Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une dose de végétarisme

Pin it! Imprimer

tumblr_lpfjbrq9271qmr1u6o1_r2_500.jpg

Le végétarisme...lieu de tous les fantasmes, préjugés et manque de connaissance sur l'équilibre alimentaire.

Un article du journal local de chez moi a annoncé hier que François Bayrou envisageait d'introduire un menu végétarien dans les cantines afin de résoudre autrement la problématique des régimes alimentaires spécifiques à certaines religions. Loin d'être adhérente à sa politique en générale, j'ai trouvé cette idée plutôt chouette, jusqu'à la lecture des commentaires. Au delà des commentaires débiles (le menu n'exclut en rien le menu classique toujours proposé), extrémistes (les partisans pour un menu imposé avec du porc...) et pro-politique (de toute façon il fait que de la m****), j'ai surtout été outré par la méconnaissance du végétarisme, sa logique, son quotidien et ses raisons.

Je comptais faire ici un plaidoyer pro-végétarisme, bien que ne l'étant pas moi même, puis, une fois la colère passée, je me suis dis que je pouvais faire plus utile. Expliquer les raisons, déconstruire quelques préjugés et surtout aider ceux qui s'intéressent à diminuer ou même supprimer leur consommation de viande.

Je ne suis pas végétarienne. C'est déjà essentiel pour comprendre la suite. C'est à dire que malgré le fait que je mange très peu de viande et m'intéresse à ce mode d'alimentation, je n'ai pas encore sauté le pas. Je n'ai même aucune idée si je le ferais un jour. Pourtant, je suis tolérante, je m'intéresse à tous les modes d'alimentations différents des miens afin de comprendre leur logique et ce qu'ils peuvent m'apporter.

Pour moi, il ne faut pas être végétarien pour s'y intéresser. Même le plus grand carnivore aurait intérêt à s'intéresser à la production industrielle et agricole de notre alimentation, à limiter sa consommation de viande pour des raisons de santé et donc trouver d'autres alternatives, à comprendre que son goût pour la viande est bien plus culturel que naturel. Bref, à être curieux et ouvert au monde (mais c'est un autre débat).

Je souhaite uniquement vous présenter en quoi consiste le végétarisme et ce qu'il peut nous apporter à tous, même quand on souhaite continuer à manger de la viande. Par contre, je vous mets en garde. Quand on commence à s'intéresser au végétarisme, il est difficile de regarder son steak avec les mêmes yeux :)


C'est quoi être végétarien

Pour faire simple, le végétarisme est l'exclusion de toute chair animale (terrestre ou aquatique) mais permet la consommation de sous-produits d'animaux vivants (lait, oeufs, miel...). Le végétalien lui, ne consommera pas de sous-produits tandis que le "vegan" exclura en plus toute exploitation animale (cuir, laine, soie, mais aussi produits cosmétiques ayant subis des tests sur les animaux).

Premier constat, il n'existe pas de végétarien qui consomme du poisson ou des crustacés. C'est une déformation de langage mais surtout du spécisme qui consiste à penser qu'un animal vaut mieux que l'autre. 

C'est pas contre nature ?

Le premier des arguments que je lis est celui-ci : l'homme consommerait de la viande depuis la préhistoire et par nature est un omnivore qui doit manger de la viande. C'est l'argument que j'ai le plus de mal à comprendre, contrairement à celui de l'équilibre alimentaire qui me semble plus légitime.

Sans faire de cours de sciences ou d'anthropologie, un petit rappel est nécessaire. D'une part, il est évident que les hommes préhistoriques avaient un régime alimentaire bien plus végétal que nous, forcés par la difficulté de la chasse, les particularités des environnements et des températures. Non seulement la chasse des grands animaux comme les mammouths a nécessité la découverte des armes et a du attendre celle du feu pour devenir une consommation plus régulière car plus digeste. Si vous voulez déconstruire un peu le mythe de l'homme préhistoire mangeant tous les jours son steak, je vous invite à lire ça.

D'autre part, le fait que notre organisme serait par nature susceptible de supporter la consommation de viande au rythme d'aujourd'hui est erroné. Si nos ancêtres les plus directs consommaient eux aussi de la viande, l'évolution de notre société actuelle rend sa qualité bien différente. Notre viande est bien plus grasse qu'à l'époque des chasseurs, en raison de l'alimentation très différente des animaux sauvages et de ceux issus de l'élevage industriel. Notre mode de vie a lui aussi été énormément bouleversé par la sédentarité qui rend l'abondance de graisses moins nécessaire et bien plus dangereuse. Nous restons génétiquement assez identiques à l'homme du Paléolithique et avons besoin d'un apport varié de protides, lipides, glucides, eau... Mais notre mode de vie ne permet plus de trouver des aliments de la même qualité qu'à cette époque, ni de supporter le déséquilibre d'un aliment par rapport à un autre.

En conclusion, par nature, l'homme peut manger de la viande. Mais il doit aussi manger des végétaux, des sucres, des vitamines...et cela en quantité adaptée à son mode de vie sédentaire. Et on peut aussi envisager que la viande d'aujourd'hui ne correspond plus à la qualité requise pour notre organisme et chercher alors ses bienfaits dans d'autres aliments.

Les végétariens, des bisounours aimant les chats et vivants nus

Je caricature à peine. Un végétarien, dans l'imaginaire, est un être pro-écologie, adepte de la culpabilisation sur la surconsommation et sur la protection de la planète, amoureux transit des animaux et surtout quelqu'un qui n'aime pas manger.

Le problème est que l'on peut devenir végétarien pour des tonnes de raisons : dégoût de la viande, difficulté à sa digestion, défenseur de la cause animale, conscient de l'impasse écologique de l'industrie agro-alimentaire d'aujourd'hui, amateur de cuisine variée...Ce qui rassemble des personnes qui refusent la consommation de viande, c'est généralement une conscience de l'éthique animale bien plus élevée, de la négation du spécisme et de l'importance de réduire notre impact écologique lié à cette industrie.

Mais on ne devient pas pour autant un vaudou-écolo-rabasjoie-mangeurd'orties. L'impact de la production et de l’élevage mais aussi le traitement de ces animaux ne peut être ignoré aujourd'hui. On peut fermer les yeux, ne pas y être sensibles (enfin faudra m'expliquer) mais on ne peut pas ignorer. Alors oui la majorité des informations, des images ou des vidéos sont insoutenables la plupart du temps mais on NE PEUT PAS ne pas savoir.

Les personnes qui estiment devoir être en cohérence avec leurs émotions à la suite de ces images et leurs assiettes sont juste un peu plus logiques que le reste de l'humanité (moi y compris). Donc non ils ne font pas tous du yoga nus dans la nature en grignotant quelques germes de blé :)

Pour info, si tu doutes encore du traitement réservé aux animaux que tu manges ou de l'impact écologique, fais un petit tour ici, ici,ou , ou encore . Je vous partage une vidéo soft sur l'impact de la consommation de viande sur l'environnement.

 

C'est équilibré comme alimentation ?

Deuxième idée reçue sur le végétarisme : le déséquilibre que cela provoquerait dans nos apports journaliers.

Pourtant, il faut bien connaître ce dont on a besoin. Une alimentation équilibrée pour l'homme doit mélanger les macronutriments (protéines, lipides, glucides) et les micronutriments (vitamines, minéraux et oligoéléments). Le pourcentage des besoins varie sensiblement en fonction des pays, du sexe, de l'activité physique et des particularités médicales.

En règle générale, une femme d'une trentaine d'année (coucou), avec une activité physique modérée (pas coucou ;) a besoin d'environ 2000 kcal par jour mais surtout de :

-protéines : 15% de nos apports journaliers, ce qui signifie pas plus d'1g/kg (0.8 étant l'idéal). Donc si vous pesez 60kg, ne dépassez pas les 60g de protéines. 100g d'escalope de veau contient par exemple 37g, 100g de parmesan 38g...

-glucides : c'est la part la plus importante en pourcentage puisqu'ils couvrent environ 50% de nos apports journaliers. Cela correspond environ à 140g de sucre mais varié! La part de glucides simples ne doit pas dépasser 10% donc il faut aller chercher des alternatives moins raffinées et surtout penser aux fruits et légumes.

-les lipides : entre 28 et 38% de nos apports journaliers mais en veillant à limiter l'apport de graisse saturée et en privilégiant les sources d'oméga 6 et 3 (notamment les huiles végétales crues).

A cela s'ajoute les vitamines, minéraux, oligoéléments (fer, calcium, vitamine A...). Pour une explication plus détaillée, allez voir ici.

A-t-on alors besoin de viande ? Comme pour les laitages, il y a beaucoup d'idées préconçues sur notre capacité à assimiler les "bénéfices" des aliments : tout comme le calcium des végétaux s'assimilent mieux que celui des produits laitiers d'origine animale, on assimile très bien les protéines autres que d'origine animale.Trouver 60g de protéines en dehors de la viande est assez simple en réalité : avoine, blé, pois cassés, lentilles, soja, seitan, certaines céréales comme le quinoa...et produits laitiers pour les végétariens. Les protéines sont tout aussi bien assimilées et surtout on bénéficie de l'absence de graisses saturées de la viande et de la présence de fibres, minéraux... Et pour ceux que ça intéresse, la viande a tendance à acidifier le corps, déjà très acide au regard de notre alimentation occidentale, et l'apport de légumes et fruits améliore beaucoup ce phénomène. L'important est de varier ses sources puisque de nombreux aliments végétaux ne présentent pas de protéines "complètes" et nécessitent d'être combinés (légumineuses et céréales par exemple).

Pour rappel, je souhaite juste pointer du doigt que même une alimentation "classique" nécessite un apport très varié qui n'est que rarement respecté aujourd'hui. On a souvent l'impression qu'un végétarien enlève la viande d'un plat et donc ne mangerait que des haricots par exemple. C'est faux, il mange simplement autrement mais même un carnivore devrait varier bien plus son alimentation !

Lectures utiles

J'arrive au bout. Il y aurait encore des tonnes de choses à dire. Alors pourquoi je ne suis pas végétarienne ? Simplement parce que pour le moment je n'ai pas le déclic et que j'ai besoin de découvrir encore beaucoup d'aliments inconnus pour y trouver un vrai plaisir à cuisiner autrement. Mais aujourd'hui, ma consommation de viande a très largement diminué et je me familiarise de plus en plus avec un autre type d'alimentation. Peut être devrais-je simplement sauter le pas ?

Pour ceux qui cherchent des infos, des idées de recettes, je vous donne quelques liens qui m'ont beaucoup aidés :

-le blog Eleusis & Mégara : sans doute les articles qui font le plus écho en moi. Je vous conseille l'article sur les 10 idées reçus sur le végétarisme, celui sur le poisson et végétarisme et celui intitulé Quel genre d'être humain ai-je envie d'être ?

-l'article de Victoria de Mango & Salt sur la viande : j'aime son ton et son côté "non culpabilisant".

-le site de l'association végétarienne de France et surtout leur guide pour débuter le végétarisme.

-pour commencer en douceur avec quelques recettes végétariennes, on m'a récemment envoyé tout plein de liens de blogs de cuisine ! Je vous conseille particulièrement : 123Veggie, Chaudron Pastel, La table verte, Green Cuisine, 100% végétal et VégéMiam.

-des blogs ou sites bien faits pour trouver pleins d'astuces et mieux comprendre : Cherry Pepper, un blog rigolo sur le quotidien d'une famille vegan...

********************************************************************

C'était un billet long, un peu revendicatif et j'espère que vous n'en serez pas déstabilisé. Loin de moi l'idée de convaincre au végétarisme, je voudrais juste un monde plus tolérant et plus curieux. Il y a des bénéfices dans chaque mode de vie sans forcément vouloir y adhérer totalement. J'aimerais beaucoup avoir votre avis, savoir si d'autres articles sur ce thème (mon expérience, celui avec ma fille...) vous intéressent.

Et n'oubliez pas, aujourd'hui c'est la journée sans viande !

Commentaires

  • Coucou ma belle (eecs_Gabrielle), je viens de lire ton article, c'était vraiment très intéressant et tu m'as bien fait rire sur certain passage. Je n'ai rien de particulier à ajouter, juste envie de dire que je suis végétarienne, pas véritablement par choix. C'est comme ca depuis toute petite: dégoût de la viande et du poisson. Pour autant je ne manque de rien et mes repas ne sont pas composés que d'haricot comme tu le dis mdr. Je n'ai pas eu de soucis durant ma grossesse et ma petite puce ne manque de rien.

    C'est pas toujours facile de manger différemment surtout en France. Quand on veut aller au resto avec le chéri c'est tellement galère de trouver un plat végé - ras le bol de la salade de chèvre chaud - Quand on est invité chez des amis, j'ai toujours l'impression d'être la nana méga relou parce qu'il faut à chaque fois préciser que je ne mange pas de viande ... et de poisson.

    Je suis partie en voyage à Londres ou aux US et pour le coup c'est totalement l'inverse. Chez eux c'est totalement ancré, aucun problème, j'y ai notamment découvert des plats super sympa, des choses que je n'avais jamais mangé ou associé. Bref, on arrête pas de parler de la bonne bouffe française mais on a encore un sacré bout de chemin à faire.

    Pour les cantines, je trouve que c'est une bonne alternative. Au moins c'est laïque et tout le monde serait satisfait. M'enfin... il est temps que les mentalités évoluent!

  • Hello !
    Merci beaucoup pour ton article... J'ai commencé comme toi. Je ne me suis jamais sentie végétarienne, et tout en limitant très fortement (plus que fortement même) ma conso de viande, de poisson, puis de produits animaux, dans ma cuisine, puis dans mes placards, dans mon dressing, dans ma salle de bain...de fil en aiguille je me sens.... finalement en transition, mais plus vers le véganisme en fait. Peu importe ce que je suis en réalité : l'important est de prendre conscience, et de modifier ma consommation en conséquence, d'être en cohérence avec ma vision du respect de l'être vivant. Sans angoisse, sans stress et sans contrainte.
    Aujourd'hui on mange uniquement végétalien à la maison, en fait on mange comme tout le monde mais avec des ingrédients différents. Pizza 4 fromage, chorizo, mousse au chocolat et soufflé au fromage, même oeufs brouillés : tout ça on mange, en version vegan, et on se régale. et bien sûr, on ne manque de rien.

    Tout ça pour dire : c'est un très chouette chemin :)

  • @axelle : très intéressant ton parcours ! et je suis bien d'accord sur le fait que c'est bien plus simple dans certains pays de trouver des alternatives, surtout dans les restaurants !

    @linette : merci pour ce chouette commentaire, je ne sais pas où tout ça va me mener mais c'est intéressant comme processus ;)

Écrire un commentaire

Optionnel