par beaucoup!!). Le changement de produits dans la salle de bain posent aussi souvent plus de problème pour monsieur que pour les enfants. Sa position passive lui fait évidemment subir les changements imposés par madame. 

    Je ne prétends pas avoir la vérité et il y a évidemment (et heureusement!) des contre-exemples. Mais pour être honnête, même chez moi, c'est un peu comme ça. L'amoureux me suis dans tout mais il a toujours besoin d'un temps d'observation, que je teste moi même avant de voir comment il peut se l'approprier. Je me demande souvent où on en serait si j'avais pas envie de me lancer dans tout ça, est-ce qu'il serait venu un jour avec un savon solide en me disant "tiens on essaye ça, c'est mieux que le gel douche tout cracra qui fait des déchets non?". Et autour de moi, les rares hommes que je connais qui s'intéresse à ça sont...célibataires ! Il semble donc plus facile pour eux de s'emparer de certains sujets quand ils sont seuls qu'en couple ? 

    Changer de lessive, essayer les couches lavables, passer à une routine cosmétique moins toxique et se lancer dans le zéro déchet...ça ne vient que rarement des hommes mais surtout - et pire - ça reste à la charge des femmes ! Et autant je prône que tous ces changements apportent une vie plus simple, plus saine, moins coûteuse, il y a quand même une phase d'adaptation qui nécessite parfois plus de temps à passer sur la cuisine, les courses, le ménage ou autre. 

    Malheureusement, les courses, le ménage, les enfants...tout ça reste encore trop à la charge des femmes. Et l'adaptation que nécessite un mode de vie plus écolo revient alors naturellement à la femme. En charge de faire plus de cuisine, de trouver des produits sains pour les petits (et on parle même pas de l'éducation positive où là encore c'est majoritairement les femmes qui s'en occupent!).

    Conclusion 

    Evidemment, dans tout ça il y a des contre exemples ! Et j'ai envie de te dire "encore heureux" ! Mais je suis encore choquée par le manque de blogueur homme sur ces thématiques, de commentaires ou de questions de la part des hommes, etc. Et encore plus choquée quand on me dit devoir demander l'avis de l'homme ou ne pas pouvoir modifier quelque chose parce qu'il ne sera pas d'accord...

    Je n'ai pas d'explication ni réellement de solutions. Peut-être que c'est une question d'éducation, d'habitude, de partage mal effectué aussi par les femmes, etc. Mais je trouve dommage de trouver des hommes avec une connaissance et un avis intéressant sur la politique énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique mais plus personne pour discuter des changements plus personnels pour réduire notre impact sur la planète.

    Et pour finir, je dirais que l'inverse est assez juste aussi. Pourquoi les femmes ne prennent pas plus de place dans la sphère politique, économique ou scientifique ? Pourquoi on ne trouve que des experts masculins invités sur les plateaux pour parler du nucléaire et des femmes pour parler du zéro déchet ? 

    Bref, l'écologie c'est bon pour la planète mais pas forcément pour l'égalité des sexes !

    Un avis ?